fermer
retour en haut de la page

Enjeux de gouvernance : pouvoirs, justice bleue, places des parties prenantes… Les nouveaux défis de la transition écologique

Les travaux menés par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), notamment à travers son Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité (Cesab), apportent de multiples éclairages pour une meilleure compréhension de la manière dont les espèces s’adaptent aux changements globaux, des zones à haut potentiel de protection, mais aussi des enjeux de gouvernance (pouvoir, justice, impacts et efficacité des mesures, etc.), de la place des parties prenantes, etc.   

Retour sur les derniers articles publiés ces dernières semaines dans des revues scientifiques majeures (Nature Ecology and Evolution, Proceedings of the National Academy of Science (Pnas), One Earth, etc.), offrant un regard pluriel afin de mieux comprendre le présent, préparer l’avenir et affiner la définition des efforts nécessaires à la réussite des défis de la transition écologique.  

 

À l’échelle Nationale

 

Tendances temporelles et spatiales des risques liés à l’imidaclopride en France

L’imidaclopride est l’insecticide de la famille des néonicotinoïdes le plus utilisé au monde. Commercialisé en France depuis 1991, il a progressivement été interdit par l’Union européenne (UE) et pour toutes cultures en 2018. Il a depuis fait l’objet de dérogations, notamment pour les cultures de betteraves sucrières, et son interdiction continue d’être contestée par plusieurs syndicats agricoles. Quand et où a-t-il été utilisé en France ? C’est ce que révèle une étude parue en juin dans la revue Science of the Total Environment, première étape d’un projet qui vise à mieux comprendre l’impact de l’imidaclopride sur la biodiversité.  

 

Lire l’article : 

 

 

 

À l’échelle Européenne

 

Diminuer les émissions de carbone de l’UE en développant la navigation en eau douce : quelles conséquences pour la biodiversité ? 

Un des axes d’action de l’Union européenne pour réduire ses émissions de carbone consiste à renforcer le recours au transport fluvial par voies navigables intérieures (fleuves, rivières, canaux). Le transport de marchandises par bateau émet en effet moins de carbone que par la route. Or le développement des infrastructures nécessaires modifie les caractéristiques éco-morphologiques des cours d’eau douce avec de sérieux risques sur leur biodiversité. Dans un contexte de déclin avéré de la biodiversité, une telle mesure ne peut être mise en œuvre sans que ses impacts ne soient compris ni que des solutions pour limiter les pressions exercées ne soient pensées en accord avec les objectifs et cibles du Cadre mondial pour la biodiversité. C’est sur ce sujet que travaille depuis 4 ans un groupe de chercheurs et chercheuses internationaux dont les résultats sont sortis en mai dernier dans la revue Nature Ecology and Evolution. 

 

Lire l’article : 

 

 

 

À l’échelle internationale

 

[Biodiversité et changement climatique] Mieux comprendre la redistribution du vivant pour mieux anticiper l’avenir 

Du fait du changement climatique et de l’augmentation globale des températures, la distribution des surfaces gelées (glace, neige, pergélisol) régresse à un rythme effréné sur terres et dans les océans. Ceci n’est pas sans conséquence sur la biodiversité et ses réponses adaptatives sont encore mal connues. Or, mieux comprendre ces réponses s’avère indispensable pour mieux anticiper le devenir de la biodiversité et de nos sociétés. Ces dernières semaines, trois papiers majeurs sont parus à ce sujet dans des revues scientifiques (Nature Reviews Earth & Environment, Proceedings of the National Academy of Science, Global Change Biology) : le fruit d’un travail conséquent mené par un consortium de 23 chercheurs et chercheuses de 8 nationalités différentes, réunis au sein du groupe FRB-Cesab Bioshifts.

 

 Lire l’article : 

 

 

Comprendre les mécanismes qui créent des injustices environnementales permet de lever les freins et de rendre les décisions plus justes et plus équitables 

Protéger les océans est une nécessite environnementale mais rencontre d’énormes difficultés sociales, politiques, de justice, etc. Réunissant 23 scientifiques de 12 nationalités différentes, le projet de recherche Blue justice, financé par la FRB au sein de son Centre de synthèse et d’analyse de données sur la biodiversité (Cesab), propose un cadre de réflexion pour identifier et lever ces asymétries qui constituent des entraves à la justice environnementale. Dans une étude parue en mai dernier dans la revue Nature Ecology and Evolution, le groupe propose trois pistes d’amélioration : réduire les asymétries de pouvoirs en matière d’accès à la biodiversité et aux services écosystémiques, rapprocher politiques publiques et pratiques, développer les capacités d’anticipation et de scénarisation. 

 

Lire l’article : 

 

 

 

Justice sociale et gouvernance équitable : des clés pour une conservation réussie 

Face au déclin de la biodiversité, les efforts de conservation se multiplient dans le monde entier et des études récentes rassurent quant à leur efficacité pour ralentir le déclin voire améliorer l’état de la biodiversité (Langhammer et al., 2024 dans Science). Cependant, la plupart des évaluations se concentrent uniquement sur les mesures écologiques, sans tenir compte ou très peu de la manière dont les projets sont construits, et des implications politiques et sociales de la conservation. Comment les peuples autochtones et communautés locales sont impliqués dans la conservation ? Comment leur influence, leurs connaissances et leurs actions contribuent au succès des projets ? Face aux manques de connaissances, ce sujet fait aujourd’hui débat dans le monde de la conservation. Un groupe de chercheurs et chercheuses internationaux, dont plusieurs membres de la Commission des Politiques environnementales, économiques et sociales de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), se sont réunis pendant plusieurs années au sein du Centre de synthèse et d’analyse de la biodiversité, le Cesab de la FRB. En mai 2024, ils publient une importante étude dans One Earth, s’appuyant sur près de 650 articles scientifiques. Ils apportent ainsi une meilleure compréhension de ce qui fonctionne le mieux, pour les humains et pour la nature et appellent à un changement profond en faveur d’une justice sociale et d’une gouvernance équitable. 

 

Lire l’article : 

 

 

 

Les formes de pouvoir à l’œuvre dans les processus participatifs : un levier pour des actions conservation plus efficaces ? Rencontre avec Lou Lecuyer 

La complexité des enjeux de conservation de la biodiversité a conduit à un engagement accru des parties prenantes par le biais de processus participatifs, mais souvent sans que l’on comprenne clairement comment ou si ces processus conduisent effectivement à de meilleurs résultats en matière de biodiversité. Depuis 2021, les membres du projet FRB-Cesab PowerBiodiv tentent de mieux comprendre comment les multiples dimensions du pouvoir imprègnent ces processus et peuvent conduire à leur amélioration dans un objectif de conservation de la biodiversité. Une quinzaine de chercheuses et chercheurs internationaux mettent ainsi en commun leurs expertises en science politique, sociologie, biologie de la conservation, géographie, facilitation, gestion de conflits, écologie et anthropologie. À la suite de la publication de certains de leurs résultats dans la revue People and Nature, rencontre avec Lou Lecuyer, post-doctorante au Cesab de la FRB sur ce projet. 

 

Lire l’article : 

L’émergence de la biodiversité à la télévision française de 1992 à 2009

Le mot biodiversité a été formulé pour la première fois en 1985 par le biologiste Walter G. Rosen lors du Forum national sur la biodiversité1. L’objectif de cet événement était de faire sortir le concept de diversité biologique de la communauté scientifique et de sensibiliser les économistes, les agronomes, les experts et les médias à la sauvegarde de la diversité biologique2. L’objet de cet article est de s’intéresser à son émergence à la télévision française jusqu’en 2009, soit deux ans après la tenue du Grenelle de l’environnement.

 

[Félicitations] Jérôme Chave et Sandra Lavorel : deux chercheurs impliqués auprès de la FRB reconnus pour leurs travaux

« Avec Jérôme Chave (coordinateur du groupe Cesab SynTreeSys), et Sandra Lavorel (médaille d’or du CNRS en 2023, entrée à l’Académie en 2013 et membre du groupe FRB-Cesab Divgrass), c’est toute la communauté scientifique en écologie qui est reconnue par l’Académie des Sciences. Nous sommes très heureux de pouvoir accompagner cette communauté dans son travail de synthèse au Cesab et espérons que cette nomination rappellera à quel point la recherche sur la biodiversité doit être une priorité sociétale aujourd’hui. ! »

Nicolas Mouquet, directeur scientifique du Cesab de la FRB

 

« L’excellence académique peut se mesurer au nombre de publications ou au « facteur d’impact » des travaux scientifiques, mais pour la FRB, il se mesure aussi à la capacité des chercheurs à vulgariser leurs résultats, passer des messages, travailler avec des acteurs de terrain pour que la science soit transdisciplinaire et que les divers savoirs et valeurs circulent et soient pris en compte. Les distinctions reçues par Sandra Lavorel et Jérôme Chave illustrent aussi cet autre aspect de l’excellence et en tant que Président et Directrice générale de la FRB, nous sommes très fiers d’avoir travaillé avec ces deux grands chercheuse et chercheur en écologie scientifique. »

Hélène Soubelet, directrice générale de la FRB et Denis Couvet, président de la FRB

 

  • Sandra Lavorel, médaille d’or 2023 du CNRS

Écologue et directrice de recherche du CNRS, au Laboratoire d’Ecologie Alpine, Sandra Lavorel développe depuis 2003 des recherches interdisciplinaires des services écosystémiques. Récemment elle s’est engagée dans l’étude des adaptations transformatives au changement global basées sur les écosystèmes. Parmi les nombreuses activités de Sandra Lavorel, citons son implication dans certains des travaux menés par l’Ipbes, en tant que présidente du comité scientifique de l’évaluation française Efese ainsi qu’après de la Fondation notamment pour la prospective sur les réponses et adaptations aux changements globaux, au sein du groupe FRB-Cesab Divgrass ou plus récemment en tant qu’invitée à une groupe de réflexion émanant du Comité scientifique de la FRB sur la question des incertitudes. En décembre dernier, elle s’est vu attribuer une médaille d’or du CNRS pour l’ensemble de ces travaux, une des récompenses scientifiques françaises les plus prestigieuses.

>> Plus d’informations sur cette récompense et le parcours de Sandra Lavorel

 

  • Jérôme Chave, élu pour rejoindre l’Académie des Sciences

Les travaux de Jérôme Chave, modélisateur et écologue au CNRS, portent sur les forêts tropicales et la manière dont elle répondent (réponses écologique et évolutive) aux changements globaux. En combinant plusieurs approches, des analyses physiologiques, démographiques des arbres, en usant de modèles mathématiques, mais aussi d’approches empiriques, etc. ils permettent une meilleure compréhension des mécanismes à l’œuvre. En 2019, Jérôme Chave avait présenté une partie de ses travaux à travers l’article publié par la FRB : La forêt : une véritable alliée dans la lutte contre le réchauffement climatique ? Aujourd’hui, il pilote le groupe FRB-Cesab SynTreeSys, réunit cette semaine dans le centre montpelliérain.

Créée en 1666 par Colbert, l’Académie des Sciences réunit près de 300 scientifiques, de diverses disciplines, élus et ainsi reconnus pour la qualité de leurs travaux et réflexions. Répartis par sections thématiques, les membres ont pour mission de mener « des réflexions relatives aux enjeux politiques, éthiques et sociétaux que posent les grandes questions scientifiques, actuelles et futures ».

>> Plus d’informations sur l’Académie des sciences et Jérôme Chave

Pour « vivre en harmonie avec la nature », intégrons au moins 20 % d’habitats natifs dans les paysages gérés

À travers les 23 cibles à atteindre, le cadre propose de s’appuyer sur un indicateur de l’état des écosystèmes : l’intégrité écologique qui a besoin d’élargir sa pertinence et de devenir opérationnel pour une meilleure appropriation par les États et parties prenantes. Un des enjeux autour de cette notion est de dépasser le postulat initial selon lequel cet indicateur ne s’appliquerait qu’aux écosystèmes naturels protégés en l’étendant aux écosystèmes gérés.

 

Dans une étude publiée en 2020, Garibaldi et al. préconisent que, pour aller vers de meilleures synergies entre utilisation et conservation de la nature, les habitats natifs doivent constituer au moins 20 % de la superficie des écosystèmes gérés, notamment agricoles. Cet objectif peut s’inscrire dans des objectifs nationaux comme la restauration des connectivités et l’augmentation de l’efficacité des réseaux d’aires protégées, notamment là où elles sont peu nombreuses. À travers le décryptage de cet article, présenté ici avec un focus sur la situation en France, la FRB propose une première approche invitant à questionner la notion d’intégrité pour les écosystèmes gérés. Un préambule à la parution d’un travail plus vaste mené sur la notion d’intégrité par la FRB et son Conseil scientifique, à découvrir à la rentrée !

 

Les messages-clés de la publication

 

  • Outre des avantages pour la sécurité alimentaire, atteindre un objectif minimal de 20 % d’habitats natifs dans les paysages gérés présente des avantages pour les services de régulations, les diverses contributions de la nature aux humains, la connectivité et l’efficacité des réseaux d’aires protégées.

 

  • La conservation et la restauration d’habitats natifs sont techniquement possibles sans perte de production, agricole notamment. Elles sont également complémentaires aux efforts visant à étendre et établir des zones protégées.

 

  • En France, plusieurs éléments peuvent contribuer très concrètement à atteindre l’objectif proposé des 20 % d’habitats natifs, parmi lesquels la plantation de haies.

 

  • La mise en place d’une stratégie de restauration et de conservation d’habitats natifs est tout à fait possible et fortement souhaitable. Elle nécessite néanmoins une coordination entre les gouvernements, les propriétaires, les gestionnaires fonciers, les entreprises et les organisations issues de la société civile. Le rôle des pouvoirs publics, par l’adoption de politiques et de législations pertinentes, est essentiel.

 

[Programme FRB-MTE-OFB Pressions anthropiques et impacts sur la biodiversité terrestre] Sept projets sélectionnés suite à l’appel 2023

Les résultats des recherches financées par le programme devraient permettre de contribuer à renforcer les actions de la société dans son ensemble pour enrayer le déclin de la biodiversité et favoriser un développement humain soutenable.  

 

 

 

 

 

 

Trois types de projets sont financés par l’appel de 2023 :

 

1 PROJET REVUE SYSTEMATIQUE
EBENN

Porteurs du projet : Yorick Reyjol (PatriNat) et Romain Sordello (PatriNat)

 

Quel est l’Effet sur la Biodiversité des écosystèmes forestiers tempérés et tropicaux des plantations d’Espèces d’arbres Non-Natives ?

L’objectif du projet EBENN est de produire une synthèse des effets, et de tenter d’identifier quelles espèces d’arbres non-natives plantées génèrent le plus d’effet sur la biodiversité forestière et dans quelles configurations.

 

Consulter la page du projet

Ce projet, d’une durée de deux ans, doit présenter un état des lieux des pratiques humaines ayant un impact sur la biodiversité et une synthèse de l’état de la connaissance sur les impacts considérés. 

 

 

3 PROJETS SYNERGIE

CARAPAT

Porteurs du projet : Etienne Gaujour (Institut Agro Dijon) et Audrey Michaud (Université Clermont Auvergne, INRAE, VetAgro Sup)

 

CARAbidés et systèmes de PATurage de prairies permanentes

Ce projet CARAPAT vise à montrer comment différents systèmes de pâturage peuvent affecter les communautés végétales et les communautés de carabidés des prairies permanentes.

 

Consulter la page du projet

 

ELAN

Porteuse du projet : Coralie Calvet (AgroParisTech, Montpellier)

 

Étude des Luttes écologiques pour l’Action eNvironnemental

Le projet ÉLAN vise à étudier les mouvements citoyens pour la justice environnementale, communément dénommés “luttes écologiques”, à l’échelle de la France métropolitaine en se basant sur l’étude d’une base de données publique qui recense plus de 600 luttes.

 

Consulter la page du projet

FRAGSHIFTS

Porteurs du projet : Jonathan Lenoir (CNRS, Université de Picardie Jules Verne) et Lise Comte (Conservation Science Partners)

 

Impact de la fragmentation forestière et des infrastructures routières sur la vitesse de migration des espèces végétales vers les sommets des montagnes françaises

L’objectif du projet FRAGSHIFTS est de faire la lumière sur l’influence des pressions humaines sur la vitesse et la direction des déplacements des espèces végétales forestières le long du gradient d’altitude au sein des montagnes françaises.

 

Consulter la page du projet

Ces projets, d’une durée d’un an, devront apporter des réponses complémentaires sur une question qui émerge d’un projet de recherche finalisé ou en cours de réalisation, et ainsi permettre d’éclairer les porteurs d’enjeux sur les indicateurs de mesures.

 

 

3 PROJETS SYNTHESE DE DONNEES CESAB

BEYONDS

Porteuses du projet : Clélia SIRAMI (Inrae) et Lauriane MOUYSSET (CNRS)

 

Prédictions de la biodiversité selon des scénarios de décroissance

Le projet BEYONDS vise à explorer les conséquences, pour la conservation de la biodiversité, de trajectoires économiques et sociétales alternatives afin de combler une lacune des analyses prédictives existantes

 

Consulter la page du projet

 

FELLOW

Porteurs du projet : Elena KAZAKOU (Institut Agro Montpellier UMR Cefe) et Guillaume FRIED (Anses)

 

Dynamique spatio-temporelle des communautés de plantes adventices et leur rôle sur les services écosystémiques le long d’un gradient de pressions humaine.

Le projet FELLOW vise à quantifier l’importance relative de différents facteurs sur les propriétés fonctionnelles de la flore et à évaluer sa valeur en termes de biodiversité pour fournir des ressources aux pollinisateurs, aux insectes, aux oiseaux et à d’autres organismes.

 

Consulter la page du projet

 

FunBioDiv

Porteurs du projet : Aude VIALATTE (Inrae), Adrien RUSCH (Inrae)

 

Analyse fonctionnelle de la lutte biologique contre les bioagresseurs par la diversification des plantes à toutes les échelles

Le projet FunbioDiv évalue l’impact de la combinaison de stratégies de diversification végétale à différentes échelles spatiales et temporelles sur la biodiversité et sur le contrôle des bioagresseurs des cultures.

 

Consulter la page du projet

Ces projets d’une durée de trois ans, devront développer des synthèses d’idées et/ou de concepts, des analyses de données existantes, et devront s’intéresser aux facteurs affectant l’état, l’évolution et la dynamique de la biodiversité. 

 

 

+ d’infos

Consulter la page de l’appel à projets
>>> Pressions anthropiques et impacts sur la biodiversité terrestre <<<

Consulter la page du programme
>>> Pressions anthropiques et impacts sur la biodiversité terrestre <<<

Les loups rendent les routes plus sûres, permettant d’importants bénéfices économiques

Alors que les effets écologiques en cascade résultant de la suppression ou de la réintroduction de prédateurs sont de mieux en mieux connus, on sait peu de choses de leurs impacts sur les vies humaines ou les biens matériels.

 

Une première étude quantifie les effets de la restauration des populations de loups en évaluant leur influence sur les collisions entre les cerfs et les véhicules dans le Wisconsin. Elle montre que, pour un comté moyen, l’arrivée des loups a réduit de 24 % les collisions entre cerfs et véhicules. Un bénéfice économique 63 fois supérieur aux coûts de la prédation sur le bétail par les loups. Ces résultats s’expliquent principalement par une modification du comportement des cerfs plutôt qu’à un déclin de leur population dû à la prédation par les loups. Ce constat corrobore les recherches écologiques qui soulignent le rôle des prédateurs dans la création d’un “paysage de la peur”.

 

Dans cette étude, l’équipe de recherche suggère que les loups atténuent plus les préjudices économiques causés par la surabondance de cerfs que les chasseurs. Les auteurs proposent deux mécanismes, les changements de comportement des proies et la diminution de l’abondance des proies. Ils concluent que la chasse est moins efficace que les loups pour réduire les collisions.

 

Et en France ?

 

En France aussi, la prédation par les loups permet de réduire le nombre de collisions entre les ongulés sauvages et les véhicules. 

 

Une deuxième étude menée cette fois ci en France, estime les bénéfices indirects de la recolonisation des loups en France à travers la réduction des collisions avec les ongulés sauvages. Les auteurs ont ainsi montré que la prédation de 530 loups sur des chevreuils et des sangliers en 2018 pourrait bien avoir permis d’éviter 16 blessés et un tué lors de collisions routières. D’après le scénario principal de l’étude (un taux d’indemnisation de 50 %), cela correspond à plus de 4 millions d’euros de dommages humains et matériels. En fonction d’autres scénarios, cette valeur monétaire pourrait dépasser plus de 10,5 millions d’euros.

 

Cette étude représente la première tentative d’évaluation de la valeur économique des services rendus par les loups à la société française. Les bénéfices attendus devraient théoriquement augmenter si la population de loups augmente et diminuer si cette population se réduit. Aujourd’hui, l’estimation de la population de loup fait état de 1003 individus répartis sur 50 départements (comptage 2023). Un argument supplémentaire pour considérer cette augmentation du nombre de loup comme une réussite de conservation et une opportunité de bénéficier de services rendus par ce prédateur.

 

[Journée FRB 2024] L’océan du futur : Des impacts aux réponses pour un océan sain 

Entre pressions directes et facteurs indirects qui les aggravent, les scientifiques ont déjà mis en évidence les points de leviers pour envisager un avenir plus soutenable pour nos océans. Toutefois, mettre en œuvre les changements transformateurs nécessaires n’est pas trivial.

En partenariat avec l’Institut océanographique – Fondation Albert Ier – Prince de Monaco et l’Ifremer, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) propose, à travers sa Journée annuelle, d’explorer comment le cadre des scénarios futurs pour la nature, le Nature Futures Framework (NFF), peut permettre de mieux appréhender tous les enjeux de l’océan, avec une vision intégrative des relations nature-humains sous un angle nouveau, plus systémique.

 

Le Cadre pour l’avenir de la nature est un outil flexible qui vise à promouvoir l’élaboration de scénarios centrés sur la nature, et qui tiennent compte de la diversité des valeurs de la biodiversité, afin d’éclairer les options politiques. 

 

Le NFF se concentre sur trois grandes perspectives en termes de valeurs et de conceptions du monde : 

 

  • Avec la nature pour la nature :

Les usagers de l’océan considèrent la valeur intrinsèque des écosystèmes, leur intégrité, la diversité des espèces, des habitats et des processus associés.

 

  • La perspective nature en tant que culture :

Elle insiste sur les valeurs relationnelles de la nature, imbriquant sociétés, cultures, traditions et croyances et façonnant divers paysages bioculturels. 

 

  • Avec la nature pour la société :

L’accent est mis sur la modernité littorale, insulaire, technologique, les avantages utilitaires et les valeurs instrumentales que la nature et ses ressources fournissent aux acteurs économiques et aux sociétés.

 

+ d'infos sur le NFF (ENG)

[Rencontre littéraire] Soirée de présentation du livre “Biodiversité, no(s) futur(es)”

À travers douze nouvelles et une narration atypique qui permet une lecture à plusieurs niveaux, cet ouvrage nous invite à retracer l’incroyable trajectoire du vivant et à enrichir nos imaginaires sur la Nature ainsi que sur notre manière d’habiter le monde. Fondées sur des constats scientifiques authentiques, les auteurs et auteures y mêlent la fiction pour les ancrer dans le réel nous incitant ainsi à questionner nos visions du monde.

 

Ces nouvelles nous appellent à changer nos visions du monde pour une prise de conscience collective et massive et ainsi à initier un changement transformateur de nos habitudes de vie. Biodiversité, no(s) futur(es) est une alerte et nous rappelle l’importance de renouer des liens avec l’ensemble du vivant, dont nous faisons partie, et cesser de détruire notre maison commune.

 

Ce livre est la première œuvre collective portée par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB). Les auteurs et auteures de ce livre, travaillent, ou ont travaillé auprès de la FRB : Hélène Soubelet, Agnès Hallosserie, Bernard Commère, Marilda Dhaskali, Morgane Flégeau, Didier Basile, Cécile Albert, Jean-Louis Morel, Charlotte Navarro, Cécile Jacques, Robin Goffaux, Philippe Billet.

 

 

Inscrivez-vous

 

Via le bouton “S’inscrire

 

 AU PROGRAMME 

 

  • Présentation du projet littéraire en présence des auteurs et auteures de l’ouvrage ;
  • Échanges avec la salle ;
  • Un moment convivial clôturera la soirée.

Biodiversité, no(s) futur(es)

À travers douze nouvelles et une narration atypique qui permet une lecture à plusieurs niveaux, Biodiversité : No(s) futur(es) nous invite à retracer l’incroyable trajectoire du vivant et à enrichir nos imaginaires sur la Nature ainsi que sur notre manière d’habiter le monde.

 

Le lecteur suit Sécotine Fluet, une chercheuse en philosophie des sciences du vivants, de sa naissance à 2050. À travers des sauts dans le temps, à rebours et dans le futur explorez les relations entre l’humanité et la biodiversité. 

 

Fondées sur des constats scientifiques authentiques, les auteurs et auteures y mêlent la fiction pour les ancrer dans le réel. Nous incitant ainsi à changer nos visions du monde. Ces douze nouvelles sont autant d’alertes pour une prise de conscience collective et massive et pour un changement transformateur de nos habitudes de vie afin de renouer des liens avec le reste des vivants et cesser de détruire notre maison commune.

 

Acheter le livre

 

 

 

<<

Azote réactif : le baiser du diable
Par Hélène Soubelet

 

La synthèse chimique des engrais azotés a permis une augmentation des rendements agricoles et le développement d’une agriculture intensive. Mais cette avancée, présentée longtemps comme un progrès, a été accompagnée d’effets secondaires insidieux et irréversibles, sur les écosystèmes, la biodiversité, les humains. En 2011, un très gros rapport scientifique a alerté la communauté internationale, ses constats étaient accablants. Mais l’inertie générale, les intérêts particuliers trop forts ont enrayé les mécanismes qui auraient permis de trouver des solutions durables pour éviter le pire et empêcher le déséquilibre du cycle biologique de l’azote. Y aura-t-il un sursaut en 2050 ?

 

>>

 

Parution de Biodiversité, no(s) futur(es) la première oeuvre littéraire collective portée par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité

À travers douze nouvelles et une narration atypique qui permet une lecture à plusieurs niveaux, cet ouvrage nous invite à retracer l’incroyable trajectoire du vivant et à enrichir nos imaginaires sur la Nature ainsi que sur notre manière d’habiter le monde.

 

 

Fondées sur des constats scientifiques authentiques, les auteures et auteurs, travaillant dans le domaine de la recherche sur la biodiversité, y mêlent la fiction pour les ancrer dans le réel nous incitant ainsi à questionner nos visions du monde. Ces nouvelles sont autant d’alertes pour une prise de conscience collective et massive et pour un changement transformateur de nos habitudes de vie afin de renouer des liens avec l’ensemble du vivant, dont nous faisons partie, et cesser de détruire notre maison commune.

 

 

Le lecteur suit Sécotine Fluet de sa naissance à 2050, en explorant les relations entre l’humanité et la biodiversité. Des sauts dans le temps, à rebours et dans le futur, retracent ces trajectoires utopiques ou dystopiques.

 

 

Biodiversité, no(s) futur(es) est la première oeuvre collective portée par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB). Les auteures et auteurs de ce livre, travaillent, ou ont travaillé auprès de la FRB : Hélène Soubelet, Agnès Hallosserie, Bernard Commère, Marilda Dhaskali, Morgane Flégeau, Didier Bazile, Cécile Albert, Jean-Louis Morel, Charlotte Navarro, Cécile Jacques, Robin Goffaux, Philippe Billet. L’intégralité des droits d’auteur de cet ouvrage sera reversée à la Fondation. 

 

 

Télécharger le communiqué de presse

 

 

[FRB-Cesab] Analyse de réseaux d’interactions en écologie – 2024

 
Le CesabCentre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et l’ANR EcoNet organisent la première édition de la formation “Analyse de réseaux d’interactions en écologie“. L’objectif de ce cours de cinq jours est de former de jeunes chercheur·e·s à l’analyse de données de réseaux écologiques.Ce cours contient une introduction générale sur les réseaux, les métriques classiques (dont la modularité, les niches et les clusters), les modèles nuls, les modèles génératifs (SBM), les réseaux à plusieurs niveaux, ainsi qu’un tour d’horizon des techniques plus nouvelles (comme l’imbrication). Chaque thème sera exploré à travers des cours puis suivi de sujets pratiques.
 

Cette formation sera dispensée en anglais et se déroulera du 22 au 26 avril 2024 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Le prix est de 150 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s.

 

 

Merci pour votre intérêt, les pré-inscriptions sont maintenant fermées.

Attention, le nombre de places étant limité, les dossiers retenus seront confirmés au mois de février.

 

Liste des organisateurs (par ordre alphabétique) :

Cultiver la biodiversité pour récolter des denrées alimentaires, la sécurité alimentaire et la durabilité

Dans un contexte agricole et alimentaire tendu, la transition du système alimentaire vers des processus et pratiques plus soutenables est souvent remise en question. Une série de découvertes en écologie et en agriculture suggère que la biodiversité, tant spécifique que génétique, peut aider à résoudre les problèmes de durabilité auxquels est confrontée l’agriculture intensive moderne. De la parcelle au pays, cette étude démontre les avantages apportés par une diversification des cultures (variétale, spécifique, paysagère) par rapport à l’agriculture intensive conventionnelle

 

La modernisation de l’agriculture a entraîné une réduction de la diversité génétique des espèces utilisées. Celle-ci est pourtant la clé pour une agriculture plus adaptée au changement climatique, à une nutrition plus équilibrée, à des pratiques plus durables pour l’environnement et la santé humaine. Cette diversification permet des rendements plus élevés et plus stables, un moindre recours aux engrais et aux pesticides, un besoin moins important en terres cultivables et des apports nutritionnels plus équilibrés.

 

 

Les messages-clés de la publication

 

La sélection moderne  favorisé l’uniformité pour une productivité maximale en monoculture, elle a ainsi délaissé les caractères permettant à des espèces ou variétés de coexister. La production alimentaire mondiale est dominée par quelques espèces dont l’effondrement serait catastrophique pour la sécurité alimentaire, en plus des impacts environnementaux et sanitaires que leur culture entraîne.  Face à cette uniformisation, que retenir de la diversification des cultures

 

  • La diversification des cultures dans l’espace et dans le temps (rotations, cultures de couvertures, intercalaires, pièges ou répulsives, paysages) a le potentiel d’augmenter considérablement la stabilité, la sécurité et la fiabilité de la production alimentaire, tout en réduisant les risques de pollutions (moindre utilisation d’engrais et de pesticides) et les risques pour la santé humaine (pollutions, régimes alimentaires). 

 

  • Comparé aux autres solutions la diversité des espèces cultivées présente l’effet le plus important pour stabiliser la production. Vient ensuite l’irrigation. La fertilisation, quant à elle, n’a pas démontré d’effet significatif sur la stabilité des rendements. 

 

  • De très nombreux travaux démontrent les avantages de cette diversification des cultures : stabilité de la production, meilleure nutrition, réduction du besoin de nouvelles terres cultivables, amélioration de la fertilité des sols, renforcement du biocontrôle sur ravageurs, moindre recours aux pesticides et engrais, meilleurs rendements, gain de productivité beaucoup plus rapides que la sélection génétique conventionnelle, etc. et meilleure compétitivité par rapport aux monocultures.  

 

  • Toutefois cette diversification est limitée à cause d’un manque d’investissements. Il semble donc important de faciliter la formation des agriculteurs, poursuivre la recherche sur les meilleures combinaisons spécifiques et variétales et les meilleures échelles spatio-temporelles et proposer de nouvelles machines agricoles adaptées à cette diversité. 

 

 

[Conseil Scientifique] Interview de Sabrina Gaba

Pourquoi as-tu choisi de nous présenter ce projet de la zone atelier en particulier ?  

 

J’ai choisi de présenter ce projet car il est relativement atypique dans sa conception et dans sa forme. Ce projet débuté en 2021 rassemble des partenaires issus du monde associatif, et un consortium de chercheurs en écologie, en écotoxicologie mais aussi en épidémiologie médicale, animale et végétale. Il aborde la santé du territoire, en l’occurrence ici celle d’un territoire rural dans le contexte actuel des enjeux d’alimentation, d’agriculture et de santé. Un des enjeux est la sortie de l’usage intensif des pesticides sans impacter la production agricole et la viabilité des exploitations et en préservant l’environnement et la biodiversité. 

 

Le plan Ecophyto et la loi Egalim ont été mis en place pour répondre à ces enjeux. Peux-tu nous en dire plus ?  

 

Le plan Ecophyto est né du Grenelle de l’environnement en 2007. A l’époque, il s’appelait plan Ecophyto 2018 et avait pour objectif de réduire de 50 % l’usage des pesticides entre 2008 et 2018. En termes de coûts, cela a représenté plusieurs milliards d’euros, dont 400 millions d’euros par an de fonds publics. Rétrospectivement, on s’aperçoit que malgré ces efforts, les ventes de pesticides sont restées globalement constantes ces 13 dernières années, avec 20% de ces ventes qui correspondent à des substances cancérigènes/mutagènes et ayant des conséquences sur la fertilité. Surtout, il existe une hétérogénéité très importante sur le territoire des ventes de ces molécules : nous ne sommes pas tous exposés aux mêmes molécules et aux mêmes quantités.   

La loi Egalim en 2017 avait également pour objectif de garantir une alimentation de qualité et un juste prix aux agriculteurs. La crise agricole actuelle met en évidence les limites de ces politiques publiques. 

Ventes de pesticides ces dernières années, en millions d'hectares par année
Ventes de pesticides ces dernières années, en millions d’hectares par année

 

Pourquoi les pesticides sont-ils si pointés du doigt ?  

 

Il y a, d’une part, les liens entre usages des pesticides et le déclin de la biodiversité (comme l’a établi, entre autres, l’étude phare sur les insectes Hallmann et al. 2017, qui documente une diminution de plus de 75 % de la biomasse des insectes des aires protégées d’Allemagne au cours des 27 dernières années). On retrouve également des pesticides ou des métabolites de ces molécules dans de nombreux compartiments de l’environnement y compris dans des sols de parcelles d’agriculture biologique qui n’ont pas été soumis à des pesticides depuis plusieurs années. D’autre part, les liens entre pesticides et santé humaine ont aussi été documentés. En 2021,l’expertise Inserm a révélé des liens entre des pathologies (lymphomes, cancers de prostate, maladie de Parkinson) et l’exposition aux pesticides des travailleurs agricoles.

 

Cela pose donc plusieurs enjeux : l’enjeu de réduction d’usage des pesticides, mais aussi celui de l’exposition aux pesticides et des impacts de ces expositions. L’exposition est complexe car il s’agit dans la plupart des cas d’une exposition chronique, à un cocktail de molécules, à des doses faibles et via de multiples sources d’exposition et sur de multiples organismes (humains, non-humains). Tout cela conduit à une nouvelle approche de la santé, ce qui a mené au projet Santé des Territoires de la ZA Plaine & Val de Sèvre que nous avons voulu inscrire dans le cadre EcoHealth.  

 

Quelle est l’ambition de ce projet ?  

 

Ce projet a pour double objectif de : (1) démontrer le rôle de la biodiversité pour la santé, et (2) de rendre le concept “une seule santé”* opérationnel plutôt qu’incantatoire. Il s’agit de comprendre comment la biodiversité, par des mécanismes qui lui sont propres (au niveau local via la bioaccumulation par exemple mais aussi à l’échelle du paysage) peut réduire notre exposition aux pesticides et l’impact que cela pourrait avoir sur notre santé.   

 

(*) Le cadre “une seule santé”, un concept apparu avec la question des zoonoses (notamment avec la maladie de Creutzfeld Jakob et de la vache folle) créant un lien très fort entre la médecine vétérinaire et la médecine humaine. Le choix de l’approche « Ecohealth » plutôt que « One health » met en avant le rôle de la biodiversité et celle des solidarités via les liens entre humains et nature. 

 

Comment étudier ce concept d’une seule santé en « pratique » dans un territoire ?  

 

La ZA Plaine & Val de Sèvre est un site agricole de 450 km² avec des paysages contrastés comprenant des zones de bocages, des zones de plaines céréalières intensives. Le territoire couvre 24 communes, 34 000 habitants, plus de 400 fermes et 24 établissements scolaires.  

Ce territoire est particulièrement intéressant d’un point de vue scientifique car il fait l’objet de suivis de long terme, depuis près de 30 ans maintenant. Des suivis de biodiversité depuis 1994, des pratiques agricoles depuis 2006, de consommation alimentaire depuis 2019 et sur la perception de la nature et de la santé chez les habitants des territoires depuis 2021. Des suivis d’usage des sols ont également été réalisé permettant de connaître la répartition de l‘agriculture biologique et des haies. Cette connaissance est utilisée pour mettre en place un « design spatial semi expérimental » 

 

La joie de vivre, Heni Matisse, huile sur toile, 1905-1906
La joie de vivre, Heni Matisse, huile sur toile, 1905-1906

 

Qu’est que ce design permet ? Quelles sont les méthodes d’étude de ce territoire ?  

 

Ce projet vise à comprendre comment les rôles de la biodiversité et des paysages sur l’exposition aux pesticides et son impact dans l’objectif de co-concevoir des solutions pour réduire exposition et impact. En absence d’une connaissance fine des usages de pesticides sur l’ensemble du territoire, nous utilisons l’agriculture biologique comme le pendant inverse de l’usage des pesticides – puisque cela n’est pas permis dans ce modèle agricole. Afin d’étudier les liens entre usage et exposition aux pesticides, nous sélectionnons des paysages et lieux de vie (communes) avec une proportion plus ou moins élevée d’agriculture biologique et un gradient de présence de haies car ces dernières représentent aussi une barrière à la dispersion de molécules ou des zones d’accumulation.   

 

Quelles actions ont-elles été menées depuis le lancement du projet? 

 

  • Plusieurs actions ont été menées. Tout d’abord auprès des habitants nous avons réalisé des prélèvements de sols, de biodiversité et de poussières afin de quantifier l’exposition aux pesticides. Nous avons également mis en place des interventions dans les écoles autour de l’alimentation, de la biodiversité et de l’environnement. Ces interventions sont pensées pour permettre aux enfants d’avoir une vision de plus en plus systémique des liens entre leurs actions, leur santé, celles des humains et des non-humains avec lesquels ils coexistent.   
  • Enfin, nous avons présenté le projet auprès des professionnels de santé sur le territoire (150) et réalisé une première enquête pour évaluer la connaissance au sein de la profession du concept d’une seule santé et de la mise en pratique de ce concept dans leur milieu.  

 

Je n’ai pas présenté de résultats car à ce stade nous ne sommes pas en mesure de le faire. Cette présentation avait pour objectif de partager avec vous une initiative de recherche à l’échelle d’un territoire, engageant des chercheurs, des non-académiques mais également les habitants d’un territoire dans un processus visant à comprendre comment améliorer la santé de ce territoire.  

 

 

 

 

 

 

 

[FRB-Cesab] Ouverture de deux appels à projets : “générique” et “Impacts des infrastructures humaines sur la biodiversité”

Avec la crise majeure que traverse la biodiversité, le besoin de synthèse des données scientifiques en écologie n’a jamais été aussi fort. Un travail sans précédent a été entamé par les experts internationaux au sein de l’Ipbes pour évaluer l’état actuel de la biodiversité et de sa contribution aux sociétés humaines. Ces rapports se basent sur des études déjà publiées dans des journaux scientifiques et des bases de données déjà constituées. Mises en commun, ces données existantes peuvent alimenter des problématiques inédites, faire avancer significativement les fronts de connaissances et fournir des recommandations pour les décideurs.

 

Le Cesab permet la mise en commun de jeux de données déjà existants dans le domaine de la biodiversité et l’élaboration de méthodes statistiques complexes pour proposer un état des lieux de la biodiversité et en modéliser le devenir.

 

 

 

>> Jusqu’à 4 projets seront financés dans le cadre de l’appel 2024 <<<

 

 

  • 2 projets via un volet générique

Rendez-vous ici

 

 

  • Jusqu’à 2 projets via un volet thématique “Impacts des infrastructures humaines (transport et productions d’énergie renouvelables) sur la biodiversité” en partenariat avec le programme Ittecop

Plus d’info ici

 

 

Les groupes de travail sélectionnés se réuniront à 5 reprises au Cesab durant les 3 années de projet, et bénéficieront de l’aide d’un ou une post-doctorant(e) pour mener à bien leur projet de synthèse.

 

 

“Publier ou périr” ! Oui mais où ? Le nouveau dilemme éthique auquel font face les jeunes chercheuses et chercheurs

En raison de leurs contrats à durée déterminée (les fameux “postdocs”) et du recrutement tardif sur des postes permanents, ils sont soumis à une forte pression pour publier leurs travaux de recherche car cela contribue à la construction de leur réputation et facilite leur avancement académique et professionnel. Publier dans des revues à fort impact – c’est-à-dire avoir une publication académique acceptée dans un journal jouissant d’une grande visibilité et influence au sein de la communauté scientifique est essentiel pour sassurer une future carrière. Consciente des enjeux éthiques liés aux coûts exorbitants des publications et à l’utilisation de ces fonds, émanant principalement de fonds publics, cette génération se retrouve confrontée à un défi de taille : comment combiner évolution de carrière et posture éthique?

 

Une problématique de plus en plus reconnue 

 

Dans une majorité de cas, une fois leur article accepté par la rédaction d’un journal scientifique, les chercheuses et chercheurs doivent payer pour en permettre la publication (cessation des droits d’auteurs au journal, frais de publication, etc.). Dans cet article d’opinion, les jeunes scientifiques du Cesab dénoncent le fait que certains journaux utilisent les marges financières pour rétribuer les actionnaires de ces journaux. Ils plaident pour que le système de publication soit à but non lucratif, c’est-à-dire que les frais de publication servent à payer les frais de publications sans en tirer de profit pour des actionnaires, et qu’ils retournent dans le système académique, par exemple en organisant des conférences.

 

Ces dernières années, les initiatives et alertes des scientifiques sur cette problématique se sont multipliées, prenant des formes diverses, avec des grèves au sein des rédactions, ou encore à travers une politique de choix restreint et engagés des revues où soumettre des articles scientifiques, etc. Au-delà des gestes individuels comme le boycott de ces journaux non-éthiques, ce qui est risqué pour de jeunes scientifiques, des actions sont possibles pour faire évoluer les pratiques et mentalités des chercheurs et chercheuses tout au long de leur carrière et dans les différents aspects de leur vie académique – au cours de l’écriture d’article, de l’évaluation et de l’édition, membres de comités d’évaluation et collègues.  

 

Des alternatives pour allier choix de carrière et posture éthique ?

 

Dans le domaine de l’écologie et de l’évolution, les autrices et auteurs proposent les alternatives suivantes : 

  • La liste Dafnee, une initiative de chercheurs de l’Isem (Institut des sciences de l’évolution de Montpellier), répertorie 475 revues qui ont un système de publication éthique, c’est à dire que les bénéfices faits sur la publication d’un article sont nuls ou en partie réinvestis dans le système académique. S’y référer permet de choisir, à facteur d’impact égal, une revue au modèle plus en adéquation avec l’éthique des auteurs.  
  • Des initiatives d’intelligence collective telle que la « Peer Community In » (PCI) émergent et prennent une place de plus en plus respectée par les paires, à mesure que la communauté scientifique l’adopte. Ce type d’initiative offre un examen par les paires et une publication gratuite et de haute qualité de manuscrits pré-imprimés provenant d’un large éventail de disciplines, sans que les autrices ou les lectrices n’aient à payer de frais d’abonnement ou de publication.  
  • Dès la rédaction de l’article, une attention peut être portée afin de citer principalement des articles scientifiques en fonction de leur qualité scientifique intrinsèque et non du prestige de la revue. 

 

Alors que la communauté académique semble de plus en plus consciente du problème éthique majeur lié au système actuel d’édition scientifique, il est désormais nécessaire de passer à l’action pour des changements systémiques majeurs. Déployés collectivement, ces efforts peuvent permettre à la communauté scientifique, et en particulier aux jeunes chercheuses et chercheurs, de sortir de ce conflit entre éthique et carrières.  

 

 

Accéder à l'article d'opinion (ENG)

 

 

[FRB-Cesab] Analyse théorique des données écologiques – 2024

 
Le CesabCentre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et le GdR TheoMoDive organisent la troisième édition de la formation “Analyse théorique des données écologiques“. L’objectif de ce cours de cinq jours est de former de jeunes chercheur·e·s à la construction et à l’analyse de modèles mathématiques qui les aideront à mieux comprendre les données écologiques. Contrairement aux modèles purement statistiques, ce cours met l’accent sur une approche axée sur les processus et fondée sur l’écologie théorique. Le cours comprend une introduction générale à la modélisation en écologie et des sessions thématiques sur trois sujets d’intérêt (séries temporelles, données spatiales, réseaux d’interaction). Chaque sujet est exploré via des modèles mathématiques ainsi que des approches inférentielles et prédictives, avec un mélange de cours et de travaux pratiques.

 

Cette formation sera dispensée en anglais et se déroulera du 11 au 15 mars 2024 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Le prix est de 150 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s.

 

 

Retrouvez la formation sur GitHub

 

 

Les pré-inscriptions sont maintenant closes.

Si vous vous être pré-inscrit, le nombre de places étant limité, votre inscription sera confirmée en janvier après étude de votre dossier.

Une bonne maîtrise du logiciel R est requise. 

 

Liste des organisateurs (par ordre alphabétique) :
  • Vincent CALCAGNO (INRAE, ISA)
  • Emanuel FRONHOFER (CNRS, Isem)
  • Isabelle GOUNAND (CNRS, iEES-Paris)
  • Claire JACQUET (CNRS, Isem)
  • Sonia KEFI (CNRS, Isem)
  • François MASSOL (CNRS, CIIL)

[Aires marines protégées] Une vaste étude sur la taille des poissons pour mieux comprendre l’impact des activités humaines et la pertinence des AMP

Dans une publication parue jeudi dernier dans le journal Science, Tom B Letessier, chercheur à la Société zoologique de Londres (ZSL), et ses collègues livrent les résultats d’une étude impressionnante sur la taille corporelle des poissons. Des données collectées pendant 14 ans ont été analysées, représentant environ 20 000 heures de vidéos sous-marines filmant près d’un million d’individus de 1460 espèces différentes. Un travail d’analyse complexe et de longue haleine mené en France au de synthèse et d’analyse de données sur la biodiversité, le Cesab, de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB). 

 

Recueillies grâce à des pièges caméras, ces données ont permis de comparer l’efficacité des zones protégées chez les populations de poissons pélagiques (vivant au-dessus du plancher marin comme les thons, sardines ou encore requins soyeux) et chez les populations de poissons benthiques (vivant sur le plancher marin tels que les raies, limandes ou labres). En effet, en mer, la taille des poissons donne de vraies indications sur leur place dans la chaîne alimentaire, et donc sur le fonctionnement de l’écosystème étudié.   

 

 

“Pour les populations pélagiques, l’effet des aires marines protégées (AMP) se conjugue avec leur distance de la côte : plus une AMP est éloignée de la côte, plus elle apparaît efficace pour protéger les poissons pélagiques. Ce résultat contraste avec les populations benthiques, pour lesquelles les AMP les plus efficaces se trouvent proches des côtes, et des activités humaines.” 

Tom B Letessier 

 

 

Cette étude rappelle la nécessité de répartir des aires marines protégées entre zones côtières et haute mer afin de permettre aux populations pélagiques, déjà surexploitées, de se restaurer, loin des activités humaines.  

 

 

Retrouvez l'article

 

 

Aller + loin : Aires marinées protégées et taille des poissons, un sujet scientifique d’actualité 

 

Pourquoi les poissons des zones benthiques et pélagiques ont-elles des réponses différentes aux activités humaines et à leur proximité ? Les raisons écologiques de ce phénomène sont encore mal connues. Une des hypothèses serait l’absence de « refuge » dans les zones pélagiques, alors que les zones benthiques, du fond de l’océan, offrent une protection aux individus les plus petits ou les plus jeunes, qui peuvent se cacher dans les algues.  

 

D’autres travaux soulignent la complexité des phénomènes écologiques impliqués. Une publication de Chen et al. parue dans PNAS en novembre 2023 montre qu’une augmentation de la survie des individus adultes en zone protégée peut avoir de nombreux effets en cascade et qui varient dans le temps : augmentation de leur taux de reproduction, de leurs densités et donc de leur compétition pour la nourriture, ce qui peut les inciter à sortir de ces zones plus tôt dans leur vie, selon la taille des aires protégées.

L’emplacement et la taille des aires marines protégées sont donc des facteurs fondamentaux à prendre en compte pour protéger au mieux la biodiversité marine.

 

[À vos agendas] Le 29 mai prochain, la Journée FRB vous emmène en mer !

La décennie des Nations unies (NU) pour les sciences océaniques et la conférence des NU sur l’océan qui se tiendra à Nice en juin 2025 s’annoncent décisives pour l’avenir de l’océan. Il y a en effet urgence. À lui seul, l’océan recouvre plus de 70 % de la surface de la planète et représente plus de 90 % du volume habitable pour le monde vivant. Des milliards de personnes à travers le monde dépendent de la biodiversité marine et côtière pour subvenir à leurs besoins (ressources alimentaires, culture, etc.). Pourtant, la plupart des activités humaines ont un impact majeur sur l’océan.

 

Entre pressions directes et facteurs indirects qui les aggravent, les scientifiques ont déjà mis en évidence les points de leviers pour envisager un avenir plus soutenable pour nos océans. Toutefois, mettre en œuvre les changements transformateurs nécessaires n’est pas trivial.

 

En partenariat avec l’Institut océanographique – Fondation Albert Ier – Prince de Monaco et l’Ifremer, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) propose, à travers sa Journée annuelle, d’explorer comment le cadre des scénarios futurs pour la nature, le Nature Futures Framework (NFF), peut permettre de mieux appréhender tous les enjeux de l’océan, avec une vision intégrative des relations nature-humains sous un angle nouveau, plus systémique.

 

Rendez-vous le 29 mai prochain, à la Maison de l’Océan (Paris Ve).
Événement sur inscription, accessible en présentiel et en distanciel

 

Inscrivez-vous ! 

[Conseil scientifique] Interview de Juliette Young

Qu’est-ce qu’un conflit et de quels conflits parle-t-on ?  

La définition vers laquelle nous avons convergé au sein du groupe UICN est qu’un conflit est souvent représenté par des frictions (« struggles ») qui apparaissent lorsque la présence ou le comportement de la faune sauvage constitue une menace réelle ou perçue, directe et récurrente, pour les intérêts ou les besoins de l’humain, entraînant des désaccords entre les groupes de personnes et des impacts négatifs sur les personnes et/ou la faune sauvage. Cette définition, d’apparence simple, a pris presque trois ans pour aboutir à sa version finale !  

 

Dans l’imaginaire collectif, le terme “conflit” est synonyme de dispute et donc a nécessairement un résultat négatif. Dans les cas présentés dans le guide, et dans mon expérience, les conflits peuvent être positif dans le sens où ils peuvent être des opportunités amenant à un dialogue, à des actions permettant de transformer une situation en situation moins négative ou d’autant plus positive.  

 

De même, les « objets » du conflit sont aussi souvent associés aux espèces charismatiques en premier lieu (lion, ours, loup, tigre…) alors qu’il s’agit très souvent d’autres espèces auxquelles on n’associe pas de « problèmes » mais qui peuvent aussi être à la base de conflits (corvidés, mustélidés, castors…).  

 

Pour aller plus loin | Quelques caractéristiques des conflits identifiées dans la définition

 

1/ Les interactions directes et récurrentes : les conflits résultent d’une forme de dommage ou menace, perçue ou réelle, causée par la faune sauvage. Toutefois, la mesure dans laquelle cette menace dépend réellement de la présence ou le comportement des animaux va varier considérablement.  

2/ Les conflits entre les humains et la faune sont presque toujours sous-tendus par des conflits sociaux entre les personnes au sujet de la gestion de la faune (exemple du loup en France). Les conflits sont utilisés comme un moyen d’exprimer autre chose n’ayant plus aucun rapport avec l’espèce en question, comme des notions de valeurs, de pouvoirs, de justice sociale, etc.  

3/ Les conflits ont tendance à concerner des espèces menacées et qui peuvent avoir un impact négatif (exemple en Ecosse, où le pygargue a été réintroduit après avoir disparu du territoire). Quand on a des conflits avec des espèces menacées : les enjeux vont être beaucoup plus importants et les solutions beaucoup plus complexes car il n’y a pas la possibilité d’éliminer légalement ces espèces, ce qui exacerbe les conflits sociaux.  

 

 
Le document que tu nous présentes prend la forme d’un guide avec des principes de gestion de conflits illustrés par des études de cas. Quels sont ces principes ?  

Ce document aborde en effet des grands principes auxquels on ne peut déroger dans la gestion de conflits entre humains et faune sauvage. En plus de ces principes, ce que j’affectionne particulièrement dans le guide, est la série de « guiding principles». Ces principes permettent à l’utilisateur de naviguer et de mettre en pratique ces principes. Je reviens sur chaque principe en insistant sur un point ou un exemple.  

 

1/ Ne pas nuire 

Une notion qui m’a particulièrement marquée est le concept de « positionalité », ou la manière dont l’identité d’un individu influence son interprétation du monde et la manière dont il est perçu par les autres. C’est essentiel d’en être conscient et d’être transparent avec cela ! 

 

2/ Comprendre les problèmes et le contexte 

Dans la plupart des conflits, on adopte une vision myope de la partie émergée de l’iceberg qui se restreint aux disputes et on néglige donc toute la partie immergée et sous-jacente aux conflits comme : les connaissances traditionnelles, les questions de valeurs et croyances, de culture ou d’histoire et d’expériences. En effet, si on n’a qu’une vue biaisée d’un acteur, on ne verra jamais le conflit dans son entièreté et cela risque d’avoir des impacts sur la façon dont on décide de gérer un conflit.  

  • Exemple : travail réalisé lors de la réintroduction des castors en Ecosse pour comprendre l’ensemble des attentes et idées des acteurs en lien avec cette réintroduction, en amont de la réintroduction. 
    Coz, Deborah M. and Juliette Claire Young. “Conflicts over wildlife conservation: Learning from the reintroduction of beavers in Scotland.” People and Nature (2020): n. pag. 

 

3/ Travailler ensemble  

Travailler avec les “parties prenantes”, c’est une base. C’est un challenge pratique et éthique à relever pour viser des résultats pour tous. C’est important pour comprendre la situation bien sûr, mais aussi pour que cette compréhension soit partagée, pour établir la confiance nécessaire, trouver des pistes innovantes de résolution – de surcroît pour et par les parties prenantes. 

  • Exemple en Italie dans le cadre d’un projet LIFE coordonné par Valeria Salvatori qui travaillait avec des acteurs du territoire : des éleveurs de brebis qui produisaient un fromage d’appellation protégée dont le cahier des charges voulait que les bêtes soient en liberté. Le retour du loup sur le territoire a entraîné des conflits avec la population locale qui n’était plus du tout habituée à la présence du loup.  
  • Pendant plus de 5 ans, des chercheurs on travaillé avec des acteurs du territoire pour identifier et mettre en place une douzaine d’actions très concrètes sur le territoire. Une grande partie du travail a porté sur l’instauration en amont d’une relation de confiance entre les différentes parties.  
  • Marino, et al., Broadening the toolset for stakeholder engagement to explore consensus over wolf management, Journal of Environmental Management, 2021  

 

Les espèces moins “charismatiques” sont aussi souvent à l’origine de conflits entre humains et faune sauvage.

 

4/ Intégrer la science et la politique  

L’intégration de différents types de connaissances peut contribuer à donner une meilleure image globale d’une situation de conflit et à mieux éclairer la prise de décision. 

  • Exemple en Ecosse : conflit entre deux espèces protégées : les phoques et les saumons. En 2003-2004, les gouvernement écossais a observé une chute importante du nombre de phoques et de saumons ce qui l’a amené à interdire toute chasse de phoque, face à quoi des pêcheurs ont mis en place une approche de gestion de conflit dans laquelle les connaissances des chercheurs et des acteurs locaux étaient intégrés, et où ils sont allés voir le gouvernement à la demande de paramètres au sein desquels ils pouvaient naviguer pour continuer leurs activités sans pour autant nuire aux populations de phoques.  

 

5/ Permettre des trajectoires durables  

Dans les situations de conflit, les différents acteurs ont souvent des points de vue différents sur ce qui constitue un conflit géré. Sans comprendre ces différentes perceptions, sans en discuter et sans parvenir à un accord, il est peu probable que les acteurs parviennent à un avenir souhaitable. 

  • Exemple en Bourgogne-Franche-Comté : identification d’une vision commune de l’agriculture durable au sein de la région. Des trajectoires durables ont été développées par des acteurs du territoire. Avec des solutions axées sur la communication entre agriculteurs et avec d’autres acteurs du territoire.  
    Young, Calla and Lecuyer. “Just and sustainable transformed agricultural landscapes: An analysis based on local food actors’ ideal visions of agriculture.” Agriculture, Ecosystems & Environment (2023): n. pag. 

Trajectoires d’utilisation des terres pour des transformations durables des territoires : Identifier les points de levier dans un hotspot mondial de biodiversité

Pour évaluer l’impact des différents usages des sols sur la biodiversité, les services écosystémiques et l’agriculture, les scientifiques comparent généralement divers types d’utilisation des sols. Cependant, ces comparaisons négligent souvent les conversions réalistes, nécessaires pour les politiques à long terme.

 

Dans cette étude, des chercheurs ont utilisé diverses méthodes pour analyser les trajectoires d’utilisation des terres à Madagascar, visant des équilibres entre biodiversité et activités humaines, comme l’agriculture. L’île de Madagascar a perdu 44 % de ses forêts entre 1953 et 2014, sans répondre aux besoins des populations rurales. L’urgence de transitions vers des systèmes fonciers durables est donc bien réelle.

 

L’agriculture de subsistance, notamment la culture itinérante, c’est à dire un système d’agriculture où de petites parcelles sont défrichées, brûlées et utilisées pendant une seule année, puis laissées en jachère pendant plusieurs années, reste la principale cause de déforestation dans le nord-est de l’île. Madagascar est également la plus importante zone de culture de la vanille au niveau mondial, constituant le moyen de subsistance d’environ 70 000 à 80 000 agriculteurs. L’agriculture du pays se traduit donc par une trajectoire d’utilisation des terres qui prend son origine dans les forêts anciennes et s’étend des fragments de forêt à la riziculture itinérante en colline et aux agroforêts de vanille. 

 

Dans ces paysages, les leviers potentiels pour transformer les systèmes fonciers se situent aux lisières de la déforestation, préservant d’anciennes forêts, et au sein de mosaïques paysagères. Ces dernières offrent une sécurité alimentaire accrue, des revenus plus élevés et une meilleure résistance aux chocs économiques et environnementaux.

 

 

Les messages-clés de la publication

 

Le compromis inévitable identifié dans cette publication est qu’aucune décision d’utilisation des terres ne peut maximiser simultanément tous les indicateurs, notamment les espèces, les services écosystémiques et la productivité.

 

Plusieurs points de levier sont identifiés pour orienter les décisions d’utilisation des terres :

  • Compenser les compromis entre la conservation des forêts anciennes et les rizicultures de subsistance, en reconnaissant l’importance de préserver les forêts anciennes pour la biodiversité ;
  • Conserver les fragments de forêt et privilégier l’agroforesterie dérivée de la forêt par rapport à la culture itinérante, en mettant en avant les avantages pour la biodiversité et les services écosystémiques ;
  • Exploiter les co-bénéfices de la conversion des jachères en agroforêts de vanille, en soulignant les avantages pour la biodiversité, les services écosystémiques et la productivité agricole.
  •  

 

Recommandations politiques primordiales :

  • Protection des forêts anciennes : Il est essentiel de protéger strictement les forêts anciennes pour préserver la biodiversité et les services écosystémiques, tout en tenant compte des petits exploitants.
  • Favoriser l’agroforesterie de vanille dérivée de jachère : Encourager l’agroforesterie de vanille issue de jachères pour ses avantages en termes de services écosystémiques, de biodiversité et de productivité agricole.
  • Restrictions sur l’agroforesterie dérivée de la forêt : Limiter l’agroforesterie dérivée de la forêt à une alternative à la déforestation complète, sans contribuer à la dégradation des forêts anciennes.
  • Soutenir une agriculture de subsistance durable : Favoriser des pratiques agricoles durables pour les petits exploitants, y compris la culture itinérante avec de longues périodes de jachère, tout en fournissant un soutien aux ménages défavorisés pour établir des agroforêts de vanille et des rizières productives.

[Appel à candidatures] Rejoignez le Conseil scientifique (CS) de la FRB

Le Conseil scientifique est un des organes de gouvernance de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB).

 

Appuyé par l’équipe de la FRB, il :

 

Selon leurs expertises et disponibilités, ses membres :

  • contribuent aux appels à projets et/ou aux projets pilotés par la FRB (par ex. : rédaction, évaluation, comité de pilotage, etc.) ;
  • contribuent aux demandes d’informations des ministères (par ex. : « biodiversité et démographie », « biodiversité et changement climatique », etc.) et aux saisines de la FRB (par ex. : « prospective pour la recherche française sur la biodiversité », « intégrité écologique », « affichage environnemental », etc.) ;
  • proposent des sujets d’auto-saisine.

 

Ils agissent comme “tête de réseau” au sein de leurs communautés respectives et assurent un lien avec d’autres instances scientifiques.

 

VOUS SOUHAITEZ REJOINDRE LE CS ?

Transmettez-nous votre candidature avant le 9 mars 2024, minuit CET.

 

Merci de prendre connaissance des informations ci-dessous et du texte complet de l’appel, puis :

1/ Renseigner le formulaire de candidature accessible ici.

2/ Envoyer un CV et une lettre de motivation aux adresses suivantes :
aurelie.delavaud@fondationbiodiversite.fr, cc cecile.thiaucourt@fondationbiodiversite.fr

Les profils recherchés et modalités d’examens des candidatures sont précisés ci-dessous.

[FRB-Cesab] Newsletter 10 Cesab – janvier 2024

Edito

CESAB_inviter les chercheurs

 

Face à la multiplication des défis environnementaux, le besoin d’une synthèse rigoureuse et indépendante sur la biodiversité n’a jamais été aussi important. Avec le Cesab, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité est fière de proposer un lieu où cette synthèse est possible. Avec le soutien de ses membres fondateurs. Nous pouvons maintenant proposer à la communauté scientifique des appels à projets réguliers, combinant des appels Synthèse « classiques » et des appels Datashare. L’appel Datashare ouvert en 2023, a été plébiscité par la communauté scientifique. Preuve s’il en fallait, de sa maturité et de l’importance de la mise à disposition, pour le plus grand nombre, de bases de données sur la biodiversité.  

 

Nous tenons également à féliciter Sandra Lavorel, ancienne membre du CS de la FRB, et membre du projet Cesab Divgrass, récemment lauréate de la prestigieuse médaille d’or du CNRS,  ainsi que Lucie Mahaut, postdoctorante du groupe Free2, et lauréate du prix jeunes chercheurs 2023 de la SFE². Ces prix suggèrent la qualité de la recherche française en biodiversité, la maturité de sa communauté scientifique et sa reconnaissance par les plus hautes instances scientifiques, excellence à laquelle la FRB, son Cesab apporte sa pierre.  

 

Enfin, l’ensemble de la direction de la FRB et de son Cesab adresse leurs remerciements les plus chaleureux à l’ensemble de l’équipe du Cesab, qui constitue le cœur vibrant de notre centre. Ses expertises, son engagement et sa passion contribuent à faire du Cesab un lieu dynamique et innovant pour la recherche sur la biodiversité; elle est le pilier de nos réussites et de nos avancées.  À tous, un immense merci pour leur travail et leur engagement constant.  

Enfin, nous sommes heureux d’accueillir chaleureusement Maija Miikkola qui vient de rejoindre notre équipe administrative. Bienvenue Maija ! 

 

Ensemble, la FRB et son Cesab, grâce à l’engagement de ses membres fondateurs et partenaires, continuera ses missions, et notamment visera à donner, à la communauté scientifique les moyens, directs et indirects, pour continuer d’avancer sur des recherches en biodiversité importantes pour l’ensemble des parties prenantes. Le rôle décisif de la synthèse des données et des connaissances sur la biodiversité, donnant au Cesab une place plus pertinente que jamais.   

 

 

Plus d'informations sur le Cesab

 

Journée FRB 2023 sur les recommandations – Les actes

Omniprésents et en première ligne de l’interface science-société, les sujets biodiversité font face aux difficultés de répondre à la fois aux exigences de la recherche et aux besoins de la société. À l’occasion de la Journée FRB 2023, la FRB a invité chercheurs, décideurs et acteurs de la société à se réunir pour confronter leurs besoins, leurs attentes et leurs possibilités d’action autour des recommandations.

 

 

[Vœux] En 2024, faisons des incertitudes face à la complexité de la biodiversité un ressort pour agir !

Cette année sera ponctuée d’évènements internationaux structurants, comme la réunion de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement (ANUE) du 26 février au 1er mars à Nairobi, avec pour thèmes principaux, le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution. La 16e réunion des parties à la Convention pour la diversité biologique (CDB) qui se réunira du 21 octobre au 1er novembre en Colombie, ou encore les JO en France, avec leur lot d’impacts et de détournement d’attention politique. SI la biodiversité est longtemps restée le parent pauvre des préoccupations environnementales, elle occupe aujourd’hui une place plus centrale, ce qui nous offre des opportunités et nous confère une responsabilité particulière.

 

 

Côté FRB, la Fondation a placé cette année sous le signe de l’Océan, avec notre journée annuelle le 29 mai à la Maison de l’Océan.

 

2024 sera aussi l’année de la publication du premier recueil de nouvelles de la FRB, Biodiversité : no(s) future(s), aux éditions Utopia. Fruit de l’implication des équipes de la FRB, de membres de notre Conseil scientifique et de notre Conseil d’administration, nous espérons qu’il aura la capacité à toucher un public large et faire passer les messages sur l’urgence du changement transformateur nécessaire.

 

 
Mettons en lumière la recherche, ses processus et mettons en dialogue les savoirs

 

La connaissance est une richesse qui grandit lorsqu’on la partage. S’engager sur le chemin du changement transformateur n’est pas simple. Comme avait alerté les auteurs du rapport mondial de l’Ipbes en 2019, il y aura des blocages et des réticences, des gagnants et des perdants. La démarche scientifique et la pratique de la recherche peuvent éclairer les décisions, les rendre plus fortes et plus justes, participer aux innovations sociétales et techniques soutenables, augmenter notre connaissance de la biodiversité et des impacts anthropiques : nous en avons plus que jamais besoin pour que l’intelligence collective, plutôt que les intérêts particuliers de court-terme, triomphe.

 

Un premier bilan montre qu’en 2023, d’après le Web of science, plus de 28 000 articles scientifiques ont été publiés dans les domaines de l’écologie et de la biodiversité. L’analyse des trente premiers papiers pertinents, sur les cinquante les plus cités, montre plusieurs tendances intéressantes. D’une part huit articles sur trente présentent des développements de techniques et de technologies pour améliorer les performances de la recherche ou de la gestion des écosystèmes naturels ou des espèces. Sept articles consolident les connaissances sur la biodiversité ou les services écosystémiques. Six articles proposent de nouveaux cadres ou discutent la mise en œuvre des cadres internationaux. Quatre d’entre eux sont relatifs au Cadre mondial pour la biodiversité et deux au concept Une seule santé. La plupart insistent sur la dimension de justice environnementale ou de prise en compte des diverses valeurs. Enfin, neuf articles, le plus gros groupe, s’intéressent aux impacts des activités et comportements humains sur la biodiversité, y compris le microbiome (un article). Dans ce lot, trois articles s’intéressent au régime alimentaire et son impact sur la biodiversité et trois autres s’intéressent aux liens climat et biodiversité et à la nécessité de résoudre ces crises conjointement. Les articles sont résumés dans la publication disponible dans les ressources téléchargeables. 

 

 

 

Hélène Soubelet et Denis Couvet
respectivement directrice et président de la 
Fondation pour la recherche sur la biodiversité 
au nom de l’équipe FRB

[Appel à prestataire] Nomination d’un prestataire pour la réalisation d’une synthèse des connaissances sur “comment mesurer l’efficacité des aires protégées terrestres”.

Au service de l’objectif “Connecting R&I programs, results and experts to policy” de Biodiversa+, la sous-tâche 4.1.2 “Desk studies and production of knowledge syntheses“, pilotée par la Fondation Française pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB), publie un maché pour la réalisation d’une synthèse des connaissances afin de fournir un état de l’art sur le thème du suivi de la biodiversité en appui à l’évaluation de l’efficacité des aires protégées. La FRB nommera le bénéficiaire – après le processus d’évaluation/sélection – le 6 Février 2024.

 

POUR CANDIDATER

 

La date de clôture des candidatures pour ce marché est fixée au 27 janvier 2024 à minuit.

 

Toutes les réponses à ce marché devront être rédigées en anglais, devront suivre le formulaire de proposition envoyées par email avant cette date butoir à :

Joseph Langridgejoseph.langridge@fondationbiodiversite.fr
avec Cécile Mandon – cecile.mandon@fondationbiodiversite.fr en copie.

 

>> Consulter le cahier des charges et télécharger  le formulaire de réponse.

Quatre projets sélectionnés suite à l’appel “Impacts des énergies éoliennes sur la biodiversité”

Dans le cadre du programme de financement de projets de recherche “Impact des énergies renouvelables sur la biodiversité” qui vise à mieux évaluer l’impact des énergies renouvelables sur la biodiversité et produire des recommandations opérationnelles sur de meilleures pratiques à destination des acteurs de la filière, quatre projets de recherche ont été sélectionnés. Ce programme est porté par Mirova Foundation et la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB). 

 

 

Les projets de recherche

 

  • BRIBAT – Définition d’un cadre opérationnel pour une mise en œuvre efficace des algorithmes multifactoriels de bridage des éoliennes en faveur des chiroptères.
    Kévin BARRE (MNHN)

 

  • CEMARB_DC – Impact des Champs électromagnétiques sur la biologie du développement et le comportement de la petite roussette (Scyliorhinus canicula) dans le cadre de l’implantation de parcs éoliens offshores.
    Julie LUCAS et Thomas TRANCART (MNHN)

 

  • Chiro_EolHab – Impacts de l’éolien sur l’utilisation des habitats par les chiroptères dans le temps et dans le paysage : implications pour la planification et la prédiction des impacts.
    Christian KERBIRIOU (MNHN) et Camille LEROUX (Audiccé)

 

  • EOLRAP – Modéliser les comportements de vol des rapaces pour améliorer l’évitement et la réduction du risque de collision avec les éoliennes.
    Alexandre MILLION (AMU) et Caroline de ZUTTER (Engie)

 

Ces projets, d’une durée d’un an, apporteront des réponses complémentaires sur une question qui émerge d’un projet de recherche finalisé ou en cours de réalisation, et permettront d’éclairer les acteurs de la filière sur de meilleures pratiques à mettre en œuvre. 

 

+ d’infos

 

Consulter la page de l’appel à projets
>> Impact des énergies éoliennes sur la biodiversité <<

 

Consulter la page du programme
>> Impact des énergies renouvelables sur la biodiversité <<

 

[ANR-AllEnvi-FRB] 15 ans de recherches en biodiversité : bilan des financements et perspectives

 

 

L’ANR, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) et l’alliance Allenvi proposent une événement de bilan et de perspectives basée sur l’analyse de 15 années de financement ANR et sur l’exercice de prospective sur la biodiversité. Une journée d’échanges basée sur deux documents qui seront prochainement publiés : une analyse scientifique et sémantique de 15 années de financement de l’ANR et un exercice de prospective d’AllEnvi sur la biodiversité.

 

Au programme :

 

>> Présentation de projets 

>> Tables rondes

>> Moments d’échanges entre participants et intervenants

 

 

Consulter la page de l'événement

 

Informations et  inscriptions à venir

 

 

Ce colloque s’inscrit dans le cadre de la sortie prochaine de deux analyses :

 

  • Un cahier « Biodiversité » de l’ANR et de la FRB sur les projets soutenus par l’ANR entre 2005 et 2019, véritable synthèse des thématiques, des acteurs, et des pratiques mobilisées ;
  • Une prospective conduite par la FRB et Allenvi pour la recherche française sur la biodiversité.

 

Ce colloque s’adresse aux scientifiques, aux gestionnaires d’espaces naturels, aux acteurs publics et institutionnels de la recherche et plus largement à celles et ceux intéressés par les questions de biodiversité.

 

[actualité] Événement de lancement du programme de recherche scientifique sur les certificats de biodiversité

La plupart des experts de la biodiversité et de la conservation tels que les praticiens de l’écologie scientifique, académiques ou de la société civile, estiment savoir pour un endroit donné, quelles actions sont plus ou moins favorables à la biodiversité, suggérant qu’ils sont capables d’associer ces actions à un gain attendu de biodiversité. Nous faisons l’hypothèse que l’on peut ainsi quantifier le gain attendu de la mise en place de ces actions en s’appuyant sur le consensus entre experts.

 

Afin de tester la pertinence de cette hypothèse, le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) et Carbone 4 collaborent pour « Mesurer l’efficacité des actions favorables à la biodiversité par consensus d’experts ».

 

Rendez-vous à la soirée de lancement du Programme de recherche scientifique
sur les certificats de biodiversité

 

Le mardi 28 novembre 2024
De 17h30 à 20h30

 

Dans l’amphithéâtre Verniquet au Jardin des Plantes
du Muséum national d’Histoire naturelle

 

+ d’infos et inscription :
robin.almansa@fondationbiodiversite.fr

 

 

Ce projet a pour ambition de mettre au point et livrer :

  • une méthodologie pour remplir, pour un socio-écosystème donné, la grille des pratiques favorables à la biodiversité associées aux gains biodiversité évalués par consensus d’experts ;
  • le système d’information associé : une plateforme numérique de recueil de consensus et système de gestion de bases de données ;
  • des recommandations sur l’actualisation et l’utilisation d’une telle grille pour différents contextes ;
  • la grille remplie pour deux socio-écosystèmes tests d’Europe occidentale : terres arables et polyculture-élevage ; forêt exploitée.

 

 

Le rôle de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité dans ce programme sera de mobiliser l’expertise scientifique afin d’évaluer l’effet de pratiques sur la biodiversité dans le cadre des écosystèmes agricoles et forestiers tempérés. Les résultats de ce projet ont vocation à être diffusés largement pour inciter à mettre en œuvre la méthode dans d’autres contextes, pour d’autres écosystèmes.

 

 

[FRB-Cesab] Bonnes pratiques pour une recherche reproductible en écologie numérique – 2023

Les pré-inscriptions pour l’édition 2023 de cette formation sont désormais closes.

Attention, le nombre de places étant limité, l’inscription finale vous sera confirmée courant septembre 2023.

 
 
Le CesabCentre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et le RT EcoStat proposent la cinquième édition de la formation « Bonnes pratiques pour une recherche reproductible en écologie numérique ». Cette formation de cinq jours a pour objectif de former de jeunes chercheurs / chercheuses aux outils de reproductibilité, de développement logiciel et de gestion de versions (Git, GitHub, R Markdown, Quarto, renv, Docker) appliqués à la recherche en biodiversité.

 

Cette formation sera dispensée en français et se déroulera du 20 novembre au 24 novembre 2023 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix est de 150 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s.

 

 

Retrouvez la formation sur GitHub

 

 

Liste des intervenants (par ordre alphabétique) :

  • Iago BONNICI (CNRS ISEM)
  • Nicolas CASAJUS (FRB-Cesab)
  • François GUILHAUMON (IRD Entropie)
  • Aurélie SIBERCHICOT (UCBL LBBE)

[FRB-Cesab] La synthèse des connaissances sur la biodiversité : introduction aux méta-analyses et revues systématiques – 2023

Les pré-inscriptions pour cette formation sont maintenant fermées.

 

Le Cesab – Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB propose la deuxième édition de la formation « La synthèse des connaissances sur la biodiversité : introduction aux méta-analyses et revues systématiques ».

 

Cette formation de cinq jours a pour objectif de former de jeunes chercheurs/chercheuses aux techniques de méta-analyses et des méthodes des revues/cartes systématiques appliquées au domaine de la biodiversité. Ce sera aussi l’occasion de se familiariser avec les différents outils disponibles à la fois bibliographiques (comme WOS, Zotero/Mendeley/Endnote) et statistiques (packages R : metaDigisitise, metafor, etc.) nécessaires pour entreprendre une revue et méta-analyses.

 

Cette formation sera dispensée en français et se déroulera du 2 au 6 octobre 2023 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix sera de 150 € pour la semaine  – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir seront à la charge des participant(e)s.

 

 

Retrouvez la formation sur GitHub

 

 

 

Une bonne maîtrise du logiciel R est requise mais il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience en méta-analyses ou en revues systématiques.

 

 

Liste des organisateurs (par ordre alphabétique) :

Autres intervenants (Guest speaker) : Frédéric GOSSELIN (INRAE)

Impacts du changement climatique sur les écosystèmes et les services écosystémiques en France et recommandations pour l’adaptation de la biodiversité

Dans le cadre du volet « Adaptation au changement climatique » de la Stratégie française Energie-Climat (Sfec) l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc) propose des niveaux de réchauffement de référence auxquels la France devra s’adapter et qui seront à décliner dans l’ensemble des politiques publiques. Ces orientations doivent s’appuyer sur les éléments scientifiques disponibles sur les impacts du changement climatique des différents secteurs d’activités et sur le coût de ces impacts.

 

Ce travail, en partenariat avec le Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires (MTECT) constitue une synthèse des connaissances scientifiques les plus récentes sur l’impact du changement climatique sur la biodiversité en France, les mécanismes de réponse de la biodiversité, le devenir de la biodiversité en fonction de différents scénarios d’évolution des températures, les impacts sur les services écosystémiques à l’échelle du territoire national et des éléments pour l’adaptation des filières économiques et des écosystèmes.

Malgré la persistance de lacunes de connaissances sur les réponses des espèces et des écosystèmes, sur les interactions entre les différentes pressions qui portent sur la biodiversité, et leurs rétroactions, ainsi que sur les phénomènes de seuils ou de points de bascule des écosystèmes, l’étude identifie des recommandations pour conjuguer les différents enjeux et favoriser les synergies entre lutte contre le changement climatique et conservation de la biodiversité.

 

Traiter conjointement les enjeux climat et biodiversité permet d’identifier les actions doublement vertueuses et d’évaluer les risques de mal-adaptation et d’aggravation que certaines solutions uniquement centrées sur le climat peuvent entrainer sur la biodiversité, questionnant leur durabilité dans une vision plus holistique et à plus long terme.

 

Pour cela la synthèse met en avant les Solutions fondées sur la nature (SFN) ou autres approches basées sur les écosystèmes propres à conjuguer ces deux enjeux, mais également des recommandations sur les besoins d’adaptation, naturelle ou assistée, de la biodiversité face aux changements à venir, ainsi que sur les dimensions législatives et réglementaire à faire évoluer pour que la politique française « s’adapte » elle-même à ces enjeux croisés.

 

La synthèse de connaissances est disponible dans les ressources téléchargeables ci-dessous.

 

 

 

MESSAGES CLÉS

 

  • Des lacunes de connaissances sur les réponses et dynamiques de la biodiversité ne doivent pas être un frein à l’action mais au contraire une indication sur les précautions à prendre permettant d’anticiper l’amplitude des changements potentiels à venir. Des dégradations des conditions sont déjà observables et risquent de s’aggraver avec l’évolution de la pression climatique : hausse des évènements climatiques extrêmes, changement des conditions régionales ou locales, acidification des océans, perturbations des relations trophiques.

 

  • La perte de biodiversité aggrave le changement climatique qui en retour dégrade la biodiversité qui perd ses facultés d’adaptation, y compris aux autres fluctuations de l’environnement. La pression de sélection sur les espèces réduit également leur diversité génétique. Et s’il y a ici un cercle vicieux évident, on peut aussi percevoir le cercle vertueux des co-bénéfices entre biodiversité et climat : la biodiversité n’en est pas seulement une victime, elle peut, et doit, aussi être une solution pour atténuer le changement climatique et s’y adapter.

 

  • Le changement climatique exacerbe les défis de conservation si les espèces perdent les conditions climatiques appropriées dans les zones actuellement protégées et qu’aucun remplacement pour ces zones protégées ne peut être crée ou si des espèces à valeur économique subissent la double pression de la demande humaine et du climat. L’absence ou la pauvreté des continuités écologiques est ainsi la première cause limitant l’adaptation des espèces au changement climatique.

 

  • La France, qu’elle soit métropolitaine ou ultramarine, est et sera affectée par les effets du changement climatique sur la biodiversité et les services écosystémiques : augmentation des évènements extrêmes, hausse des dommages annuels et du nombre de personnes exposés aux conséquences du changement climatique et de la perte de services. La relation biodiversité-services n’est pas linéaire et la perte de services peut être amplifiée par rapport à cette perte de biodiversité.

 

  • Parmi les différentes recommandations opérationnelles identifiés dans la littérature scientifique, 3 actions sans regret majeur peuvent servir de principes pour soutenir l’adaptation des écosystèmes au changement climatique :

    • Assurer la préservation des espaces à fort enjeu de biodiversité par un réseau d’aires protégées connectées ;

    • Maintenir et restaurer les processus qui génèrent l’hétérogénéité dans les habitats, les gènes et les communautés pour maintenir des options écologiques pour l’avenir ;

    • Diminuer les pressions anthropiques qui aggravent les effets du changement climatique.

[Actualité] Atelier de travail désertification, climat, biodiversité : Le rôle des terres dans l’agenda du développement durable

Les trois conventions environnement (sur la diversité biologique, le changement climatique et la lutte contre la désertification) abordent la question des terres avec des prismes qui peuvent masquer des effets délétères indirects, car elles sont basées sur des « séparations scientifiques », des silos politiques. L’enjeu est grand, car aujourd’hui 25 % des éco régions ont moins d’1 % d’intégrité écologique et 65 % ont moins de 5 % d’intégrité écologique. Par ailleurs, la conscience politique du problème progresse : les États Parties de la convention des Nations unis sur la désertification ont signalé qu’un cinquième de toutes les terres, soit plus de 2 milliards d’hectares, est désormais considéré comme dégradé. Si cette dégradation se poursuit à un rythme similaire, il y aura près d’un milliard d’hectares supplémentaires de terres dégradées d’ici à 2030, ce qui équivaut au total mondial des engagements actuels de restauration des pays.

 

L’atelier organisé, avec le soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), Ministère de la Transition écologique (MTE), Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mesr), de l’AFD et de Montpellier Méditerranée Métropole, par le Comité scientifique Français de la Désertification, avait pour objectifs de discuter de cette question des terres avec les membres de l’interface science politique (SPI) de la Convention sur la désertification, des experts impliqués dans les travaux du Giec et de l’Ipbes, des décideurs politiques, des ONG, des étudiants et des chercheurs.

 

Hélène Soubelet, directrice de la FRB, en tant que membre du Comité français sur la désertification, a participé à cette journée en organisant et animant la table ronde sur les cadres, visions communes, les complémentarités et les dissenssus entre les trois interfaces politiques en appui des Conventions climat, biodiversité et désertification. Nichole Barger, co-présidente de l’interface science politique sur la désertification, Youba Sokona, co-auteur de plusieurs rapports du Giec et vice-président du sixième cycle et Fabrice de Clerck, co-auteur de plusieurs évaluations Ipbes, ont échangé sur deux aspects : les messages clés de ces instances relatifs aux terres et les outils et solutions pour préserver, restaurer, utiliser durablement les terres.

 

 

Les éléments principaux de la table ronde sont d’une part que l’objectif de neutralité de la dégradation des terres ne pourra être obtenue qu’en prenant en considération les besoins des populations locales et leurs valeurs différentes. De part et d’autre du spectre, certains considérant la terre comme faisant partie de leur famille, de leurs amis, et de l’autre, certains considérant les terres comme un substrat inerte utilisable sans limite par leurs propriétaires ou leurs gestionnaires.

 

Donner des alternatives, en particulier pour le secteur le plus impactant, l’agriculture qui porte en son sein des problèmes, lorsqu’elle est focalisée sur les rendements et des solutions, lorsqu’elle considère plusieurs enjeux, comme la production de nourriture, la santé humaine, le stockage du carbone, la préservation de la ressource en eau. Le type d’écosystème le plus grand au niveau mondial sont les agrosystèmes. Il faut donc impérativement se saisir des pratiques agricoles.

 

La question des compromis entre les droits individuels à l’échelle locale et les droits collectifs à l’échelle globale doit également être traitée. Les conventions, les connaissances scientifiques peuvent arriver à des consensus sur des objectifs globaux : restaurer 30 % de la nature, préserver 50 % de la biosphère, changer de régime alimentaire.

 

À travers une approche ARTistique un cadre d’action peut être proposé :

 

A : Avoid degradation (éviter la dégradation) ;

R : Restore intactness (restaurer l’intégrité) / Regenerate ecological fonctions (regénérer les fonctions écologiques) / Reduce pressure, pesticides, soil sealing, overconsomption (Réduire la pression, les pesticides, l’imperméabilisation des sols, la surconsommation) ;

T : Transforme socio-economical systems and socio-ecological systems (transformer les systèmes socio-économiques et socio-écologique).

 

 

Il est urgent que les trois conventions, qui travaillent sur des enjeux communs avec trois entrées différentes, se mettent à délivrer des messages communs qui seront plus faciles à intégrer sur les territoires. Une des clés serait peut-être de travailler sur des systèmes qui sont mieux connus des acteurs sur le terrain : l’alimentation, l’urbanisme, l’énergie, les infrastructures, plutôt que sur le système climatique, les écosystèmes, le management des terres.

 

La journée s’est poursuivie par des échanges puis des ateliers sur trois sujets dans la cadre de la préparation des futurs travaux de la convention sur la désertification : les systèmes d’utilisation durable des terres, les tempêtes de sable et de poussière et l’aridité (voir ci-dessous).

 

Utilisation durable des terres

La question foncière découle d’une vision instrumentale : ignorant ce qui relève des inégalités et des visions silencieuses, d’asymétrie de pouvoir.

 

La gouvernance est en effet une question socio politique, de contrôle territorial, de droit différentié, de gestion des conflits. Situation de blocage foncier, historique. Elle est le résultat des actions d’acteurs en position de pouvoir, quelle qu’en soit la source. Ceux qui ont intérêt à investir dans la restauration peuvent ne pas être ceux qui détiennent les droits sur les terres. Or les droits fonciers locaux peuvent être légitimes sans être légaux. La gestion décentralisée du foncier permet de redonner des droits aux populations locales.

 

La notion de neutralité est souvent méconnue ou ignorée au niveau local alors qu’elle est bien décryptée au niveau international. La neutralité n’est pas non plus un objectif des politiques sectorielles de l’agriculture, de l’énergie, de l’urbanisme etc.

 

Le facteur humain est une donnée complexe de l’équation avec des questions de genre, de droits humains, d’anthropologie, de populations autochtones et locales.

 

Il est sans doute plus efficace de s’intéresser aux communs qu’aux terres seules, sortir de la seule restauration, mais considérer l’évitement et la réduction des impacts. L’agroécologie offre une plus grande résistance aux aléas climatiques et devrait être mieux pris en compte par les travaux sur la désertification.

Tempêtes de sable et de poussière 
Certaines situations météorologiques génèrent des vents forts qui mobilisent les sables et les poussières des sols nus et secs (taux d’érosion des plus élevés) et les transfèrent via l’atmosphère sur des territoires éloignés, à distance des sources. Ce sont des évènements de très grande ampleur qui impactent les sols d’origine (perte de substrat), les sols d’arrivés (fertilisation), la santé des populations (pollution) et la société (moindre visibilité et donc ralentissement de certaines activités). Ces phénomènes ont donc des effets positifs et négatifs de transferts de matières d’un écosystème à un autre. Les activités humaines, en particulier agricoles, peuvent aggraver ces tempêtes en dégradant les sols, par exemple surpâturage ou surfaces cultivées.
Aridité

L’aridité est un phénomène long (contrairement à la sécheresse qui peut être ponctuelle). Elle a deux composantes, la demande de l’atmosphère et la disponibilité en eau. Avec des températures qui augmentent, la demande atmosphérique augmente, on estime que pour chaque degré de plus, l’humidité de l’air augmente de 7 %. Plusieurs phénomènes agissent en synergie ou en antagonisme. Lorsque le CO2 augmente, les plantes sont plus efficaces à capter l’eau, mais elles évapotranspirent plus. Par ailleurs, la température contrôle l’ouverture des stomates qui se ferment en condition chaude et donc captent moins de C02, ce qui diminue la photosynthèse, la production de sucres diminue, ce qui peut entrainer des mortalités. 

 

Les tendances futures montrent un assèchement (en particulier au sud de la France, aux USA, en Afrique du sud et à Madagascar). Le Sahel, le Sahara, l’Inde, l’Océanie présentent des tendances opposées. Il y a des régions où il existe des désaccords entre les modèles et les observations, lorsqu’il y a des problèmes dans les données, en particulier en Afrique. Les variabilités naturelles sont fortes. En Ethiopie, la variabilité naturelle a conduit à deux ans sans précipitation.

 

L’eau ne disparait pas, elle se déplace (Human caused long term changes in global aridity. Chai et al., 2021), la biodiversité, elle, disparait (Bar On, 2018).

 

À Propos

 

>> Le Conseil scientifique français sur la désertification (CSFD) a été créé en par les ministères chargés des affaires étrangères et de l’environnement afin d’apporter un appui scientifique et technique aux négociations internationales dans le cadre de la Convention sur la désertification.

+ d’infos

 

 

>> L’Interface science-politique (SPI) de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification a été créée en 2013. Elle est composée de scientifiques indépendants sélectionnés au niveau mondial, de scientifiques indépendants nommés au niveau régional, de décideurs politiques et d’observateurs. Le SPI s’efforce de traduire les données scientifiques actuelles en recommandations pertinentes pour les politiques. Il a par exemple défini le cadre scientifique de la Dégradation neutre des terres. Le SPI collabore avec d’autres groupes et organes scientifiques. Il procède également à l’évaluation d’autres évaluations scientifiques (Ipbes, Giec, ITPS). Son programme de travail est déterminé par le Comité de la science et de la technologie (CST) de la Convention.

+ d’infos 

 

 

 

Les prélèvements des Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (Esod) réduisent-ils les dégâts qui leur sont imputés ?

En France, la notion « d’Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (Esod), anciennement « d’espèces nuisibles », désigne des espèces qui ont potentiellement des impacts négatifs sur la santé humaine ou celle du bétail, sur la faune et la flore, sur les activités agricoles ou forestières ou encore sur les biens matériels. L’un des groupes de cette classification rassemble des espèces dites “indigènes”, c’est-à-dire originaires de la région où elles sont présentes. Parmi elles, on retrouve la belette, la fouine, la martre des pins, le renard roux, le corbeau freux, la corneille noire, la pie bavarde, l’étourneau sansonnet ou encore le geai des chênes.

 

Une synthèse des connaissances de la littérature scientifique a été réalisée afin de déterminer si les prélèvements, soit la destruction d’individus, de ces Esod ont un effet sur la réduction des dégâts qui leur sont imputés. Pour cela, 47 publications de différents pays européens ont été sélectionnées et analysées. 

 

Cette synthèse a permis de mettre en évidence que :

 

  • Seuls les effets des prélèvements des Esod sur la réduction des dégâts sur la santé humaine et des troupeaux, et sur la prédation sur la faune sauvage et cynégétique font l’objet d’évaluation dans la littérature scientifique. Aucune étude portant sur l’effet de ces prélèvements sur les dégâts relatifs aux activités agricoles ni à la propriété privée n’a été retrouvée, alors qu’ils représentent une part importante des déclarations de dégâts, et entrainent le classement de ces espèces jugées comme responsables.

 

  • En ce qui concerne les dégâts sur la faune, la majorité des études portent sur les effets des prélèvements du renard roux, de la corneille noire ou de la pie bavarde et plus minoritairement de la belette. À l’inverse, la recherche bibliographique n’a pu mettre en évidence aucune publication sur l’effet de l’élimination de la martre des pins et de l’étourneau, pourtant bien qu’inscrits sur la liste Esod actuelle.

 

  • 70 % des études portant sur les dégâts sur la faune montrent que le prélèvement d’Esod n’a pas d’effet significatif sur la réduction de leur prédation sur la faune.

 

 

Cette synthèse de la littérature scientifique démontre donc que dans la majorité des études, recourir aux prélèvements d’Esod afin de réduire les dégâts sur la faune qui leur sont imputés, n’est pas une solution efficace.

 

Par ailleurs, la modalité de gestion consistant à focaliser les prélèvements sur une espèce à laquelle est attribuée un type de dégâts pose question. En effet, cette synthèse montre également qu’il est difficile d’attribuer un dégât à une espèce, notamment en raison de la complexité des réseaux trophiques.

 

Enfin, dans un contexte d’effondrement de la biodiversité, recourir aux destructions d’espèces devrait être justifié par l’urgence à agir pour empêcher un dégât que des critères objectifs et mesurables évalueraient comme grave. Mais, également justifié par l’absence de mesures alternatives, et après avoir fait la preuve de l’efficacité de la destruction sur la réduction des dégâts.

 

La publication est disponible dans les ressources téléchargeables ci-dessous.

 

 

En France, le Code de l’environnement, prévoit que le Ministère de la Transition écologique fixe par arrêté triennal la liste des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (Esod). Durant l’été 2023, le ministère a présenté sa liste d’Esod, pour le prochain arrêté, composée d’un dizaine d’espèces.

 

En partenariat avec la LPO et l’Aspas, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité a ainsi interrogé la recherche académique par le biais de cette synthèse de connaissances, afin d’évaluer les effets des prélèvements des espèces sur la réduction des dégâts qui leur sont imputés.

Conservation de la biodiversité dans les territoires : appréhender les dynamiques

Alors que les enjeux de biodiversité montent en puissance auprès des citoyens, des acteurs et des décideurs publics et privés, il est important de rappeler deux évidences.
D’abord la biodiversité n’est pas figée, elle est intrinsèquement dynamique : compositions, structures, fonctions évoluent dans le temps et l’espace – mais aussi au sens « darwinien » et elle croise les grands cycles d’énergie et de matière. Ensuite, nous, humains, coexistons avec cette biodiversité sur les territoires, à des échelles également multiples, territoires eux-mêmes changeants, façonnés par les processus démographiques, politiques, sociologiques, économiques, mais aussi écologiques.

 

Ainsi, tenir compte des dynamiques de biodiversité dans la gouvernance des territoires humains est un impératif et un défi de tous les instants pour engager des politiques et des pratiques de conservation ambitieuses. Cela ouvre la voie à un changement transformateur indispensable pour une réelle coexistence entre humains et non-humains.

 

Découvrez au travers de cette publication, les principales conclusions et pistes de recherche issues du Club recherche-action “Conservation de la biodiversité dans les territoires : comment appréhender les dynamiques ?” de la FRB. En croisant leurs visions et pratiques, décideurs, entrepreneurs, gestionnaires et chercheurs de ce groupe de travail se sont notamment intéressés à la naturalité, à la séquence « Éviter, réduire, compenser » et aux métriques de dynamiques de biodiversité ; ils ont échangé autour d’exemples de mise en œuvre dans différents types d’écosystèmes, et pour différents niveaux d’anthropisation.

 

La publication est disponible dans les ressources téléchargeables ci-dessous. 

Utilisation durable des espèces sauvages – Les principaux messages de l’évaluation Ipbes

Pêche, cueillette, observation : nombreuses sont les pratiques humaines à travers le monde en lien direct avec les espèces sauvages de plantes, d’animaux, de champignons et d’algues. Pour tendre vers des pratiques plus durables, 85 experts issus des sciences naturelles, humaines et sociales et 200 auteurs collaborateurs ont travaillé conjointement pendant 4 ans.

 

En s’appuyant sur plus de 6 200 sources provenant de la littérature scientifique et des savoirs autochtones et locaux, les auteurs proposent une analyse et des outils et identifient cinq catégories d’utilisation des espèces sauvages : la pêche, la cueillette, l’exploitation forestière, le prélèvement d’animaux terrestres et les pratiques non extractives. 

 

La FRB propose dans la brochure (téléchargeable dans les ressources ci-dessous) les principaux messages à retenir ainsi qu’une analyse critique de ce travail unique.

Les différentes valeurs de la nature – Les principaux messages de l’évaluation Ipbes

Bien que l’humanité fasse partie et dépende de la biodiversité, nos actions conduisent majoritairement à l’extinction du tissu vivant et nous échouons à vivre en harmonie avec la biodiversité. Identifier et comprendre les différentes valeurs accordées à la nature et s’intéresser à leurs rôles dans les prises de décisions est un travail de longue haleine. C’est toutefois une étape fondamentale pour mieux comprendre, gérer, protéger et utiliser la biodiversité. C’est également une étape nécessaire pour atteindre une bonne qualité de vie pour tous, humains et non-humains. 

 

Cette évaluation de l’Ipbes s’est intéressée à ces valeurs qui reflètent les relations des êtres humains avec la nature et sont très liées à la façon dont hommes et femmes interagissent entre eux. Ainsi, les valeurs de certains acteurs peuvent dominer dans les prises de décisions tandis que d’autres peuvent être marginalisées, conduisant souvent à des décisions inéquitables, des conflits et l’aggravation de la perte de biodiversité.

 

La FRB propose dans la brochure (téléchargeable dans les ressources ci-dessous) les principaux messages à retenir ainsi qu’une analyse critique de ce travail unique.

Les espèces exotiques : quels enjeux pour la biodiversité ?

Au cours du siècle dernier, le nombre d’introductions d’espèces exotiques a fortement augmenté dans le monde. Près de 20 % de la surface terrestre est soumise aux invasions biologiques qui peuvent être nuisibles aux espèces endémiques, aux fonctions écosystémiques, aux contributions de la nature aux humains ainsi qu’aux systèmes socio-culturels et à la santé. Des milieux terrestres aux milieux marins, tous les écosystèmes sont concernés. Depuis le début du 19e siècle, le taux d’introduction de nouvelles espèces exotiques s’accélère et ne montre aucun signe de ralentissement. Aujourd’hui, du nord au sud, tous les pays sont concernés par ce phénomène.

 

 

Espèces exotiques, de quoi parle-t-on ? À quoi sont-elles dues ? Comment diminuer cette pression ? C’est ce qu’explore le dépliant disponible dans les ressources téléchargeables. 

Ipbes 10 – Espèces exotiques envahissantes

Fourmi électrique, huitre creuse ou frelon asiatique etc. Sur la planète, plus de 40 000 espèces exotiques envahissantes sont recensées. Que ce soit sous forme végétale ou animale, ces espèces ont été introduites par les humains en dehors de leur aire de répartition naturelle, volontairement ou accidentellement. Appelées aussi invasions biologiques, elles impactent les écosystèmes et les espèces, les contributions de la nature tout en pouvant dans certains cas avoir des effets positifs. Dans son prochain rapport à paraitre le 4 septembre, l’Ipbes présente les données les plus récentes sur le statut et les tendances des espèces exotiques envahissantes dans le monde.

 

Afin d’offrir une bonne compréhension du sujet la Fondation pour la recherche sur la biodiversité et le Museum national d’Histoire naturelle vous proposent une série d’articles, destinés au grand public et donnant la parole aux meilleurs spécialistes français du sujet.

 

 

Espèces exotiques envahissantes, un défi environnemental, économique et éthique

 

Plus de 40 000 espèces exotiques envahissantes se propagent sur la planète, mettant en danger la biodiversité. Selon l’Ipbes, elles sont considérées comme une des principales causes d’extinction des espèces et l’une des grandes causes globales de perte de biodiversité. Franck Courchamp, l’un des auteurs du rapport de l’Ipbes, insiste sur la gravité des impacts économiques et environnementaux de ces invasions biologiques et appelle à une prise de conscience urgente pour préserver les écosystèmes.

 

Consulter l’article :

 

 

 

La prévention des invasions biologiques :
un enjeu crucial pour l’environnement

 

Yohann Soubeyran est coordinateur “espèces exotiques envahissantes” au Comité français de l’UICN. Il pilote l’animation du Centre de ressources sur ces espèces et d’un réseau dédié à la thématique à l’échelles des outre-mer françaises. Ces dispositifs visent à améliorer l’efficacité des démarches de prévention et de gestion des invasions biologiques et à accompagner les politiques et stratégies nationales et locales sur le sujet. Aujourd’hui, le coût des invasions biologiques s’élève à près de 116 milliards d’euros dans l’Union européenne sur les 60 dernières années, dont 20 % pour les mesures de gestion. Yohann Soubeyran revient sur la meilleure option pour endiguer cette menace : la prévention. 

 

Consulter l’article :

 

 

 

Défis climatiques et espèces exotiques envahissantes :
un dangereux combo pour la biodiversité

 

Les conséquences du changement climatique sur les écosystèmes marins peuvent se révéler à l’origine de l’essor rapide d’invasions biologiques. Les températures plus chaudes ou le manque de précipitation dû au changement climatique permettent à certaines espèces de se répandre, menaçant l’équilibre écologique et la biodiversité marine. Dans les régions polaires, par exemple, le réchauffement climatique a ainsi ouvert de nouvelles voies maritimes accessibles aux hommes, drainant avec eux volontairement ou non tout un cortège d’espèces. Bien que des réglementations émergent pour contrôler ces introductions, la sensibilisation du public et des décideurs reste essentielle pour préserver nos écosystèmes marins.

 

Consulter l’article :

 

 

 

De l’invasion au déclin :
les mystères de la crépidule dans la rade de Brest

 

Antoine Carlier, biologiste écologue du Laboratoire d’écologie benthique côtière, est spécialiste de la crépidule, un mollusque gastéropode, originaire de la côte est des États-Unis, introduit en Europe dès la fin du XIXe siècle. Depuis 40 ans, cette espèce répertoriée comme espèce exotique envahissante, a colonisé plusieurs baies de la façade Manche-Atlantique. Des suivis récents ont pourtant montré que certaines populations de crépidule commencent à décliner, notamment en rade de Brest. Si la cause n’a pas été clairement identifiée, le suivi de cette espèce invasive aura montré qu’elle aura pu avoir quelques effets bénéfiques pour l’écosystème. Un phénomène aujourd’hui étudié de près par les scientifiques.

 

Consulter l’article :

 

 

 

DU CÔTÉ DU MNHN

 

Le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) propose des ressources complémentaires, en lien avec les différents sujets traités dans les articles présentés ci-dessus :

 

 

 

Retrouver l’ensemble des ressources du Muséum sur la page :

Espèces exotiques envahissantes : un défi pour la planète

 

 

Contact presse MNHN :
Isabelle Coilly, responsable relations presse
isabelle.coilly@mnhn.fr – +33 (0) 1 40 79 54 40

[#Ipbes10] Au cœur de la 10e plénière

La Plateforme prévoit de lancer son rapport d’évaluation sur les espèces exotiques envahissantes et leur contrôle, connu sous le nom de « Rapport sur les espèces exotiques envahissantes » le lundi 4 septembre. Ce rapport doit être examiné et approuvé au cours de la dernière semaine d’août par la plénière de l’Ipbes, réunissant les représentants de près de 140 états.

 

Retour sur les échanges jour après jour.

 

 

 

De l’invasion au déclin : les mystères de la crépidule dans la rade de Brest

Comment est arrivée la crépidule sur les côtes françaises ?

 

La crépidule est arrivée par différents biais, mais majoritairement avec le commerce de l’huitre creuse. En important ces huitres, on a importé avec elles tout un cortège d’espèces exotiques qui étaient à l’état larvaire ou juvénile, cachées dans leurs coquilles. L’établissement de la crépidule date des années 70. Mais elle devient vraiment envahissante dans les années 80 et 90. On la retrouve sur tout le littoral français, notamment dans la rade de Brest.

 

 

 

Quand la crépidule s’est multipliée quels impacts notables a-t-elle eu sur l’écosystème ?

 

La crépidule est un gastéropode qui a besoin d’un substrat dur et lisse pour se fixer, un rocher plat ou un débris de verre par exemple. Au début de son introduction, elle en a eu besoin mais comme elle s’est mise à proliférer, elle s’est étendue sur des fonds qui étaient meubles et s’est auto-entretenue du fait que les jeunes individus se fixent préférentiellement sur les chaines d’adultes, empilés les uns sur les autres. Elle a ensuite servi de support à des espèces qui aiment les substrats durs comme les ascidies, les éponges et certains bivalves comme le pétoncle noir, lequel est par ailleurs une espèce actuellement en déclin.

 

 

Outre le fait de servir d’habitat à d’autres espèces, la crépidule a-t-elle eu d’autres effets positifs ?

 

Les crépidules sont des organismes filtreurs qui se nourrissent en filtrant l’eau pour capturer des particules de nourriture, notamment des micro-algues. En filtrant activement l’eau, elles peuvent contribuer à réduire la turbidité, limitant ainsi les efflorescences de certaines espèces du phytoplancton, en particulier des dinoflagellés.

 

 

Inversement, en quoi la crépidule a déstabilisé les écosystèmes ?

 

Pour arriver à déstabiliser un écosystème entier, il faut dépasser un certain seuil en termes de densité ou de biomasse. C’est ce qu’il s’est passé dans certaines zones où sur un mètre carré, il a pu y avoir plusieurs milliers d’individus. Or, la crépidule est un animal filtreur qui, pour se nourrir et s’oxygéner, filtre une grande quantité d’eau de mer et produit beaucoup de fèces : dans ces conditions, elle a déstabilisé l’écosystème avec un envasement des fonds, y compris les fonds sableux qui sont devenus des fonds vaseux. Plusieurs espèces de fonds sableux comme la coquille Saint Jacques ou les juvéniles de soles ont donc reculé.

 

 

Il semblerait qu’après avoir prospéré sur nos côtes ses populations diminuent.

 

Depuis le milieu des années 2000, on constate effectivement un recul de la crépidule. En rade de Brest des investigations menées entre 2013 et 2018, des prélèvements sur le terrain et des vidéos sous-marines ont permis de démontrer clairement que le stock avait très significativement diminué en particulier dans tout le bassin sud de la rade. Elle semble néanmoins s’être maintenue dans le secteur nord de la rade. Si on ne sait pas exactement pourquoi elle recule, on a suspecté néanmoins des polluants arrivés du bassin versant du sud de la rade pour expliquer son déclin. Mais souvent, un déclin est multifactoriel et prend du temps.

 

 

Le fait que la crépidule décline en fait-elle une exception parmi les espèces exotiques envahissantes ?

 

Il semblerait que d’autres espèces comme la caulerpe (Caulerpa taxifolia) en méditerranée, considérée elle aussi comme envahissante, décline naturellement. Il y a plusieurs pistes d’investigation pour chercher à comprendre pourquoi. Il y a comme un cycle qui s’observe, où au bout de 20-30 ans, on voit des espèces proliférantes décliner. Sans doute parce que petit à petit d’autres interactions avec d’autres espèces s’opèrent. Elles sont alors contrôlées soit par des parasites soit par des prédateurs qui permettent à ces espèces exotiques envahissantes de trouver une place régulée dans l’écosystème.

 

 

Est-ce une loi ?

 

Non, car en milieu marin ou terrestre, il y a plusieurs exemples d’espèces proliférantes qui ont fait basculer irréversiblement l’écosystème dans un état différent. Par exemple des oursins, qui sont des herbivores, peuvent dévorer intégralement d’immenses champs d’algues qui laissent place à des fonds complètement nus. C’est vrai aussi dans des milieux tropicaux où des étoiles de mer ont décimé des récifs de coraux. Donc parfois, passé ce « point de bascule », on assiste à l’établissement d’un tout autre écosystème.

 

 

Quel est l’état aujourd’hui de la rade de Brest ?

 

La rade n’a pas retrouvé son état écologique d’avant l’arrivée de la crépidule. Il reste toujours des traces à commencer par les amas de coquilles de crépidules mortes dans la partie sud. Certes, elles servent encore de support à certaines espèces, mais la biodiversité y est beaucoup moins luxuriante que lorsque l’on avait des bancs de crépidules vivantes. La rade est par ailleurs impactée par diverses pollutions et par des activités humaines, comme la pêche aux engins trainants qui dégradent les habitats et remettent en suspension des particules. L’écosystème évolue sans cesse, s’adapte parfois, et il reste heureusement des zones dans cette rade où les écosystèmes fonctionnent toujours bien.

Espèces exotiques envahissantes, un défi environnemental, économique et éthique

Fourmi électrique, écrevisse américaine ou frelon asiatique, sur la planète, plus de 40 000 espèces exotiques sont recensées. Que ce soit sous forme végétale ou animale, ces espèces ont été introduites par l’homme en dehors de leur aire de répartition naturelle, volontairement ou accidentellement. Leur propagation menace la biodiversité et peuvent avoir des impacts négatifs sur l’économie ou la santé humaine. Elles sont considérées par l’Ipbes comme une des principales d’extinction des espèces et l’une des cinq grandes causes globales de perte de biodiversité.

 

 

 

Défis climatiques et espèces exotiques envahissantes : un dangereux combo pour la biodiversité

Il aura fallu quelques années seulement à l’huitre creuse pour se répandre le long des côtes françaises. Originaire du Pacifique Nord-Ouest, cette huître introduite dans les années 70 en France ne se reproduisait qu’en Sud Loire. Mais à la faveur du changement climatique, sa population a explosé jusqu’à développer des populations dans les fjords norvégiens. Les températures de l’eau, plus chaudes, lui ont permis de se développer et de se reproduire bien plus efficacement, au point d’entrainer une concurrence pour les ressources alimentaires avec les huîtres indigènes et de perturber l’équilibre écologique. Pour Philippe Goulletquer, directeur de recherche à l‘Ifremer « à l’échelle marine, le changement climatique influe, sur la propagation d’espèces exotiques envahissantes en créant les conditions favorables à leur développement ».

 

La prévention des invasions biologiques : un enjeu crucial pour l’environnement

En quoi consiste la prévention ?   

 

Elle vise à mettre en place des mesures de contrôle des importations aux frontières et de biosécurité pour limiter l’arrivée de nouvelle espèces exotiques et leur déplacement. Cela nécessite un cadre réglementaire et une surveillance biologique organisée du territoire. La surveillance doit se concentrer sur les points chauds d’introduction tels que les ports et les aéroports, les voies de communication, comme les routes ou les voies ferrées, qui constituent des corridors de dispersion. Une vigilance particulière doit aussi être portée aux espaces prioritaires, tels que les espaces naturels et les aires protégées abritant des espèces patrimoniales, endémiques ou en danger qui pourraient être menacées par ces espèces exotiques envahissantes.

 

 

Combien d’espèces arrivent sur le territoire ?   

 

D’après l’indicateur de l’observatoire national de la biodiversité, depuis 1983, un département de métropole compte en moyenne 11 espèces exotiques envahissantes de plus tous les dix ans. Le cas du frelon asiatique est emblématique. Détecté pour la première fois en 2004 en France, il a depuis colonisé presque toute l’Europe. Le coût de la lutte contre cette invasion en France se chiffre à plusieurs millions d’euros par an, et s’accroit avec le temps. L’éradication aurait été possible au début de l’installation de l’espèce. Aujourd’hui ce n’est plus envisageable, on est obligé de vivre avec.   

 

 

Y a-t-il régulièrement des alertes ?

 

La pression aux frontières est permanente. Il y a déjà eu plusieurs alertes nationales d’invasions biologiques potentielles. Entre 2019 et 2021, quatre nouvelles espèces exotiques d’écrevisses problématiques pour nos cours d’eau ont été découvertes en France. Originaires d’Amérique du Nord, elles ont sans doute été introduites accidentellement, mais on ne peut pas exclure des relâcher intentionnels. En 2022, la petite fourmi de feu ou fourmi électrique a été découverte à Toulon. Cette espèce originaire d’Amérique du Sud est l’une des cinq espèces de fourmis les plus envahissantes au monde. On peut supposer qu’elle est arrivée par des bateaux militaires ou par le commerce des plantes. Bien que nous parvenions à les identifier et les détecter, il y a encore peu de réponses efficaces face à ce problème.

 

 

Lorsque l’espèce exotique envahissante est déjà installée sur le territoire comment limite-t-on son déplacement ?   

 

 Il existe des listes réglementaires et scientifiques. La liste règlementaire permet par exemple d’interdire l’importation ou la commercialisation des espèces identifiées. Pour la France métropolitaine, 94 espèces sont aujourd’hui réglementées et interdites de commerce, transport ou encore colportage. Mais on est bien loin du nombre des espèces pouvant s’installer sur le territoire. A côté de cela, il existe des listes scientifiques qui se fondent sur des inventaires, des évaluations et la caractérisation du risque. Bien que parfois soumises à discussion et débat sur la méthodologie, ces listes permettent d’orienter des actions de surveillance et de gestion sur le territoire.

 

 

Qui est en charge de construire ces listes scientifiques ?   

 

Pour la flore, se sont notamment les conservatoires botaniques nationaux qui sont en charge de produire ces listes. Aujourd’hui, on arrive à inventorier entre 600 et 900 plantes naturalisées dans chaque région. Une centaine sont considérées comme espèce exotique envahissante. Mais ce statut peut varier avec l’espace et le temps. Une espèce peut être considérée comme envahissante dans le sud par exemple, mais pas dans le nord. Elle peut l’être ou le devenir puis disparaitre. C’est par exemple le cas de la Caulerpe (Caulerpa taxifolia) qui a envahi les côtes de plusieurs pays méditerranéens dans les années 1990-2010, mais dont les populations sont aujourd’hui en forte régression. Des espèces exotiques problématiques sur le moment peuvent , après de nombreuses années, trouver leur place dans l’écosystème et fournir par exemple des services écosystémiques qui avaient disparus. Les acteurs confrontés aux invasions biologiques s’interrogent de plus en plus sur les évolutions possibles vers des « néo-écosystèmes », définis comme des assemblages hybrides et fonctionnels d’espèce indigènes et d’espèces exotiques. C’est un sujet émergent pour la recherche.

 

 

Les politiques publiques nationales sont-elles cohérentes pour répondre à cet enjeu ?

 

Pas toujours… Par exemple, dans un contexte de changement climatique, un enjeu majeur pour la forêt française est d’accroître ses capacités de résilience pour garantir la qualité et la quantité de l’ensemble des services fournis. Parmi les solutions proposées, le recours à des essences exotiques au sein « d’îlots d’avenir », plus tolérants à la chaleur et à la sécheresse, est encouragé par les pouvoirs publics. Or une part importante des espèces préconisées sont des espèces exotiques comme le robinier, le chêne rouge ou le noyer noir dont le caractère envahissant pour certaines est bien documenté en France et ailleurs dans le monde. A l’heure où les scientifiques n’ont de cesse d’alerter sur les impacts négatifs des invasions biologiques, la question de la cohérence entre nos politiques publiques nationales se pose d’autant plus.

 

 

Avons-nous en France les moyens de prévenir les invasions biologiques ?

 

Depuis quelques années, des réseaux et des groupes de travail se sont constitués et des stratégies régionales en métropole et en outre-mer ont été élaborées pour définir un cadre d’action collectif. Les résultats sont là en termes d’amélioration des connaissances, de stratégie collective, de réglementation. On sait ce qu’il faut faire. Reste la question des moyens humains, financiers et d’une volonté politique pour mettre en œuvre la prévention. Il nous faut aujourd’hui accentuer la sensibilisation des citoyens, des élus et professionnels, renforcer notre biosécurité avec plus de personnels formés aux frontières et sur le terrain et une surveillance biologique coordonnée du territoire. Enfin, il nous faut soutenir davantage la recherche pour développer des outils d’aide à la décision afin de mieux anticiper les prochaines invasions.

La biodiversité : concepts, tendances, menaces et perspectives

À travers un article de vulgarisation et de synthèse, les auteurs, Sandra Diaz et Yadvinder Malhi, travaillant respectivement en Argentine et au Royaume Unis, proposent d’interroger le concept de biodiversité : comment la définir ? Comment l’évaluer, combien y a-t-il d’espèces vivantes : plusieurs millions ou plusieurs milliards ?

 

>> Le saviez-vous ?  Près de 90 % des espèces connues sont terrestres.

 

 

Les auteurs discutent également l’ampleur des impacts humains sur la biodiversité, en particulier les vitesses d’extinction, qui peuvent être 100, 1000, 10 000 voire 100 000 fois plus rapides, en fonction des groupes d’espèces vivantes que lors des 5 grandes extinctions de masse connues. Ou encore les périodes pendant lesquelles les impacts massifs ont commencé.

 

>> Le saviez-vous ? Plus de 98 % de la biomasse des mammifères a déjà disparu il y a 10 000 ans en raison de la chasse, de l’occupation de l’espace et de la transformation des paysages.

 

 

Enfin, les auteurs examinent les causes profondes de l’extinction moderne en lien avec les facteurs directs et indirects de pression.

 

>> Le saviez-vous ?  23 % du déclin de la biodiversité est dû à l’exploitation directe des espèces, comme la chasse, la pêche, la foresterie, l’agriculture, et non pas seulement à la surexploitation comme on entend souvent ?

[Actualité] Deux nouveaux articles publiés dans des revues à comité de lecture !

  • Les espèces de poissons menacées dans l’Atlantique Nord-Est sont fonctionnellement rares
    dans Global Ecology and Biogeography

 

Les politiques actuelles de conservation et de protection de la nature sont principalement basées sur la démographie des espèces concernées.

   Depuis quelques années, des chercheurs travaillent sur la nécessité d’élargir le spectre des critères pris en compte en s’intéressant également à la rareté fonctionnelle des espèces présentes (cf communiqué Rareté écologique des oiseaux et des mammifères terrestres : la double peine). Cet article apporte une nouvelle pierre à l’édifice en ce sens en démontrant que 38 % des espèces de poissons menacées d’extinction dans les eaux continentales européennes (9 espèces sur 24) ont été identifiées comme étant les plus distinctes sur le plan fonctionnel, les moins abondantes et ayant les plus faibles répartitions géographiques. D’où l’importance de prendre en compte les caractéristiques, notamment fonctionnelles, des espèces dans l’élaboration de plans de gestion et de conservation.

 

Cet article est aussi le fruit d’une belle synergie entre trois groupes FRB-Cesab – Free (1 2), Maestro et FishGlob – qui fédèrent de nombreux partenaires à différents niveaux parmi lesquels : le MNHN, l’Ifremer, EDF, France Filière Pêche (FFP), le Centre de synthèse national du Canada en écologie et en évolution (CIEE), l’ambassade de France à Vancouver, etc.

 

>> Retrouvez l’article : Coulon, N., Lindegren, M., Goberville, E., Toussaint, A., Receveur, A., Auber, A. Threatened fish species in the Northeast Atlantic are functionally rare. Global Ecology and Biogeography (2023).
https://doi.org/10.1111/geb.13731

 

 

  • Analyse de la capacité à initier un changement transformateur : une méthodologie d’évaluation des stratégies en faveur de la biodiversité
    dans Biodiversity and Conservation, numéro spécial sur le changement transformateur

 

Cet article présente une méthode d’évaluation des politiques publiques de biodiversité développée par la FRB. Innovante, cette méthode se base sur deux phases majeures, à savoir : une expertise scientifique indépendante puis une analyse multicritère. Elle a ainsi pour objectif d’identifier, au sein d’une stratégie ou d’un plan d’action, les mesures ayant la plus grande capacité à faire levier, et ainsi conduire à des changements transformateurs dans l’ensemble de la société.

 

Un premier test de cette méthode a été proposé sur le premier volet pré-Cop15 de la SNB3, à retrouver ici.

 

>> Retrouvez l’article : Dupuis, L., Léandre, C., Langridge, J., Delavaud, A., Jactel, H., Soubelet, H. Analyzing the capacity to initiate transformative change: a methodology for assessing biodiversity strategies. Biodivers Conserv (2023).
https://doi.org/10.1007/s10531-023-02660-5

 

Écosystèmes marins des façades maritimes françaises : une revue rapide des “solutions possibles” pour minimiser les impacts environnementaux

L’activité anthropique a considérablement modifié la structure et le fonctionnement de tous les écosystèmes de la planète notamment en mer et sur littoral. Néanmoins, des solutions existent pour faire face à ces impacts. S’appuyant sur les résultats de la recherche, l’Ipbes a identifié cinq pressions directes sur la biodiversité ayant les incidences les plus lourdes à l’échelle mondiale. Il s’agit de la modification de l’utilisation des terres et des mers, de la surexploitation des ressources sur terre comme en mer, des changements climatiques, qui affectent tous les compartiments de l’environnement, des pollutions et des espèces exotiques envahissantes, qui perturbent les équilibres, notamment aux échelles locales.

 

Cette étude se focalise sur la réduction des principales pressions directes exercées sur la biodiversité pour renforcer l’efficacité des mesures proposées dans le cadre des documents stratégiques de façade qui définissent les objectifs de la gestion intégrée de la mer et du littoral. Pour ce faire, la FRB a effectué une extraction des solutions à partir d’articles de recherche récents afin de fournir une perspective récente sur des priorités pour trois principales pressions directes s’exerçant sur la biodiversité.

 

Les trois pressions directes présentées dans ce dossier  sont la modification de l’utilisation des mers, les pollutions et les espèces exotiques envahissantes. Les résultats de cette analyse ont été regroupés par pression et sont disponibles à travers trois fiches thématiques.

 

[FRB-Cesab] Newsletter 9 Cesab – juillet 2023

Un mot de Claire SALOMON, directrice adjointe du Cesab de la FRB

FRB - Claire Salomon

Depuis sa création en 2010 au sein de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (j’étais là !), le Cesab est passé par différentes étapes. D’abord un objet non identifié, dont la pertinence a été pressentie par la communauté scientifique de la biodiversité, mais complètement abstraite pour les autres. Les premiers groupes accueillis doutaient eux-mêmes parfois de l’utilité de se réunir en « un lieu, un temps pour la recherche sur la biodiversité ».  Et pourtant, les résultats se sont avérés rapides et au-delà de ce que l’on espérait ! De nouveaux réseaux se sont constitués, de jeunes chercheurs et chercheuses ont acquis une expérience internationale, et je ne parle pas des nombreuses publications scientifiques de haut rang. L’Ipbes et la crise de la biodiversité ont aussi – malheureusement – joué en faveur de l’intérêt des centres de synthèse, appelant les industriels et les parties prenantes à s’y intéresser de plus près. Le nombre de sollicitations, les cofinancements d’appels, de projets augmentent d’année en année, rapprochant ainsi les acteurs de la communauté scientifique, et vice versa.

 

Des quatre groupes de travail, au début du Cesab, nous sommes passés à 30 aujourd’hui. Cela correspond à une communauté de recherche d’environ 450 personnes de toutes nationalités qui passent deux semaines par an au Cesab. Pour assurer les meilleures conditions de travail des groupes tout au long de la vie des projets, le Cesab, c’est nécessairement des équipes de la FRB, à Montpellier et à Paris, avec un renforcement cette année par l’accueil d’un appui administratif supplémentaire pour maintenir le cap. Le Cesab, c’est aussi une cohorte de post-doctorantes et post-doctorants, qui s’agrandira à la rentrée avec quatre nouvelles recrues au sein des groupes Acoucene, Bioforest, Food-Webs et Impacts.

Et pour maintenir de la cohérence dans tout ça, le comité scientifique du Cesab veille et anticipe, le conseil d’administration de la Fondation, ses membres fondateurs, pilotent le développement du centre et nous donnent les moyens d’agir, en particulier via une grande diversité d’appels réguliers : du DataShare au blanc, en passant par les appels thématiques.

 

 

Plus d'informations sur le Cesab

 

[Journée FRB 2023] Des recherches sur la biodiversité à la décision : quel statut pour les recommandations ?

La Journée FRB 2023 sera ainsi l’occasion de débattre ensemble autour de trois axes visant à interroger ces recommandations basées sur la science, de leur établissement à la prise de décision en passant par le processus de leur prise en compte :

 

  • Sciences de la durabilité et recommandations :
    Qui peut, doit émettre les recommandations pour répondre à l’urgence écologique et comment ?

 

  • De la dynamique des recommandations :
    Qui reçoit les recommandations, que deviennent-elles, quels sont les éléments de blocage, de prise en compte ?

 

  • Et maintenant ?
    Comment améliorer l’efficacité des trajectoires des recommandations scientifiques afin qu’elles soient transcrites en décisions ?

 

 

 

 

 En mêlant des interventions de chercheurs et chercheuses et d’acteurs de la société, en questionnant l’originalité de la biodiversité dans l’établissement de recommandations (notamment à travers la diversité des valeurs et constructions sociales), et en discutant de l’importance autant que de la difficulté de la transdisciplinarité, la Journée FRB 2023 s’attachera à décrypter les fonctions de la recherche dans les transitions sociétales en cours.

 

>> Voir le replay de la journée <<

Réduire les impacts des changements d’usage des mers

On assiste à une augmentation des activités offshore telles que la production d’énergie, l’aquaculture, le tourisme, le développement des biotechnologies et l’exploitation minière (Stuiver et al., 2016) ou encore l’installation de plateformes multi-usages (MUPs). Ces activités font des mers européennes le théâtre d’une croissance massive des infrastructures maritimes et d’une compétition spatiale (Stuiver et al., 2016).

 

Parmi les activités offshores, la pisciculture en cages flottantes pose la question, à l’échelle européenne, des évasions (Arechavala-Lopez et al., 2018) qui recouvrent l’échappée de poissons isolés, de groupes de poissons (de quelques-uns au million), d’œufs viables et fécondés (Arechavala-Lopez et al., 2018). Elles se produisent en raison de défaillances techniques et opérationnelles (Arechavala-Lopez et al., 2018) :

  • morsure de filet par les poissons à l’intérieur ou par attaque de prédateurs à l’extérieur – environ 50 % des causes, particulièrement pour les daurades ;
  • contraintes mécaniques entrainant des trous dans les filets ou la rupture d’amarrage des cages – environ 40 % des causes, notamment lors de tempêtes ou de présence de grands mammifères marins ;
  • échappement lors des manipulations pour la collecte, le calibrage, etc. – environ 10 % des causes.

 

 

Le développement des énergies marines renouvelables (EMR) est également notable. Celles-ci peuvent fournir jusqu’à 7 % de la demande mondiale en électricité : la plupart via l’éolien offshore, l’énergie marémotrice pourrait répondre, quant à elle, à environ 0,75 % de cette demande (Fox et al., 2018). Si extraire l’énergie des courants de marées, prévisibles, est une idée séduisante, peu de sites conviennent pour les installations. Cependant, un grand nombre de dispositifs marémoteurs sont actuellement en cours de développement (Fox et al., 2018). En France, un déploiement expérimental a eu lieu au niveau du raz Blanchard, lieu de passage d’un intense courant de marée. Les principales préoccupations environnementales liées à ces dispositifs ciblent les perturbations physiques, les risques de collision, les modifications hydrographiques et la génération de bruits et de champs électromagnétiques (Fox et al., 2018). En termes de risques de pollution, on dispose de peu d’informations sur les revêtements anti-biofouling, c’est à dire contre l’encrassement biologique, qui devront être utilisés pour protéger les turbines, transformateurs et autres appareils (Fox et al., 2018).

 

 

L’augmentation du trafic maritime en général menace particulièrement les populations de cétacées, dites “espèces parapluie”, qui sont également confrontées à la perte d’habitat et aux pêcheries commerciales (Pennino et al., 2017). Le trafic maritime engendre des perturbations physiques et acoustiques qui peuvent provoquer, à court terme, des changements physiologiques et de comportement et, à long terme, des changements dans la distribution des cétacés. En outre, les collisions avec les navires sont régulièrement signalées. Des preuves de collisions ont été décrites pour 11 espèces de grandes baleines, pour lesquelles le rorqual commun (Balaenoptera physalus), était le plus fréquemment impliqué (Pennino et al., 2017). En particulier, la navigation de plaisance, en développement à travers le monde, est d’autant plus impactante, qu’elle est un des piliers de « l’économie bleue » ou la Blue Economy de l’Union européenne et a donc vocation à se développer : aujourd’hui, 36 millions de citoyens européens participeraient régulièrement à des activités de plaisance, le secteur du tourisme nautique de l’Union européenne créerait jusqu’à 234 000 emplois et génèrerait 28 milliards d’euros de recettes annuelles (Carreño et Lloret, 2021).

 

 

Enfin, du fait de l’augmentation de la population urbaine et du tourisme de masse, les zones côtières sont particulièrement touchées par une urbanisation rapide. À titre d’exemple, en région Provence-Alpes Côte d’Azur (Paca), un quart des zones qui ont été urbanisées au cours de la période 1990-2012 se trouvent dans les 15 premiers kilomètres de la côte (Doxa et at., 2017). Cette urbanisation entraine la perte d’habitats naturels. De plus, les habitats côtiers se distinguent souvent par une diversité végétale unique et une spécialisation élevée au sein de forts gradients écologiques à de petites échelles spatiales telle que l’adaptation à des niveaux stressants de salinité, de sécheresse et de température par exemple (Doxa et at., 2017). De nombreuses plantes sont donc très vulnérables à la diminution de leurs habitats : cela rend la priorisation des actions de conservation au sein des zones côtières particulièrement urgente (Doxa et at., 2017).

 

 

Les réponses des espèces à ces perturbations sont variables : un changement de comportement comme la modification des directions de nage, une augmentation de la durée de nage, une augmentation de la cohésion de groupe, des changements physiologiques telle que la respiration chez les dauphins, voire un évitement saisonnier de certaines zones (Carreño et Lloret, 2021).

 

Réduire les impacts des pollutions

Le transport des macro-déchets est aérien, fluvial ou par déversement direct. Il existe une grande variété de sources de déchets tant terrestres que marines. Les sources identifiées comme étant d’origine terrestre comprennent les décharges municipales et sauvages, les détritus des plages et zones côtières, le tourisme, les rivières et autres émissions industrielles et agricoles, les rejets provenant des égouts pluviaux et municipaux non traités. On estime que les sources terrestres contribuent actuellement à 80 % des déchets marins (Compas et al. 2019 ; Sinopli et al., 2020, Scotti et al. 2021, Madricardo et al. 2020, Grelaud et Zivery, 2020 ; Sharma, 2021). Les sources importantes d’origine maritime incluent le fret, la navigation de plaisance et militaire (notamment les croiseurs), la pêche industrielle et les installations aquacoles, mais aussi l’industrie de l’énergie.

 

Dans l’Atlantique Nord-Est, les principales sources de déchets sont liées aux activités maritimes telles que la navigation, la pêche, l’aquaculture et les installations offshore, ainsi que le tourisme côtier (e.g. bateaux de plaisances, pêche amateur) (Ospar, 2009). Aussi, la perte, l’abandon volontaire ou l’élimination des engins de pêche est la cause principale de la production de déchets par la pêche professionnelle / industrielle (Compas et al. 2019 ; Sinopli et al., 2020, Scotti et al. 2021, Madricardo et al. 2020, Grelaud et Zivery, 2020 ; Sharma, 2021). 

 

[Programme Scénario #2] Scénarios territoriaux et trajectoires de transitions : quelles recherches transdisciplinaires ?

Face à cette diversité de territorialisations, aux interrogations associées et à la demande d’éclairages scientifiques, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) et Future Earth (FE) organisent un atelier national de facilitation des collaborations sur le thème : « Scénarios et trajectoires de transitions : quelles recherches transdisciplinaires ? ». Cet atelier s’adresse à toutes et tous, chercheurs, chercheuses, acteurs et actrices, souhaitant développer de manière transdisciplinaire et collaborative des scénarios et des trajectoires de transition des socio-écosystèmes.

 

 

Cet atelier s’inscrit dans le programme Scénario porté par la FRB : « Comment vivre “bien“ en 2050 dans son territoire et quelles places pour la biodiversité, quels types de socio-écosystèmes, dans ce devenir ? ». Un appel à projets sera ouvert à la suite de cet atelier. Il soutiendra des recherches engageant les acteurs dans la conception de scénarios territorialisés et s’appuyant sur les récits, les cartes cognitives, les modèles quantitatifs et/ou qualitatifs.

 

 

S'inscrire

 

 

L’atelier a pour objectifs de :

 

  • promouvoir la transdisciplinarité (ente disciplines et avec les acteurs) dans la recherche axée sur le développement de scénarios et de trajectoires de transition dans les territoires : partage d’expériences réussies et moins réussies, spécificités des travaux avec les acteurs, finalités des projets, etc. ;
  • faciliter les connexions, les rencontres, les collaborations entre chercheurs et acteurs s’appuyant sur les récits, les cartes cognitives, les modèles quantitatifs et/ou qualitatifs ;
  • informer sur le programme Scénario et sur l’appel à projets de ce programme ;
  • préciser les questions de recherche d’intérêt, bien positionner les futurs au centre des travaux et engager une recherche transformative via les interactions avec les acteurs.

 

 

Toutes les informations sur l'atelier

 

 

Outils d’exploration de futurs plausibles, les scénarios sont des vecteurs de prise de conscience, de connaissances, d’endossement des responsabilités sur des sujets complexes et difficiles à appréhender. Ils sont précieux pour développer des capacités d’anticipation, de décisions et d’organisation collective. Alors même que la notion de « consensus » peut être questionnée du fait de la diversité des parties prenantes, des valeurs et conceptions de monde, les scénarios peuvent aider à identifier une variété d’options (difficultés, risques, opportunités et forces), à construire des solutions et aussi à négocier des compromis.

 

 

Les personnes intéressées par l’atelier et/ou l’appel à projets ont également la possibilité de déposer une courte note d’intention.

Réduire les impacts des espèces exotiques envahissantes

Le trafic maritime et l’aquaculture jouent un rôle clé important et prépondérant dans l’introduction des espèces envahissantes à l’échelle mondiale et régionale. Les différentes infrastructures existantes liées à ces activités tels que les marinas et les ports maritimes forment des réseaux denses le long des côtes et sont capables d’abriter de nombreux taxons d’espèces envahissantes. Ces infrastructures sont susceptibles d’être une source importante de propagules permettant par ailleurs la colonisation des milieux naturels voisins. Les fermes aquacoles sont également une autre source importante d’espèces envahissantes. L’algue comestible Undaria pinnatifida, originaire d’Asie et introduite en Europe dans les années 1970, est un exemple phare d’une EEE qui se développe dans les habitats avoisinants des sites aquacoles (Rotter et al. 2020). Les évènements d’introduction, dits “spillovers”, peuvent se produire à partir des sites d’aquaculture, comme illustré aussi par l’huître creuse Crassostrea gigas, une espèce originaire du nord-ouest de l’océan Pacifique. La propagation de ces espèces dans les sites naturels entraînent des modifications importantes de l’habitat, mais aussi du fonctionnement des écosystèmes. Elles peuvent également participer au développement de nouvelles maladies et de nouveaux parasites entraînant alors des modifications génétiques suite à des phénomènes d’hybridation avec les taxons indigènes (Rotter et al. 2020).

 

En mer Méditerranée, la création et l’ouverture de canaux artificiels, tel que le canal de Suez, est parmi les voies d’introduction les plus significatives, permettant la colonisation progressive des espèces, notamment d’origine indo-pacifique. Une espèce de décapode, Charybdis longicollis, a été introduite passivement, en mer Méditerranée via le canal de Suez par les courants marins, et a depuis largement établi des populations dans le bassin Levantin, la subdivision du bassin oriental de la mer Méditerranée. Une analyse prospective (cf. Tsiamis et al. 2019) a classé la gestion des populations de cette espèce comme “impossible”. Ces espèces introduites ont principalement affecté les parties orientales du bassin.

 

Le trafic maritime est une des sources importantes d’introduction. Sa particularité est qu’il touche des zones généralement plus étendues, en raison du déplacement des navires, que les introductions dues à l’aquaculture, les canaux artificiels ou les courants marins (Katsanevakis et al. 2016). Cette introduction, principalement “accidentelle”, se fait généralement par le biais des navires (navires de charge, navires rouliers, caboteurs, etc.) via les réservoirs d’eau de ballast, ou l’encrassement biologique dit  “biofouling” de la coque des bateaux (Rotter et al. 2020). Dans l‘étude de Tsiamis et al. 2019, 26 espèces sont classées comme étant prioritaires et principalement introduites par les navires (biofouling des coques et eaux de ballast) empruntant le canal de Suez comme accès à la Méditerranée. L’étude de Katsanevakis et al. 2016 recense, de son côté, les espèces introduites par la navigation maritime présentant les scores d’impact les plus élevés. En Méditerranée, les espèces introduites par les voies de navigation maritime sont celles ayant le plus d’impacts dans de nombreux sites du centre et du nord-ouest du bassin méditerranéen, y compris le littoral oriental français, comme en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et la Corse (Katsanevaki et al. 2016).

S’il participe très largement à l’introduction et l’établissement pérenne des espèces non-indigènes en mer méditerranéenne (Guzinski et al. 2018), le trafic maritime est également une des sources majeures de propagation des EEE dans d’autres régions océaniques à travers le monde.

 

Aujourd’hui, les habitats les plus à risques sont les fonds durs sublittoraux peu profonds, les fonds mous sublittoraux peu profonds et l‘espace intertidal rocheux (Katsanevaki et al. 2016).

 

[Interview croisée] Un nouveau projet conjoint dédié aux risques liés à la perte des bénéfices que nous retirons de la biodiversité

Bonjour à tous les deux, pouvez-vous nous en dire plus sur le pourquoi de ce programme ?

 

Hélène Soubelet (HS) – Face à la conscience croissante que l’humanité a atteint et dépassé plusieurs limites planétaires qui maintiennent, pour l’instant encore, de bonnes conditions de vie sur la majorité de la Terre, le besoin de compréhension des enjeux et de recommandations pour l’action, n’a jamais été aussi pressant. Les acteurs se tournent alors vers la recherche afin qu’elle leur apporte des clés pour agir. Plusieurs outils existent : financer des projets de recherche, solliciter l’expertise de groupes de chercheurs et chercheuses, analyser l’état de la connaissance déjà disponible.

 

La question qui est posée dans le programme de connaissance en partenariat avec la Fondation Crédit Mutuel Alliance Fédérale est l’une des plus complexes et des plus cruciales : peut-on avoir une idée des risques que nous, nos activités, notre économie, notre bien-être, encourons en raison de la perte des bénéfices, gratuits, invisibles, que nous retirons de la biodiversité ?

 

Nous savons déjà que la perte de biodiversité entraine la perte de nombreuses contributions que nous retirons de la nature. En particulier, les scientifiques documentent la décroissance inquiétante de la fertilité des sols, la diminution de la capacité des écosystèmes à réguler les pathogènes, la perte des pollinisateurs, la simplification de nos paysages qui détruisent des habitats naturels, mais aussi des identités culturelles. Mais nous manquons d’une vision globale : qu’est-ce qui diminue, en quelle quantité, quelles en sont les conséquences à court ou moyen termes ? Répondre à ces questions est essentiel pour faire avancer la connaissance et accompagner la transition nécessaire à notre avenir et à celui des générations futures : des changements s’imposent, encore faut-il savoir lesquels en portant une attention particulière aux « fausses solutions » qui peuvent s’avérer délétères. C’est un programme aussi ambitieux qu’exploratoire !

 

Christophe Salmon (CS) – De notre côté, lorsque la Fondation Crédit Mutuel Alliance Fédérale s’est créée, elle s’est donnée comme domaine d’action l’Environnement. Avant d’agir, la Commission Environnement, qui est composée d’élus et de collaborateurs du groupe, a eu pour première mission de définir des axes stratégiques pertinents et ayant un impact réel et concret. Naturellement, la préservation de la biodiversité s’est rapidement imposée comme un enjeu majeur étant donné les pressions qu’elle subit menaçant directement le développement durable de l’ensemble des êtres vivants. Et c’est un membre de cette même Commission Environnement, Virginie McGetrick, Responsable ingénierie et montages structurés au CIC, qui nous a proposé ce projet ambitieux et innovant de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité. Avoir une vision globale des risques liés au déclin des services que les humains retirent de la biodiversité, c’est ce que nous recherchons au travers de ce projet.

 

 

Concrètement, comment la FRB s’empare-t-elle de cette question ?

 

HS – Un des outils les plus efficaces pour explorer les connaissances est la revue systématique de la littérature scientifique. Elle permet, en posant une question précise, de capter dans les bases de données de publications scientifiques tous les articles qui répondent totalement ou partiellement à la question et de les sélectionner par une démarche rigoureuse. Le processus est long, avec un protocole précis qui doit être suivi, mais il permet de capter la majorité des preuves scientifiques déjà publiées sur la question. C’est cet outil qui a été choisi dans le cadre de ce programme, car le sujet est assez diffus : il fait appel à de nombreuses disciplines scientifiques – écologie, économie, sociologie, géographie, agronomie – qui ne publient pas nécessairement ensemble. Au travers de plusieurs sous-questions centrées sur les activités connues pour être les plus impactantes (agriculture, pêche, foresterie, mines, économie, tourisme, urbanisation), le programme ambitionne de décrypter ce que dit aujourd’hui la science sur les conséquences économiques, sociales, environnementales de la perte des services écosystémiques. La FRB analysera aussi, au travers des exemples issus de la littérature, les mécanismes, en particulier les « fausses bonnes idées », qui ralentissent le développement d’alternatives durables, conduisent à une destruction du vivant et, in fine, d’un environnement favorable à une bonne qualité de vie sur Terre.

 

CS – Et c’est ce qui nous a tout de suite parlé dans ce projet : son caractère innovant ! Déjà par cette volonté manifeste des équipes de la FRB de vouloir donner cette vision globale. On s’est rendu compte qu’il y a des milliers de recherches et de publications scientifiques sur des domaines et des questions spécifiques, mais peu, jusqu’à présent, vont jusqu’aux relations de causalité, de manière transverse et dans le but d’agir.

Par ailleurs, nous avons également beaucoup apprécié la démarche de co-construction qui s’est installée avec les équipes de la FRB. Avant de lancer concrètement cette étude, nous avons travaillé avec eux pour affiner les contours de ce projet et identifier les sous-thématiques qui nous semblaient les plus impactées par l’érosion de la biodiversité. L’objectif est de faire ressortir les solutions qui permettront d’obtenir des résultats concrets tout en s’écartant des « fausses bonnes idées » qui peuvent favoriser le fait de ne s’attaquer qu’à un seul maillon de la chaîne sans voir le problème dans sa globalité.

 

 

Ce programme s’inscrit dans la recherche partenariale science-action, en quoi cela consiste ?

 

HS – Oui, il en est un excellent exemple. Tout d’abord par la co-construction de la question de recherche. Ensuite, par le financement pluriannuel qui donne du temps à la synthèse de connaissances. Enfin, par le partage de rôles et la confiance réciproque entre nos deux fondations : cela permet un travail concerté et fructueux ainsi qu’une large diffusion au sein de nos sphères respectives. Il me parait illustrer parfaitement d’une part le dialogue et la collaboration science-société portés par la FRB et d’autre part la prise de conscience de la responsabilité sociale et environnementale d’un acteur économique, ces deux axes étant essentiels pour notre avenir et celui des générations futures.

 

CS – Cela se résume en un mot : la CONFIANCE. Nous ne sommes pas des experts de la biodiversité. Comme tout un chacun, nous souhaitons agir pour faire face au défi climatique actuel. Mais pour cela, encore faut-il savoir comment agir efficacement. Et c’est tout l’intérêt de cette étude qui souhaite mettre en lien et traduire, concrètement et simplement, les impacts de l’érosion de la biodiversité et des services qu’elle nous rend sur notre vie de tous les jours. Pour bien le faire, cela nécessite de créer une véritable relation partenariale qui conjugue confiance en l’expertise des scientifiques de la FRB, soutien de long terme permettant de donner de la sécurité et de la perspective et partage de points de vue constructifs et complémentaires au sein d’un Comité de pilotage commun. Nous tenons à cette méthode, car c’est elle qui nous permet d’affiner au fur et à mesure l’approche scientifique de cette étude. Faire confiance, s’impliquer, partager : c’est en définitive l’ADN de notre fondation.

[Projet européen Bison] Les résultats présentés le 6 juin prochain à l’occasion d’un séminaire international

Les infrastructures de transport sont l’un des moteurs du développement économique mondial. C’est aussi l’une des principales causes du changement climatique et du déclin de la biodiversité. Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, de lourds investissements sont actuellement réalisés pour rendre les infrastructures plus résilientes et durables. En revanche, l’impact sur la biodiversité est beaucoup moins bien connu et compris par le secteur. Compte tenu de l’inquiétude croissante que suscite l’érosion de la biodiversité au niveau mondial, de nouvelles réglementations et approches prévoyant des normes plus strictes en matière de biodiversité sont attendues dans le sillage de la négociation de la Cop15.

Pour répondre aux préoccupations de prise en compte de la biodiversité dans le développement des infrastructures de transport, il n’existait jusqu’à présent pas de consensus général sur la manière de créer un secteur des transports respectueux de la biodiversité fondées sur la recherche.

 

Au terme de deux ans et demi de travail, sous les auspices conjoints de la Commission européenne, du Conseil de l’Europe et du Partenariat pour des infrastructures durables (SIP) dirigé par le Programme des Nations unies pour l’environnement, les membres du consortium Bison organisent un séminaire international du 6 au 9 juin (les journées du 6 et 7 sont ouvertes à toute et tous) qui réunira divers acteurs et parties prenantes aux niveaux national, régional et international dans le but d’engager un dialogue sur le thème des infrastructures et de la biodiversité.

Les principaux résultats du projet Bison seront présentés le 6 juin. Une journée entière sera consacrée aux liens entre les résultats du projet Bison et la communauté élargie des infrastructures durables.

En collaboration avec le SIP et des partenaires internationaux, le séminaire conjoint du 7 juin explorera les moyens d’intégrer les résultats de la recherche dans l’élaboration des politiques et les décisions d’investissement, et de catalyser les prochaines étapes.

 

L’événement se déroulera dans un format hybride pour faciliter la diffusion, mais les orateurs seront présents. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du projet Bison.

[Appel à projets FRB-MTE-OFB 2022] Neuf projets sélectionnés suite à l’appel “Impacts sur la biodiversité terrestre dans l’anthropocène”

Dans le cadre de la mise en place du  programme national de « surveillance de la biodiversité terrestre » porté par l’Office français de la biodiversité (OFB) visant à mesurer, identifier et suivre l’influence des activités humaines sur la biodiversité et les pratiques les plus vertueuses à valoriser, le ministère de la Transition écologique (MTE) et la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) ont lancé un appel à projets de recherche en 2022 « Impacts sur la biodiversité terrestre dans l’anthropocène », sur la caractérisation des impacts positifs, négatifs ou l’absence d’impacts des activités humaines et des pressions induites sur l’état et la dynamique de la biodiversité terrestre.

 

Trois types de projets sont financés par l’appel de 2022 :

 

DES PROJETS SYNTHÈSE

  • Discar – Population consequences of human DISturbance on small CARnivores ; Olivier Gimenez (CNRS) et Sandrine Ruete (OFB),
  • DragonDragonflies as bellwether for the human impact on interface ecosystems ; Colin Fontaine (CNRS) et Reto Schmuki (UK Centre for Ecology and Hydrology),
  • Motiver – Developing agri-environmental Indicators to MOnitor The Impact of human-driven landscape changes on biodiVERsity in European farmland ; Gaël Caro (Univ de Lorraine) et Ronan Marrec (Univ de Picardie)

Ces projets, d’une durée de trois ans, devront développer des synthèses d’idées et/ou de concepts, des analyses de données existantes, et devront s’intéresser aux facteurs affectant l’état, l’évolution et la dynamique de la biodiversité.

 

DES PROJETS SYNERGIE 

 

  • ComepiCOmprendre les patrons de biodiversité et leurs impacts fonctionnels, MEsurer des indicateurs pour PIloter les habitats par la gestion anthropique ; Anne BONNIS (CNRS)
  • IndicatorsPlant reproductive strategies as new diversity indicators – proof of concept in agricultural landscapes ; Sylvain GLEMIN (CNRS)
  • PppirecPollinisateurs, Pesticides, et Paysages : Indicateurs de Réponses, des Espèces aux Communautés ; Nicolas DEGUINES (CNRS, Université de Poitiers)
  • RodexpoAnticoagulant rodenticides in rodent communities sampled along a gradient of forest anthropisation : exposure and resistance ; Virginie LATTARD (Vet-Agrosup)

 

Ces projets, d’une durée d’un an, apporteront apporter des réponses complémentaires sur une question qui émerge d’un projet de recherche finalisé ou en cours de réalisation, et permettront d’éclairer les porteurs d’enjeux sur les indicateurs de mesures et les pratiques à promouvoir pour préserver la biodiversité.

 

DEUX PROJETS REVUE SYSTÉMATIQUE

 

  • DesybelA SYstematic review on the impact of anthropogenic noise on terrestrial biodiversity ; Yorick REYJOL (MNHN)
  • Tres-PraticTrait-based responses of soil fauna to agricultural practices & agricultural management strategies: a systematic review and meta-analysis ; Mickael HEDDE (Inrae)

 

[Appel à projets] Ouverture de deux appels à projets sur la biodiversité «DataShare» et «Pressions anthropiques et impacts sur la biodiversité terrestre»

Deux appels à projets permettent le financement de projets de recherche sur la biodiversité de 1 à 3 ans.

 

Appel à projets DataShare 2023

 

L’objectif de cet appel DataShare est d’accélérer le partage d’ensembles de données en libre accès et à grande échelle sur la biodiversité. Cet appel complète les appels classiques de synthèse sur la biodiversité, qui visent à encourager l’analyse des données existantes et la synthèse d’idées et de concepts, en mettant l’accent sur la compilation et le partage des données. Il peut être considéré comme une étape préliminaire, mais non obligatoire, avant de soumettre une proposition de recherche à un appel de synthèse classique sur la biodiversité (par exemple Cesab, sDiv, NCEAS).

Pour sa seconde édition 2023, quatre projets de deux ans seront financés, avec le soutien d’un.e datascientist.

 

Plus d'informations

 

 

Appel à projets Pressions anthropiques et impacts sur la biodiversité terrestre 2023

 

Dans le cadre de la mise en place du  programme national de « surveillance de la biodiversité terrestre » mis en place par le Ministère de la Transition Ecologique (MTE) et l’Office français de la biodiversité (OFB), la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) lance, pour la troisième année consécutive, l’appel à projets de recherche « Pressions anthropiques et impacts sur la biodiversité terrestre ». Cet appel a pour objectif de caractériser les liens entre pressions et impacts des activités humaines sur la biodiversité terrestre.

 

Les résultats des recherches financées par le programme devraient permettre de contribuer à renforcer les actions de la société dans son ensemble pour enrayer le déclin de la biodiversité et favoriser un développement humain soutenable.  

 

Cet appel permettra le financement de :

  • 3 projets de SYNTHÈSE de données de trois ans – ces projets devront développer des synthèses d’idées et/ou de concepts, des analyses de données existantes, et devront s’intéresser aux facteurs affectant l’état, l’évolution et la dynamique de la biodiversité. 
  • 4 à 6 projets SYNERGIE d’un an – ces projets devront apporter des réponses complémentaires sur une question qui émerge d’un projet de recherche finalisé ou en cours de réalisation, et ainsi permettre d’éclairer les porteurs d’enjeux sur les indicateurs de mesures et les pratiques à promouvoir et abandonner pour préserver la biodiversité.
  • 1 à 2 projets de REVUE SYSTÉMATIQUE de deux ans – ces projets devront présenter un état des lieux des pratiques humaines ayant un impact sur la biodiversité et une synthèse de l’état de la connaissance sur les impacts considérés

 

 

Plus d'informations

[FRB-Cesab] Approche théorique pour l’étude de la biodiversité : lier modèles mathématiques et données – 2023

 
Le CesabCentre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et le GdR TheoMoDive proposent la seconde édition de la formation « Approche théorique pour l’étude de la biodiversité : lier modèles mathématiques et données ». Cette formation de cinq jours a pour objectif de former de jeunes chercheurs / chercheuses aux techniques de modélisation mathématique (équations différentielles, Lotka-Volterra, matrices Jacobiennes, etc.) ainsi qu’à l’interface statistique entre modèles et données de biodiversité. 

 

Cette formation sera dispensée en anglais et se déroulera du 3 au 7 avril 2023 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix est de 100 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s.

 

 

Retrouvez la formation sur GitHub

 

 

Une bonne maîtrise du logiciel R est requise. 

 

Liste des organisateurs (par ordre alphabétique) :
  • Vincent CALCAGNO (INRAE, ISA) 
  • Emanuel FRONHOFER (CNRS, Isem) 
  • Isabelle GOUNAND (CNRS, iEES-Paris) 
  • Claire JACQUET (CNRS, Isem) 
  • Sonia KEFI (CNRS, Isem)
  • François MASSOL (CNRS, CIIL) 

 

[Décryptage] Un véritable tournant en faveur de la synthèse de connaissances dans le domaine des sciences de l’environnement

De la curiosité scientifique à l’élaboration d’une politique spécifique, le recours à ces méthodes intervient lorsqu’est identifié un besoin de disposer de “preuves”, d’un état des connaissances relatif à une question préoccupante, d’intérêt sociétal ou scientifique. Les questions peuvent alors se présenter sous des formes diverses, dépendant de la réponse recherchée : quels sont les impacts de l’exposition aux facteurs de stress anthropogéniques ? Quelle est l’efficacité d’une intervention de gestion ? Quelle est la pertinence d’une méthode donnée ? Quelles options de gestion optimales existent ?

 

Dernièrement, la Collaboration for Environmental Evidence (CEE) – un réseau de structures et d’experts individuels créé en 2007 – a fait un grand pas en faveur d’une plus grande acceptation des différentes méthodes de synthèses de connaissances. Pour mieux comprendre le rôle de cette instance et cette actualité : entretien avec Joseph Langridge, chargé de mission à la FRB, spécialiste des “synthèses de connaissances”.

 

 

Avant de parler de la CEE et des dernières actualités, pouvez-vous nous en dire plus sur les enjeux liés à la synthèse de connaissance ?

 

La quantité d’articles scientifiques et de connaissances disponibles n’a jamais été aussi importante. Face à ce constat et au besoin de réunir un maximum d’informations sur une pathologie, c’est par la médecine que les méthodes de synthèse de connaissances ont émergé (Cochrane Collaboration). Elles ont d’abord trouvé un écho du côté des sciences sociales (The Campbell Collaboration), puis des sciences de l’environnement (Collaboration for Environmental Evidence).

Il est aussi intéressant de noter que ces diverses méthodes sont particulièrement plébiscitées par les parties prenantes. Entre leur besoin d’éclairage scientifique sur des sujets précis et dans un temps relativement court, et le temps de la recherche qui se compte lui en années, certaines de ces méthodes peuvent permettre un compromis en apportant parfois en quelques mois seulement des éléments solides, basés sur l’existant, répondant à la fois aux exigences de la rigueur scientifique et aux besoins d’éclairages des acteurs et décideurs.

 

 

Alors, quelles sont ces deux avancées ?

 

La première nouvelle importante est la publication par la CEE de guidelines, lignes directrices, pour la réalisation de revues rapides de la littérature. C’est une avancée majeure puisque pour arriver à ce document, cela a nécessité des débats au sein du réseau afin d’interroger les risques de biais, la pertinence, la nécessité de ce format, etc. Jusqu’à présent, la méthode était utilisée, mais sans standard stricto sensu. Désormais, le document publié par la CEE va permettre d’harmoniser les pratiques et faire référence pour garantir la légitimité des résultats obtenus.

 

La deuxième avancée majeure est la création, par la CEE en partenariat avec l’Institut Julius Kühn, d’une base de données nommée Proceed qui a pour but de recenser et de publier les protocoles simplifiés dont font parties les revues rapides de la littérature. Là encore, jusqu’à présent, le processus de publication dans la revue Environmental Evidence était long et relativement décourageant pour certains scientifiques qui devaient dans un premier temps faire évaluer leur méthode dans une revue puis recommencer le processus pour l’article dans cette même revue.

 

À présent, Proceed – qui est un service gratuit – donne l’opportunité aux auteurs d’enregistrer des protocoles pour tout type de synthèse de connaissances, des revues systématiques aux cartes systématiques, en passant par les revues rapides de la littérature et d’autres formes de revues agrégées (comme les méta-analyses) et configuratives (comme le mapping ou le scoping c’est-à-dire des méthodologies structurées par étapes, pour décrire l’état de l’art de la littérature). C’est dans le but d’améliorer la rigueur des synthèses de connaissances, où qu’elles soient publiées, que la CEE a mis en place ce nouveau service. Il n’y a donc ensuite aucune restriction quant à la revue dans laquelle les résultats des synthèses de connaissances peuvent être publiés. Par ailleurs, les auteurs peuvent soumettre des protocoles à Proceed en utilisant les modèles fournis pour chaque méthode de synthèse. Ainsi, les soumissions ne font pas l’objet d’une évaluation par les pairs stricto sensu, mais seront tout de même vérifiées par une équipe d’experts, et pourront être renvoyées pour révision avant acceptation. Enfin, autre point intéressant : tous les protocoles acceptés recevront un DOI et seront téléchargeables et citables.

 

 

En résumé, ces avancées vont changer les pratiques des chercheurs et des chercheuses. Elles vont leur permettre de promouvoir leurs travaux plus confortablement, en renseignant leur méthode sur la base de données et proposant leur article à la revue de leur choix. 

 

En savoir plus sur Proceed

La base Proceed fournira une ressource en libre accès de titres et de protocoles de tout type de méthodes (cartes systématiques, revues systématiques, méta-analyses, rapid reviews, etc.). Les auteur·es peuvent s’inscrire et télécharger leurs titres et protocoles en utilisant les modèles. Tout est réfléchi pour que le processus soit accéléré pour tous (auteur·es et évaluateur·trices). L’atout majeur permis par la création de cette base de données, c’est que l’on pourra publier son protocole dans Proceed puis publier son article scientifique dans la revue de son choix… ce qui était jusqu’à présent difficile, méthode et article devant chacun passer l’étape de l’évaluation par les pairs au sein d’un même journal.

 

Avec Proceed, plusieurs options existent en réalité :

1. Enregistrer un protocole dans Proceed, puis soumettre un protocole et un article de résultats évalués par les pairs à Environmental Evidence.

2.Enregistrer un protocole dans Proceed, puis soumettre votre article de résultats (c’est-à-dire carte, revue, revue rapide, etc.) à Environmental Evidence.

3. Enregistrer un protocole dans Proceed, puis soumettre l’article sur les résultats dans la revue de votre choix.

4. Enregistrer un protocole dans Proceed, puis publier dans un format de rapport technique non commercial (i.e. littérature grise).

 

Comme indiqué dans l’interview, les protocoles simplifiés de Proceed sont évalués, et une fois acceptés, un DOI leur est attribué.

 

C’est un vrai bond en avant en faveur de la synthèse de connaissances dans les sciences de l’environnement ! 

Analyse des stratégies en faveur de la biodiversité : développer une méthode et l’appliquer au processus en cours de la SNB3

Depuis début 2022, la FRB travaille à une méthode d’analyse des stratégies, plans et programme nationaux qui permette d’interclasser leurs mesures en fonction de leur capacité à faire levier, c’est-à-dire à répondre aux ambitions et objectifs de ces documents nationaux de cadrage et à engager un changement transformateur. Dans le cadre de ce développement, une partie des mesures du premier volet, pré-Cop15, de la SNB3 a été évaluée. Le présent document dévoile les résultats de cette analyse scientifique et met en évidence les points d’amélioration possibles.

 

Le développement d’une méthode originale

Pour réaliser cette étude, le développement d’une méthode originale a été nécessaire et a permis de prendre en compte à la fois des expertises académiques et non académiques.
Quatre des cinq axes et leurs mesures ont été analysés. L’axe 4 concernant la mise en œuvre de la stratégie sera complété dans le second volet : il n’a donc pas été évalué.

 

  • Étape 1 | Définition de 15 critères d’analyse par le Conseil scientifique de la FRB
  • Étape 2 | Analyse individuelle des mesures. Cette étape a permis de constituer des fiches consensuelles d’évaluation scientifique pour chacune des mesures, disponibles dans le document.
  • Étape 3 | Interclassement des mesures entre elles, au sein d’un même axe, afin d’identifier les forces et les faiblesses de chacune d’elles et de mettre en lumière ce qui pourrait, pour chaque mesure, être amélioré. Pour cette étape, deux groupes ont été constitués (l’un avec des représentant du Conseil d’orientation stratégique de la Fondation ; l’autre avec des scientifiques) dans le but de confronter hiérarchisation sociétale et hiérarchisation scientifique.

 

Retrouvez le détail de cette méthode dans le document annexe “Méthode d’évaluation des stratégies en faveur de la biodiversité : Analyse de la capacité à initier un changement transformateur”.

Les résultats de la recherche en appui à la décision, de l’international au national

En 2019, l’Ipbes sort son évaluation mondiale et appelle les États membres à engager un changement transformateur, via des actions, des mesures leviers.

  • Ce changement transformateur est entendu comme : « un changement fondamental à l’échelle d’un système, qui prend en considération les facteurs technologiques, économiques et sociaux, y compris en termes de paradigmes, objectifs et valeurs ».
  • Les leviers identifiés sont des points d’intervention clés permettant d’amorcer ce changement transformateur, pour passer des tendances actuelles de déclin de la biodiversité et de certains services écosystémiques, à des tendances plus durables.

 

Établies par de nombreux chercheurs et chercheuses des quatre coins de la planète et sur la base de milliers d’études scientifiques, les recommandations de l’Ipbes ont vocation à trouver un écho au sein de dispositifs pouvant être contraignants comme la Convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB) ou à d’autres échelles de gouvernance, notamment des États. En ratifiant la CDB en 1994, la France s’est engagée à établir des stratégies ou des plans d’action pour la biodiversité, conformément à un cadre international mis à jour par la conférence des Parties. Dans ce contexte, la troisième Stratégie nationale biodiversité à l’horizon 2030 (SNB3) constituera la réponse de la France au cadre mondial adopté en décembre 2022 et à la Stratégie européenne en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030. 

 

Messages-clés

 

Il ressort de l’étude que la stratégie publiée en 2022 affiche une pertinence élevée dans ses objectifs (titres et axes). Sa structure est également intéressante puisqu’elle identifie bien les domaines sur lesquels faire levier, à savoir les activités humaines et notamment l’agriculture, l’éducation, les activités économiques, la finance. Toutefois, l’évaluation conclut que le contenu des mesures nécessite d’être affiné, mieux documenté, explicité pour réussir à engager un véritable changement transformateur. La stratégie mériterait d’exprimer un niveau d’ambition plus élevé et d’indiquer concrètement les nouvelles directions à prendre.

 

Huit constats, transversaux aux axes analysés, sont également détaillés dans le rapport :

1 | Les mesures dessinent un maillage incomplet des pressions, territoires, écosystèmes, cibles et acteurs.

2 | Le texte des mesures, tel que rédigé, ne permet pas de percevoir la dimension systémique des enjeux, des causes, solutions possibles et des interactions entre humains – non-humains, entre activités humaines, entre climat et biodiversité, etc. ; et distingue mal l’essentiel de l’anecdotique.

3 | La nécessité d’éviter les impacts, dans une réflexion précoce et en conjonction avec la planification écologique des territoires, gagnerait à être rappelée, faute de quoi, la stratégie risque de passer à côté d’un réel levier de diminution des pressions.

4 | La stratégie s’appuie sur une démarche descendante et peu transparente, sans capitaliser sur l’expertise scientifique et les connaissances locales.

5 | La stratégie comporte une forte incertitude quant à sa capacité à réformer, transformer, et sa volonté à engager certains dispositifs pour les rendre réellement efficaces.

6 | Si l’adhésion volontaire à certaines mesures permet d’entrevoir l’engagement d’une grande diversité d’acteurs, cela semble aussi restreindre le spectre du pouvoir transformateur de la stratégie ou le retarder.

7 | La stratégie gagnerait à prendre en compte la dépendance systémique des humains vis-à-vis de la nature.

8 | À faire le choix d’une diminution des ambitions, ou d’une rédaction consensuelles plutôt que d’identifier les “gagnants” et les “perdants” nécessitant d’être accompagnés, le succès de la stratégie risque d’achopper sur le statu quo, et de perdre en efficacité.

 

Considérations juridiques sur les nouvelles relations entre l’Homme et l’abeille

La raréfaction des pollinisateurs en général et de l’abeille domestique en particulier ont mis en évidence leur importance dans la production agricole et la protection de biodiversité.La mise en œuvre d’instruments juridiques propres à garantir une bonne gestion de la pollinisation n’est pas des plus évidentes, en raison de la difficulté qu’il y a à gouverner les essaims et, surtout, à en fixer les termes d’un point de vue juridique. S’il y a bien service écosystémique, la légitimité d’un paiement à l’apiculteur interroge, comme interrogent les conventions de pollinisations, à la finalité aléatoire. Des conventions à l’objet inédit (fauche tardive, jachère fleurie, etc.) permettent sans doute d’asseoir un service environnemental au profit des pollinisateurs, mais elles peinent à compenser les atteintes (épandage de pesticides par exemple) qui les affectent.

Dix principes pour améliorer l’équité et la justice dans la gouvernance et l’usage des terres

Atteindre la durabilité à travers les systèmes fonciers est un défi pour de multiples raisons. Précisément parce que de multiples significations et valeurs sont associées à la terre. Également parce que les systèmes terrestres sont complexes, que les dommages peuvent être irréversibles et interconnectés avec des trajectoires de développement, qu’il peut exister des impacts importants liés aux petites empreintes foncières, que les retombées négatives des usages des terres peuvent être lointaines. Mais aussi parce que nous vivons sur une planète où les compromis sont fréquents, parce que les revendications se chevauchent et sont contestées, parce que les avantages et les bénéfices de la terre sont inégalement répartis. Enfin, parce que les acteurs ont des visions multiples, parfois contradictoires, de la justice.

 

Éviter les impacts négatifs irréversibles est toujours préférable, mais au-delà de ça, progresser vers la durabilité par l’utilisation des terres consiste souvent à négocier des compromis et des compensations justes et acceptables, plutôt que d’obtenir des résultats optimaux ou une paix stable entre les acteurs. À travers une approche multidisciplinaire, les auteurs exposent ici 10 principes clé, sous-tendus par un ensemble de preuves scientifiques solides, qui représentent l’état actuel des connaissances des sciences du système Terre et qui mériteraient d’être acceptées et comprises des scientifiques, des décideurs et des praticiens travaillant sur l’usage des sols. Ces principes n’apportent toutefois pas de réponses simples aux débats actuels sur la gestion des compromis et des synergies, sur comment organiser la multifonctionnalité des systèmes fonciers à travers les lieux et les échelles, ni sur comment mettre en place des procédures et une distribution équitable des bénéfices fonciers. Cependant, ils peuvent aider à adapter la gouvernance des systèmes fonciers pour réaliser un développement juste et durable, fournir un terrain commun pour la science et la politique et donner des pistes pour un agenda de recherche. Six propositions (encadrés) sont détaillées au fil du texte pour permettre aux décideurs et aux praticiens de collaborer pour relever les défis urgents liés aux changements d’usage des terres.

 

 

Les dix principes

 

1. La terre est le foyer de significations et de valeurs multiples.

2. La dynamique du système terrestre est complexe, avec des rétroactions et des interactions qui conduisent à la fois à des changements brusques et à la stabilité.

3. Certains changements d’utilisation des terres ont des impacts sociaux et environnementaux irréversibles à l’échelle de décennies ou de siècles.

4. Certaines utilisations du sol ont une faible étendue spatiale, mais des répercussions importantes.

5. Les systèmes terrestres sont interconnectés à l’échelle mondiale.

6. Les humains utilisent ou gèrent plus des trois-quarts de la surface non glacée de la Terre, mais c’est l’ensemble des terres, même celles qui sont apparemment inutilisées qui sont bénéfiques aux sociétés humaines.

7. L’utilisation des terres implique plus souvent des compromis que des gains ; maximiser un usage de la terre, comme l’atténuation du changement climatique, réduit presque toujours d’autres avantages pour d’autres utilisateurs.

8. Une grande partie des terres dans le monde fait l’objet de multiples chevauchements et revendications foncières.

9. Les avantages et les risques liés à l’utilisation des terres sont inégalement répartis et le contrôle des ressources foncières est de plus en plus concentré par un nombre réduit d’acteurs.

10. La justice sociale et environnementale liée à l’utilisation des sols comprend des formes multiples de reconnaissance et de justice procédurale, distributive et intergénérationnelle.

[FRB-Cesab] Newsletter 8 Cesab – janvier 2023

Un mot de Nicolas MOUQUET, directeur scientifique du Cesab

Gauche : graphe représentant le nombre de groupes hébergés au Cesab et les appels à projets annuels. Droite : cumuls des financements sécurisés depuis 2019.

L’année 2022 aura été particulièrement faste pour le Cesab. Elle a été à la fois…

 

  • Année de la maturité. Après le déménagement à Montpellier en 2019, nous avons exploré de nombreux formats pour les groupes de synthèse avec de nouveaux partenaires. Cela nous a permis d’augmenter considérablement le nombre de groupes actifs passant de huit groupes en 2019 à 28 en activité prévus pour 2023. Nous sommes maintenant occupés à consolider notre modèle pour équilibrer cette belle dynamique.
  • Année du redémarrage des réunions en présentiel. La pause forcée de la « séquence » Covid nous a permis d’améliorer notre capacité à accompagner nos groupes dans le travail à distance, mais aussi d’en mesurer les limites. La synthèse est une histoire humaine avant tout, faite de contacts et d’imprévus qui seuls peuvent se produire quand les groupes se réunissent en présentiel et vivent ensemble durant une semaine !
  • Année du renouveau, avec la constitution d’un nouveau comité scientifique pour le Cesab qui a très rapidement été mis à contribution pour accompagner et évaluer les appels à projets en cours.
  • Enfin, année de l’expérimentation avec la mise en place d’un nouveau type d’appel à projets, le DataShare, qui se focalise sur l’assemblage des bases de données de biodiversité et est voué à être reconduit en 2023.

 

Je suis certain que 2023 sera une année charnière lors de laquelle nous franchirons encore une étape dans notre développement, avec des initiatives déjà en préparation et, je l’espère, la concrétisation d’un appel commun entre centre de synthèse soutenu par Biodiversa+.

Depuis quatre ans que le Cesab s’est installé à Montpellier, ce sont plus de 6 millions d’euros que nous avons réussi à mobiliser pour la synthèse de données sur la biodiversité, permettant à 474 chercheuses et chercheurs de travailler dans les meilleures conditions possibles.
 

En plus de l’accueil des groupes de synthèse, nous organisons au Cesab trois formations annuelles qui ont profité jusqu’à présent à 115 doctorant·e.s et post-doctorant·e.s. En 2023 nous y ajouterons une nouvelle formation sur l’intelligence artificielle et la biodiversité. 

Cette effervescence est possible grâce au soutien sans faille des membres fondateurs de la FRB et plus largement de ses administrateurs, de nos partenaires, ainsi que grâce à l’équipe FRB dédiée au Cesab qui démontre chaque jour que professionnalisme et efficacité peuvent rimer avec bienveillance et décontraction ! Je les remercie ici profondément pour ce qu’ils apportent au Cesab et à la communauté scientifique travaillant sur la biodiversité en général.

 

Bonne année 2023 !

 

Plus d'informations sur le Cesab

 

2023 : après la Cop, Cap sur l’action !

Qu’en est-il 30 ans après ? Au-delà des réserves sur quelques résultats de la Cop15 (recul de l’ambition pour certains objectifs comme la suppression des subventions néfastes ou l’obligation de divulgation des impacts du secteur privé), il nous semble essentiel d’en souligner les grandes avancées, par rapport au projet tel qu’il existait en 2021, ou par rapport aux objectifs d’Aïchi, fixés en 2010 par la même Convention.

 

Le « Cadre mondial pour la biodiversité » adopté par la CDB, s’extirpe du piège de la séparation humain-nature. Elle élargit nos perspectives écologiques et nos conceptions des relations nature-société en mettant en avant, dans plusieurs cibles, l’intégrité de tous les écosystèmes. Il ne s’agit plus de se préoccuper seulement de la grande valeur des écosystèmes dits « naturels », peu anthropisés. Il s’agit de s’intéresser aussi, voire surtout, aux écosystèmes modifiés, agricoles et urbains, dont la présence est parfois considérée comme la manifestation même de l’ingéniosité humaine, mais pour lesquels la place de la nature est aussi très importante et menacée. Tous les écosystèmes doivent donc être intègres, supposant diversité des compositions génétiques et spécifiques, de la structure paysagère, et des fonctions écologiques ! Une planification de l’ensemble des espaces (cible 1 du Cadre mondial) est la conséquence de cette prise en compte de l’ensemble des écosystèmes. La décennie pour la restauration des écosystèmes (2021-2030), décrétée par les Nations unies, devrait aider à dégager des moyens significatifs pour leur restauration.

 

Pour atteindre cette ambition d’intégrité, le cadre mondial propose d’emblée un contexte systémique, intégratif, de nos relations problématiques avec la nature. Il détaille, en 4 objectifs et 23 cibles, de manière précise et approfondie, des façons de construire de meilleures trajectoires sociales et écologiques, quels que soient les contextes sociaux, écologiques, des pays. Ce qui n’était pas une évidence, car les enjeux, les verrous, les perspectives diffèrent profondément, selon l’état de transformation des écosystèmes, l’intensification de l’agriculture, les densités humaines, le niveau de vie des habitants ou encore les habitudes de consommation, qui varient considérablement par exemple entre la France, le Congo ou l’Indonésie. Le Cadre décrit également la responsabilité actuelle, potentielle, de chaque secteur, agricole, industriel, financier ou de la société civile, et surtout les manières pour chacun·e d’être ambitieux, d’articuler ses efforts avec les autres partenaires. Conséquent, ce cadre suggère une série d’outils, de politiques publiques, autant incitatives, coercitives, préventives, systémiques, etc., qu’à nouveau chaque pays peut prioriser, selon son contexte, politique, économique et social.

 

Enfin, ce Cadre mondial – et ce n’est pas nouveau pour la Convention pour la diversité biologique ! – offre un cadrage social et anthropologique ambitieux, visionnaire, résolument inclusif, préoccupé par l’accès équitable aux écosystèmes des peuples autochtones, des communautés locales, des différents genres, des générations futures, le posant comme condition nécessaire à la préservation de la biodiversité.

 

C’est maintenant à chaque pays, chaque région, à l’Europe, de fixer ses priorités, afin de stopper le déclin de la biodiversité, de la restaurer. Chacun devra établir des objectifs, définir ce que serait un état satisfaisant de la biodiversité sur son territoire, et en conséquence, devra en rendre compte, à la Convention, à ses partenaires et sa population.

 

Souhaitons que 2023 soit l’année où la France se saisisse résolument de ce cadre pour améliorer et renforcer la prise en compte de la biodiversité et se donner les moyens d’engager la transformation vers la soutenabilité. L’intervention publique est en effet indispensable dans les domaines comme le climat ou la biodiversité. C’est d’ailleurs en substance les propos qu’ont tenu les Parties prenantes qui se sont exprimées pendant la séance de clôture du segment de haut niveau, en conclusion de la Cop : que des réglementations nationales ambitieuses déclinent ce Cadre mondial afin de donner un cap, d’harmoniser les actions, de lisser les distorsions de concurrence. Tout en travaillant sur les deux leviers majeurs que sont la planification écologique et la transformation des modèles économiques, sociaux et financiers, notre pays devra aussi revoir ses valeurs et comportements pour diminuer les impacts importés liés au commerce mondial.

 

Le projet scénario de laFondation pour la recherche sur la biodiversité, combinant récits, cartes cognitives et modèles, aidera les Parties prenantes à se projeter dans un futur que nous souhaitons tous plus désirable. Outils d’exploration de futurs plausibles, les scénarios ne sont pas des prédictions, ni des constructions consensuelles de ce que le futur devrait être. Par des recueils des perceptions des acteurs sur le terrain, des mises en récits et des modélisations des trajectoires de la biodiversité, les scénarios fournissent des langages et concepts communs, afin de penser les événements passés et à venir. Ils sont ainsi des vecteurs de prise de conscience, de connaissances, d’endossement des responsabilités sur des sujets potentiellement difficiles à appréhender du fait de perspectives potentiellement négatives ou sombres. Nous espérons qu’ils aideront à développer des capacités d’anticipation, de décisions et d’organisation collective.

 

2023 démarre : meilleurs vœux et Cap sur l’action !

L’échec du dissensus est essentiel pour que l’écologie scientifique influence les politiques de développement

La falsification des hypothèses et le changement de paradigmes sont deux des nombreux modèles qui expliquent la manière dont les théories, les expériences et les observations façonnent la compréhension. Cependant, l’écologie a également une histoire de débats verrouillés, dans lesquels les positions se figent et la progression vers un consensus consolidé est entravé, voire empêché, par l’absence de discours efficace et synthétique.

 

Les conséquences néfastes du verrouillage des débats en écologie et, plus largement, des sciences de l’environnement dépassent le cadre universitaire car les dissensus ont un impact sur la prise en compte de la connaissance scientifique dans l’élaboration des politiques environnementales qui font intervenir de multiples disciplines et parties prenantes. Pourtant, l’essor récent des plateformes scientifiques et politique d’évaluations et de synthèse, telles que le Giec et l’Ipbes, devraient améliorer le transfert des résultats scientifiques vers les décideurs, l’élaboration d’avis et faciliter leur transformation en réglementations, en objectifs et actions de gestion. Lorsque des désaccords scientifiques atteignent l’arène sociétale, ils peuvent nuire à la fois à la crédibilité scientifique et à la diffusion de la connaissance. Lewandowsky et al. (2021) a ainsi démontré que l’acceptation de la science comme moteur de la politique – et l’acceptation des politiques elles-mêmes – augmentent si les déclarations scientifiques sont consensuelles.

 

L’objet de cette publication est d’examiner les débats non consensuels en écologie, d’identifier pourquoi ils se produisent et de trouver des mécanismes pour en sortir.

[Formation] Ouverture des pré-inscriptions pour la formation “Approche théorique pour l’étude de la biodiversité : lier modèles mathématiques et données” – 2023

Cette formation de cinq jours, organisée par le Cesab – Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et le GdR TheoMoDive, a pour objectif de former de jeunes chercheurs et chercheuses aux techniques de modélisation mathématique (équations différentielles, Lotka-Volterra, matrices Jacobiennes, etc.) ainsi qu’à l’interface statistique entre modèles et données de biodiversité.
 
 
Cette formation sera dispensée en anglais et se déroulera du 3 au 7 avril dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix est de 100 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s. 

 

Les pré-inscriptions se font en remplissant le formulaire disponible sur la page de l’événement et se clôtureront le mercredi 8 février, à minuit (CET). Le nombre de places étant limité, les inscriptions seront confirmées en février.

 

 

Pré-inscription et programme

[Appel à prestataire] Nomination d’un prestataire pour la réalisation d’une synthèse bibliographique sur les solutions fondées sur la nature et le changement transformateur

Au service de l’objectif “Connecting R&I programs, results and experts to policy” de Biodiversa+, la sous-tâche 4.1.2 “Desk studies and production of knowledge syntheses” de Biodiversa+, pilotée par la Fondation française pour la recherche sur la biodiversité (FRB), publie un marché pour la réalisation d’une synthèse des connaissances afin de fournir un état de l’art sur la capacité des solutions fondées sur la nature (SFN) à induire un changement transformateur pour l’utilisation et la gestion durables de la biodiversité dans les systèmes socio-écologiques. La FRB nommera le bénéficiaire – après le processus d’évaluation/sélection – le 6 février 2023.

 

La date de clôture des candidatures pour ce marché est fixée au 27 janvier à minuit. Toutes les réponses à ce marché devront être rédigées en anglais et envoyées par email avant cette date butoir à Joseph Langridge (joseph.langridge@fondationbiodiversite.fr), avec Cécile Mandon (cecile.mandon@fondationbiodiversite.fr) en copie.

 

Plus d’informations :

 

Consulter le cahier des charges

 

 

[Appels à projets FRB-Cesab 2022 et DataShare] Cinq projets sélectionnés

Cinq projets innovants de synthèse d’idées et de concepts et d’analyse de données existantes ont été retenus.

 

Trois dans la cadre de l’appel à projet FRB-Cesab 2022. Les projets sélectionnés sont financés pour une durée de trois ans, incluant : le recrutement d’un post-doctorant sur deux ans, l’organisation de six réunions du groupe de travail au Cesab, la valorisation des résultats, ainsi qu’un appui logistique, technique et administratif.

 

  • Bioforest

 

Interactions entre la Biodiversité des arbres, la dynamique Forestière et le climat dans les forêts tropicales aménagées : une approche pan-tropicale

Porteurs de projet : Maria PEÑA-CLAROS (Université de Wageningen, Pays-Bas), et Camille PIPONIOT (Cirad, France)

 

 

  • Food-Webs

 

Réseaux alimentaires dans l’anthropocène : une synthèse des isotopes stables pour comprendre la réponse globale des écosystèmes d’eau douce

Porteurs de projet : Julien CUCHEROUSSET (CNRS, France), et Michelle JACKSON (Université d’Oxford, Royaume-Uni)

 

 

  • Rivage

 

Revisiter la vulnérabilité des îles à l’ère géologique de l’Anthropocène

Porteurs de projet : Céline BELLARD (Université Paris-Saclay, France), et Daniel KISSLING (Université de Amsterdam, Pays-Bas)

 

AAP_DATASHARE_web

 

Deux projets dans le cadre de l’appel à projets Datashare. Les projets sélectionnés seront financés pour une durée de deux ans.

 

  • Islets

 

Synthèse des traits écophysiologiques des plantes insulaires

Porteurs de projet : Kasey BARTON (Université de Hawaii, Etats-Unis), et Claire FORTUNEL (IRD, France)

 

 

  • Phenofish

 

Création d’une base de données mondiale sur les traits fonctionnels des poissons : intégrer la physiologie et l’écologie au sein des différents écosystèmes aquatiques

Porteurs de projet : Sébastien BROSS (Université de Toulouse, France), et Nicolas LOISEAU (CNRS, France)

[Actualité] Les sociétés savantes d’écologies européennes appellent à un changement transformateur

Fin novembre dernier s’est tenu à Metz le Congrès porté par la Société française d’écologie et d’évolution (SFE2), la Société des écologues allemands, autrichiens et suisses (GfÖ) et la Fédération des sociétés d’écologie d’Europe (EEF).

La FRB salue la motion adoptée à l’issue de ce congrès, en faveur du changement transformateur prôné par l’Ipbes. En effet, la biodiversité, les ressources naturelles, le vivant constituent un patrimoine commun qui s’érode en raison d’un usage massif et non durable induit par les modes de vie d’un grand nombre d’humains sur la planète. Des données scientifiques sur l’érosion de la biodiversité et les causes directes et indirectes de son déclin, il ressort clairement que les « petits pas » ne seront pas suffisants et qu’il faut engager résolument un changement en profondeur de nos modes de consommation aux niveaux international, des États, des entreprises et des individus.

 

 

Consulter la motion

 

La conservation plus efficace quand les peuples autochtones et les communautés locales sont inclus dans la gouvernance

Ces questions sont pourtant cruciales pour permettre une conservation efficace de la biodiversité. Cette étude présente une revue systématique de 169 publications examinant comment différentes formes de gouvernance influencent les résultats de la conservation, en accordant une attention particulière au rôle joué par les peuples autochtones et les communautés locales.

 

L’étude met en avant un contraste frappant entre les résultats d’une conservation contrôlée de l’extérieur et ceux produits par des efforts contrôlés localement. La plupart des cas présentant des résultats positifs à la fois pour le bien-être et la conservation proviennent de cas où les peuples indigènes et les communautés locales jouent un rôle central. C’est le cas, par exemple, lorsque ces communautés ont une influence substantielle sur la prise de décision. En revanche, lorsque les efforts de conservation sont contrôlés par des organisations externes et impliquent des stratégies visant à modifier les pratiques locales, elles tendent à aboutir à une conservation relativement inefficace, tout en produisant des résultats sociaux négatifs.

 

Une conservation équitable, qui renforce et soutient l’intendance (stewardship) environnementale des peuples autochtones et des communautés locales, représente la principale voie vers une conservation efficace à long terme de la biodiversité, en particulier lorsqu’elle est soutenue par des lois et des politiques plus larges. Cette étude explique en détail comment mettre en œuvre des transitions de gouvernance progressives par le biais de recommandations pour la politique de conservation, avec des implications immédiates pour la réalisation des objectifs de conservation dans le cadre de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique.

[Actualité] Cap sur la Cop ! Les ressources

La FRB et la CDB

La CDB est dotée d’un organe international chargé de fournir des avis scientifiques : le SBSTTA (Subsidiary Body on Scientific, Technical and Technological Advice). Celui-ci s’appuie sur des « points focaux » nationaux pour solliciter les experts. En France, ce rôle de point focal est assuré conjointement par le MNHN (Muséum national d’Histoire naturelle) et la FRB. Ces deux institutions font partie de la délégation française à la CDB, menée par le Ministère chargé de l’environnement et le Ministère chargé des affaires étrangères.

 

[FRB-Cesab] Bonnes pratiques pour une recherche reproductible en écologie numérique – 2022

Le CesabCentre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et le GdR EcoStat proposent la quatrième édition de la formation « Bonnes pratiques pour une recherche reproductible en écologie numérique ». Cette formation de cinq jours a pour objectif de former de jeunes chercheurs / chercheuses aux outils de reproductibilité, de développement logiciel et de gestion de versions (Git, R Markdown, renv, Docker) appliqués à la recherche en biodiversité. L’IDE RStudio sera utilisée tout au long de la formation.

 

Cette formation sera dispensée en français et se déroulera du 28 novembre au 2 décembre 2022 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix est de 200 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s.

 

Le GdR EcoStat propose une aide financière à celles et à ceux dont les fonds disponibles ne seraient pas suffisants. Ces bourses s’adressent en priorité aux doctorant.e.s et aux post-doctorant.e.s. Pour en bénéficier, le/la participant devra appartenir à un laboratoire membre du GdR. Le montant de l’aide financière octroyée dépendra du nombre de demandes. 

 

 

Retrouvez la formation sur GitHub

 

 

Liste des intervenants (par ordre alphabétique) :

  • Iago BONNICI (CNRS ISEM)
  • Nicolas CASAJUS (FRB-Cesab)
  • François GUILHAUMON (IRD Entropie)
  • Aurélie SIBERCHICOT (UCBL LBBE)

La démographie, une des pressions indirectes identifiées par l’Ipbes

Dans son évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques, l’Ipbes distingue d’une part les « moteurs directs » de l’érosion de la biodiversité et d’autre part les « moteurs indirects ». Ces derniers sont pensés comme les causes profondes des atteintes à la biodiversité, tels que la démographie humaine, la consommation, l’économie, les échanges commerciaux, les progrès technologiques, les institutions, la gouvernance, etc. étayés par un système de valeurs et de choix de comportement. Ces moteurs indirects rétroagissent et aggravent les pressions directes exercées sur la biodiversité.

 

Les interactions entre la biodiversité et les moteurs directs ont été – et demeurent – l’objet de nombreuses recherches. En revanche, l’étude des relations entre la biodiversité et les moteurs indirects, notamment la démographie, semble moins fréquente.

 

S’il existe une incidence évidente de la croissance des populations humaines sur les pressions, notamment directes, qui pèsent sur la biodiversité, cette note met aussi en lumière le fait que la relation entre le nombre d’humains et la dégradation de l’environnement est loin d’être linéaire.

 

Elle permet donc d’envisager un découplage entre démographie et impact humain. Ce découplage impliquerait une réduction des pressions directes (par l’éducation, la réglementation ou les incitations de toute nature, etc.) mais aussi des actions menées sur des facteurs indirects de pression (par la réflexion sur certaines technologies, modes de gestion des espaces, de consommation, de modèles économiques, de gouvernance, de fiscalité, réglementation, etc.).

 

Ainsi, alors que la consommation des ressources naturelles et des biens de consommation par habitant s’accroît et se mondialise entre pays développés et pays émergents, la réduction des impacts anthropiques, dans un contexte de croissance de la population humaine, pourrait passer par une réduction et une rationalisation de l’utilisation globale des ressources naturelles. Cette réduction et cette rationalisation elles-mêmes, sous-entendent une révision des modes de production au niveau mondial et une meilleure répartition des ressources. Ce levier d’action semble le plus facile à envisager dans la mesure où agir sur les évolutions démographiques reste un sujet épineux et suppose, de plus, un effet d’inertie. Par ailleurs, il est aussi démontré que certaines modalités de gestion des espaces naturels ou anthropisés s’avèrent favorables à la biodiversité.

 

Un dernier élément de réflexion autour de cette nécessaire transition vers la durabilité souligne qu’elle ne pourra sans doute pas se faire sans un profond changement de notre rapport au vivant et de notre regard sur la biodiversité, souvent réduite à un ensemble de « ressources » pour l’espèce humaine.

 

 

Consulter le dossier complet

 

 

 

Messages-clés

 

  • L’effondrement de la biodiversité est concomitant de l’épuisement des ressources naturelles induit par une demande sans cesse croissante.

 

  • La démographie humaine aggrave de manière indirecte les pressions sur la biodiversité. Elle exerce une influence sur les facteurs directs de pression que sont le changement d’usage des terres et des mers, l’exploitation directe des ressources, le changement climatique, les pollutions, et les espèces envahissantes. Elle intervient également sur les pressions indirectes.

 

  • Même si le strict nombre d’êtres humains n’est pas nécessairement le facteur explicatif prépondérant (notamment dans les modèles d’extinction de la mégafaune) dans l’érosion de la biodiversité, c’est presque toujours la rupture démographique avec l’arrivée d’humains associée aux ruptures de consommation de biens et de services, à de nouveaux usages et aux ruptures technologiques qui peuvent être mises en cause.

 

  • Les impacts de la démographie sur la biodiversité ne sont pas linéaires. Même si l’accroissement considérable des populations humaines s’accompagne d’un déclin inégalé et brutal de la biodiversité, des populations humaines, même réduites, peuvent avoir des impacts catastrophiques et irréversibles sur la biodiversité.

 

  • La question des impacts de la démographie humaine sur la biodiversité ne peut pas être examinée indépendamment des autres facteurs de pressions indirectes comme les modes de production et de consommation.

 

  • Le nombre d’humains a triplé au cours du demi-siècle écoulé. Or pendant la plus grande partie de leur histoire, les populations d’Homo sapiens sont restées numériquement limitées. Elles se sont accrues au cours de la révolution néolithique, mais le nombre total d’humains n’a jamais atteint 500 millions avant l’an 1500. Le premier milliard a été dépassé vers 1804, le deuxième 125 ans plus tard, mais 12 ans seulement ont séparé le sixième (1998) du septième (2011). De fait, c’est au cours du dernier demi-millénaire que l’humanité a vécu de nombreuses révolutions de natures variées (démographique, sociale, économique, technologique, médicales, etc.). La prise de conscience de la « crise environnementale » s’amplifie depuis la seconde moitié du XXe siècle.

 

  • Selon l’Onu, le nombre d’humains pourrait atteindre 9,7 milliards en 2050, puis 11 milliards en 2100.

 

  • Il existe une corrélation spatiale positive entre les régions historiquement riches en biodiversité et l’accroissement récent ou actuel des peuplements humains qui s’y trouvent. Il s’agit souvent d’une croissance démographique récente qui pose la question de la survie de ces hot spots de biodiversité à moyen ou long terme.

 

  • Il existe très probablement deux tendances dans l’impact des populations humaines sur la biodiversité.

 

    • La première est strictement liée au nombre d’humains : l’impact augmente avec le nombre. La démographie, dans ce cas, aggrave les pressions sur la biodiversité par une relation positive due au nombre d’humains présents.
    • La seconde tendance est, elle, pour partie déconnectée de la dimension démographique et peut être liée à l’attrait particulier, et parfois temporaire, de populations humaines pour une ressource spécifique, animale (comme le castor ou la rhytine, un gros sirénien herbivore du détroit de Béring) ou végétale (comme le bois de rose ou d’autres essences rares) dont la valeur augmente à mesure qu’elle devient rare. Elle peut être aussi due au souhait de voir disparaître un compétiteur, comme le bison ou une espèce considérée comme nuisible (comme le moustique). Elle peut aussi être due à l’accès à une technologie plus efficace.

 

  • Des sociétés plus sobres et des modes de gestion des ressources naturelles plus durables a des conséquences favorables sur la biodiversité. Atteindre ce but requiert :

 

    • D’agir sur les pressions directes sur la biodiversité en les diminuant.
    • D’agir sur les facteurs indirects notamment par l’éducation, la communication ou les incitations collectives ou individuelles (réglementaires ou financières). 
    • D’agir sur les facteurs indirects par l’accroissement de la connaissance des relations (pratiques et connaissances) des populations à la biodiversité, dans leur diversité.
    • La sanctuarisation d’espaces sans intervention humaine pour contribuer à sauvegarder la biodiversité.
    • La transformation des regards sur la biodiversité par une approche « évocentrée » (c’est-à-dire qui promeut le maintien de la capacité d’évolution du vivant) de la conservation et mieux prendre en compte les relations entre les sociétés humaines et la biodiversité.

 

La démographie, une des pressions indirectes identifiées par l’Ipbes

Ce travail s’appuie sur une brève synthèse de la littérature scientifique publiée entre 2019 et début 2021 et a bénéficié de relectures par les membres du Conseil scientifique de la FRB. Il est original en ce qu’il est focalisé sur le réseau des liens entre la biodiversité et le facteur indirect sans doute le moins exploré de ce point de vue : la démographie humaine.

 

Première approche de mise en évidence des impacts entre démographie humaine et biodiversité, fondée sur les résultats de travaux de recherche, il a vocation à se poursuivre et à être enrichi par des échanges en interne et l’ensemble des partenaires de la Fondation. Les fiches présentées ci-après approfondissent les éléments de connaissance autour de la démographie humaine (FICHE 1) et de la manière dont elle peut influencer les facteurs directs et certains facteurs indirects façonnant la biodiversité (FICHES 2 à 11). La quantification de l’effet de la croissance de la population humaine sur l’érosion de la biodiversité, par rapport à d’autres facteurs de pression, comme le changement climatique par exemple, reste, quant à elle, un aspect peu abordé dans la littérature et constitue à ce titre un « front de science », une question appelant à des recherches inédites.

 

Dans son récent rapport sur l’état et les tendances de la biodiversité mondiale (années 1970-2050), l’Ipbes dresse le constat de l’impressionnante détérioration de la biosphère à toutes les échelles spatiales, ainsi que de l’exceptionnelle rapidité de l’érosion de la biodiversité – des gènes aux communautés d’espèces – la dégradation des écosystèmes.

 

Parallèlement :

  • le nombre d’humains a triplé au cours du demi-siècle écoulé ;
  • en sept décennies, de 1950 à 2019, le produit intérieur brut (PIB) global par habitant a presque quintuplé, passant de 3 500 à 17 000 dollars internationaux (réf. prix 2011) alors que la population mondiale passait de ∼2,5 à 7,7 milliards d’humains ; l’activité économique s’est alors construite sur l’exploitation de ressources finies rendant ce modèle non soutenable (Barrett et al., 2020) ;
  • les besoins en énergie et matières premières se sont accrus de concert avec l’intensification du commerce international (Gephart & Pace, 2015 ; Wiedmann & Lenzen, 2018 ; Liu et al., 2019 ; Scheffers et al., 2019 ; Green et al., 2019 ; Xu et al., 2020) ;
  • la superficie des zones urbaines et du réseau de leurs infrastructures a doublé en trois décennies (Johnson & Munshi-South, 2017 ; Weiss, 2018) : plus d’une personne sur deux vit aujourd’hui en ville et ce chiffre devrait être porté à deux sur trois en 2050 ; la taille des villes a augmenté de manière exponentielle depuis 1950 et les 28 premières agglomérations dans le monde, en 2030, auront des effectifs proches ou supérieurs à 20 millions d’habitants (United Nations, 2018) créant une demande en infrastructures et approvisionnements (énergie, alimentation, etc.) ;
  • les terres consacrées à l’agriculture et à l’élevage occupent désormais plus du tiers des surfaces continentales (Ipbes, 2019) et, si une grande partie des terres a historiquement été utilisée par les humains, l’intensification de l’utilisation a concouru à l’érosion de la biodiversité (Ellis et al., 2021).

 

 

La plupart des « objectifs d’Aichi », définis par la Convention sur la diversité biologique (CDB), ne sont pas atteints (Ipbes 2019, fig. SPM6). Les trajectoires actuelles du développement des sociétés humaines sont incompatibles avec l’accomplissement des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, spécialement ceux relatifs à la pauvreté, la faim, l’eau, l’urbanisation, les océans et les terres (Ipbes 2019, fig. SPM7). L’extraordinaire essor de la production de nourriture, d’aliments pour animaux, de matériaux et d’énergie est accompli au détriment de services écosystémiques tels que la régulation du climat, la qualité des eaux continentales et marines, de l’air et des sols (Steffen et al., 2015, 2018 ; Springmann et al., 2018 ; Jouffray et al., 2020). Nombre de ces activités impriment à la surface de la planète une signature caractéristique de l’Anthropocène1 (Lewis & Maslin, 2015 ; Waters et al., 2016), dont le changement d’usage des terres (artificialisation, etc.) et la transformation des écosystèmes.

 

 

L’enrichissement des bases de données et l’analyse des flux d’information permettent aujourd’hui d’appréhender ces bouleversements à l’échelle pluri-décennale, et de porter à connaissance des synthèses globales de l’intensité de l’exploitation (et des projets de mise en exploitation) des ressources de la planète. Sans prétendre à l’exhaustivité, des constats avérés sont établis en ce qui concerne les ressources alimentaires (FAO, 2020 ; IPCC, 2019), biologiques (par ex. génétiques, Blasiak et al., 2018 ; FAO, 2019a), mais aussi minières (par ex. celles des fonds océaniques, Miller et al., 2018), ou encore les ressources en eau douce, indispensables aux services écosystémiques (Pekel et al., 2016 ; Abbott et al., 2019 ; Immerzeel et al., 2019 ; Schyns et al., 2019), sans méconnaître ni les risques afférents (Liu et al., 2019 ; Nienhuis et al., 2019), ni la percolation des activités humaines dans les espaces réservés à la préservation de la biodiversité (Ramirez-Llodra et al., 2011 ; Dureuil et al., 2018 ; Kroner et al., 2019 ; Martin et al., 2020). Quant aux stocks halieutiques, ils sont soit exploités au maximum de leur potentiel de renouvellement, soit surexploités pour un tiers d’entre eux (FAO, 2019b, 2020 ; Taconet et al., 2019).

 

 

Au-delà de ces constats, l’Ipbes a élaboré un modèle conceptuel qui distingue, d’une part, les « moteurs directs » de l’érosion de la biodiversité (amplification des usages de l’océan et des terres, exploitation des écosystèmes, changement climatique, pollutions, espèces exotiques envahissantes) et d’autre part les « moteurs indirects », c’est-à-dire les causes profondes des atteintes à la biodiversité, dont la démographie humaine, la consommation, l’économie, les échanges commerciaux, les progrès technologiques, les institutions, la gouvernance, etc. étayés par un système de valeurs et de choix de comportement (Ipbes, 2019, fig. SPM2, SPM9). Ces moteurs indirects rétroagissent et aggravent les pressions directes exercées sur la biodiversité.

Les interactions entre la biodiversité et les moteurs directs ont été – et demeurent – l’objet de nombreuses recherches. En revanche, l’étude des relations entre la biodiversité et les moteurs indirects, notamment la démographie, semble moins fréquente.

 

[Actualité] Le prix Gulbenkian 2022 pour l’humanité distingue l’Ipbes et le Giec

Ce prix est une consécration pour la science et son rôle majeur en matière de lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité. En faisant ce choix, le jury souligne que la “science fondée sur des preuves” est fondamentale non seulement pour faire avancer de nombreuses actions politiques et publiques, mais aussi pour attribuer la “nature de l’urgence” à la manière dont l’agenda politique aborde la question de la lutte contre la crise climatique.

 

 

Les deux organisation ont reçu une récompense de 1 million d’euros à se partager pour faire avancer leur travail.

 

Ce prix est également une reconnaissance confirmant que la disparition des espèces, la destruction des écosystèmes et la dégradation des contributions de la nature à l’humanité constitues une crise d’une ampleur similaire à celle du changement climatique, qui doit être traitée avec au moins la même urgence.

 

Le message unifié des deux communautés d’experts est le suivant :

Soit nous abordons et résolvons la crise de la biodiversité et la crise climatique ensemble, soit nous échouons sur les deux fronts.

Quels niveaux de référence pour la biomasse des grands herbivores dans le cadre de la restauration écologique ?

Proclamée par les Nations unies, la « décennie de restauration des écosystèmes » 2021-2030 appelle à des objectifs fondés sur des preuves pour restaurer la diversité naturelle et la biomasse des grands herbivores. C’est dans ce cadre que des chercheurs ont analysé les relations consommateur-producteur de biomasse naturelle sur un ensemble de données mondiales dans les zones naturelles.

 

Leurs analyses révèlent que les écosystèmes africains ont généralement une biomasse de grands herbivores beaucoup plus élevée que les écosystèmes du reste de la planète et que les relations consommateur-producteur y sont plus fortes.

 

Pour l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Sud, il n’y a pas de relations significatives entre la productivité primaire nette et la biomasse des grands herbivores, signe de faunes appauvries et considérablement plus faibles que prévu au regard des résultats dans les écosystèmes africains.

 

La restauration écologique et le ré-ensauvagement impliquent la restauration des processus de pâturage naturel. Les résultats indiquent qu’à l’aune de leur productivité primaire, de nombreuses réserves naturelles sont appauvries en biomasse de grands herbivores.

 

Néanmoins, sans références scientifiquement établies, les niveaux naturels de biomasse des grands herbivores sont mal compris et rarement ciblés. Alors que la surexploitation par le pâturage saisonnier du bétail domestique s’intensifie, il est urgent, quoique difficile, de parvenir à un consensus scientifique sur ce niveau de référence.

 

En attendant, les chercheurs de l’étude recommandent de gérer, ou de ré-ensauvager, les pâturages presque naturels sans objectifs de densité prédéfinis en terme de grands herbivores, mais en suivant la disponibilité des ressources naturelles fluctuantes avec une intervention de gestion minimale. La mise en place de sites expérimentaux de ré-ensauvagement avec une gestion réactive des herbivores peut faire progresser notre compréhension des processus, des seuils et niveau de référence relatifs à la densité de pâturage naturel.

 

Pour compléter cette étude, des niveaux de référence sur la densité des carnivores et la productivité primaire nette pourraient utilement compléter cette analyse.

 

La synthèse est disponible dans les ressources téléchargeables ci-dessous. 

 

 

Une science de la conservation qui franchit la frontière entre la connaissance et l’action

Générer une science qui informe effectivement les décisions de gestion exige ainsi que la production de l’information (ce qui constitue la connaissance) remplisse les trois critères d’être à la fois :

1. Pertinente (notable, intéressante pour la décision et opportune, fournie au moment où elle est nécéssaire) ;
2. Crédible (faisant autorité, digne de confiance) ;
3. Légitime (élaborée par un processus tenant compte des valeurs et des perspectives des parties prenantes) – aussi bien pour les chercheurs que pour les décideurs.

 

 

Pour cela, trois difficultés sont à surmonter :

1. Premièrement, les communautés de recherche et de gestion peuvent avoir des perceptions contrastées de l’importance d’une recherche.
2. Deuxièmement, la volonté de crédibilité scientifique peut s’effectuer au détriment de la pertinence et de la légitimité aux yeux des décideurs.
3. Troisièmement, différents acteurs (politiques, scientifiques, etc.) peuvent avoir des points de vue contradictoires sur ce qui constitue une information légitime.

 

 

Au travers de cet article, les auteurs mettent en évidence quatre cadres institutionnels qui peuvent faciliter un processus scientifique informant la gestion :

  • les organisations environnementales d’interface, situées à la frontière entre la science et la gestion ;
  • les agences de moyens au profit de la conservation qui intègrent des chercheurs ;
  • les institutions de recherche qui établissent des liens formels entre décideurs et chercheurs ;
  • les programmes de formation pour les professionnels de la conservation.

 

 

Bien que ces cadres ne soient pas les seuls à permette à la science de dépasser la frontière entre connaissance et action, ni qu’ils soient exclusifs les uns des autres, ils constituent des moyens efficaces de communication, de traduction et de médiation.
En dépit des défis à relever, les sciences de la conservation doivent s’efforcer d’être des « sciences de l’interface » qui font progresser la compréhension scientifique et contribuent à la prise de décision.

 

 

 

 

Présentation du Cesab de la FRB

Programme phare de la FRB, le Cesab (CEntre de Synthèse et d’Analyse sur la Biodiversité) est une structure de recherche au rayonnement international dont l’objectif est de mettre en œuvre des travaux innovants de synthèse et d’analyse des jeux de données déjà existants dans le domaine de la biodiversité.

 

Découvrez, dans les ressources ci-dessous, la plaquette de présentation du Cesab.

Aurore Receveur, post-doctorante FRB-Cesab sur la pêche durable, récompensée !

Il s’agit de la 16e édition du Prix porté par la Fondation L’Oréal, en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO, qui vise à accompagner, valoriser et soutenir les recherches des femmes scientifiques.

 

______

 

Aurore Receveur, une carrière internationale en faveur d’une pêche durable

 

C’est en 2021 qu’Aurore Receveur a rejoint la FRB, en tant que post-doctorante au Cesab, à Montpellier. Avant cela, Aurore s’est intéressée au fonctionnement de l’écosystème marin du sud-ouest du Pacifique dans le cadre de sa thèse réalisée en Nouvelle-Calédonie. Elle a notamment étudié les dynamiques spatiotemporelles des proies mésopélagiques (vivant entre 200 et 1 000 mètres de profondeur), leurs liens à l’environnement et aux prédateurs supérieurs. Elle a ensuite réalisé un post-doctorat à l’institut des pêches allemand (Thünen Institute ; Rostock, Allemagne), où elle a étudié l’effet des changements environnementaux et des pressions anthropiques sur deux stocks de poisson de la mer Baltique : le hareng et la morue. 

 

Forte de ces premières expériences, c’est désormais au sein du projet Maestro, co-financé par France Filière Pêche et la FRB, qu’Aurore explore l’impact du changement climatique sur la distribution spatiale et la diversité des stocks de poissons démersaux (vivant près du fond des mers), notamment dans le nord-est Atlantique. Hareng, merlu, merlan, limande, haddock et bien d’autres espèces encore sont ainsi étudiées.

 

20221012_Aurore_receveur

Aurore Receveur a reçu le prix Jeunes Talents France L’Oréal-Unesco,
le 12 octobre 2022 à Paris. @Jean-Charles Caslot – Fondation L’Oréal

 

Exploiter des données existantes pour mieux comprendre et anticiper les impacts du changement climatique sur les communautés marines exploitées

 

Les océans contribuent à beaucoup de services écosystémiques, ce qui traduit une forte dépendance de l’humanité, pour sa sécurité alimentaire et économique, envers les ressources marines telles que les poissons et invertébrés. Or, les effets cumulés de l’exploitation de ces ressources par la pêche et les effets du changement climatique impactent la distribution et l’abondance des espèces à l’échelle mondiale, Ces constats incitent à protéger les ressources marines et à proposer des stratégies de pêche adaptatives. Si de nombreuses projections sur la répartition future des espèces ont été produites, les modifications attendues sur le fonctionnement général des écosystèmes ont quant à elles reçu beaucoup moins d’attention de la part de la communauté scientifique et par la profession. Les enjeux du projet Maestro ? Comprendre comment les populations des espèces démersales ont évoluées par le passé pour en déduire comment elles pourraient s’adapter au changement climatique, et proposer des scénarios de pêche durable minimisant les impacts sur la biodiversité.

 

Accompagnée par 29 chercheurs et chercheuses de 8 pays, Aurore bénéficie également de l’appui de l’équipe du centre de recherche de la FRB, le Cesab, pour exploiter de grandes quantités de données issues de multiples études et de divers domaines (océanographie, pêche, écologie marine et terrestre, etc.). Ce colossal travail de synthèse nécessite rigueur et patience, dont fait preuve Aurore. Il offre de nouvelles perspectives de recherche : ré-utiliser des données existantes pour les combiner, les mettre en perspective et produire de nouvelles connaissances. Rendez-vous dans quelques mois pour les premiers résultats de Maestro !

[FRB-Cesab] La synthèse des connaissances sur la biodiversité : introduction aux méta-analyses et revues systématiques – 2022

 
Le CesabCentre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité –de la FRB propose la première édition de la formation «La synthèse des connaissances sur la biodiversité : introduction aux méta-analyses et revues systématiques».
 
Cette formation de cinq jours a pour objectif de former de jeunes chercheurs/chercheuses aux techniques de méta-analyses et des méthodes des revues/cartes systématiques appliquées au domaine de la biodiversité. Ce sera aussi l’occasion de se familiariser avec les différents outils disponibles à la fois bibliographiques (e.g.,WOS; Zotero/Mendeley/Endnote) et statistiques (packages R : metaDigisitisemetafor…) nécessaires pour entreprendre une revue et méta-analyses.
 
Cette formation sera dispensée en français et se déroulera du 3 au 7 octobre 2022 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix sera de 350 € pour la semaine  – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir seront à la charge des participant(e)s.

 

 

Retrouvez la formation sur GitHub

 

 

Une bonne maîtrise du logiciel R est requise mais il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience en méta-analyses ou en revue systématiques.

 

Liste des organisateurs (par ordre alphabétique) :

 

Autres intervenants : Dakis-Yaoba OUEDRAOGO, Romain SORDELLO, Frédéric GOSSELIN.

[Actualité] Décryptage et implication : la FRB en Europe et à l’international

 

CONTRIBUER AUX RÉFLEXIONS EUROPÉENNES
SUR LA BIODIVERSITÉ

 

La FRB contribue aux réflexions conduites au niveau européen pour améliorer la protection de la biodiversité via les outils juridiques et financiers.

 

 

PUBLICATION

La Cour européenne des droits de l’Homme et le droit à un environnement sain

 

Cet article donne matière à réflexion pour que la Convention européenne des droits de l’Homme intègre comme quatorzième liberté fondamentale le droit à un environnement sain, et reconnaisse la perte d’intégrité des écosystèmes, l’érosion de la biodiversité et la perte des services écosystémiques comme des atteintes aux droits de l’Homme.

 

FRB_visuel_environnement_sain

 

Consulter la publication

 

 

 

NOTE

La taxation des terres agricoles en Europe : approche comparative

 

Les terres agricoles couvrent 36 % du territoire de l’Union européenne (soit 161,8 millions d’hectares). L’importance de ces surfaces leur confère une place incontournable en matière de biodiversité. Bien que l’agriculture européenne soit soumise à de nombreux processus d’harmonisation, la fiscalité des terres agricoles semble assez différente d’un État à l’autre. Pourtant, elle influe sur plusieurs aspects des politiques agricoles et environnementales. Pour ces différentes raisons, une analyse comparative de la taxation des terres agricole en Europe a paru utile à la Fondation pour la recherche sur la biodiversité.

 

FRB_taxation_terres_agricoles_Europe

 

Consulter la note

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Des experts européens proposent des solutions pour intégrer la biodiversité dans les infrastructures de transport

 

À l’occasion de sa conférence internationale du 19 au 23 septembre, l’IENE, dans le cadre du projet Bison, a alerté les médias européens sur les solutions visant à prendre en compte la biodiversité dans le déploiement des infrastructures de transport.

 

CP-Bison-2022

 

Consulter le communiqué de presse

 

 

 

 

IMPLIQUER LES CHERCHEUSES ET CHERCHEURS FRANÇAIS DANS LES TRAVAUX INTERNATIONAUX

 

La FRB participe à plusieurs réseaux internationaux (Ipbes, IENE, Biodiversa+) et joue un rôle clé dans la mise en œuvre de plusieurs de leurs activités.

 

 

APPEL À PROJETS – BIODIVERSA+

« Améliorer la surveillance de la biodiversité et des changements écosystémiques au niveau transnational pour la science et la société »

 

Soumission des pré-propositions le 9 novembre 2022

 

Cet appel vise à soutenir des projets de recherche transnationaux (d’une durée de 3 ans) portant sur les trois thèmes (non exclusifs) ci-dessous :
Thème 1 : Innovation et harmonisation des méthodes et outils de collecte et de gestion des données de surveillance de la biodiversité;
Thème 2 : Combler les manques de connaissance sur l’état/le statut, la dynamique et la tendance de la biodiversité afin d’inverser sa détérioration ;
Thème 3 : Utilisation des données de surveillance de la biodiversité déjà disponibles.

 

BiodivMon-call-pre-announcement-illustration-Site-FRB

 

Consulter l'appel à projets

 

 

 

APPEL À EXPERTS – IPBES

Appel à nomination d’experts pour l’évaluation méthodologique Ipbes « Entreprises et biodiversité »

 

 Clôture des candidatures le 31 octobre 2022

 

L’Ipbes lance un appel à nominations d’experts pour participer à l’évaluation “entreprises et biodiversité”. Cette évaluation méthodologique vise à catégoriser les dépendances et les impacts des entreprises vis-à-vis de la biodiversité et des contributions de la nature aux humains, ainsi qu’à identifier des critères et des indicateurs pour mesurer ces dépendances et ces impacts.

 

Session d’information le 11 octobre 2022 pour optimiser les candidatures – Inscription

 

AAP_Ipbes_entreprises

 

Consulter l'appel à experts

 

 

Plan d’action 2022-2025

Afin de réaliser ses potentialités, la FRB propose de s’organiser entre 2022 et 2025 selon trois types d’actions présentées dans le document téléchargeable, à savoir :

  • éclairer la complexité de la biodiversité ;
  • prôner, renforcer, appuyer une recherche partenariale ;
  • se projeter vers un monde plus durable.

 

Ces derniers sont profondément liés les uns aux autres, notamment à travers les capacités, complémentaires, des trois pôles thématiques de la FRB – science, société et international – et des deux pôles transverses – communication et gestion-administration.

Intensité de pressions anthropiques dans les territoires ultramarins

Les territoires ultramarins sont à la fois riches en biodiversité mais également exposés et fragiles face à l’incidence des changements globaux du fait de l’insularité de la plupart de ces territoires et des caractéristiques de leurs systèmes socio-économiques. Afin de mieux comprendre ces pressions, un Club FRB Recherche-action « Changements globaux et gestion durable de la biodiversité dans les territoires ultramarins » a vu le jour et permis cette étude. 

 

Ce travail s’est concentré sur six territoires distribués sur trois bassins océaniques (Atlantique, Pacifique et Indien) : la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, Mayotte, La Réunion et la Nouvelle-Calédonie. Il a permis d’explorer l’intensité de deux des cinq pressions directes identifiées par l’Ipbes, la pollution des cours d’eau et les espèces végétales exotiques envahissantes (EEE), à l’échelle de ces sites sous forme de cartographie et de dresser des liens de causalité entre chacune des pressions et différents facteurs naturels ou anthropiques.

 

[FRB-Cesab] Newsletter 7 Cesab – Septembre 2022

Un mot de Verena TRENKEL et François MASSOL, co-présidents du comité scientifique du Cesab

 

Les 22 membres du nouveau comité scientifique (CS) du Cesab ont récemment commencé leur travail pour un mandat de quatre ans. Nous avons l’honneur d’animer ce comité multidisciplinaire (et paritaire !) comme co-présidents. C’est la première fois que le CS du Cesab est piloté par une co-présidence et nous comptons bien démontrer que deux co-présidents sont plus que la somme de deux. Nous tenions pour commencer ce mandat à remercier le CS du Cesab pour la confiance qui nous a ainsi été accordée et la FRB pour la liberté et les moyens humains et financiers mis à disposition du CS pour effectuer un travail d’évaluation et de suivi des projets de qualité.

 

Notre co-présidence tombe au moment où le soutien de la FRB, des membres fondateurs et la collaboration avec d’autres financeurs permettent au Cesab d’élargir son rôle de catalyseur de science et de collaborations internationales. 22 projets sont en cours au Cesab et bien d’autres sont à venir. La dynamique des projets au Cesab et de ses partenariats avec d’autres institutions de par le monde, largement impulsée par son directeur Nicolas Mouquet, est un signe de bonne santé et nous sommes fiers de pouvoir y contribuer dans les quatre années à venir. Les formations internationales proposées par le Cesab depuis l’an passé, notamment sur la reproductibilité, l’utilisation des théories et les méta-analyses en écologie et dans les sciences de l’environnement, sont aussi la marque d’une plus forte implication du Cesab dans le paysage de l’écologie scientifique. Enfin, les autres activités du Cesab, comme les accueils de chercheurs en année sabbatique ou les journées de conférence autour d’un projet, participent également à ce rayonnement du Cesab dans le cadre de la recherche sur la biodiversité et l’environnement, en France comme à l’international.

 

Le CS suit actuellement un appel blanc dont la première phase s’est passée au printemps et qui permettra, au terme de la procédure d’évaluation, à trois nouveaux projets de rassembler et confronter leurs données et idées. D’autres appels à projets sont déjà ouverts, notamment un appel FRB-MTE-OFB “Impacts sur la Biodiversité dans l’anthropocène” et un appel FRB-TULIP-PNDB-BiodivOc “Datashare”. Comme les années précédentes, le Cesab va ainsi financer une quinzaine de projets qui contribueront à construire le consensus scientifique sur un grand nombre de questions cruciales aux vues de la crise climatique et écologique actuelle. Pour relever les défis posés par l’Agenda 2030 et ses 17 objectifs de développement durable, les apports des projets du Cesab ne seront pas de trop.

 

Sans vouloir trop déflorer le programme des futures réunions du CS et au-delà de la gestion des appels à projets, nous pouvons d’ores et déjà annoncer que le CS va réfléchir à de nouvelles idées pour contribuer à l’avancement de la science s’appuyant sur la synthèse de données, de modèles, de concepts… Un de nos souhaits est aussi de créer plus d’opportunités de dissémination des résultats des projets du Cesab auprès du public. Gageons que ces quatre futures années de fonctionnement du CS nous permettront d’œuvrer en ce sens.

 

Bonne rentrée scolaire à tous et au plaisir de vous croiser bientôt au Cesab.

Verena Trenkel et François Massol

 

 

Plus d'informations sur le Cesab

 

La taxation des terres agricoles en Europe : approche comparative

Dans le cadre de l’Union européenne (UE), l’agriculture fait l’objet d’une politique commune ancienne, bien établie, très connue et bénéficiant du budget le plus important (386,6 milliards d‘euros pour la période 2021-2027, soit 32 % du budget européen ). Elle est également concernée par la politique du marché intérieur. En outre, diverses directives de l’UE relatives à l’environnement s’appliquent aux terres agricoles. C’est notamment le cas en matière de biodiversité (Directive Oiseaux, Directive Habitats, Directive sur la responsabilité environnementale), en matière d’évaluation environnementale (Directive Projets, Directive Plans et programmes), en matière d’eau (Directive cadre sur l’eau, Directive nitrates, Directive boues d’épuration, Directive inondations, etc.). L’UE est également partie à plusieurs conventions internationales dans le domaine de la biodiversité qui concernent les terrains agricoles (Convention sur la diversité biologique, Convention de Berne, Convention de Bonn, Convention de Ramsar, etc.).

 

Bien que l’agriculture européenne soit soumise à ce triple processus d’harmonisation, les règles de taxation des terres agricoles semblent assez différentes d’un État à l’autre. Pourtant, cette taxation influe sur plusieurs aspects des politiques agricoles et environnementales. Elle peut favoriser ou défavoriser la rentabilité de l’agriculture, inciter à pratiquer tel ou tel type d’agriculture plus ou moins favorable à la biodiversité, encourager ou désinciter à un changement de destination des terres agricoles. La taxation des terres agricoles entraine donc des effets multiples, aussi bien sur les terres agricoles elles-mêmes qu’envers les politiques agricoles, d’aménagement du territoire, d’urbanisme, d’environnement . En outre, au sein même des débats sur les stratégies possibles en matière de politique de la biodiversité la taxation des terres agricoles et ses modalités peuvent favoriser telle ou telle option.

 

Pour ces différentes raisons, une analyse comparative de la taxation des terres agricole en Europe a paru utile à la Fondation pour la recherche sur la biodiversité. 

 

La note est disponible dans les ressources téléchargeables. 

 

La Cour européenne des droits de l’Homme et le droit à un environnement sain

À travers un décryptage de plusieurs décisions de la Cour européenne des droits de l’Homme, l’article de Lucie-Anne Soubelet démontre que les pollutions, nuisances, catastrophes naturelles ou industrielles constituent l’essentiel des jurisprudences environnementales de la Cour européenne des droits de l’Homme.

 

Cet article donne matière à réflexion pour que la convention européenne des droits de l’homme intègre comme quatorzième liberté fondamentale le droit à un environnement sain, et reconnaisse la perte d’intégrité des écosystèmes, l’érosion de la biodiversité et la perte des services écosystémiques comme des atteintes aux droits de l’Homme.

 

L’article complet est disponible dans les ressources téléchargeables.

Les membres de l’Assemblée des parties prenantes de la FRB

Face à la destruction de la biodiversité, tissu du vivant et des sociétés humaines, les lieux d’interface apparaissent aujourd’hui comme des espaces indispensables pour enrayer son déclin. Ils sont ceux de réflexions portées par des expertises multi-acteurs s’appuyant sur la recherche académique, mais aussi en favorisant l’intégration des enjeux d’acteurs de la société dans l’élaboration des questions de recherche.

 

l’Assemblée des parties prenantes de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité rassemble de nombreuses structures (entreprises, syndicats, ONG, collectivités territoriales, etc.) qui sont toutes concernées par les besoins de connaissances et de recherche sur la biodiversité. Ces différents acteurs sont regroupés en 3 collèges : Public, parapublic et institutions / Secteur économique et industries / Société civile. Découvrez la liste des différents acteurs de l’Assemblée des parties prenantes de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité.

 

 

Rejoindre l'Assemblée des parties prenantes

 

 

 

Liste des membres de l’Assemblée des parties prenantes : 

 

 

A

 

 

 

B

 

 

 

C

 

 

 

D

 

  • Direction générale des Finances publiques (DGFP) -Antenne Île-de-France

 

 

E

 

 

 

F

 

 

 

G

 

 

 

H

 

 

 

I

 

 

 

L

 

 

 

M

 

 

 

N

 

 

 

O

 

 

 

P

 

 

 

R

 

 

 

S

 

 

 

T

 

 

 

U

 

 

 

V

 

 

 

W

 

 

 

Rapports d’activité de la FRB

 

Retrouvez ci-dessous, l’ensemble des rapports d’activité de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), de 2010 à 2021.

 

Rapport d’activité – 2022

Rapport d’activité – 2021

Rapport d’activité – 2020

Rapport d’activité – 2019

Rapport d’activité – 2018

Rapport d’activité – 2017

Rapport d’activité – 2016

Rapport d’activité – 2015

Rapport d’activité – 2014

Rapport d’activité – 2012-2013

Rapport d’activité – 2010-2011

Privatiser pour mieux conserver : quelles sont les limites ?

Depuis quand une certaine tendance à la privatisation des espaces naturels s’est-elle développée ?

 

La privatisation est une idée très présente dans les politiques de conservation depuis les années 1980. Cette idée est liée au tournant néo-libéral dans les campagnes de conservation de l’environnement. Dans les pays du sud, elle était associée à des injonctions faites par les bailleurs de fonds à développer des droits de façon systématique, à la fois sur le foncier et sur les ressources. Dans l’imaginaire associé aux politiques de conservation, l’idée selon laquelle on ne peut conserver ou gérer que ce que l’on possède était très présente. Pour cela, il devait alors exister des droits de propriété sur les ressources sauvages pour qu’elles soient gérées de façon adéquate. De plus, dans ces années-là, s’opposer au marché ne semblait pas efficace. Il était plus judicieux d’envisager une exploitation durable des ressources. L’idée qu’on peut sauver la nature en l’exploitant relevait d’une question de pragmatisme. Quand on constate qu’on ne parvient pas à s’opposer aux pratiques illégales comme le braconnage, il relève du bon sens de se tourner vers des efforts de traçabilité des ressources sauvages exploitées plutôt que de tenter de prohiber ces marchés.  

 

 

Quelles ont été les premières applications de ce modèle de gestion ?    

 

Les premiers projets, très débattus, concernaient les espèces menacées de la faune et de la flore. Ces débats étaient liés à la Convention de Washington de 1973 (la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction – Cites) ou à des aspirations à déclasser certaines populations, notamment celles d’éléphants d’Afrique australe. Certains pays considéraient qu’après les efforts engagés pour le développement d’aires protégées, des populations d’éléphants étaient trop importantes au regard de la superficie des aires. Ainsi, accorder la gestion des droits de chasse à des communautés en périphérie des parcs nationaux pouvait être une solution. Or, si les populations d’éléphants ont pu augmenter, c’est avant tout grâce aux parcs nationaux.  

 

 

La mise en place de ce modèle de gestion est-il efficace ?  

 

Du point de vue de l’efficacité, la privatisation est difficilement justifiable. Il est difficile d’isoler ces effets de celles des politiques passées. Et on ne dispose pas d’évaluations de l’efficacité intrinsèque de l’outil consistant à développer des droits de propriété, cependant, il a été mis en avant pour d’autres critères. Par exemple, pour des questions d’équité et pour répondre à des mouvements sociaux. De nombreuses ONG s’élèvent contre des politiques de conservation publiques excluant les populations locales, les privant d’accès à un certain nombre de ressources. Le modèle privé propose d’accéder à des ressources économiques en échange de ressources biologiques. Malgré tout, il existe dans l’imaginaire économique dominant d’inspiration libérale l’idée selon laquelle la propriété est associée à la responsabilité et à la bonne gestion. Mais il n’existe pas de démonstration théorique de la supériorité de la propriété privée sur d’autres formes d’appropriation : cette idée est purement idéologique.  

 

 

Le modèle privé peut-il remplacer une gestion publique de l’environnement ?

 

Bien souvent, la privatisation est envisagée en complément d’efforts mis en place à travers des politiques publiques. Le but est de les prolonger sur de nouveaux espaces, car les réserves foncières allouées à la conservation sont limitées et s’appuyer sur des intérêts privés est un moyen de conserver plus de territoires. C’est ce qui est mis en avant pour justifier les projets de banques de conservation.  

 

 

Cela peut-il favoriser le développement local et les valeurs locales associées à la nature ?   

 

Exclure les populations locales des politiques et des espaces dédiés à la conservation est injustifiable d’un point de vue éthique et politique. Il existe de plus en plus de lectures décoloniales des politiques de conservation qui accusent les parcs nationaux de fonctionner sur des représentations de la conservation occidentales. Ces nouvelles lectures rejettent le principe qu’au nom de la préservation de la biodiversité, qui est un patrimoine commun de l’humanité, on impose des restrictions d’usages à des populations locales dans des États souverains. C’est une forme d’impérialisme vert.  

 

 

Il y a eu un engouement certain il y a une dizaine d’années pour ce modèle de gestion. Pourquoi cet élan s’est-il essoufflé aujourd’hui ?    

 

Comme tout ce qui touche à l’exploitation des ressources dans la perspective de les sauver ou de les conserver, il existe des limites qui sont celles des marchés. Si on décide de s’appuyer sur l’exploitation économique d’un écosystème pour en tirer des revenus suffisants utiles à une conservation à grande échelle, il faut qu’il y ait de la demande. Lorsque ces modèles ont été mis en place, les marchés n’étaient pas forcément au rendez-vous, aucune étude de marché n’ayant réellement été réalisée en amont. Pour que l’économie puisse être un argument, il faut de vrais revenus. 

 

 

Que pensez-vous des prises de positions fortes quant à la direction à prendre pour la gestion de l’environnement ? 

 

Le danger de telles propositions, c’est de les préconiser d’un point de vue globale et d’en faire des solutions. Si on associe la conservation de la forêt tropicale à l’exploitation des produits non ligneux ou des molécules naturelles qu’elle contient et qui pourraient être utilisées pour la cosmétique ou l’industrie pharmaceutique, cela signifie que des marchés doivent se développer. Il faut que la demande en ressources issues des milieux naturels soit suffisant pour devenir un levier afin de conserver l’environnement. Or, il existe des écosystèmes ayant un grand intérêt biologique en termes de diversité mais qui ne recèlent pas pour autant de produits d’intérêt pour les marchés. Il n’existe pas de corrélation entre les deux. 

 

 

Existe-t-il des exemples d’évolution de programmes basés sur un tel modèle de gestion ? 

 

Je pense au programme de gestion Gelose (Gestion localisée et sécurisée), mis en place à Madagascar et qui visait à donner aux communautés locales des droits sur la forêt et sur les ressources naturelles. Les difficultés de mettre sur pied des institutions de gestion locale se sont multipliées. Il y a eu des problèmes de gouvernance et de capture par des élites avantagées. C’est aussi ce qu’il s’est passé avec le programme Campfire qui visait à associer à la gestion de droits de chasse des populations vivant en périphérie de parcs nationaux au Zimbabwe. Le programme a fait beaucoup parler de lui, mais les résultats n’ont pas été probants. Généralement, lorsque les financements cessent, les projets disparaissent. On pourrait dire que c’est un prolongement de ce rapport colonial qu’un certain nombre d’ONG contestaient dans la gestion publique. Donner des droits d’un genre nouveau sur des usages nouveaux encadrés de manière très spécifique par des populations qui n’ont pas forcément les formes d’organisation et les instances pour se saisir efficacement de tout ça, c’est souvent difficile.  

 

 

Vers quel modèle devrions-nous nous tourner à l’avenir ?  

 

C’est difficile de renoncer à un modèle unique. L’important, c’est de ne pas tout miser sur l’économie, qui a été très présente. Il faut arrêter de penser que les arguments et incitations monétaires sont les seuls arguments perceptibles par les acteurs, qu’il s’agisse du grand public ou des politiques. Les choix d’aménagement du territoire et de conservation de l’environnement sont des questions complexes. Il faut remettre l’économie à sa place en prenant conscience que les représentations qu’on s’en fait dans le monde de la conservation sont plus idéologiques que théoriques et ne correspondent pas toujours à la réalité des pratiques économiques.

Pour sauver les baleines, levez les yeux vers le ciel

Les populations de baleines sont menacées par de nombreux facteurs de pression comme le bruit anthropique, la pollution, la chasse dans certaines régions du monde, mais surtout les enchevêtrements accidentels dans les engins de pêche et les collisions avec les navires. On estime à plusieurs milliers par an le nombre d’individus morts par collision dans le monde (sur la seule côte ouest des États-Unis, les collisions tuent environ 80 baleines par an).

Alors que des mesures simples, comme des dispositifs de séparation du trafic maritime, sont connues depuis plusieurs années et pourraient réduire ces dommages, celles-ci ne sont pas encore systématisées. 

 

S’intéresser au ciel pour mieux comprendre ce qui se passe dans les océans, cela peut paraître étonnant, et pourtant. Dans les deux cas, les collisions se produisent dans un espace tridimensionnel. Les actions proactives sont donc cruciales pour prévenir les mortalités résultant de collisions. En effet, bien que oiseaux et baleines pourraient théoriquement éviter les avions ou les bateaux, des études ont montré que les animaux ne détectent pas nécessairement les véhicules venant en sens inverse. De même, les avions ou les bateaux ne détectent pas les animaux en raison de l’environnement tridimensionnel : l’angle de vue des pilotes est limité et la maniabilité des gros bateaux ou avions est faible. 

 

Malgré ces similitudes, les principales motivations pour éviter ces collisions sont différentes. Dans le cas des avions, les collisions peuvent être mortelles à la fois pour les oiseaux, l’équipage et les passagers de l’avion. La priorité est donc ici la sécurité des humains et a conduit l’industrie aéronautique à adopter des solutions standardisées et proactives au cours des dernières décennies. 

 

 

 

 

La stratégie climatique de l’Union européenne s’apprête à accroître la déforestation à l’échelle mondiale

Pour éviter un changement climatique catastrophique ainsi que la perte de biodiversité, la science du climat nous avertit que l’humanité doit cesser de transformer les forêts en terres agricoles, car ce processus libère du dioxyde de carbone et détruit les habitats.

 

Pourtant, à mesure que la population mondiale, les revenus et la consommation de viande augmentent, les terres agricoles s’étendent à un rythme toujours plus effréné. L’Europe a contribué à cette déforestation en externalisant son approvisionnement en denrées alimentaires et autres produits agricoles.

 

Malheureusement, la stratégie climatique « Fit for 55 » [paquet législatif visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 %] de l’Union européenne s’apprête à étendre l’empreinte de l’Europe et à accroître la déforestation à l’échelle mondiale. C’est pourquoi un groupe de scientifiques de toute l’Europe appelle le Parlement européen à modifier le plan par des amendements raisonnables (certains sont déjà adoptés par un de ses comités). 

 

 

Lire la tribune en entier

 

 

Auteurs :

  • Denis Couvet, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, président de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité et membre de l’Académie d’agriculture de France ;
  • Wolfgang Cramer, directeur de recherche CNRS à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (Aix-Marseille Université) et membre de l’Académie d’agriculture de France ;
  • Timothy D. Searchinger, chercheur à l’université de Princeton (New Jersey).

Reconnecter au vivant par les émotions : le nouveau défi de la presse naturaliste

Quel a été le point de départ à l’origine de la création de La Salamandre ?  

 

Tout a commencé par une enfance à la campagne, remplie de balades dans la nature, qui m’ont permis de satisfaire la curiosité que j’avais pour le monde du vivant. Quand j’étais enfant, j’ai très vite eu conscience que la nature déclinait, ce qui a suscité beaucoup de colère et de tristesse. Alors je me suis demandé ce que je pouvais faire, à ma modeste échelle. Et comme j’avais beaucoup de plaisir à partager cette passion pour la nature, je me suis dit que j’allais créer un petit journal avec le peu de moyens que j’avais. J’ai commencé à taper sur une vieille machine à écrire héritée de mon grand-père. J’ai d’abord écrit sur les crapauds, les pissenlits, les hirondelles, etc. Et La Salamandre est née. Depuis les choses ont bien changé ! Aujourd’hui, les jeunes feraient un podcast, une chaîne YouTube ou un compte Instagram, mais à l’époque tout ça n’existait pas encore.  

 

 

Quels sont les principaux objectifs que vous aviez en créant la revue ? 

 

Pour nous, l’objectif n’est pas que les gens connaissent la biodiversité dans ses moindres détails. On ne veut pas former de parfaits naturalistes. Notre but est de reconnecter les gens au monde du vivant en passant par les émotions. On essaie de raconter des histoires pour créer de l’empathie. En étant touché par ces histoires, le vivant reprend de la valeur.  

 

 

Comment faites-vous pour continuer à toucher le public ?  

 

Pour toucher le plus de monde, nous essayons de multiplier les formats. En plus des différentes revues que l’on propose, nous éditons entre dix et quinze livres chaque année. Nous produisons aussi des documentaires animaliers et nous organisons un grand festival annuel en Suisse. Aujourd’hui, nous essayons de mettre davantage l’accent sur le numérique pour toucher les jeunes. Une des spécificités de La Salamandre est de véhiculer un message très positif, même s’il est de plus en plus difficile. On a tous besoin de ça, de continuer à montrer le beau et le positif pour que les humains continuent à prendre soin d’eux en prenant soin de la nature.  

 

 

Pensez-vous que réapprendre au public à observer la vie sauvage peut permettre de retisser durablement les liens entre l’humain et la nature ?  Le prochain rapport de l’Ipbes consacré à l’utilisation durable des espèces sauvages traitera de l’observation de la nature comme d’une activité « non extractive ». Elle n’est donc pas sans impact… 

 

Comment peut-on se sentir concerné par quelque chose avec lequel on a complètement perdu contact ? Si je vis en ville et que je passe la moitié de mon temps les yeux collés à un écran, comment puis-je me sentir concerné par la protection de la forêt, des oiseaux et des insectes ? Il est indispensable de retisser le lien entre l’humain et la nature. Aujourd’hui, les écosystèmes naturels subissent des pressions sans précédent, la population humaine ne cesse de croitre et le simple fait d’aller dans la nature et de l’observer peut avoir un effet délétère. Pendant la pandémie de la Covid-19, les gens ont moins voyagé pendant environ 2 ans, ce qui a été une bonne chose pour la biosphère. Mais d’un autre côté, la pression sur les écosystèmes provoquée par les loisirs de plein air s’est intensifiée. Ce paradoxe-là n’est pas facile à gérer. Notre rôle est de recréer du lien en invitant les gens à sortir, certes, mais aussi à observer, à s’émerveiller et à remettre en question certains de leurs comportements et de leurs pratiques. 

 

 

Considérez-vous que l’éducation à l’environnement puisse être un réel changement transformateur ?  

 

Malheureusement, je crois que jusqu’ici, force est de constater qu’elle ne l’a pas été. Ça fait quarante ans que c’est mon métier et qu’avec mon équipe nous sensibilisons des centaines de milliers de gens, à côté de nombreuses autres organisations qui le font à plus grande échelle encore. Pourtant, le monde continue de courir à la catastrophe. Je pense qu’il faudrait changer d’échelle pour que cela devienne un changement transformateur. Dans nos sociétés occidentales, aujourd’hui, il y a un vrai problème culturel, notamment en France. La nature n’est pas considérée comme un sujet important ou même sérieux. Au premier plan, il y a la culture, toutes ces œuvres magnifiques que créent les humains. Aujourd’hui, on parle de sujets comme la protection de la ruralité ou de questions comme celles liées aux pratiques de chasses. Mais au fond, la biodiversité n’a pas l’air d’être culturellement quelque chose d’important. Ça évolue dans le bon sens, bien sûr, mais encore trop lentement. Je pense qu’il y a encore cet héritage des philosophes du siècle des Lumières qui est bien ancré dans les mentalités. Il faut comprendre qu’en détruisant la nature, on détruit l’être humain. 

 

 

Comment remédier à ce constat d’échec ?  

 

J’ai récemment rencontré le philosophe Baptiste Morizot dont je trouve la pensée très nourrissante et dont je partage le diagnostic. Le mot de « nature » accumule un peu les casseroles. Déjà la nature, c’est futile par rapport à cette magnifique culture créée par les humains. Et c’est aussi un peu infantilisant. A la rédaction, on s’en rend bien compte. Quand on présente notre travail à des personnes qui ne nous connaissent pas, ils nous répondent souvent : « Ah, c’est super ! Je vais montrer ça à mes enfants ». Or, la nature est un sujet sérieux qui concerne tout le monde. Le mot de nature est presque devenu infantilisant. Je pense que la première chose à faire est de changer le discours et de parler par exemple de « monde vivant », qui est bien plus puissant car il nous inclut directement. Ensuite, il faut être plus attentif à nos systèmes éducatifs. Il y a une véritable révolution à faire dans ce domaine.  

 

 

Participez-vous à cette révolution de l’éducation ?  

 

Complètement. Nous avons édité un livre qui s’appelle « L’école à ciel ouvert », un manuel pour les enseignants qui respecte les programmes des écoles suisses et françaises. Le propos de ce livre est de montrer aux enseignants que tout peut être appris dans la nature. On peut faire des mathématiques, de l’anglais, de la physique et de la géographie dans la forêt. Le but n’est pas juste de faire des sorties dans la nature une fois par mois pour apprendre le nom des arbres, mais de faire toute l’école en lien avec le monde vivant.  Les vertus pédagogiques sont nombreuses ! Les enfants peuvent établir un vrai lien à la nature, tout en bénéficiant d’un cadre sain et propice à l’expérience. C’est encourageant, car ce livre rencontre un grand succès, encore aujourd’hui. Ce genre d’initiative est importante, parce que là, on est sûr de toucher tout le monde. En visant les écoles, on touche aussi les adultes. On entend souvent le discours qui consiste à dire que « c’est important de sensibiliser les jeunes, car ce sont eux qui dans 20 ou 30 ans vont devoir corriger nos erreurs ». Mais on ne peut plus dire cela aujourd’hui. Les changements doivent venir maintenant. En sensibilisant les enfants, ils deviennent des alliés pour amener à des changements de comportements des adultes, peut-être de manière plus rapide qu’en sensibilisant directement les adultes. Les enfants sont un peu comme des catalyseurs de changements sociétaux. En les sensibilisant, notre cible est aussi les adultes qui sont les décideurs d’aujourd’hui.

[Formation] Ouverture des inscriptions pour la formation 2022 – Bonnes pratiques pour une recherche reproductible en écologie numérique

Le Cesab de la FRB et le GdR EcoStat proposent la troisième édition de la formation « Bonnes pratiques pour une recherche reproductible en écologie numérique ». Cette formation de cinq jours a pour objectif de former de jeunes chercheurs / chercheuses aux outils de reproductibilité, de développement logiciel et de gestion de versions appliqués à la recherche en biodiversité.

 

Cette formation sera dispensée en français et se déroulera du 28 novembre au 2 décembre 2022 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix est de 200 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant.e.s.

 

Les pré-inscriptions se font en remplissant le formulaire disponible sur la page de l’événement et se clôtureront le mardi 26 juillet, à minuit (CEST). Le nombre de places étant limité, les inscriptions seront confirmées en septembre.

 

 

Pré-inscription et programme

 

[FRB-Cesab] Des espèces aux fonctions : vers un changement de paradigme pour la conservation de la biodiversité ?

Le groupe de travail Free du Centre de synthèse et d’analyse de la biodiversité (Cesab) de la FRB, vous convie à Montpellier pour une conférence en anglais le jeudi 16 juin 2022 à 14h, intitulé Des espèces aux fonctions : vers un changement de paradigme pour la conservation de la biodiversité ?”.

 

Cette conférence présentera une nouvelle facette de la rareté biologique – la rareté fonctionnelle – et posera les bases des politiques de conservation de la biodiversité et de la rareté, revisitées à la lumière de l’écologie fonctionnelle. Le groupe de travail Free a largement contribué à développer les bases conceptuelles de la rareté fonctionnelle et a proposé des analyses mondiales tentant d’identifier des zones du globe abritant une proportion importante d’espèces écologiquement uniques.

 

Au cours de cette conférence, un groupe de chercheurs internationaux discutera des implications directes et majeures de ces recherches pour les politiques de conservation de la biodiversité. 

 

 

La conférence se tiendra l’après-midi à partir de 14h et sera précédée le matin, d’un atelier consacré à l’utilisation de différents packages R permettant de calculer plusieurs indices de rareté/diversité fonctionnelle et de les cartographier. Cet atelier sera dispensé en anglais, gratuit, et le repas du midi sera compris. Les autres frais sont à la charge des participant.e.s. Une bonne maîtrise du logiciel R est requise.

 

Energies renouvelables : quels impacts des installations de production sur la biodiversité ?

Afin d’accompagner la transition énergétique et de répondre aux enjeux énergétiques et de développement durable, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), en partenariat avec TotalEnergies, a réalisé un état de l’art des impacts des installations de production d’énergies renouvelables sur la biodiversité : l’éolien et particulièrement l’éolien offshore, le photovoltaïque, le biogaz et l’hydrogène.

 

Les 5 grands facteurs de perte de biodiversité identifiés par l’Ipbes ont ainsi été pris comme cadre d’analyse pour identifier les connaissances issues de la communauté de recherche sur les impacts de ces installations sur la biodiversité : changement d’occupation des sols, exploitation des espèces, pollutions, changement climatique et espèces exotiques envahissantes. Ces impacts surviennent à différentes échelles, que cela soit au niveau de l’individu (perturbations, blessures ou mort), des populations, des espèces et des communautés.

 

Dans un second temps, ce travail se penche sur les manques de connaissances concernant ces impacts et sur les pistes de recherche qui permettraient de les combler, ainsi que sur les solutions et bonnes pratiques permettant d’éviter, réduire ou compenser ces impacts. 

 

Dans les ressources ci-dessous, vous trouverez ainsi une fiche sur chaque type de d’énergies renouvelables décrites dans l’étude ainsi qu’une synthèse sous forme de prospective. 

 

Pour aller plus loin 

>> Consulter  les ressources bibliographiques associées à ce travail. 

>> Consulter la synthèse bibliographique de cette étude. 

[Appel à projets] Ouverture de deux appels à projets sur la biodiversité «DataShare» et «Impacts sur la biodiversité terrestre dans l’anthropocène»

Deux appels à projets permettent le financement de projets de recherche sur la biodiversité de 1 à 3 ans. Clôture le 22 septembre 2022.

 

Appel à projets DataShare 2022

 

L’objectif de cet appel conjoint entre le Centre de synthèse et d’analyse de la biodiversité (Cesab) de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), le Laboratoire d’excellence (LabEX) TULIP, le Pôle national de données de biodiversité (PNDB) et le défi BiodivOc, soutenu par la Région Occitanie et l’université de Montpellier, est d’accélérer le partage d’ensembles de données en libre accès et à grande échelle sur la biodiversité. Cet appel complète les appels classiques de synthèse sur la biodiversité, qui visent à encourager l’analyse des données existantes et la synthèse d’idées et de concepts, en mettant l’accent sur la compilation et le partage des données. Il peut être considéré comme une étape préliminaire, mais non obligatoire, avant de soumettre une proposition de recherche à un appel de synthèse classique sur la biodiversité (par exemple CESAB, sDiv, NCEAS).

 

Pour sa première édition 2022, deux projets de deux ans seront financés.

 

Plus d'informations

 

 

Appel à projets Impacts sur la biodiversité terrestre dans l’anthropocène 2022

 

Dans le cadre de la mise en place du  programme national de « surveillance de la biodiversité terrestre » porté par l’Office français de la biodiversité (OFB) visant à  mesurer, identifier et suivre l’influence des activités humaines sur la biodiversité et les pratiques les plus vertueuses à valoriser, le Ministère de la transition écologique (MTE) et la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) lancent l’appel à projets de recherche « Impacts sur la biodiversité terrestre dans l’anthropocène » de 2022, sur la caractérisation des impacts positifs, négatifs ou l’absence d’impacts des activités humaines et des pressions induites sur l’état et la dynamique de la biodiversité terrestre.

 

Les résultats des recherches financées par le programme devraient permettre de contribuer à renforcer les actions de la société dans son ensemble pour enrayer le déclin de la biodiversité et favoriser un développement humain soutenable.  

 

Cet appel permettra le financement de :

  • 3 projets de SYNTHÈSE de données de trois ans – ces projets devront développer des synthèses d’idées et/ou de concepts, des analyses de données existantes, et devront s’intéresser aux facteurs affectant l’état, l’évolution et la dynamique de la biodiversité. 
  • 4 à 6 projets SYNERGIE d’un an – ces projets devront apporter des réponses complémentaires sur une question qui émerge d’un projet de recherche finalisé ou en cours de réalisation, et ainsi permettre d’éclairer les porteurs d’enjeux sur les indicateurs de mesures et les pratiques à promouvoir et abandonner pour préserver la biodiversité.
  • 1 à 2 projets de REVUE SYSTÉMATIQUE de deux ans – ces projets devront présenter un état des lieux des pratiques humaines ayant un impact sur la biodiversité et une synthèse de l’état de la connaissance sur les impacts considérés

 

 

Plus d'informations

[Journée FRB 2022] Vous reprendrez bien un peu de CDB ? Un regard de la recherche sur le cadre mondial pour la biodiversité

 

Il y a 30 ans, 1992, la conférence de Rio organisée par les Nations Unies porteuse de grandes ambitions dans le domaine environnemental a permis notamment la création de trois Conventions, dont celle sur la diversité biologique, la CDB. Trois objectifs structurants ont fait consensus :

 

  • Conserver la diversité biologique ; 
  • Utiliser durablement ses composantes ;
  • Partager de manière juste et équitable les avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques.

 

30 ans plus tard, l’érosion de la biodiversité n’a pas été stoppée. Pourtant les chercheurs n’ont cessé d’alerter sur l’état de la biodiversité, son déclin accéléré, les disparitions d’espèces, les impacts notamment par et sur l’espèce humaine, les enjeux pour les humains et les non-humains, et les réponses qui peuvent être apportées via une gouvernance mondiale plus inclusive.

 

Comment dépasser les freins aux trajectoires de développement plus soutenables ? Comment mieux intégrer la recherche et la connaissance dans les décisions publiques et privées ? Comment enrayer le déclin de la biodiversité ? Autant de questions que le nouveau cadre mondial pour la biodiversité a pour ambition de traiter.

 

 

Cette Journée ambitionnait de valoriser le contexte scientifique de ces négociations politiques internationales et de mettre l’accent sur l’appropriation de ces enjeux par les acteurs en s’appuyant sur des actions concrètes menées par ces derniers.

 

 

(Re)découvrez la vidéo
« la Convention sur la diversité biologique décryptée »

 

 

[Appel à prestataire] Nomination d’un prestataire pour la réalisation d’une synthèse bibliographique sur le rôle de la biodiversité dans les solutions fondées sur la nature

Au service de l’objectif “Connecting R&I programs, results and experts to policy” de Biodiversa+, la sous-tâche 4.1.2 “Desk studies and production of knowledge syntheses” de Biodiversa+, pilotée par la Fondation française pour la recherche sur la biodiversité (FRB), publie un maché pour la réalisation d’une scoping review afin de résumer l’état des connaissances sur le rôle de la biodiversité dans les Solutions fondées sur la Nature (SFN). La FRB nommera le bénéficiaire – après le processus d’évaluation/sélection – le 1er juillet 2022.

 

  • Date de clôture des candidatures : 22 juin à minuit.
  • Toutes les réponses à ce marché devront être en anglais et envoyées par email à :

Joseph LANGRIDGE <joseph.langridge@fondationbiodiversite.fr>avant cette date butoir, ajoutant en copie Cécile MANDON <cecile.mandon@fondationbiodiversite.fr>.

 

Plus d’informations :

 

Consulter le cahier des charges

 

 

[Formation] Ouverture des inscriptions pour la formation “La synthèse des connaissances sur la biodiversité : introduction aux méta-analyses et revues systématiques” – 2022

Cette nouvelle formation de cinq jours, organisée par le Cesab – Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité –de la FRB,  a pour objectif de former de jeunes chercheurs/chercheuses aux techniques de méta-analyses et des méthodes des revues/cartes systématiques appliquées au domaine de la biodiversité. 
 
Cette formation sera dispensée en français et se déroulera du 3 au 7 octobre 2022 dans les locaux du Cesab à Montpellier. 

 

Les pré-inscriptions se font en remplissant le formulaire disponible sur la page de l’événement et se clôtureront le vendredi 24 juin, à minuit (CEST). Le nombre de places étant limité, les inscriptions seront confirmées en juillet.

 

 

Pré-inscription et programme

Gestion adaptative, le bon sens loin de chez nous

Le verbe gérer, selon le dictionnaire, signifie organiser les choses en s’adaptant à la situation, et donc faire face à une réalité forcément évolutive. Dans ce cadre, l’expression « gestion adaptative » semble s’apparenter à un pléonasme. Un gestionnaire qui ne s’adapterait pas à l’évolution de son environnement n’aurait, en effet, que peu d’avenir, sauf celui de se faire qualifier de « mauvais gestionnaire », de perdre la confiance de ses mandants et, in fine, de se voir retirer la responsabilité qui lui avait été confiée.

 

[FRB-Cesab] Approche théorique pour l’analyse des données sur la biodiversité – 2022

 
Le CesabCentre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et le GdR TheoMoDive proposent la première édition de la formation « Approche théorique pour l’analyse des données sur la biodiversité ». Cette formation de cinq jours a pour objectif de former de jeunes chercheurs / chercheuses aux techniques de modélisation de données en écologie basées sur la théorie. 

 

Cette formation sera dispensée en anglais et se déroulera du 16 au 20 mai 2022 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix est de 150 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s.

 

 

Retrouvez la formation sur GitHub

 

 

Une bonne maîtrise du logiciel R est requise. 

 

Liste des organisateurs (par ordre alphabétique) :
  • Vincent CALCAGNO (INRAE, ISA) 
  • Emanuel FRONHOFER (CNRS, Isem) 
  • Isabelle GOUNAND (CNRS, iEES-Paris) 
  • François MASSOL (CNRS, CIIL) 

 

Autres intervenants : Matthieu BARBIERMaxime DUBARTClaire JACQUETBenjamin ROSENBAUM 

Gestion adaptative : une chasse durable est-elle possible ?

Qu’est-ce que la gestion adaptative de la chasse ?

 

Cette mesure vise à ajuster les prélèvements en fonction de l’état de conservation des espèces chassées, en s’appuyant à la fois sur la concertation des parties prenantes et sur les données scientifiques. Elle a été introduite en France dans la loi du 24 juillet 2019, portant création de l’Office français de la biodiversité (OFB). Réglementairement, il y a, aujourd’hui quatre espèces soumises à la gestion adaptative : la tourterelle des bois, le grand tétras, la barge à queue noire et le courlis cendré. Mais l’idée est de l’étendre à toutes les espèces exploitées, non seulement chassables mais aussi peut-être un jour pêchables.

 

 

En quoi cette gestion diffère de ce qui était précédemment mis en place ?

 

Jusqu’à présent aucune réglementation, sauf quelques rares exceptions concernant surtout les espèces sédentaires, ne s’appliquait au nombre à prélever. La régulation des prélèvements, pour la chasse des oiseaux, se faisait essentiellement par la durée de la saison de chasse. Or avant l’arrivée de cette modalité de gestion, les chasseurs pouvaient avoir tendance à considérer certains gibiers, et notamment les oiseaux migrateurs, comme une manne infinie qu’ils pouvaient prélever à satiété. La chasse, entre le milieu du 19e et le début du 20e siècle, a pu ainsi prendre des allures industrielles pour les besoins de certaines industries comme la chapellerie : les plumes étant très prisées pour décorer les chapeaux, ou l’agroalimentaires avec les usines de conserves de canards sauvages dans le nord de l’Europe. Des millions d’oiseaux ont été prélevés à cet effet. Mais ces prélèvements illimités n’ont pas pu durer très longtemps, car les populations ont fortement diminué, atteignant a priori leurs niveaux les plus bas à la sortie de la Seconde Guerre mondiale. Des réglementations ont alors vu le jour. Les saisons de la chasse se sont raccourcies, certaines espèces en danger critique ont été placées sous statut de protection. La chasse d’autres espèces, comme les petits oiseaux, tel le rouge gorge, pour des raisons éthiques a été interdite. Si toutes ces régulations combinées ont permis d’atténuer le déclin de certaines espèces, il n’était pas encore question du volume des prélèvements. Un chasseur pouvait, sur une période donnée, prélever autant d’individus d’une espèce qu’il le souhaitait, pourvu que la chasse soit ouverte, et que certaines limites ne soient pas imposées localement par les sociétés de chasse.

 

 

Comment la gestion adaptative a-t-elle vu le jour ?

 

Elle a été introduite en Amérique du nord dans les années 1990 pour la chasse des oiseaux d’eau, les anatidés. À cette époque, des épisodes de sécheresse ont provoqué le déclin de certaines populations de canards et les questions qui se posaient alors étaient les suivantes : la chasse avait-elle un effet additionnel ou, comme le suggérait une étude, la chasse n’avait qu’un rôle compensatoire à la mortalité naturelle, autrement dit les oiseaux seraient morts à cette période d’une façon ou d’une autre ? Ce défaut de connaissances conduisait à l’impossibilité de proposer des quotas sur lesquels tout le monde pouvait s’accorder. Si la chasse prélève des oiseaux qui mourront par ailleurs, pourquoi alors en limiter les prélèvements ?

 

 

Comment les parties prenantes se sont accordées ?

 

Un groupe de scientifiques a proposé de mettre en place une gestion adaptative des prélèvements d’oiseaux d’eau, dans le but d’encadrer la pratique de la chasse, mais aussi d’améliorer simultanément les connaissances et l’état de conservation des espèces. Ils ont réuni différentes parties prenantes comme les instances fédérales, les chasseurs et les naturalistes pour s’accorder à la fois sur des tailles de population cibles et sur une réglementation avant le début de la saison de chasse. Les populations d’anatidés ont alors été suivies durant l’année pour être ensuite confrontées aux prédictions de différents modèles, de manière à faire évoluer la connaissance du fonctionnement du système. Si les connaissances collectées depuis 1995 ont conclu que la chasse jouait bien un rôle additif à la mortalité naturelle des anatidés, les mesures mises en place, ont permis à ces populations d’oiseaux d’aller nettement mieux. Les objectifs de taille de populations initialement visés ont été pour la plupart des espèces très largement dépassés depuis.

 

 

À partir de quand la France a-t-elle choisi d’adopter ce modèle ?

 

Au début des années 2000, en France, une grande tension agitait les défenseurs de la nature et les chasseurs. Les débats portaient sur les volumes de prélèvements ou les périodes de chasse, pour l’oie cendrée ou la tourterelle des bois par exemple. Les bons résultats de la gestion adaptative conduite en Amérique du Nord sont parvenus jusqu’en France. Ce modèle est apparu aux yeux de tous comme un modèle de gestion durable, car fondé sur les connaissances et permettant aux parties prenantes de se mettre autour d’une table et de s’accorder. La gestion adaptative a été graduellement introduite en Europe pour les différentes espèces d’oies, puis en France pour certaines espèces d’oiseaux sédentaires ou migrateurs.

 

 

Comment cette gestion a-t-elle été accueillie par les parties prenantes ?

 

Les dissensions résident dans la manière dont cette gestion adaptative doit être appliquée : faut-il utiliser tel ou tel modèle de dynamique de population ? Lorsqu’une incertitude apparaît, faut-il faire valoir le principe de précaution ? etc. De façon générale les chasseurs acceptent le principe des quotas et le suivi scientifique pour déterminer les causes premières du déclin des espèces chassées, mais ils estiment qu’ils n’en sont pas forcément directement responsables et qu’ils paient le prix pour les autres. Selon eux, il est plus facile de réglementer la chasse qui est un loisir que de modifier les pratiques agricoles qui dans bien des cas sont les causes directes du déclin des oiseaux. C’est le cas par exemple de la tourterelle des bois qui a vu ses populations chuter à cause de la perte d’habitat liées à l’agriculture. Sa taille de population est devenue si faible qu’elles ne peuvent aujourd’hui plus soutenir le prélèvement et sa chasse est actuellement suspendue.

 

 

Quels impacts concrets la gestion adaptative va avoir sur les pratiques de chasse ?

 

Elle va impliquer certaines contraintes, en particulier l’existence de quotas de prélèvements et l’obligation pour les chasseurs de renvoyer chaque année leur tableau de chasse rapidement après la fin de la saison. Mais cette gestion adaptative leur promet aussi un gibier globalement abondant grâce à la réglementation sur les prélèvements ou la période de chasse qui fluctuera en fonction de l’état et des connaissances des populations cibles.

 

 

Quand sera-t-elle appliquée aux autres espèces ?

 

Cette gestion est encouragée par l’Europe. Il est probable que dans les cinq prochaines années, elle soit mise en place pour une grande partie des 90 autres espèces qui aujourd’hui sont chassables en France.

Réduire l’impact environnemental et valoriser les pêcheurs : la combinaison gagnante pour une pêche durable ?

Quel a été pour vous le point de bascule qui vous a poussé à vouloir faire évoluer le commerce des produits de la pêche ?  

 

Au début de ma carrière d’ingénieur agro-halieute, je me suis retrouvé pendant un an sur les bateaux et j’ai pris conscience de tout ce que j’avais théorisé pendant mes études. C’est-à-dire que les pêcheurs ne savent jamais ce qu’ils vont attraper, ni quand ils vont pouvoir sortir en mer, ni même combien ils vont pouvoir vendre leurs prises : bref, ils sont soumis à une grande instabilité. Le plus souvent, j’ai rencontré des équipages déçus d’avoir trimé dans la tempête pendant plusieurs heures pour finalement très mal vendre leur produit. Certains me disaient : “Moi, je vends en direct. De cette manière, je valorise mieux mon poisson et je peux me permettre de ne pas aller en mer quand le temps est mauvais”.  

 

Qu’avez-vous mis en place pour répondre à cette prise de conscience ?  

 

Au début, pas grand-chose… Je me suis retrouvé à travailler à la direction des pêches du ministère de l’agriculture où je subventionnais des projets de recherche et développement ou d’investissements à bord de navires. Mais petit à petit, je me suis intégré dans les systèmes d’Amap et j’ai découvert ces offres de paniers avec de super produits, bons, provenant directement du producteur, bien payés et issus de pratiques vertueuses. Là, je me suis dit qu’il fallait faire la même chose avec la pêche.  

 

Quelles sont les valeurs que cherchent les consommateurs en se tournant vers vous ? 

 

Récemment, nous avons fait un sondage auprès de nos abonnés. On distingue deux cas. Les plus anciens clients nous disent que c’est la qualité du produit et le goût qui fait la différence. Je pense que l’on n’est pas tombé dans l’écueil de certains produits issus du commerce équitable ou du vin bio qui proposent de bonnes valeurs mais qui n’offrent pas de bons produits. Pour les abonnés plus récents, la différence se fait sur l’engagement de durabilité qui est associé à une certaine valeur de confiance. Aujourd’hui, les gens se méfient des labels. Nous mettons en avant des produits frais, durables et éthiques, avec derrière une véritable transparence et de vrais critères.  

 

Qu’est-ce qui fait que votre activité est durable ? 

 

D’abord, nous travaillons avec certains types de navires de manière exclusive. C’est-à-dire que nous ne mettons dans nos paniers que des produits issus de la petite pêche côtière. Concrètement, cela signifie que nous ne travaillons qu’avec des bateaux de 12 mètres au plus qui sortent à la journée uniquement et qui embarquent trois marins au maximum pour la pêche au filet. Mais nous avons aussi des critères techniques. Nous ne travaillons qu’avec des pêcheurs qui utilisent des techniques douces ou passives. Concrètement, il s’agit d’engins que l’on pose dans l’eau et que l’on revient chercher plus tard comme des hameçons, des lignes, des casiers ou des filets. Nous valorisons aussi la pêche à la main, en plongée ou à pied. Évidemment, nous refusons de travailler avec des pêcheurs qui utilisent des chaluts ou des dragues qui, selon les scientifiques, abîment les fonds marins. Nous faisons aussi attention à la sélectivité : nous achetons ce qui est pêché, même s’il s’agit de poissons peu connus par le consommateur.  

 

Comment rémunérez-vous vos pêcheurs ?  

 

Aujourd’hui, c’est assez hétérogène. Il y a les poissons les plus demandés payés quasiment au prix du marché, comme les bars, les soles ou les turbots. Et pour les espèces moins connues, nous payons beaucoup plus. Globalement, nous nous engageons à payer 20 % de plus que le marché.  

 

Qui sont les pêcheurs qui travaillent avec vous ?  

 

On rencontre des pêcheurs qui sentent que leur filière n’est pas assez valorisée. Il n’y a pas de “bio” pour la pêche, donc pas de possibilité pour les pêcheurs d’afficher clairement leurs pratiques vertueuses. Pour moi, un défaut des certifications “pêche durable”, c’est qu’elles veulent absolument raisonner à l’échelle de la pêcherie et non à celle du pêcheur. Je pense que tout pêcheur ayant des pratiques objectivement vertueuses devrait pouvoir être labellisé. Ce sont ces pêcheurs-là que l’on va chercher, ceux qui n’arrivent pas à travailler à petite échelle parce que la filière ne les met pas en valeur et ne les rémunère pas assez. On travaille aussi avec de nombreux pêcheurs qui s’installent, qui font peu de volume et pour lesquels il est plus facile de vendre aussi les espèces habituellement dénigrées par le marché.  

 

Pour les pêcheurs, ça change quoi concrètement ?  

 

Ce que nous voyons aujourd’hui avec les sondages que l’on fait auprès de nos pêcheurs, c’est que 30 % d’entre eux nous vendent des espèces qu’ils jetaient à la poubelle auparavant. En réduisant ce gaspillage, on réduit considérablement la pression sur les autres espèces habituellement plus exploitées. D’autres nous déclarent pouvoir se permettre de mettre moins d’engins en mer, de passer moins de temps à pêcher, de mettre moins de longueurs de filets, ce qui, encore une fois, réduit la pression de pêche.  

 

Est-ce que ce système peut s’étendre à une plus grande échelle et devenir un vrai changement transformateur ?  

 

C’est le rêve que l’on avait au départ. Nos objectifs premiers sont d’assurer des bons prix toute l’année et de voir, grâce à ce système de paniers qui assure l’écoulement de nos produits, que les stocks de poissons s’améliorent. D’ailleurs, nous avons des scientifiques qui évaluent actuellement notre impact en mesurant l’activité des bateaux, les quantités attrapées et les nombres de jours passés en mer. Vendre du poisson, c’est juste un moyen d’arriver à cette fin, de créer un levier en payant mieux les pêcheurs, au lieu d’attendre que les stocks de poissons soient dégradés à un tel point qu’il faille soumettre les pêcheurs à des mesures coercitives comme l’instauration de quotas parfois inadaptés et en décalage avec la réalité économique.  

 

Quels sont vos prochains challenges ?  

 

La prochaine étape, c’est d’inciter de nouveaux professionnels à se conformer à nos critères de durabilité, pour valoriser le mouvement des nouveaux pêcheurs qui s’installent et qui pratiquent la pêche à la ligne ou au casier. Il faut les aider à transformer plus en profondeur la filière. Aujourd’hui, il y a un vrai risque de rachat des petits bateaux. L’idéal serait de faire l’inverse : sanctuariser de petits bateaux, voire acheter des gros bateaux pour les transformer en petits. Le jour où l’on arrivera à obtenir un volume suffisamment important et où l’on pourra dire à un pêcheur qui fait 50 tonnes de poissons dans l’année qu’on est là pour lui, on deviendra un vrai levier.

Les leviers étatiques recommandés par l’évaluation mondiale de l’Ipbes et réflexions préliminaires pour leur déclinaison en droit français

Ce travail a consisté en l’identification, l’analyse et la catégorisation des différents leviers étatiques et de leurs exemples d’application pratique apparaissant dans le rapport Ipbes. Des propositions de leviers juridiques, économiques et de politiques publiques potentiellement intéressants à mettre en oeuvre en France ont été formulés sur la base de certaines recommandations de l’Ipbes, afin de pouvoir initier une réflexion concernant la concordance, ou les lacunes, du droit de l’environnement français vis-à-vis de ces préconisations, ainsi que sur une mise en oeuvre adaptée de ces instruments à l’échelle nationale.

Ces propositions ont été formulées dans un objectif exploratoire puis soumises à l’examen d’experts en droit de l’environnement à travers une enquête, afin d’évaluer leur pertinence et leur maturité pour une intégration en droit français.

[Avant-première] La fabrique des pandémies – Préserver la biodiversité c’est protéger notre santé

Un film de :
Marie-Monique Robin

Avec :
Juliette Binoche 

Musique :
Emily Loizeau 

 

Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comptait une nouvelle maladie infectieuse tous les quinze ans jusqu’en 1970, le rythme est d’aujourd’hui de une à cinq par an. À 70 %, il s’agit de zoonoses, c’est-à-dire des maladies présentes chez les animaux avant de se transmettre et de se développer chez les humains. 

 

Quels sont les mécanismes à l’œuvre ? C’est à cette question que « La fabrique des pandémies » répond, en donnant la parole à une vingtaine de scientifiques. Réunis pour la première fois dans un film, ces chercheurs travaillant sur les cinq continents offriront une vision d’ensemble pour pouvoir engager l’action au niveau local, national et international. Leur constat est sans appel : si nous ne nous attaquons pas aux causes des « nouvelles pestes », les pandémies prendront le pouvoir sur nos vies et le coût – financier, humain et écologique – sera colossal.

 

LE FILM ET SES INTENTIONS
Ce film montre à la fois comment la déforestation, l’extension des monocultures, l’élevage industriel et le dérèglement climatique favorisent la propagation de nouveaux agents pathogènes, mais également comment l’expérience des aires protégées et des territoires indigènes permet de comprendre pourquoi la préservation de la biodiversité et l’équilibre des écosystèmes constituent le meilleur antidote contre l’émergence de nouvelles maladies.

 

Loin du discours anxiogène qui prévaut depuis l’émergence de la Covid-19 et qui caractérise en général les documentaires traitant des nouvelles maladies infectieuses, Marie-Monique Robin voulait faire un film qui fasse du bien, en remettant de la cohérence dans les désordres qui nous assaillent et en fournissant des outils à tous ceux, citoyens, associations et organisations internationales, qui oeuvrent pour que le « Jour d’après » ne ressemble pas au « Jour d’avant ».

 

Un film d’utilité publique : « La Fabrique des Pandémies » se fonde sur le livre écrit par la réalisatrice Marie-Monique Robin, avec la contribution de Serge Morand (chercheur au CNRS), pour lequel elle a interviewé en une soixantaine de scientifiques sur les cinq continents. Publié aux Éditions La Découverte et vendu à plus de 50 000 exemplaires, l’ouvrage a été réédité chez Pocket avec une postface inédite sur la question spécifique de l’émergence de la Covid-19.

 

Voir la bande-annonce : 

 

 

PROGRAMME DE LA SOIRÉE

  • Présentation de « La fabrique des pandémies » ; 
  • Projection du film ;
  • Débat – échange avec la réalisatrice Marie-Monique Robin.

 

 

“Plus que tout, il s’agit de recréer du lien entre les humains et le reste du vivant. La richesse de la biodiversité ne constitue pas un supplément d’âme pour une petite frange de bobos écolos-à-vélo, mais elle est notre « maison commune » sans laquelle aucune vie sur Terre n’est possible. Ce film est un hommage à la nature, que nous ne pouvons plus continuer à sacrifier, sous peine de sacrifier nos propres enfants…”

 

– Marie-Monique Robin –

[Appel à projets FRB-MTE-OFB 2021] Huit projets sélectionnés suite à l’appel “Impacts sur la biodiversité terrestre dans l’anthropocène”

Dans le cadre de la mise en place du  programme national de « surveillance de la biodiversité terrestre » porté par l’Office français de la biodiversité (OFB) visant à mesurer, identifier et suivre l’influence des activités humaines sur la biodiversité et les pratiques les plus vertueuses à valoriser, le ministère de la Transition écologique (MTE) et la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) ont lancé un appel à projets de recherche en 2021 « Impacts sur la biodiversité terrestre dans l’anthropocène », sur la caractérisation des impacts positifs, négatifs ou l’absence d’impacts des activités humaines et des pressions induites sur l’état et la dynamique de la biodiversité terrestre.

 

Trois types de projets sont financés par l’appel de 2021 :

 

DES PROJETS SYNTHÈSE

 

  • Acoucène, porté par Jean-Yves BARNAGAUD (EPHE, France) et Solène CROCI (CNRS, France) – Vers un printemps silencieux ? Modélisation et projection des impacts de l’anthropocène sur les paysages sonores avec les oiseaux comme indicateur écologique acoustique
  • Impacts, porté par Wilfried THUILLER (CNRS, France) et Franziska SCHRODT (Université de Nottingham, United Kingdom) – La biodiversité française dans l’anthropocène – impacts et drivers de la réponse spatiale et temporelle
  • LandWorm, porté par Daniel CLUZEAU (Université de Rennes, France) et Céline PELOSI (INRAE, France) – Impact de l’utilisation et de la gestion des sols sur les communautés de vers de terre
  • Spatman, porté par Isabelle BOULANGEAT (INRAE, France) et Mohamed HILAL (INRAE, France) – Quel rôle pour l’organisation spatiale des sociétés humaines pour moduler leurs pressions sur la biodiversité ?

 

Ces projets, d’une durée de trois ans, devront développer des synthèses d’idées et/ou de concepts, des analyses de données existantes, et devront s’intéresser aux facteurs affectant l’état, l’évolution et la dynamique de la biodiversité.

 

DES PROJETS SYNERGIE 

 

  • Funindic, porté Cyrille Violle (CEFE-CNRS) La rareté fonctionnelle comme marqueur de l’intensification de l’utilisation des terres et des fonctions écosystémiques dans les prairies permanentes : vers de nouveaux indicateurs pour le suivi et la conservation de la flore française.
  • Interface, porté par Céline Clauzel (Université Paris Diderot) –  Modélisation de réseaux multi-habitats pour la conservation intégrée des environnements d’interface.
  • Lanbio, porté par Cendrine Mony (Université de Rennes) –  Effet de la modification du paysage par l’homme sur la biodiversité dans les paysages de bocage : vers des indicateurs intégratifs. 

 

Ces projets, d’une durée d’un an, apporteront apporter des réponses complémentaires sur une question qui émerge d’un projet de recherche finalisé ou en cours de réalisation, et permettront d’éclairer les porteurs d’enjeux sur les indicateurs de mesures et les pratiques à promouvoir pour préserver la biodiversité.

 

UN PROJET CARTE SYSTÉMATIQUE 

 

  • Solaire-BP, porté par Yorick Reyjol (UMS PatriNat OFB-CNRS-MNHN) – Revue systématique de la littérature sur les impacts des énergies renouvelables : photovoltaïque et biodiversité. 

 

Ce projet, d’une durée d’un an, est une étape préalable à la « revue systématique » et porte sur les liens pressions-impacts liés aux pratiques humaines afin de mettre en évidence si les impacts sur la biodiversité sont bien établis ou souffrent d’un manque de données ou de littérature.

Présidentielle 2022

En 2019, une évaluation mondiale de la biodiversité et des services dont dépend l’humanité – comme la pollinisation des cultures, l’épuration de l’air et de l’eau, la fertilité des sols, la récréation, la lutte contre le changement climatique – a mis en évidence la responsabilité de nos activités et de nos modes de vie.

 

Pour limiter les pression directes et indirectes qui s’exercent sur la biodiversité, les chercheurs démontrent qu’il est indispensable de protéger le vivant, de restaurer les milieux dégradés, d’utiliser durablement les ressources naturelles et de tendre vers un partage juste et équitable des avantages tirés de la nature. Dans une tribune publiée sur son site internet, la FRB et ses partenaires ont appelé à mettre en œuvre le changement transformateur préconisé par la plateforme intergouvernementale pour la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes) et nécessaire pour vivre en harmonie avec le reste du vivant. 

 

C’est à présent au tour des candidats de se saisir de cet enjeu majeur. Or, dans les programmes, il est question du climat, de chasse, de justice sociale, d’économie, de santé… Tous ces enjeux sont importants, mais alors qu’ils sont intimement liés à la biodiversité, ils ne la mentionnent que marginalement.

 

Dans le contexte de discussions nationales autour de la troisième stratégie pour la biodiversité et international autour du cadre post-2020 pour vivre en harmonie avec la nature, il est temps de s’intéresser au vivant, car les chercheurs démontrent aussi que sans une biodiversité intègre et fonctionnelle, l’humanité ne pourra pas survivre plus de quelques centaines d’années. Considérant qu’en moyenne une espèce vivante vit plus de 4 millions d’années, notre espèce, Homo sapiens ayant quelques 300 000 ans, il nous reste du chemin à parcourir…

 

À quelques jours des élections présidentielles 2022, découvrez comment les programmes ont transcrit les alertes des scientifiques et quelles mesures en lien avec la biodiversité sont mises en avant (cf par thématique en bas de page).

 

Pourquoi ces thématiques ?

 

L’Assemblée des Parties prenantes de la FRB a participé à l’identification de différentes thématiques considérées comme prioritaires pour la réalisation du changement transformateur nécessaire afin de vivre en harmonie avec le reste du vivant. Les différentes mesures extraites des programmes sont présentées dans ce dossier (cf bas de page ou encart sur la droite) et les candidats sont invités à s’exprimer sur ces enjeux environnementaux.

 

Consulter la tribune

 

“Mesdames et Messieurs les candidats à l’élection présidentielle, êtes-vous prêts à changer le cours de notre histoire commune avec la biodiversité ?” Consultez la tribune.

 

Aller plus loin

 

“Devons-nous choisir entre nourrir l’humanité et protéger la nature ?” Consultez la synthèse.

 

#Presidentielle2022 – Économie et fiscalité

Économie et fiscalité, des enjeux biodiversité

 

Les pressions exercées sur la biodiversité augmentent fortement depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Elles sont causées par des déterminants qui dépendent beaucoup de la façon dont s’est développé notre modèle économique et les activités qui en découlent.

Ces modes de développement, qui ont entrainé une croissance ininterrompue de la consommation des ressources naturelles au niveau global, voire de surconsommation, mettent ainsi en péril la capacité des écosystèmes à fournir les services dont ils dépendent. En outre, la fiscalité telle qu’elle est imaginée aujourd’hui sur le territoire français est défavorable à la préservation de la biodiversité. Comme le souligne Guillaume Sainteny : “Il n’existe pas véritablement de fiscalité de la biodiversité, mais plutôt une fiscalité qui s’est historiquement construite sans tenir compte de ses effets sur la biodiversité”.

 

Sont ici compilées toutes les mesures proposées par les candidat·es qui soient de nature à peser sur les activités économiques en ayant un impact sur la biodiversité, ou mesures fiscales incitatives ou punitives liées à la biodiversité.

 

 

Les mesures des candidat·e·s :

 

N.B. Nous avons autant que possible conservé les mesures dans les termes exacts proposés par les candidat·e·s. Des modifications mineures ont cependant été apportées comme le passage des verbes à l’infinitif et la réduction de certains corpus pour en faciliter la clarté. Par ailleurs, les mesures présentées ici découlent d’un tri réalisé jusqu’au 29 mars 2022 qui peut présenter une certaine subjectivité. Pour retrouver l’intégralité des mesures proposées dans le cadre de cette campagne présidentielle, seuls les programmes officiels des candidats font foi. Ils sont disponibles sur la page principale du dossier.

#Presidentielle2022 – Changement climatique et transition énergétique

Changement climatique et transition énergétique, un enjeu biodiversité

 

Convaincue que la biodiversité et le climat sont deux enjeux environnementaux complémentaires qui, s’ils s’ignoraient entraineraient des difficultés supplémentaires, la Fondation alerte sur les liens complexes entre changement climatique et déclin de la biodiversité. L’atténuation du changement climatique repose pour une large part sur la transition énergétique, c’est-à-dire l’abandon des sources d’énergie fondées sur le carbone fossile au profit des énergies renouvelables. Cet objectif national et européen majeur suscite des développements technologiques et d’importants investissements. Or les infrastructures développées peuvent avoir des impacts multiples, et surtout non anticipés, sur la biodiversité et en particulier sur le fonctionnement des écosystèmes. Il est donc aujourd’hui indispensable de concilier défi énergétique et préservation de la biodiversité.

 

Pour ces élections, les débats énergétiques sont particulièrement centrés sur les questions nucléaires, l’acceptabilité des énergies renouvelables et notamment la question des éoliennes ou encore la rénovation thermique des bâtiments. Les impacts de ces différents développements sont peu ou pas mentionnés, ce qui peut à court terme être préjudiciable à la biodiversité et par contre coup préjudiciable à la lutte contre le changement climatique.

 

 

Les mesures des candidat·e·s :

 

N.B. Nous avons autant que possible conservé les mesures dans les termes exacts proposés par les candidat·e·s. Des modifications mineures ont cependant été apportées comme le passage des verbes à l’infinitif et la réduction de certains corpus pour en faciliter la clarté. Par ailleurs, les mesures présentées ici découlent d’un tri réalisé jusqu’au 29 mars 2022 qui peut présenter une certaine subjectivité. Pour retrouver l’intégralité des mesures proposées dans le cadre de cette campagne présidentielle, seuls les programmes officiels des candidats font foi. Ils sont disponibles sur la page principale du dossier.

#Presidentielle2022 – Santé

La santé, un enjeu biodiversité

 

L’érosion massive de la biodiversité et de ses services écosystémiques menacent la santé humaine de multiples façons. En premier lieu par le biais de notre alimentation : sa diversité, sa qualité nutritionnelle dépendent de la diversité biologique et d’écosystèmes fonctionnels. Ensuite, la perte de biodiversité aggrave les évènements climatiques extrêmes, perturbe la capacité des écosystèmes à stocker du carbone, à épurer l’eau, l’air et les sols, à réguler les pathogènes, entrainant des décès et des pertes de qualité de vie. L’effondrement du vivant, enfin, impacte le bien-être humain par la perte des possibilités d’apprentissages, d’inspiration, la perte de l’identité liés aux paysages et des expériences physiques et psychologiques en lien avec le nature.

 

La pandémie récente a mis en lumière les liens entre notre santé et la déforestation, le braconnage et le commerce d’animaux et de végétaux sauvages, le changement climatique, la faible diversité génétique et spécifique dans les champs et les élevages, ou encore la croyance que c’est en décimant des populations, en perturbant des écosystèmes, que l’on va réduire les maladies.

 

Les maladies émergentes, comme Zika, Chikungunya, les résurgences croissantes de maladies anciennes, comme la grippe aviaire, la brucellose et autres zoonoses, sur le territoire national, menaçant la viabilité de certaines filières agricoles montre l’importance de la question. Ces pandémies proviennent de divers pathogènes transportés par des réservoirs animaux mais leur émergence est en très grande partie due à un manque de compréhension des milieux sauvages, une mauvaise gestion de ces derniers, une trop faible diversité chez les espèces cultivées, élevages.

 

 

Les mesures des candidat·e·s :

 

N.B. Nous avons autant que possible conservé les mesures dans les termes exacts proposés par les candidat·e·s. Des modifications mineures ont cependant été apportées comme le passage des verbes à l’infinitif et la réduction de certains corpus pour en faciliter la clarté. Par ailleurs, les mesures présentées ici découlent d’un tri réalisé jusqu’au 29 mars 2022 qui peut présenter une certaine subjectivité. Pour retrouver l’intégralité des mesures proposées dans le cadre de cette campagne présidentielle, seuls les programmes officiels des candidats font foi. Ils sont disponibles sur la page principale du dossier.

#Presidentielle2022 – Droit et gouvernance

Droit et gouvernance, des enjeux biodiversité

 

La prise en compte de la biodiversité et l’établissement de mesures visant à améliorer sa conservation suppose divers cadres légaux, administratifs et de gouvernance.

Les compétences associées à cette mission peuvent être imaginées à différentes échelles de territoire : locale, régionale, nationale, ou même transférée aux niveaux européen et international. En outre, la coopération entre États, les partenariats à renforcer ou à tisser, ou encore le dosage d’interventionnisme peuvent faire l’objet d’une redéfinition stratégique.

 

Sont listées ci-dessous les mesures envisagées par les candidat·es ayant trait à ce maillage politique, juridique et administratif, de nature à redessiner ou réaffirmer les contours de cette gouvernance de la biodiversité.

 

 

Les mesures des candidat·e·s :

 

N.B. Nous avons autant que possible conservé les mesures dans les termes exacts proposés par les candidat·e·s. Des modifications mineures ont cependant été apportées comme le passage des verbes à l’infinitif et la réduction de certains corpus pour en faciliter la clarté. Par ailleurs, les mesures présentées ici découlent d’un tri réalisé jusqu’au 29 mars 2022 qui peut présenter une certaine subjectivité. Pour retrouver l’intégralité des mesures proposées dans le cadre de cette campagne présidentielle, seuls les programmes officiels des candidats font foi. Ils sont disponibles sur la page principale du dossier.

#Presidentielle2022 – Agriculture et pêche

Agriculture et pêche, des enjeux biodiversité

 

Mal gérée, trop intensive, l’agriculture peut entrainer pollution, érosion des sols et de la biodiversité sauvage, transformation des habitats et déforestation, réduisant d’autant plus, à terme, le potentiel productif. Et ce, alors que les besoins alimentaires vont croissant. L’évolution de la demande des consommateurs et les incertitudes face au changement climatique nécessitent de remettre les fonctionnements écologiques au cœur de l’agrosystème, afin de rendre notre agriculture plus durable, tout en préservant et valorisant l’ensemble de ses diversités.

Par ailleurs, on observe une chute drastique des populations de poissons, notamment due à une surexploitation de certaines espèces, déclins des points chauds de diversité marine tels que les récifs coralliaires en raison du changement climatique, des pollutions, voire du tourisme, d’où la nécessité de proposer des mesures de protection à l’égard de la biodiversité marine et aquatique.

 

Nous avons ici regroupé l’ensemble des mesures qui ont pour objectifs d’enrayer de manière directe l’érosion de la biodiversité en lien avec l’agriculture et la pêche. Les mesures favorisant une transition écologique s’intégrant à la thématique identifiée et ayant un impact indirect sur l’érosion de la biodiversité ont également été recensées ci-dessous.

 

 

Les mesures des candidat·e·s :

 

N.B. Nous avons autant que possible conservé les mesures dans les termes exacts proposés par les candidat·e·s. Des modifications mineures ont cependant été apportées comme le passage des verbes à l’infinitif et la réduction de certains corpus pour en faciliter la clarté. Par ailleurs, les mesures présentées ici découlent d’un tri réalisé jusqu’au 29 mars 2022 qui peut présenter une certaine subjectivité. Pour retrouver l’intégralité des mesures proposées dans le cadre de cette campagne présidentielle, seuls les programmes officiels des candidats font foi. Ils sont disponibles sur la page principale du dossier.

#Presidentielle2022 – Recherche

Des enjeux liés à la recherche sur la biodiversité

 

Comprendre le comportement des différentes espèces, les interactions entre elles et avec les êtres humains, l’évolution des écosystèmes, des espèces, des individus, des gênes, l’histoire du vivant sur notre planète, établir des modèles et scénarios pour mieux anticiper l’impact de notre empreinte sur le vivant pour les années à venir sont autant de pré-requis pour une cohabitation soutenable et une préservation efficace de la biodiversité.

Pour protéger la biodiversité, il est primordial de la connaitre. Dans cette optique, le développement et le financement de la recherche ainsi que son accessibilité au plus grand nombre sont des éléments primordiaux pour protéger la biodiversité. Ceci entre en résonance directe avec les missions principales de la Fondation, à savoir soutenir la recherche, agir avec et diffuser les connaissances.

 

Les mesures compilées ici et proposées par les candidat·es sont relatives à la recherche, au développement et à l’innovation autour des questions environnementales et de biodiversité. Il est ainsi question de l’organisation de la recherche, des moyens qui y seront alloués, des priorités de recherche (tant en termes de milieux que de finalités).

 

 

Les mesures des candidat·e·s :

 

N.B. Nous avons autant que possible conservé les mesures dans les termes exacts proposés par les candidat·e·s. Des modifications mineures ont cependant été apportées comme le passage des verbes à l’infinitif et la réduction de certains corpus pour en faciliter la clarté. Par ailleurs, les mesures présentées ici découlent d’un tri réalisé jusqu’au 29 mars 2022 qui peut présenter une certaine subjectivité. Pour retrouver l’intégralité des mesures proposées dans le cadre de cette campagne présidentielle, seuls les programmes officiels des candidats font foi. Ils sont disponibles sur la page principale du dossier.

Cadre mondial post-2020 pour la biodiversité – Analyse du projet de cadre par la FRB

Ce rapport apporte un éclairage scientifique sur les éléments discutés au sein de la Convention sur la diversité biologique (CDB), en particulier les points anticipés pour les sessions de négociation.

La pertinence des quatre objectifs globaux, des 21 cibles d’action et des indicateurs associés qui constituent le projet de cadre révisé dans sa dernière version officielle en date de juillet 2021 y est examinée au regard des travaux scientifiques les plus récents. Ce travail a été mené dans la perspective d’un appui aux ministères français, la FRB étant point de contact national scientifique et technique pour la CDB.

#Presidentielle2022 – Utilisation des espèces sauvages

Utilisation des espèces sauvages, un enjeu biodiversité

 

Les espèces sauvages sont soumises à l’utilisation par l’humain à différentes fins : de subsistance, commerciales, récréatives ou culturelles. Les activités de prélèvement telles que la pêche, la chasse, la cueillette et l’exploitation des forêts naturelles par opposition aux plantations sont les principales formes d’utilisation des espèces sauvages.

Au niveau mondial, l’Ipbes estime qu’il s’agit d’une des cinq causes majeures perte de biodiversité. Il est donc nécessaire de garantir une exploitation durable des organismes afin d’enrayer l’érosion du vivant.

 

Les mesures listées ci-après sont celles qui nous ont paru concerner directement les espèces sauvages (terrestres ou maritimes, animales ou végétales), en adressant les conditions de leur utilisation.

 

 

Les mesures des candidat·e·s :

 

N.B. Nous avons autant que possible conservé les mesures dans les termes exacts proposés par les candidat·e·s. Des modifications mineures ont cependant été apportées comme le passage des verbes à l’infinitif et la réduction de certains corpus pour en faciliter la clarté. Par ailleurs, les mesures présentées ici découlent d’un tri réalisé jusqu’au 29 mars 2022 qui peut présenter une certaine subjectivité. Pour retrouver l’intégralité des mesures proposées dans le cadre de cette campagne présidentielle, seuls les programmes officiels des candidats font foi. Ils sont disponibles sur la page principale du dossier.

Modifions le cours de notre histoire commune avec la biodiversité

Dans le cadre de la campagne présidentielle, l’équipe de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) et ses instances de gouvernance (Conseils d’administration, scientifique et d’orientation stratégique) interpellent les candidats à l’élection présidentielles. En dépit des alertes nombreuses des scientifiques et de l’intégration croissante des enjeux par les acteurs de la société, la prise en compte de la biodiversité et la mise en place de changements transformateurs ne sont que trop peu abordés.

 

Lire la tribune

 

Les signataires :

 

Modifions le cours de notre histoire commune avec la biodiversité

En 2017, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité et son Conseil d’orientation stratégique composé de près de deux cents parties prenantes ont interrogé les candidats à l’élection présidentielle sur leur action en faveur de la biodiversité. En dépit des engagements forts de chacune et chacun, peu d’avancées ont été observées. Les rapports des scientifiques restent toujours aussi accablants.

 

En 2019 encore, l’Ipbes, le Giec de la biodiversité, alertait sur le déclin des espèces communes à savoir, les oiseaux, les insectes, les pollinisateurs, les amphibiens, qui sont au cœur du fonctionnement de nos écosystèmes. La plateforme internationale pointait du doigt l’accélération des extinctions d’espèces, la dégradation des écosystèmes et l’altération de leurs fonctions vitales associées, comme la régulation du climat, l’épuration des eaux et de l’air, la pollinisation, le contrôle des ravageurs et des épidémies, etc.

 

Ce déclin de la biodiversité qui se poursuit inlassablement menace d’”éroder les fondements mêmes de nos économies, de nos moyens de subsistance, de notre sécurité alimentaire, de la santé et de la qualité de vie” comme le rappelait alors le président de l’Ipbes, Robert Watson. La mise en garde de la recherche contre cette érosion n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’alerte sur l’actuelle pandémie qui avait pourtant été annoncée par les scientifiques depuis longtemps, mais qui avait été reçue dans une réelle indifférence sociale et politique, car non “pensable” en tant que réalité.   

 

Les origines de la perte de biodiversité sont aujourd’hui bien connues. L’Ipbes en a rappelé les cinq causes directes : les transformations des écosystèmes, l’exploitation des ressources naturelles, le changement climatique, les pollutions et les invasions biologiques. Mais peut-être plus important encore, l’Ipbes a aussi rappelé les causes indirectes liées aux facteurs économiques, sociaux, technologiques et de gouvernance des sociétés.

 

Pour lutter contre le déclin de la biodiversité, l’expertise scientifique internationale a souligné la pertinence de “changements transformateurs”, c’est-à-dire des changements qui repenseraient non seulement notre organisation économique, sociale et technique, mais aussi des paradigmes et des valeurs, telle que la croissance soutenue.

 

De si profonds changements sont-ils réellement possibles ? Notre société occidentale en a déjà vécu un : la révolution industrielle qui a bouleversé de fond en comble nos modes de production, de consommation et de vie. Celle-ci a été matériellement rendue possible grâce aux énergies fossiles, à l’accompagnement de la recherche et au développement de technologies qui ont facilité sa mise en œuvre.

 

Sans renier toutes les avancées exceptionnelles de cette révolution, et face aux limites environnementales et planétaires, il s’agit maintenant de faire en sorte que cet épisode de croissance économique soutenue, qui a été aussi accompagnée par une forte croissance démographique, se transforme. Cette transformation concerne les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, de l’industrie… mais aussi de la consommation, de la vie en société en général. Des initiatives sont déjà en œuvre, telles que l’agroécologie, l’économie circulaire, la préservation des écosystèmes. De façon générale, il s’agit de donner plus de poids à la biodiversité dans toutes les décisions socio-économiques afin de promouvoir des socio-écosystèmes résilients assurant à la fois le bien-être des populations humaines et un bon état à la biodiversité.

 

De manière pragmatique, nous, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, composée d’acteurs publics, du monde économique et de la société civile, de chercheurs et chercheuses, de représentantes et représentants d’institutions académiques, vous invitons à vous saisir de cette notion de changements transformateurs et à venir en discuter avec nos experts académiques et non académiques.  

 

En cette veille d’élection présidentielle, il nous parait plus que jamais nécessaire que nos concitoyennes et concitoyens connaissent vos ambitions dans le domaine de la biodiversité. Nous avons compilé vos mesures et vous invitons à nous contacter afin de préciser vos engagements en faveur du vivant et de la recherche sur la biodiversité.

Les récifs coralliens cernés par les impacts anthropiques et les changements globaux

Du 9 au 11 février s’est tenu à Brest le premier One Ocean Summit, un sommet international qui a permis de concrétiser des engagements en faveur de la protection des mers et des océans. Les écosystèmes marins sont en effet menacés à la fois par des facteurs globaux (tels que le réchauffement de l’eau et l’acidification des océans), mais aussi par des facteurs locaux (tels que la pêche, la pollution lumineuse ou encore la navigation). Les facteurs de pression étant directement associés aux activités humaines, les écosystèmes les plus éloignés des humains devraient intuitivement subir moins d’impacts et constituer des refuges plus sûrs pour la biodiversité. Cette idée est d’ailleurs confortée par plusieurs études scientifiques qui démontrent l’existence d’une corrélation claire entre l’état des écosystèmes et leur distance par rapport aux grandes villes (Figure 1). Pour cette même raison, les zones les plus éloignées sont aussi considérées comme des réservoirs potentiels de biodiversité qui peuvent préserver les écosystèmes en cas d’extinction importante.

 

Fig1_Score_Reef_Strona_2021

Figure 1. L’impact des activités anthropiques, ou leurs conséquences (tels que la pêche, la pollution) sur les communautés des poissons des récifs coralliens diminue avec l’éloignement aux activités humaines. Chaque point correspond à une zone de récifs coralliens à une résolution spatiale de 1 × 1 degré de latitute/longitude. Modifié de Strona et al. 2021b (CC BY 4.0).

 

 

Cependant, des études menées au sein du projet de recherche Score-Reef, co-financé par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) à travers son Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité (Cesab), l’Office français de la biodiversité (OFB) et le Ministère de la transition écologique (MTE), montrent que la réalité est tout autre lorsque l’on prend en compte la dépendance des poissons vis-à-vis des récifs coralliens.

 

[Évaluation] Les cartes des pressions publiées par l’ONB évaluées

En 2021, dans la continuité des travaux menées depuis 2012, ce sont les cartes des pressions publiées en 2019 par l’ONB qui ont fait l’objet d’une évaluation scientifique, en vue de leur mise à jour courant 2022 puis de manière récurrente. L’idée a été d’évaluer à la fois la méthode employée et les données, pour améliorer les cartes actuelles et apporter des changements majeurs. 

 

Il a donc été demandé aux experts sollicités d’évaluer: 

  • la carte centrale; 
  • les cartes spécifiques présentées en encarts, à savoir : changement climatique, destruction des habitats, espèces exotiques envahissantes, fragmentation du territoire, pollutions, et surexploitation des ressources ;
  • les cartes outre-mer réalisées à dire d’experts. 
  •  
  •  

Ceux-ci avaient pour consigne de faire des propositions de recommandations et d’améliorations dans la construction de ces cartes (indicateurs et jeux de données potentiels à mobiliser sous-jacents), pour les pressions à intégrer, les représentations graphiques, etc. 

 

À ce titre, et sur la base des travaux antérieurs réalisés par la FRB en partenariat avec l’ONB sur les indicateurs de biodiversité, des grilles d’évaluation ont été développées et déclinées spécifiquement pour chaque type de carte à évaluer. 

 

Chaque carte a été évaluée par deux à sept experts, les experts travaillant indépendamment les uns des autres. Des synthèses narratives (compilation et simplification des propos) ont ensuite été rédigées. Elles ont par la suite été relues et corrigées par les experts évaluateurs avant un atelier final de restitution, organisé début 2022. Celui-ci a permis des échanges directs entre les experts mobilisés et les membres de l’ONB.  

Ce travail devrait s’inscrire dans la durée afin de suivre les évolutions futures apportées à ces différentes cartes. 

 

Retrouvez toutes les informations et rapports sur le travail de la FRB dans le cadre de sa mission avec l’ONB

Analyse scientifique des indicateurs de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB)

L’ONB produit et diffuse des indicateurs et cartes permettant de suivre l’état de la biodiversité, les pressions qu’elle subit et les réponses apportées aux problèmes qu’elle affronte. Les indicateurs et cartes facilitent le dialogue, la prise de décision et l’évaluation des stratégies mises en œuvre en faveur de l’environnement.

 

En 2012, l’ONB a décidé de les regrouper et de les mettre à disposition des utilisateurs potentiels en créant une base de données en ligne et en libre accès : Indicateurs de BioDiversité en Base de Données (i-BD²).

Comme les indicateurs ne fournissent que des informations parcellaires, l’ONB a rapidement souhaité bénéficier d’un regard extérieur sur ceux présentés dans i-BD². La Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a ainsi été sollicitée pour examiner leur pertinence scientifique, leur comportement au regard des caractéristiques des jeux de données et les biais pouvant apparaître dans leur construction ou leur calcul.

 

La mission confiée aux experts mobilisés par la FRB permet d’apporter un regard critique sur la base de critères scientifiques mais aussi sur les forces et les faiblesses des indicateurs afin de proposer soit des améliorations des indicateurs existants, soit la création de nouveaux indicateurs, soit l’arrêt de l’utilisation de certains.

Dans tous les cas, il s’agit d’expliquer aux utilisateurs les limites d’utilisation de chaque indicateur et carte. Retrouvez ci-dessous la liste des indicateurs et cartes évalués, les rapports par exercice ainsi que la publication “Évaluation scientifique des indicateurs : le développement d’une méthode originale” .

[#Ipbes9] Exploitation durable du vivant : quelles solutions ?

Le deuxième volet de cette campagne est consacré à l’exploitation des ressources naturelles par les humains.

Comment rendre durable la gestion des forêts tropicales ou celle de la pêche ? Que nous apprennent les systèmes alimentaires des peuples autochtones sur nos modes de consommation et notre lien au sauvage et à la nature ?

 

 

 

Découvrez tous les articles :

 

L’approvisionnement en bois venant des forêts guyanaises peut-il être durable ?

Couverte à 95 % de forêts, la Guyane française représente un enjeu essentiel en termes de régulation du climat et des flux de carbone. C’est aussi potentiellement un réservoir considérable de bois d’œuvre. Le bois exploité est en grande partie destiné à la construction ou à la rénovation résidentielle pour des marchés locaux ou exporté dans les Antilles françaises. La production s’y élève chaque année à 80 000 m3, ce qui en fait, en plus de l’enjeu socio-économique associé à la régulation du climat, un des principaux secteurs économiques de la région. L’Office national des forêts (ONF), qui en est le gestionnaire, est chargé du choix des massifs à exploiter, de la construction des dessertes forestières et de l’application des principes de gestion durable. En particulier, il désigne les arbres à abattre puis les vend à des concessionnaires qui en font eux-mêmes l’exploitation. Car dans ces forêts naturelles, c’est-à-dire à l’état sauvage, la production se fait par exploitation sélective. Seuls quelques grands arbres d’intérêt commercial sont exploités comme l’angélique, le gonfolo et le grignon franc. Ces espèces représentent à elles seules trois quarts de la production, alors qu’au moins 90 essences sont technologiquement utilisables, mais avec encore peu de débouchés dans la filière bois. Le reste de la forêt est laissé à une régénération naturelle, avec un cycle de coupe fixé à 65 ans. Malheureusement, les populations d’individus de taille exploitable de ces espèces cibles ne se renouvellent pas au rythme auquel elles sont exploitées. En effet, on constate qu’elles pourraient être épuisées après un ou deux cycles d’exploitation. Pour maintenir les fonctions écologiques essentielles comme la régulation du climat ainsi que la production de bois de ces forêts tout en préservant les massifs forestiers inexploités sur le long terme, une solution serait de diversifier la liste d’espèces exploitées1. Pour ce faire, il est nécessaire de changer les habitudes dans les marchés publics, en parvenant à ce que les architectes maîtrisent aussi l’usage des essences moins connues et en développant des solutions techniques adaptées à leur utilisation 

 

Les systèmes alimentaires des peuples autochtones : un lien fort aux espèces sauvages comme réponse à la crise des régimes alimentaires

Comment définissez-vous les systèmes alimentaires des peuples autochtones ?   

 

D’abord, il est important de définir ce qu’est un peuple autochtone. Il s’agit d’un statut revendiqué par certaines communautés, juridiquement reconnu par les Nations Unies, sur la base d’un certain nombre de traits. Un de ces traits est un lien fort et ancien avec un territoire qui se traduit par une connaissance approfondie de ses ressources, de leur diversité et de leurs usages (alimentaires, médicaux, etc.). Un autre de ces traits est que ces peuples autochtones se définissent comme porteurs d’une relation et d’une sensibilité particulières au monde dans lequel ils vivent, relation qui s’inscrit dans un ensemble de valeurs respectueuses du vivant. 

 

 

Combien de personnes constituent l’ensemble de ces communautés ? 

 

On estime qu’ils sont un peu moins de 500 millions. Contrairement à une idée un peu ancienne et caricaturale, il n’existe que très peu de chasseurs-cueilleurs dans ces communautés. Cependant, ces communautés revendiquent des systèmes alimentaires reposant sur des ressources locales et sur une dimension collective très forte : à la fois dans l’accès aux ressources souvent gérées de façon collective, mais aussi dans le travail de production, de préparation et dans le partage des aliments. Ces communautés entretiennent des dispositifs de solidarité alimentaire. Mais ces systèmes alimentaires créent non seulement du lien social, mais aussi un lien au vivant. Ils sont la plupart du temps biocentriques et, à l’inverse de systèmes anthropocentriques, ne sont pas focalisés sur l’humain.  

 

 

Où sont généralement situées ces communautés ?  

 

Elles se situent souvent dans des zones protégées. Un tiers de la surface mondiale couverte par les zones protégées est occupé par ces communautés. Dans ces zones, ces communautés revendiquent une souveraineté alimentaire, c’est à dire le droit d’accéder aux ressources locales pour préserver leurs pratiques alimentaires et toutes les valeurs bio culturelles qui y sont rattachées.  

 

 

Quel est le lien des communautés autochtones aux espèces sauvages ?  

 

Pour vous répondre, je citerais le Livre Blanc/Whipala sur les systèmes alimentaires des peuples autochtones qui dit : “Depuis des millénaires, les peuples autochtones protègent leur environnement et sa biodiversité”. Ces savoirs et ces pratiques sont revendiqués comme durables. Les systèmes alimentaires autochtones contribuent à la construction de la biodiversité à travers l’agriculture et au maintien des ressources non domestiques par des pratiques d’exploitations durables. Mais attention, le sauvage, dans ces systèmes, ce n’est pas que du gros gibier. On se focalise parfois sur les grandes espèces emblématiques, mais les ressources alimentaires sauvages ce sont aussi des plantes, des insectes, des poissons, etc. La revendication des peuples autochtones d’être à la fois protecteurs et utilisateurs de la biodiversité est parfois mal comprise et l’équilibre est souvent fragile et difficile à maintenir.    

 

 

Pourriez-vous donner un exemple ? 

 

Prenons l’exemple des BaTonga, une population située au Zimbabwe, de part et d’autre du Zambèze. Des études montrent toute l’importance des ressources sauvages dans leur alimentation. Celle-ci se remarque à plusieurs niveaux. D’une part par la contribution à la diversité alimentaire et notamment par le nombre d’espèces consommées. En effet, les BaTonga exploitent 60 espèces animales dont 18 sauvages. Pour les plantes, c’est plus de la moitié des espèces consommées qui sont sauvages, 37 sur un total de 58. À titre de comparaison, on sait que l’alimentation mondiale basée sur le secteur agroalimentaire ne repose essentiellement que sur une dizaine d’espèces végétales et une dizaine d’espèces animales. D’autre part, les ressources sauvages sont importantes car l’alimentation des BaTonga est culturellement riche de ces espèces. Plus de la moitié des préparations culinaires répertoriées par l’étude inclut des ingrédients sauvages. Enfin, ces ressources permettent de réduire la vulnérabilité des BaTonga face aux crises. Pendant la pandémie mondiale de Covid-19, ils ont eu un recours accru aux ressources alimentaires sauvages, ils ont cueilli des fruits, chassé des oiseaux, etc. Ceci a permis de limiter l’impact des pénuries et des baisses de revenus liées à la pandémie.  

 

 

En quoi l’étude de ces systèmes peut-elle favoriser la durabilité du système alimentaire global ? 

 

Les peuples autochtones revendiquent des systèmes alimentaires durables. Ces systèmes sont sans doute porteurs de solutions à considérer pour répondre à la crise actuelle des systèmes alimentaires. Mais c’est peut-être moins leur rapport aux aliments, bases de leur alimentation, que leur rapport culturel qui doit nous inspirer. La principale cause de la crise que l’on traverse actuellement est la perte de sens de notre alimentation. Comme le signale le sociologue Claude Fischler, nous consommons des “objets comestibles non identifiés”. La distanciation entre les mangeurs et les aliments a des conséquences néfastes sur nos interactions avec le vivant, sur ce que l’on se croit “autorisé” à faire. Je suis particulièrement attachée à un certain nombre de concepts qui permettent de repenser nos systèmes alimentaires comme celui d’écologie de l’alimentation qui est un domaine très intéressant. Repenser notre alimentation comme un moyen de se relier les uns aux autres, de redonner une valeur aux relations sociales qui peuvent se tisser à travers l’alimentation, c’est revendiquer une qualité du lien avec les non humains et enfin redonner un sens au vivant. Je crois que, face à la domination de la rationalité technico-économique, ces préoccupations sont associées à de la sensiblerie et donc évacuées de nos réflexions. Mais il faut redonner sa place à l’intime et à l’affectif dans notre lien à la biodiversité. Ce que nous apportent les systèmes alimentaires des peuples autochtones, c’est la possibilité de renforcer ce lien à travers l’alimentation. Pour qu’ils soient durables, le “sensible” doit être intégré pleinement à nos systèmes alimentaires. 

 

 

Un parallèle existe-t-il entre ces systèmes autochtones et les pratiques d’exploitation ou de consommation en France ?  

 

Je pense qu’il y a énormément de mouvements sociaux en France qui visent à redonner un sens à l’alimentation. L’industrie a séparé les mangeurs des aliments, mais les consommateurs se mobilisent désormais pour essayer de recréer du lien. Il existe de nombreux exemples : les Amap qui visent à recréer le lien entre producteur et consommateur, le commerce équitable, les références au “local”, etc. De nombreux consommateurs du monde occidental se réapproprient de cette manière leur ancrage dans leur espace social et biophysique. Le parallèle entre les revendications des peuples autochtones et celles des nouveaux consommateurs du monde occidental est évident et va dans le même sens.   

 

 

Développer des systèmes plus proches du sauvage, comme les systèmes autochtones, est-il une stratégie levier pour la durabilité des régimes alimentaires ?  

 

Avec les maladies émergentes, le sauvage est perçu de façon accrue comme une menace. L’image du consommateur qui mange un animal sauvage et génère une pandémie mondiale est très présente dans les esprits. Au-delà de ce cliché, je pense que la consommation d’animaux sauvages dans les métropoles asiatiques par exemple, peut aussi être interprétée comme une forme de résistance à une réduction de la biodiversité. Garder une place au sauvage dans notre alimentation est une façon de garder un lien fort et direct avec le vivant. Bien sûr, ce n’est pas facile, surtout face aux enjeux de conservation. Je vis en France dans une zone envahie par les sangliers. Il y a eu des tentatives de créer des filières de viande sauvage, ce qui n’a pas été facile à cause des normes sanitaires strictes et des effets possibles d’une chasse commerciale. De plus, la chasse est de plus en plus difficile à accepter moralement, notamment parce qu’elle a perdu sa fonction alimentaire. Favoriser la diversité des aliments, les produits de la chasse et de la cueillette dans les systèmes alimentaires, présente certains intérêts. Même de façon très ponctuelle, cela peut être un moyen d’entretenir un lien sensible avec le vivant, qui peut aider à la conservation de la biodiversité.

L’intelligence artificielle au service de la biodiversité marine : démarrage d’un challenge scientifique international inédit

IA et biodiversité : des synergies à développer pour préserver la planète

 

Souvent considérés comme notre « dernière frontière », les océans couvrent environ 71 % de notre planète et concentrent une part essentielle de la biodiversité. Étudier la biodiversité et son évolution représente donc un enjeu scientifique et sociétal majeur pour répondre aux défis posés par le changement climatique et contribuer aux Objectifs du développement durable (ODD) des Nations Unies.

 

La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes) et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) estiment que la structuration des données reste l’un des freins majeurs à la connaissance de la biodiversité. Face à la complexité des interactions entre les écosystèmes et à l’hétérogénéité des données, les indicateurs actuels restent limités dans la prédiction des évolutions de la biodiversité, notamment en milieu marin.

 

L’IA a un potentiel significatif pour répondre à ce défi. En proposant de nouvelles solutions pour collecter, structurer et valoriser les données, l’IA peut fournir des ressources inédites afin de dresser une photographie actuelle de l’état de la biodiversité et de prédire son évolution. Appliquées au milieu marin, ces innovations permettent d’avancer vers le quatorzième ODD, qui promeut la conservation et l’exploitation durable des écosystèmes marins et côtiers.

 

Partant de ce constat, un appel à projets « Challenge IA-Biodiv » a été lancé en mars 2021. Cet appel est destiné aux communautés scientifiques de l’IA et de la biodiversité afin de mettre en commun leur expertise. Les projets devront répondre à trois objectifs :

 

  • optimiser des méthodes d’IA pour améliorer la recherche en biodiversité marine,
  • concevoir des modèles et indicateurs de prédiction innovants,
  • élaborer des méthodes d’IA hybrides pour renforcer le développement de notre connaissance des milieux marins.

 

Ce challenge international s’inscrit dans la dynamique du volet « recherche » de la stratégie nationale pour l’intelligence artificielle (SNIA) lancée en 2018 afin de renforcer la position de la France dans ce secteur. Il répond à un véritable enjeu d’innovation partagée en impulsant des logiques de co-construction de nouveaux outils.

 

 

Les trois projets lauréats du Challenge IA-Biodiv

 

À l’issue du processus d’évaluation et de sélection mobilisant un panel de chercheurs internationaux indépendants, trois projets portés par des équipes pluridisciplinaires et internationales de chercheurs spécialisés dans le domaine de l’IA et de la biodiversité ont été retenus :

 

Le projet AIME
Le projet AIME (Intelligence artificielle pour les écosystèmes marins), conventionné avec Expertise France, est porté par un consortium franco-africain : l’Université Cadi Ayyad (Maroc), l’Université de Yaoundé (Cameroun), le Laboratoire d’imagerie médicale et bio-informatique et l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal), l’UMR Écologie marine tropicale dans les océans Pacifique et Indien (Nouvelle-Calédonie, France), l’Institut de recherche pour le développement et le Marine biodiversity, exploitation and conservation (France).

 

Ce projet a pour objectif de relever trois défis scientifiques : (1) la combinaison ou l’hybridation des techniques en IA afin d’améliorer la justesse et la précision des indicateurs de biodiversité ; (2) le développement d’indicateurs, à plusieurs échelles, capturant les divers aspects de la santé et des pressions pesant sur les écosystèmes marins ; et (3) leur intégration dans un modèle d’IA capable d’expliquer et de prédire la dynamique spatio-temporelle de la biodiversité marine dans des études de cas. Le projet AIME fournira de précieux outils pour accompagner les prises de décision dans les stratégies de gestion des écosystèmes marins côtiers.

Le projet SMART-BIODIV
Le projet SMART-BIODIV (Technologies d’intelligence artificielle pour la recherche en biodiversité) est porté par un consortium français : l’Unité Mixte Internationale Georgia Tech-CNRS de Lorraine, le Central Supelec Loria, le Laboratoire interdisciplinaire des environnements continentaux et le Laboratoire d’océanographie de Villefranche.

 

Il développera de nouvelles méthodes de gestion et d’intégration des données de la biodiversité des espaces marins côtiers à partir d’algorithmes d’apprentissage automatique pour compléter les données manquantes et construire des indicateurs adaptés pour évaluer la biodiversité des espaces observés. Ce projet propose également de mettre à disposition de la communauté scientifique de grands jeux de données constitués de millions d’images d’organismes planctons.

Le projet FISH-PREDICT
Le projet FISH-PREDICT (Prédire la biodiversité des poissons récifaux) est porté par un consortium français : le Marine biodiversity exploitations and conservations, le Laboratoire d’informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier, le Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive, le Laboratoire des sciences techniques de l’information, de la communication et de la connaissance, ainsi que par le Laboratoire d’écologie alpine.

 

Ce projet ambitionne de générer des indicateurs écologiques et des modèles prédictifs de la biodiversité des écosystèmes perturbés en combinant des méthodes d’intelligence artificielle aux approches évaluatives connues. Il permettra ainsi de créer la première base de connaissance de biodiversité marine et, par la suite, de développer des modèles de prédiction et d’interprétation. Il vise également à dévoiler des solutions intelligentes pour la nature afin d’assurer la durabilité des systèmes socio-écologiques côtiers.

 

 

Le challenge, une modalité originale de recherche collaborative

 

À l’heure où les défis planétaires sont de plus en plus nombreux et complexes, il devient essentiel d’innover et d’encourager le partage des savoirs pour trouver des réponses appropriées. Instrument de financement spécifique de l’ANR, le Challenge permet d’y répondre, en explorant simultanément différentes approches scientifiques ou technologiques autour d’une même problématique et en mettant en commun les solutions. Il confronte et partage les approches et travaux des consortiums financés, et favorise l’établissement de références communes entre des communautés scientifiques d’horizons divers.

 

Le Challenge IA-BIODIV sera animé par le consortium opérationnel (COpé), composé du Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), pilote du COpé, de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) via l’infrastructure du Pôle national de données de biodiversité (PNDB).

 

Ainsi, les trois équipes de recherche retenues vont travailler à l’élaboration et au développement de leur projet de manière collaborative et se rencontrer à l’occasion du démarrage du Challenge le 23 février 2022. Leurs travaux, planifiés par le Copé sur 4 ans, porteront sur le milieu marin côtier en mer Méditerranée lors des deux premières années et se concentreront sur l’océan Pacifique les deux dernières. À partir de jeux de données communs, les équipes répondront chacune à des enjeux spécifiques et complémentaires sur la biodiversité marine.

 

Le COpé jouera un rôle central dans l’organisation et le bon déroulement du challenge : en qualité de tiers de confiance, il assurera l’animation scientifique, l’évaluation des systèmes d’IA, la constitution de jeux de données et leur accès via l’environnement « IA-BiodivNet ». Les trois consortiums de recherche exploiteront et enrichiront de manière collaborative cet environnement numérique pendant toute la durée du Challenge. Ils auront accès aux ressources de calcul intensif de GENCI (Grand équipement national de calcul intensif). La plateforme sera, à terme, accessible à tous scientifiques et chercheurs et contribuera à la diffusion de jeux de données pérennes pour les futurs travaux scientifiques en IA et dans le champ de la biodiversité.

Vers une utilisation durable des espèces

L’exploitation des organismes n’est pas durable lorsque le prélèvement d’individus d’une population se fait au-delà du taux de renouvellement et de l’accroissement biologique de celle-ci, ou lorsque l’activité conduit à une dégradation de l’environnement qui perturbe cette espèce (par exemple, l’écotourisme intensif). Cette exploitation correspond à un service écosystémique d’approvisionnement – et aux contributions matérielles de la nature (dans la typologie de l’Ipbes) – lorsqu’elle vise à se nourrir, se vêtir, se chauffer ou se loger par exemple. Elle correspond à un service culturel – et aux contributions immatérielles de la nature – dans le cas d’activités récréatives ou spirituelles. Au niveau mondial, l’Ipbes estime qu’il s’agit de la 2e cause principale de perte de la biodiversité.

 

La pêche, la chasse, la cueillette et l’exploitation des forêts naturelles (par opposition aux plantations) sont les principales formes d’utilisation des espèces sauvages, entraînant un prélèvement dans la nature. Certaines activités sans prélèvement représentent également une forme d’utilisation.

Pollution et biodiversité

La pollution correspond à une dégradation de l’environnement par des substances, des déchets ou des nuisances diverses. Il peut s’agir de particules fines, de gaz à effet de serre, de métaux lourds, de substances chimiques ou de matériaux non dégradables comme les plastiques. Les pollutions sonores et lumineuses présentent également un fort impact sur le fonctionnement et la santé des écosystèmes mais sont encore relativement peu  étudiées. Elle concerne différents types de milieux : l’atmosphère, les sols, les rivières ou les océans. Ingérée, respirée, entravante ou dérangeante, la pollution de l’environnement affecte la santé de toutes les espèces, y compris les humains. La meilleure solution face à l’augmentation des déchets et des polluants est de réduire drastiquement leur production et leur utilisation, sans engendrer de nouvelles pollutions.

[Sondage] Quelles sont les préférences des français entre les mots nature et biodiversité ?

Les termes de nature et de biodiversité arrivent à égalité de compréhension avec respectivement 49 et 51 %. La marge d’erreur pour un échantillon de 1 000 personnes est de 3 %.

Certains considèreront que le terme de biodiversité a bien progressé puisqu’il est récent (apparu dans les années 1980, soit il y a une trentaine d’année), et que selon une étude TNS Sofres de 2010, 21 % des français n’en avaient jamais entendu parler, et seuls 23 % pensaient savoir de quoi il s’agissait (ça ne veut pas dire que les 50 % aujourd’hui savent la définir).

Inversement, d’autres feront remarquer que depuis tout ce temps que le mot biodiversité est martelé dans les discours, celui de Nature reste encore à 50 % ce qui est très haut.

Il est à noter qu’il n’y a pas de préférence marquée que l’on soit un homme ou une femme.

 

L’analyse sociologique est très intéressante.

Plus on est jeune, et plus on privilégie le terme de biodiversité : 55 % des moins de 35 ans – dont 59 % chez les 18-24 ans – contre 50 % chez les plus de 35 ans, et seulement 42 % des plus de 65 ans.

Les catégories professionnelles supérieures et professions intermédiaires privilégient le terme de biodiversité (56 et 59 %) quand les catégories populaires préfèrent le mot nature (55 % et jusqu’à 59 % chez les ouvriers).

Le niveau de diplôme a également une incidence : les diplômés supérieurs choisissent la biodiversité à 64 %, le 1er cycle 57, le niveau bac 54, CAP/BEP 42. Et inversement pour la nature de 36 à 58 %.

Les urbains privilégient biodiversité à nature (60/40) et plus ils habitent la campagne et plus ils privilégient nature jusqu’à un rapport 46 % biodiversité / 54 % nature dans les communes de moins de 10 000 habitants ; en Île-de-France le rapport est de 55 % pour la biodiversité et 45 % pour la nature ; il est équilibré en province (51/49).

 

L’analyse politique ne manque pas d’intérêt

Il n’y a pas de différence entre les sensibilités de droite et de gauche. Environ 60 % biodiversité et 40 % nature.

L’électorat d’EELV privilégie le terme de biodiversité à 71 % contre 29 % pour le terme de nature. Pour la France Insoumise le rapport est de 67 contre 33.

La tendance s’inverse avec l’électorat de La droite radicale et du Rassemblement national dont 30 % seulement privilégient biodiversité, contre 70 % pour le terme de nature.

 

 

Pour Denis Couvet, président de la FRB :

“Les différences scientifiques entre nature et biodiversité sont importantes. Le terme nature est plus ancien et plus englobant : il comprend la biodiversité mais aussi son environnement physique (atmosphérique, minéral, hydrique, etc.). Cette enquête révèle la complémentarité entre ces deux notions ; complémentarité qui peut aider la recherche scientifique dans son exploration, ses pistes d’amélioration, des relations entre les humains et la biodiversité, la nature.”

Recommandations des rencontres Sciences pour l’action sur les territoires ultramarins

Ces Rencontres visent à rassembler en ateliers différents acteurs (chercheurs, responsables de politiques publiques, acteurs de terrain, etc.) afin d’élaborer une série de recommandations grâce à une méthodologie basée sur la démarche prospective.

 

 

Pour cette édition, trois thèmes ont été identifiés :

  • le développement économique endogène respectueux de la biodiversité ;
  • les fonctionnalités du continuum terre-mer et l’aménagement du territoire ;
  • les liens Humain-Nature et la protection de la biodiversité.

 

 

Les recommandations issues de ces échanges devraient être publiées dans les mois à venir, à l’instar de celles issues des Rencontres de 2018 et 2017. Nous vous invitons à découvrir la vidéo d’ouverture de l’édition 2020.

[#Ipbes9] Valeurs associées à la nature et utilisation durable des espèces sauvages : de quoi parle-t-on ?

Le premier volet de cette campagne est consacré à la notion de « valeurs » associées à la nature. En quoi évaluer et partager ces valeurs est un enjeu majeur pour la conservation de la nature et de la biodiversité ? En quoi la durabilité de l’utilisation d’espèces sauvages dépend du contexte culturel, politique et social ?

 

Des questions que viennent interroger et éclairer Virginie Maris (philosophe – CNRS), Florence Pinton (sociologue – AgroParisTech), Catherine Sabinot (ethnoécologue – MNHN), Frédéric Ducarme (philosophe – MNHN) mais aussi Sita Narayanan (Grand port maritime de Guadeloupe), Marika Dumeunier (Noé) et Hélène Leriche (Orée).

 

 

Découvrez tous les articles :

 

Le développement de la cueillette de plantes sauvages sur le territoire français : conditions et enjeux de la durabilité

Bien que la cueillette de plantes sauvages remonte aux origines de l’humanité, il aura fallu attendre les années 2010 pour que le monde académique et de la conservation se penchent sur la question. En cause, une explosion de la demande en produits naturels, des désirs de retour à la nature et un marché du sauvage en pleine expansion. Cette pratique s’est fortement développée aussi bien dans les sociétés occidentales, pourtant davantage tournées vers les médicaments de synthèse, que dans certains pays du Sud où l’offre et l’usage de produits naturels sont importants. Le regard porté sur les plantes s’est transformé avec l’émergence des discours autour de la valeur économique de la biodiversité et plus généralement des valeurs attribuées à la nature. Cette dynamique est-elle compatible, au moins en France, avec le réservoir de plantes sauvages présent dans l’espace rural et le maintien de la biodiversité ?

Conserver la nature en Nouvelle-Calédonie : un enjeu complexe entre science et contexte socio-culturel

Quel est le lien spécifique qui existe entre les populations de Nouvelle-Calédonie et la nature ?

 

Pour répondre à cette question, il faut faire un petit détour par le langage. Il n’y a pas de terme pour dire « nature » dans les langues kanak. La dichotomie entre nature et culture n’existe pas. Il s’agit plutôt de liens qui unissent les éléments, humains et non humains. Il s’agit donc pour les hommes et les femmes d’entretenir tous ces liens, entre le requin et le lézard, l’homme et l’igname, la femme et le cocotier, et tout ce qui nous lie à la « terre-mer ». Quand on est kanak, la « terre » ou la « nature », s’étend de la montagne jusqu’au récif, voire au-delà. Cela inclut les vivants et les morts, le monde visible et invisible.

 

Le lien qui unit les populations de Nouvelle-Calédonie avec la nature est très fort, car tout est lien. Aussi, ce lien est entre autres entretenu par la connaissance commune des toponymes, c’est-à-dire des noms de lieux. Chaque toponyme renferme la mémoire du lien d’un clan à la terre et toute son histoire. Grâce à ces toponymes, le lien au territoire persiste à travers les générations.

 

 

N’y a-t-il qu’une seule perception de la nature ?

 

Sur l’archipel calédonien aujourd’hui très multiculturel et métissé, on ne peut pas dire qu’il n’y a qu’une seule perception de la nature. Ce que je peux observer, c’est que les premiers habitants d’ici, les Kanak qui constituent aujourd’hui un peu plus de 40 % de la population ont réussi à partager leur vision du monde, leurs liens forts à des éléments non-humains notamment. Même si cela n’est pas toujours évident pour tous, il y a une certaine reconnaissance de la diversité des savoirs et des représentations de la nature. Chaque communauté a apporté ces manières de voir et nombreuses sont les personnes qui se sont construites en intégrant un peu de cette diversité.

 

 

La gestion de l’environnement prend-elle en compte ces spécificités socio-culturelles de la Nouvelle-Calédonie ? 

 

Au début, dans de nombreux pays du monde, gérer l’environnement consistait à “mettre la nature sous cloche”. Aujourd’hui, on intègre de plus en plus à la fois les habitants, leurs valeurs et leurs pratiques. En Nouvelle-Calédonie, les trois provinces possèdent chacune leur propre code de l’environnement. Celui de la province des îles Loyauté, habitées par une grande majorité de Kanak, a été rédigé il y a seulement trois ans. En amont, des travaux de recherche en sciences de la nature et en sciences sociales ont été menés afin de prendre en compte les enjeux écologiques ainsi que les spécificités des populations et du territoire. Pour vous donner un exemple, avec des collègues écologues, ethnologues et géographes, j’ai mené un travail sur les roussettes, de grandes chauves-souris, qui sont considérées comme des ancêtres dans certains clans et sont globalement très importantes d’un point de vue culturel. Notre travail a été fait pour que puissent être rédigées des réglementations qui s’appuient sur la vision des habitants, sur les pratiques préexistantes et sur les enjeux écologiques. Les règles sont pensées non pas pour protéger une biodiversité seule mais bien la biodiversité et la société. Par ailleurs, dans les codes de la province Sud et de la province Nord rédigés depuis plus longtemps, il est prévu que des dérogations soient possibles pour le prélèvement d’espèces comme la tortue verte à des fins coutumières (pour des mariages, des deuils, des intronisations de chefferies, etc.).

 

 

Existe-t-il une volonté d’intégrer les décideurs locaux dans la gestion des sites naturels ? 

 

Il y a un certain effort d’intégration des décideurs et des acteurs locaux. Pour donner un exemple, six sites de Nouvelle-Calédonie sont inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Les comités de gestion de chaque site sont généralement composés de représentants locaux (associations locales, coutumiers, femmes et hommes de l‘endroit). On considère volontiers que les acteurs locaux ont un rôle à jouer, mais selon les lieux, ils sont plus ou moins impliqués et écoutés. Il reste du travail à mener pour réellement prendre en compte leur parole et leurs visions.

 

 

Comment concilier les enjeux liés au contexte socio-culturel et les enjeux écologiques ?

 

Je vais utiliser un exemple pour vous répondre. Depuis quelques années, nous menons un projet appelé Espam sur le milieu marin, financé par la Fondation de France et la province des Iles Loyauté. L’objectif a été de travailler sur la diversité des valeurs que les habitants accordent aux territoires marins, en particulier aux animaux marins. L’idée est que si on connaît mieux les valeurs que les gens accordent aux espèces, et donc au territoire, et que l’on parvient à les faire reconnaître par le plus grand nombre, il sera possible de créer des politiques environnementales qui intègrent tant les enjeux écologiques que les enjeux culturels et sociaux. Elles seront ainsi plus ajustées et mieux comprises par tous.

 

Dans le cadre de ce programme, en plus de mener des entretiens longs avec les Calédoniens (de plus de 4 heures parfois), nous avons déployé un questionnaire très court contenant deux questions : “Quels sont les animaux marins emblématiques pour vous ?” et “Pourquoi ?”. Plus de 130 espèces différentes ont été citées, ce qui illustre nombre conséquent d’espèces importantes pour les populations locales. Nous avons créé une base de données nourrie de ces réponses sur les espèces et les valeurs que leurs accordent les habitants. 201 raisons différentes ont été données que nous avons classées en 22 grands thèmes. En Nouvelle-Calédonie, la fonction nourricière accordée aux animaux marins a été très largement citée, puis leur importance coutumière et leur statut d’espèce menacée ou à protéger. Ces résultats ont montré que les valeurs socio-culturelles sont prégnantes. Nous devons donc en tirer des leçons, cesser de tout vouloir traduire en valeur monétaire et créer des indicateurs multiples agrégeant des indicateurs sociaux, économiques et culturels. Trouver les outils à ces fins reste encore un défi mais nous pensons que ce projet apporte sa petite pierre à la réflexion.

 

 

Un des prochains enjeux soulevés par l’Ipbes est d’atteindre un changement transformateur. L’évaluation des valeurs associées à la nature, qui devrait sortir cet été, peut-elle être une des voies pour cela ?

 

 

 QU’EST-CE QU’UN CHANGEMENT TRANSFORMATEUR ?

 

Il s’agit d’une proposition de l’Ipbes qui résulte d’une analyse des causes de déclin de la biodiversité et des échecs politiques de sa préservation ces dernières décennies. Un changement transformateur est défini comme une réorganisation fondamentale et systémique des facteurs économiques, sociaux, technologiques, y compris les paradigmes, les objectifs et les valeurs.

 

>> En 2021, la FRB a consacré sa Journée annuelle à débattre de cette notion. + d’infos

 

 

L’idée sous-jacente est qu’il est possible de faire évoluer les valeurs qu’on porte aux choses et notamment à la nature. Il ne s’agit pas de faire converger les différentes valeurs, mais bien de faire valoir leur diversité. Celles-ci ont toujours évolué et on se rend plus compte aujourd’hui de l’existence de différentes manières de penser les choses. Notre mobilité entre les continents, entre les îles, s‘est accélérée et étendue, ce qui conduit aujourd’hui à avoir des territoires habités par une grande diversité de populations ; et chacune établit un lien spécifique avec la terre qu’elle habite. Le système des valeurs caractérisant un territoire devient plus complexe et plus riche. Selon moi, on peut profiter de cette richesse et de cette complexité afin d’analyser la diversité des valeurs, et ce qui conduit chacun à faire évoluer son système de valeurs, notamment pour renforcer ces liens avec les éléments de la nature. J’aime penser que notre objectif n’est pas de protéger l’environnement ou la société, mais bien l’ensemble : les liens humains-natures, les liens entre les humains et les non-humains. Si on arrive à identifier ces changements transformateurs et les manières institutionnelles, collectives et individuelles de les favoriser, on pourra alors renouveler un lien sain entre la biodiversité et la société. Pour préserver cet ensemble, il faut les penser ensemble. La vision kanak du monde, marqués par les liens, peut nous aider. L’attention portée à maintenir ces liens dans le présent doit guider nos actions.

Redéfinir nos rapports à la nature pour mieux la conserver : entretien avec Frédéric Ducarme, chercheur en philosophie

Comment définiriez-vous la notion de « nature » ?

 

« Nature » est un terme difficile à définir, parce qu’il est très large, très inclusif. Ce terme a pu être manipulé pour servir des fins diverses. La « naturalisation », par exemple, est un très bon moyen de faire passer n’importe quelle idée politique puisque si je dis « c’est naturel » et que vous affirmez le contraire, je peux vous taxer d’être contre-nature. La nature s’est donc parfois teintée de cette dimension normative et morale qui l’a rendue d’autant plus politique et « fourre-tout ». Il est donc nécessaire d’une part d’avoir une idée précise de ce que l’on met derrière ce mot pour mieux la préserver et d’autre part de le faire évoluer pour en faire sortir les nouveaux enjeux pertinents.

 

 

Peut-on considérer que « sauvage » et « nature » sont des idées qui se superposent ?

 

Assimiler la nature au sauvage est caractéristique des pays de culture coloniale, comme l’Australie ou les États-Unis. Lorsque les colons sont arrivés, ils ont appelé « sauvage » et « vierge » des territoires qui ne l’étaient en fait pas tant que cela, mais qu’ils ont perçu comme tels. Leur vision teintée de créationnisme leur faisait dire « nous sommes l’Homme, nous sommes la culture, nous sommes la civilisation et nous nous opposons au sauvage, nous mettons le chaos en ordre ». Ainsi, le sauvage revêt deux visions caricaturales : soit il est pensé comme hostile, chaotique, devant être contrôlé, soit il est pensé comme positif, voire naïf, comme une virginité intacte, non souillée et dont il s’agirait de préserver l’innocence. Ce sont des représentations que les États-Unis ont beaucoup mondialisées du fait de son influence depuis 1945. Mais ça n’est pas du tout la vision qu’on en a en France, colonisée beaucoup plus tôt par Homo sapiens. Après la dernière glaciation, ils faisaient partie des premières espèces pionnières qui ont conquis les terres : les écosystèmes en France se sont donc élaborés précocement à leur contact. Il en est de même pour l’Afrique par exemple. L’assimilation de la nature au sauvage est une vision très récente, très romantique et très américaine et il faut toujours situer une vision dans son contexte. Et au lieu d’opposer de manière si binaire le sauvage et le domestique, on peut dessiner un continuum bien plus subtil en distinguant du plus artificiel au plus naturel, l’urbain, le rural, l’agricole, le forestier, le sauvage et enfin le « vierge » – les deux extrêmes étant l’exception, et cette catégorisation n’ayant rien de normatif.

 

 

Peut-on selon vous définir la nature selon les valeurs que l’être humain lui associe ?

 

La nature ne se définit pas forcément directement en termes de valeurs. En revanche, l’humanité va y trouver ou y projeter de la valeur, qui n’est sans doute pas présente de manière immanente. Il existe deux approches de ces valeurs. La première a eu beaucoup de succès à la fin du XXe siècle : elle s’articule autour de la notion de « valeur intrinsèque », c’est-à-dire qu’on attribue une valeur homogène à la nature dans son entièreté. Donc faire du mal à la nature ou à ses constituants est moralement répréhensible. Le problème, c’est qu’une fois qu’on a dit ça, on n’a rien dit. Parce que si toute la nature a de la valeur de manière égale, ça n’aide pas à faire des choix et à privilégier des modes d’action. La seconde approche propose de hiérarchiser ces valeurs, c’est-à-dire d’admettre que des choses ont plus de valeur que d’autres et de distinguer plusieurs types de valeurs.

 

 

 

L’IPBES DISTINGUE TROIS PRINCIPAUX TYPES DE VALEURS1

 

> Les valeurs instrumentales, qui indiquent si quelque chose a une valeur utilitaire avec un but précis.
Ex : le bois en tant que combustible ou matériau.

 

> Les valeurs relationnelles, qui découlent de l’importance du lien entre les individus ou les sociétés et les autres animaux ou aspects du monde vivant, ainsi qu’entre les individus eux-mêmes, reflétées par les institutions formelles et informelles. 
Ex : la valeur symbolique de l’aigle à tête blanche, emblème des Etats-Unis.

 

> Les valeurs intrinsèques, qqui représentent les valeurs indépendantes de toute expérience ou évaluation humaine. Ces valeurs sont vues comme une propriété inhérente de l’entité (par exemple, un organisme) et ne sont pas attribuées ou générées par des évaluateurs extérieurs (tels que les humains). Chaque être vivant est porteur et garant de sa propre valeur. 

 

 

Que pensez-vous de la typologie utilisée par l’Ipbes ?

 

Je pense que la valeur intrinsèque ne fait pas bon ménage avec les autres types de valeurs, instrumentales et relationnelles, qui sont variables et mesurables, alors que la valeur intrinsèque ne l’est pas, elle ne dialogue pas avec les autres. Dans le système que je voudrais proposer, je parle plutôt de valeur d’existence : c’est-à-dire de partir du principe que l’existence est préférable à la non-existence, la vie à la mort. Quand on n’a aucun intérêt économique ou utilitaire à éliminer un élément de la nature, que ce soit un individu, une espèce ou n’importe quoi d’autre, il est préférable moralement de ne pas le faire. Mais on finit toujours par devoir faire des compromis parce qu’il faut bien manger, se nourrir, se vêtir, se protéger, etc. Donc qu’est-ce qui justifie qu’on doive prendre la décision d’éliminer des éléments de la nature, en outrepassant cette valeur d’existence ? Qu’est-ce qui justifie de manger du rhinocéros plutôt que de la salade ?

 

D’un autre côté, la dichotomie entre valeurs instrumentales et non instrumentales s’applique mal à la nature. Elle est très moralisatrice. Car c’est moins le côté instrumental qui compte que l’effet de notre interaction. Quand je m’émerveille devant un récif coralien, c’est très instrumental – c’est d’ailleurs une industrie. L’important, c’est que je ne lui fasse pas de mal. Inversement, il y a des pratiques non instrumentales qui, par désintérêt, peuvent détruire la nature. Certains peuvent détruire la nature par simple négligence et déconsidération. Je pense donc que le couple destructeur / non destructeur (conséquentialiste) est plus pertinent dans notre rapport à la nature qu’une opposition morale du type instrumental/non (déontique), dont la nature se fiche bien.

 

 

L’absence de consensus concernant la définition de la notion de nature et les difficultés à identifier et à faire cohabiter ces multiples valeurs sont-elles un frein à la protection de la nature ?

 

Est-il souhaitable qu’on tombe tous d’accord ? La pluralité est importante. C’est ce qui fait évoluer une pensée ou ce qui amène à la préciser. On est face à un problème complexe, qui transcende les disciplines universitaires, il est normal que des gens avec des schémas de pensée différents se mettent autour de la table et débattent. Aujourd’hui, les enjeux et les outils de réflexion évoluent, donc il est nécessaire de réfléchir ensemble pour que la conservation de la nature s’améliore dans le temps. Il faut être capable de répondre aux questions « Qu’est-ce qu’on conserve ? », « Au nom de quoi ? » et « Dans quel objectif ? ». Si je dispose de 100 000 euros pour la conservation de la nature, est-ce que je les donne à une association pour la protection du rhinocéros blanc ? Est-ce que je dois l’investir dans la recherche en écologie fonctionnelle ? Est-ce que je dois plutôt acheter une forêt et planter des arbres ? Financer un parti politique ? Tous ces choix reposent sur différentes valeurs. Dans ce sens, il est très important de dégager des méthodes d’identification et d’évaluation des valeurs de la nature, comme tente de le faire l’Ipbes.

 

 

Quelle méthode adopter : essayer de redéfinir la nature dans une vision partagée qui tenterait d’englober un maximum de valeurs, ou plutôt considérer chaque conception de la nature de manière contextuelle, en tenant compte du territoire et de la culture ?

 

Les deux. Redéfinir le concept de nature implique aussi de l’ouvrir et l’analyser pour voir ce qu’il y a dedans. D’un point de vue sémantique, on peut isoler au moins quatre composants de la nature. C’est d’abord une productrice de ressources qu’il faut veiller à renouveler durablement. C’est aussi un écosystème : un ensemble d’espèces qui partagent un milieu et entretiennent des interactions complexes. Mais c’est aussi un patrimoine : on a le jardin des Plantes, le bocage normand, les bords de Loire, etc., qu’il s’agit de conserver et de transmettre. Et enfin il y a la nature comme biosphère, c’est-à-dire comme planète prise dans son ensemble avec son climat et ses nombreux autres paramètres, dont d’infimes variations peuvent nous éradiquer rapidement. Tous ces composants doivent entrer en compte dans la conservation de la nature. Mais parfois, on voit apparaître des controverses de « spécialistes ». Pour caricaturer, penser la conservation en tant que physicien, c’est peut-être irriguer le Sahara et planter des eucalyptus transgéniques sur des millions de kilomètres pour stocker du carbone, et hop ! On a conservé la nature. Mais des biologistes verraient peut-être cela comme une hérésie. C’est notamment pour cela qu’a été créé l’Ipbes, qui se veut être un Giec de la biodiversité, mais animé par des biologistes. Pour inclure cette dimension de biologie et de biodiversité dans la conservation de la nature même à grande échelle.

 

 

Comment la science peut-elle intégrer les savoirs locaux à la réflexion scientifique sur la nature ?

 

Que la science globale prenne en compte toute la multiplicité des savoirs locaux est une nécessité. Mais je me méfie de la mise dos à dos de la science moderne et des connaissances et savoirs locaux. La science moderne s’est nourrie, historiquement, d’une multitude d’éléments issus du monde entier : elle n’est pas, comme on l’entend parfois chez certains relativistes, une vulgaire ethnoscience européenne. La science a toujours cherché à intégrer un maximum de savoirs et à sélectionner les plus satisfaisants sur des bases rationnelles. La science moderne doit sans doute plus à la Chine ou au monde arabe qu’au Portugal ou à la Slovaquie : elle s’est concentrée en Europe à certaines périodes, mais ce n’est plus du tout le cas. Le but est donc d’assurer la participation de tous les savoirs du monde à cette science : pour la pharmacie, par exemple, l’ethnobotanique est d’une importance capitale. D’autre part, les cultures locales, elles, se doivent d’être prises en compte dans les formes et buts que se fixe la conservation de la nature dans ses réalisations locales.

 

 

Quelle est la prochaine étape ?

 

Ce qui compte avant tout aujourd’hui ce sont des outils intellectuels pour l’action. L’Ipbes a le mérite de s’inscrire dans cette démarche. Ça fait 3 000 ans qu’on réfléchit de manière spéculative à la philosophie de la nature, mais aujourd’hui, elle doit s’inscrire dans une action avec des objectifs qu’il va falloir définir, questionner et justifier.

 

 

 

______

1         Preliminary guide regarding diverse conceptualization of multiple values of nature and its benefits, including biodiversity and ecosystem functions and services, 2015, IPBES/4/INF/13 

 

[Podcast] “En espèces, s’il vous plaît !” – Et si on se questionnait sur les différents regards portés sur la nature ? (Épisode 1)

Dans le cadre de sa campagne sur les thèmes des prochains rapports Ipbes, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité propose son nouveau podcast “En espèces, s’il vous plaît !”. De la chasse à l’économie en passant par l’éducation, ce nouveau format donne la parole à des acteurs de la société et met en relief leurs discours et considérations par l’expertise d’un chercheur.

 

En espèces, s’il vous plaît !, un dialogue science-société où chacun partage ses enjeux et problématiques. 

 

Ce premier épisode de « En espèces s’il vous plaît ! » propose de questionner les différents regards portés sur la nature. Trois acteurs de la société, membres de l’Assemblée des parties prenantes de la Fondation, et une philosophe du CNRS ont été invité à répondre à une série de questions.

 

 

Fondation pour la recherche sur la biodiversité · Podcast – En espèces, s’il vous plaît ! Épisode 1

 

Les invitées : 

 

  • Sita Narayanan, directrice de l’Aménagement et du développement durable au Grand port maritime de Guadeloupe, chargé de la gestion des installations, des infrastructures et de espaces naturels de sa circonscription.

 

  • Marika Dumeunier, directrice du pôle national de Noé, une association fondée en 2001 spécialisée dans la protection de la nature, en France et à l’international.

 

  • Hélène Leriche, responsable Biodiversité et économie à l’association Orée, une association multi-acteurs travaillant depuis 1992 sur les questions de développement durable.

 

  • Virginie Maris, philosophe de l’environnement au CNRS. Ses travaux portent notamment sur l’épistémologie de l’écologie et des sciences de la conservation, l’éthique environnementale et la philosophie des politiques environnementales.

 

[FRB-Cesab] Newsletter 6 Cesab – Janvier 2022

UN MOT DE BRUNO FADY, PRÉSIDENT DU COMITÉ SCIENTIFIQUE DU CESAB

 

Il n’est pas inutile de rappeler que le Cesab est une infrastructure de la FRB, un outil unique et original dans le paysage de la recherche en France. Il fait partie de ces rares outils scientifiques qui ont vu le jour dans le monde au cours de ces derniers 30 ans, sur la base du constat de la faible valorisation des données générées, observées et collectées lors des projets à court terme qui financent classiquement la recherche en écologie et biodiversité (Baron et al., 2017). On ne peut que se féliciter de cette décision, au vu de la production scientifique des groupes de travail financés dans le cadre du Cesab, du parcours professionnel des jeunes scientifiques qui ont fait partie et ont souvent été la cheville ouvrière de ces groupes de travail et de la reconnaissance des travaux publiés par de nombreux acteurs privés et institutionnels pour améliorer la protection de la biodiversité (voir “Le Cesab en 2021”). 

 

La pandémie Covid-19 nous a bien montré que les avancées scientifiques ne sont pas le fait d’un individu isolé, d’un génie (méconnu) qui émerge à la faveur d’une crise, mais bien le fait de collectifs, manipulant et analysant des données qui doivent être compilées et vérifiées, re-testant et re-vérifiant des hypothèses et des concepts. Un fait scientifique ne le devient vraiment que lorsqu’il émerge finalement comme une évidence, un consensus (au sens statistique du terme) pour l’ensemble de la communauté scientifique. À l’heure où la démarche scientifique et ses résultats sont remis en question par une partie de la société, et au-delà d’une (re)mise en valeur pertinente pour sa discipline scientifique des données, des concepts et leur analyse, le rôle du Cesab, et sa légitimité du fait de son mode de fonctionnement, est de diffuser des faits scientifiques permettant de mieux comprendre et protéger la biodiversité. 

 

Après deux mandats comme président du comité scientifique du Cesab, il est temps pour moi de passer la main. J’aurais bien volontiers prolongé mon mandat plus longtemps tant le dynamisme du Cesab est fort, me faisant un peu penser à l’état d’esprit enthousiaste qui régnait lors de sa création il y a maintenant plus de 10 ans. Mais, fort heureusement d’ailleurs, nos statuts ne le permettent pas et un nouveau comité scientifique verra le jour en 2022. 

 

Le Cesab est maintenant une institution française, largement reconnue. Les scientifiques travaillant dans le domaine de l’écologie et de la biodiversité ne s’y trompent pas, ils postulent chaque année en plus grand nombre aux appels à projets de groupes de travail Cesab de la FRB. En guise de vœux, je souhaite que les membres fondateurs de la FRB, les pouvoirs publics français et les acteurs de la biodiversité continuent à soutenir activement le Cesab, finançant au minimum plusieurs groupes de travail par an et la structure elle-même. Avec les engagements réaffirmés de la France pour la protection de la biodiversité lors du Congrès mondial de la nature de Marseille en septembre 2021, je ne doute pas que ce sera le cas. 

 

Bonne année à tous, bienvenue au nouveau comité scientifique et longue vie au Cesab.  

Bruno Fady

 

 

Plus d'informations sur le Cesab

 

Allain Bougrain Dubourg et Claude Fromageot à la tête du Cos, qui sont-ils ?

 

À la tête du Conseil d’orientation stratégique de la FRB, c’est Allain Bougrain Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), qui a été ré-élu en tant que président. Claude Fromageot, directeur Développement responsable au sein du Groupe Rocher, a quant à lui été élu à ses côtés à la vice-présidence du Cos. Il prend ainsi la suite de Jean-François Lesigne, RTE, que nous remercions d’ailleurs chaleureusement pour son implication ses dernières années.  

 

Découvrez ci-dessous qui ils sont et leurs ambitions pour cette mandature, bonne lecture !

 

 

 

Allain Bougrain Dubourg, Claude Fromageot, s’il y a trois choses que l’on devait savoir sur vous, ce serait…

 

Allain Bougrain Dubourg – Comme Darwin, je pense que si la loi du plus fort existe, celle de la solidarité reste essentielle. Comme Victor Hugo, je pense que le beau est plus utile que l’utile. Comme Saint Augustin, je pense que l’on perd moins à se perdre dans sa passion qu’à perdre sa passion. Pour le reste, je suis comme tout le monde.

 

Claude Fromageot – Sans doute vous est-il utile de mieux appréhender votre vice président : je peux vous dire que les dimensions sociologiques, philosophiques et poétiques, bref les sciences humaines me stimulent pour compléter l’approche scientifique. Inspiré et formé par exemple par Edgar Morin, je constate l’immense effort que nous avons collectivement à opérer pour déborder nos spécialités, sans en usurper d’autres bien sûr, pour embarquer et accélérer les consciences et donc l’action de nos contemporains.

 

 

Qu’attendez-vous de votre mandature ?

 

ABD – Elle est un défi auquel nous ne pouvons pas échapper et que nous devons impérativement gagner. Mettre enfin un terme à l’agonie du vivant, stabiliser sa décomposition et planter les racines d’une renaissance. Il n’y a pas si longtemps, nous votions avec prétention une loi de reconquête de la biodiversité. Une loi offrant un nouveau souffle aurait été plus opportun. Quoi qu’il en soit, la France s’est engagée à placer la biodiversité au même niveau que la question climatique. Notre rôle consistera à le rappeler chaque fois que nécessaire. La FRB et son Cos ont le pouvoir d’agir, ils ne se déroberont pas.

 

CF – Les années à venir sont celles de bouleversements socio-éco-écolo-politiques, c’est-à-dire les turbulences inéluctables, jamais encore vues, des conséquences du changement profond de notre planète. Le Cos a plus que jamais une mission d’éclaireur de l’ensemble des parties prenantes. Dans la mesure où il pourra dire d’une voie objective, car scientifique, en le faisant de façon intelligible car saisissant les parties prenantes dans leur propre état de compréhension des choses, le Cos aura une place singulière, forte, unique même. C’est en tous cas ce que j’espère pouvoir à ma mesure contribuer à réaliser.

 

 

Un mot pour les chercheurs ?

 

ABD – Pendant longtemps, vous avez été – d’une certaines manière – condamnés à faire silence. Vous n’avez pas vocation à être des lanceurs d’alerte. Il en va tout autrement aujourd’hui. La société et les décideurs sont en attente de vos recommandations. Le travail de l’Ipbes en fait la démonstration. Non seulement il permet l’état des lieux mais il est force de proposition. Je tiens, au nom du Cos, à vous dire notre admiration pour vos compétences et votre engagement. Ainsi que toute notre reconnaissance. Très sincèrement.

 

CF – Les chercheurs sont plus que jamais essentiels car nous avons collectivement à refuser toutes les formes de « caverne de Platon » : ainsi, les chercheurs associés au Cos ont cette chance de pouvoir rassembler des sciences pour dire la Science et de porter un discours fort et capital car multi-acteurs.

 

Ophélie Ronce et Philippe Billet à la tête du CS, qui sont-ils ?

 

 

À la tête du Conseil scientifique de la FRB, c’est Ophélie Ronce, directrice de recherche à l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier, qui a été élu en tant que présidente. Philippe Billet, professeur de droit et directeur de l’Institut de droit de l’environnement (Université Lyon 3), a quant à lui été élu à ses côtés à la vice-présidence du CS. Ils prennent ainsi la suite de François Sarrazin et Sébastien Barot, que nous remercions d’ailleurs chaleureusement pour son implication ses dernières années.  

 

Découvrez ci-dessous qui ils sont et leurs ambitions pour cette mandature, bonne lecture !

 

 

 

 

S’il y a trois choses que l’on devait savoir sur vous, ce serait…

 

Ophélie Ronce –Je travaille à l’interface entre biologie de l’évolution et écologie, avec une expertise spécifique en modélisation. Je m’intéresse en ce moment aux mécanismes d’adaptation aux changements climatiques et aux flux de gènes assistés. Je suis attachée à différentes initiatives collectives visant à faire société et créer des liens au sein de la communauté de recherche sur la biodiversité.

 

Philippe Billet – Professeur de droit, directeur de l’Institut de droit de l’environnement (Université Lyon 3), je travaille depuis une trentaine d’années sur les questions juridiques posées par la protection de l’environnement dans une perspective pluridisciplinaire, convaincu que le décloisonnement des disciplines permet d’explorer pleinement la sienne propre. Il en résulte un enrichissement de méthodologie, une diversité des approches et, partant, une meilleure connaissance d’un objet de recherche commun. Cela passe certainement par un apprivoisement réciproque du vocabulaire, des démarches intellectuelles et des objectifs, que l’ouverture aux autres sciences et une capacité d’écoute ne peuvent que favoriser.

 

 

Qu’attendez-vous de votre mandature ?

 

OR – J’attends, d’un point de vue personnel, de mieux connaître la diversité des acteurs et des projets de recherche sur la biodiversité au niveau national et de m’investir plus profondément dans le dialogue entre recherche et société à propos d’enjeux majeurs dans un monde en crise.

 

PB –Cette mandature doit être l’occasion de renforcer la démarche de consilience qui anime la FRB depuis son origine, ce dialogue des sciences qui permet d’avoir une vision plus systémique de la biodiversité et, ainsi, de renforcer sa connaissance et les moyens à développer en faveur de sa protection.

 

 

Un mot pour les acteurs de la société ? 

 

OR – Les recherches sur la biodiversité sont avant tout pour moi une source de grande joie et d’émerveillement à découvrir le monde vivant et son fonctionnement, qui me paraissent importants à partager le plus largement possible. La recherche est cependant impuissante à résoudre seule la crise de la biodiversité. Je suis convaincue que le dialogue et la co-construction que la FRB cherche à stimuler sont absolument nécessaires pour enfin changer de trajectoire et suis impatiente de participer à ceux-ci.

 

PB – La biodiversité ne doit cependant pas être seulement une préoccupation scientifique. Les chercheurs doivent y sensibiliser les décideurs et les individus, leur donner des outils adaptés pour mieux comprendre les enjeux de sa protection et, surtout, les moyens de la protéger. En faire une préoccupation quotidienne.

 

[Formation] Ouverture des inscriptions pour la formation “Approche théorique pour l’analyse des données sur la biodiversité” – 2022

Cette nouvelle formation de cinq jours, organisée par le Cesab – Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité – de la FRB et le GdR TheoMoDive, a pour objectif de former de jeunes chercheurs et chercheuses aux techniques de modélisation de données écologiques basées sur la théorie.

 

Cette formation sera dispensée en anglais et se déroulera du 16 au 20 mai 2022 dans les locaux du Cesab à Montpellier. Son prix est de 150 € pour la semaine – repas du midi inclus. Les frais de transport, d’hébergement et les repas du soir sont à la charge des participant(e)s. 

 

Les pré-inscriptions se font en remplissant le formulaire disponible sur la page de l’événement et se clôtureront le lundi 14 février, à minuit (CET). Le nombre de places étant limité, les inscriptions seront confirmées en mars.

 

 

Pré-inscription et programme

Aménagement urbain et évaluation des services écosystémiques en Île-de-France : le projet Idefese

L’approche par services écosystémiques peut se révéler très intéressante pour la prise en compte de la biodiversité dans les évaluations socio-environnementales et dans les documents d’aménagement, en ce qu’elle peut être plus facilement appropriable par des acteurs peu sensibilisés aux enjeux de préservation de la biodiversité et des écosystèmes. Disposer d’indicateurs de services écosystémiques à l’échelle des territoires permettrait d’améliorer l’évaluation des décisions d’aménagement, en particulier si ces indicateurs sont cartographiés sur le territoire à des échelles fines (ex. échelle communale ou départementale par exemple).

 

C’est l’objet du projet Idefese conduit entre 2018 et 2020 dans la région Île-de-France (cas d’étude pilote), qui vise à proposer aux acteurs de l’aménagement urbain (services déconcentrés de l’État, de collectivités locales ainsi que des aménageurs, associations, bureaux d’étude, etc.) des méthodes d’évaluation pour une meilleur intégration des services écosystémiques dans leurs politiques publiques d’aménagement.

 

Découvrez l’article complet dans les ressources téléchargeables.

Réintroduction d’espèces sauvages et bénéfices pour les territoires : l’exemple de la réintroduction des vautours fauves dans les parcs naturels régionaux du Vercors et des Baronnies provençales

L’érosion de la biodiversité est dans certains territoires un enjeu majeur en raison de la disparition d’espèces de faune sauvage remplissant des fonctions écologiques clés. Diverses solutions peuvent être envisagées pour enrayer cette érosion et restaurer les fonctions écologiques des écosystèmes. Parmi ces solutions, les réintroductions et les renforcements de populations d’espèces de faune sauvage peuvent s’avérer particulièrement pertinentes. Longtemps perçues comme des actions ayant pour unique objectif l’amélioration de l’état de conservation de certaines espèces, elles peuvent avoir bien d’autres avantages pour les territoires.

 

En France, les premières actions de réintroductions et de renforcements de populations d’espèces de faune sauvage ont été mises en place durant le 20e siècle afin de reconstituer des populations d’espèces disparues ou pour renforcer celles en mauvais état de conservation. Les premières réintroductions de bouquetins dans les Alpes datent par exemple de 1910. Depuis, castors, tortues cistude, ours bruns ou encore différentes espèces de vautours ont été concernés par ces programmes. Les vautours fauves, par exemple, ont subi une période d’intenses pressions qui a conduit à leur disparition du sol français à la fin du 19e siècle. Dans les années 1970, dans le Massif Central, puis dès 1996 dans les Alpes, les premiers succès écologiques de réintroduction de ces oiseaux sont intervenus dans des paysages écologiques marqués par l’exode rural, la déprise agricole1, le retour de la forêt, la multiplication des grands herbivores et le retour des grands prédateurs.

 

Dans le cadre de l’Évaluation française des écosystèmes et services écosystémiques (Efese), qui vise à développer les outils d’évaluation nécessaires pour accompagner la transition écologique de la société française, l’amélioration des relations entre les populations et la faune sauvage au sein des territoires représente en enjeu crucial pour la transition écologique. Ainsi, en avril 2021, une étude2 de l’Efese s’est intéressée aux fonctions écologiques et services écosystémiques liés à la réintroduction des vautours fauves3 dans les parcs naturels régionaux (PNR) du Vercors et des Baronnies provençales. Cette étude propose en particulier une méthode d’évaluation destinée à aider les gestionnaires d’espaces naturels à identifier des pistes et des leviers d’action pour préserver la biodiversité en passant par la mise en valeur écologique, économique, sociale et culturelle des espèces. Pour ce faire, la méthode d’évaluation utilisée dans l’étude s’appuie sur un retour d’expérience de près de 25 ans du projet de réintroduction du vautour fauve dans ces deux parcs naturels régionaux.

 

Cet article présente les principaux résultats de l’étude Efese. Les différentes analyses ont été réalisées à partir de données récoltées dans la zone d’étude “Baronnies-Vercors”, soit une centaine de communes principalement de la Drôme, des Hautes-Alpes et de l’Isère. Cet ensemble forme un territoire de moyenne montagne (entre 234 m et 2 341 m d’altitude) d’environ 2 500 km2, dont la population de vautours fauves est estimée à 1 000 individus en vol en 2018.

 

1/ Bref aperçu de l’écologie du vautour fauve

 

En métropole, quatre espèces de vautours cohabitent : le vautour fauve (Gyps fulvus), le vautour moine (Aegypius monachus), le vautour percnoptère (Neophron percnopterus) et le gypaète barbu (Gypaetus barbatus). Les quatre espèces de vautour sont spécialisées dans la consommation de cadavres d’animaux qu’ils soient sauvages ou issus de bétail d’élevage. Ils constituent à eux quatre une guilde de rapaces nécrophages et se nourrissent uniquement d’animaux morts. Chaque espèce est spécialisée dans la consommation d’une partie bien particulière du cadavre.

Le vautour fauve se nourrit des muscles et viscères, le moine consomme les tendons, cartilages et peaux, le gypaète quasi-exclusivement les os et enfin, le percnoptère grappille les restes. Lors d’une “curée” (terme désignant le moment où les vautours se nourrissent d’un cadavre), des dizaines de vautours fauves éliminent en quelques minutes un cadavre de brebis et en quelques heures celui d’une vache. Un vautour fauve adulte consomme en moyenne 200 kg de cadavres par an.

 

Source : Rapport Efese sur la réintroduction des vautours dans les parcs naturels régionaux du Vercors et des Baronnies provençales, p.38.

 

Changement d’usage des terres et des mers

Les modes de production et de consommation pour répondre à cette demande entraînent des changements d’utilisation des terres et des mers, c’est à dire des changements d’occupation et d’utilisation des sols et des ressources, liés aux activités humaines. Le changement d’usage des terres est reconnu comme la cause première d’érosion de la biodiversité sur la planète.

 

 

Solutions climat : attention aux impacts sur la biodiversité

Les mesures prises pour l’atténuation du changement climatique doivent être évaluées en fonction de leurs avantages et de leurs risques globaux et non pas seulement selon leur bilan carbone. Les solutions examinées ci-dessous peuvent toutes entrer en concurrence avec le maintien des espaces naturels (par la rupture des continuités écologique ou la perte des habitats) et pour certaines, avec la production alimentaire (par exemple par l’intensification non durable de l’agriculture sur les espaces agricoles restants) et la santé humaine (par la pollution qu’elles génèrent).

 

Les évaluations d’impact environnemental de ces projets d’aménagement ou de construction d’infrastructure doivent donc mieux intégrer la biodiversité et notamment les impacts sur les espèces migratrices et leur participation à la fragmentation des habitats. Elles doivent aussi intégrer des évaluations de leur impacts sociaux comme les conflits d’usage des terres. Les mesures qui reposent sur le vent, l’eau, les plantes, mais qui présentent des impacts importants sur la biodiversité ne peuvent être qualifiée de solutions fondées sur la nature, car ces dernières doivent minimiser leurs impacts négatifs sur la biodiversité.

 

Les mesures destinées à faciliter l’adaptation au changement climatique peuvent, dans la pratique, être inadaptées et entraîner des conséquences préjudiciables et imprévues pour la biodiversité. Par exemple, l’augmentation de la capacité d’irrigation est une stratégie courante pour renforcer la capacité d’adaptation de l’agriculture au climat, mais elle présente des risques considérables pour la biodiversité des eaux douces et les populations, notamment la salinisation des sols à long terme, la baisse des niveaux d’eau et des conflits d’utilisation de l’eau1.

 

Les cultures génétiquement modifiées, qui sont plus tolérantes à la chaleur et au stress hydrique, ainsi que les cultures qui utilisent l’eau plus efficacement sont des solutions technologiques couramment proposées pour l’adaptation au changement climatique. Cependant ce type de culture présentent un large éventail de risques environnementaux. Elles ne sont déployées que pour quelques espèces, caractères, et donc leur déploiement à large échelle est porteur d’uniformisation. Par ailleurs, les gènes des cultures OGM résistantes à la sécheresse pourraient se propager aux espèces sauvages apparentées, altérant leur capacité compétitive et ayant ainsi un impact sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes2. 

 

 

ZOOM SUR :
BIODIVERSITE ET TRANSISTION ENERGETIQUE, DES LIAISONS DANGEREUSES

 

L’énergie nucléaire constitue un important contributeur mondial à une électricité à faible teneur en carbone, en particulier dans son utilisation comme substitut direct du charbon. Seule l’hydroélectricité apparaît plus efficiente que l’énergie nucléaire, mais elle dépend géographiquement de la présence de cours d’eau3. La plus importante préoccupation environnementale, néanmoins, concernant l’énergie nucléaire est d’une part le risque d’accidents à fortes conséquences, longues, même si leur fréquence estimée est très faible -mais non nulle-, et d‘autre part la production de déchets à longue durée de vie dont l’élimination est aujourd’hui impossible. Ces deux dangers doivent être traités pour que la filière nucléaire soit une alternative crédible aux autres sources d’énergies. 

 

>> Pour aller plus loin : 

Journée FRB 2017 – Biodiversité et transition énergétique – Enquêtes sur des liaisons dangereuses 

#ScienceDurable – Liens entre énergies renouvelables et biodiversité

#ScienceDurable – Énergie renouvelable et biodiversité : les implications pour parvenir à une économie verte

 

 

Les solutions fondées sur la nature : comment optimiser les politiques climat et biodiversité ?

>> Pour aller plus loin :

Note du CS – Avis du Conseil scientifique de la FRB sur les « solutions fondées sur la nature »

 

 

SFN

Les Solutions fondées sur la nature représentent un concept englobant
diverses approches fondées sur les écosystèmes2.

 

 

Les solutions fondées sur la nature peuvent être distinguées selon la typologie suivante :

  • Intervention nulle ou minimale dans les écosystèmes, avec pour objectif de maintenir ou d’améliorer le bénéfice tiré des services écosystémiques.
  • Gestion durable des écosystèmes et des paysages pour optimiser de manière ciblée certains services écosystémiques.
  • Gestion des écosystèmes de manière très intrusive ou création de nouveaux écosystèmes pour maximiser certains services écosystémiques.

 

 

 

FRB_Figure_solutions_fondées_sur_la_nature

Figure : Représentation schématique des différentes approches
dans les solutions fondées sur la nature3.

 

 

Trois grands types de solutions sont définis, selon le niveau d’ingénierie ou de gestion appliqués à la biodiversité et aux écosystèmes (axe horizontal), et le nombre de services fournis, de groupes d’acteurs ciblés et le niveau probable de maximisation des services ciblés fournis (axes verticaux). Des exemples de solutions fondées sur la nature sont fournis pour les différents types. Les étiquettes des axes sont interchangeables : il ne faut pas voir le type 3 comme “meilleur” que le type 1. Les trois types sont complémentaires.

 

 

Biodiversa+, le réseau européen de financement de la recherche sur la biodiversité et les solutions fondées sur la nature, est impliqué dans le développement de NetworkNature, une plateforme européenne et mondiale qui permet à toutes les parties intéressées d’accéder et de contribuer à des connaissances et à des compétences de pointe et innovantes sur les solutions fondées sur la nature. Biodiversa+ finance également des projets de recherche sur ces thématiques. 4 exemples sont proposés ci-dessous. 

 

 

D’après les exemples présentés ci-dessous, nous constatons que de nombreux exemples d’actions destinées à arrêter, ralentir ou inverser la perte de biodiversité peuvent simultanément ralentir de manière significative le changement climatique anthropique. Toutefois, il existe des exceptions importantes à une relation positive entre la préservation de la biodiversité et l’atténuation du climat. Par exemple, il a été démontré que la réduction de la fréquence des incendies de forêt, peut réduire considérablement la biodiversité en raison de la dépendance de nombreuses espèces sauvages à ce type de perturbations cycliques. La réintroduction d’espèces animales clés dans le cadre des efforts de ré-ensauvagement peut également réduire les stocks de carbone par une augmentation de la prédation ou du pâturage.

Meilleurs vœux !

 

voeux2022-VF

 

Pour la FRB, 2022 s’annonce déjà sous le signe de la nouveauté : en termes de plan d’action, mais aussi avec les renouvellements de ses Conseils scientifique (CS) et d’orientation stratégiques (Cos), la création de l’Assemblée des parties prenantes, la préparation d’un nouvel appel blanc, le montage d’un programme Scénario… Nous aurons l’occasion de revenir sur ces sujets tout au long de l’année ! D’ores et déjà, nous remercions toutes celles et ceux qui nous ont accompagnés et ont permis ces initiatives : les membres de notre CA, les présidents et vice-présidents de nos CS et Cos, et chacun des membres de ces différentes instances et de l’équipe FRB, qu’ils poursuivent l’aventure à nos côtés ou soient partis vers d’autres projets tout aussi passionnants.

 

En parallèle de ses actions propres, la FRB va porter une attention particulière à deux sujets qui nous semblent majeurs en 2022 : l’adoption du nouveau cadre mondial pour la biodiversité à l’occasion de la prochaine Cop de la Convention sur la diversité biologique (CDB) et la place de biodiversité dans le débat public, au cœur de la société.

 

 

« Vivre en harmonie avec la nature », l’ambition derrière la 15e Conférence des parties (Cop15) de la CDB

 

Cette 15e Cop revêt une importance particulière car la Convention sur la diversité biologique (CDB) doit renouveler ses objectifs et ses indicateurs, plus de 10 ans après Aichi. L’exercice est passionnant car cette Convention, qui met la biodiversité au centre des préoccupations, est aussi une belle tentative de gouvernance mondiale, avec des préoccupations à la fois éthiques, sociales et matérielles, à travers les trois buts affichés dès 1992 : la conservation de la diversité biologique, l’utilisation durable de ses éléments ainsi que l’accès et le partage des avantages issus de l’utilisation des ressources génétiques.

 

L’ambition de la Cop15 est de parvenir en 2050, selon ses termes, à une « vie en harmonie avec la nature », en posant des jalons à horizon 2030. Quoi qu’ambitieuse, la Convention pose crûment la question de la cohérence de ses objectifs et de ses moyens, de l’équilibre entre les trois buts de 1992, les jalons de 2030 et les objectifs de 2050. Peut-on préserver et restaurer les écosystèmes sans donner les moyens aux pays les plus pauvres de gouverner la biodiversité ? Peut-on réduire les impacts sans se préoccuper de la diversité des territoires des pratiques qui entretiennent la diversité de ces territoires ? Il y a ici des enjeux en termes de recherche très exigeants.

 

Pour accomplir ses ambitions, la CDB range ses objectifs en quatre grands thèmes :

  • préserver l’intégrité des écosystèmes – une notion qui demande à être éclairée par la connaissance et par la recherche ;
  • savoir utiliser durablement les « contributions de la nature aux humains » – aussi appelées « services écosystémiques » ;
  • partager les bénéfices associés aux ressources génétiques ;
  • et enfin réunir les moyens nécessaires à la protection de la biodiversité.

 

Tout au long de l’élaboration du nouveau cadre, la FRB s’est mobilisée afin d’éclairer ces objectifs en termes d’indicateurs. Par la suite, la recherche devra se pencher sur le nécessaire équilibre et la cohérence entre ces quatre thèmes, sur la pertinence des indicateurs, tant biologiques que sociaux, et sur la place de la réduction des pressions directes et indirectes dans les trajectoires de préservation et de restauration de la biodiversité.

 

Soulignons aussi la proposition chinoise de « civilisation écologique » qui constitue un autre enjeu de recherche pour sortir d’une vision qui serait trop occidentale de la biodiversité.

 

C’est d’ailleurs dans ce contexte que se tiendra la prochaine Journée FRB qui questionnera vraisemblablement les articulations entre les instances internationales, les trajectoires proposées et leurs déclinaisons aux niveaux national et local.

 

 

Mettre la biodiversité au cœur du débat public, au cœur de la société

 

Dans les tous prochains mois, les élections présidentielle et législatives constitueront une autre actualité importante en France. La FRB relayera un ensemble de préoccupations auprès des candidats avec pour ambition que les débats n’ignorent pas les questions les plus importantes pour la recherche en biodiversité ! Comment protéger, restaurer, diminuer les pressions sur la biodiversité ? Comment diminuer notre empreinte écologique ? Comment faire société autour d’une vision commune intégrant la diversité biologique au cœur de ses préoccupations, le bien-être et la qualité de vie des humains et des non humains, la préservation des savoirs et le partage des connaissances ? Les notions de « changement de transformateur » et de « mesure levier », dont la FRB s’est fait l’écho lors de sa Journée 2021, semblent particulièrement pertinentes pour éclairer la complexité de ces enjeux. Il sera important pour la recherche de mettre en relation la notion de « mesure levier » avec les propositions lancées dans le débat public et en relation avec les ambitions de la Cop15 et de la Stratégie nationale pour la biodiversité.

 

Toutes ces instances, ces outils, ces initiatives, sont destinés à ce que nous, la société civile comme le monde économique, sachions mieux comprendre, et surtout interagir, avec la biodiversité, que la recherche soit en interaction et en résonance avec les préoccupations sociales, au bénéfice de la biodiversité, de nos sociétés ! Qu’ensemble nous puissions répondre à la question : « Avec quelle nature souhaitons-nous vivre ? »

 

 

Denis Couvet et Hélène Soubelet,
respectivement président et directrice
de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité

 

Et pour l’équipe FRB :
Aurélie Delavaud – Pôle science et communautés de recherche
Agnès Hallosserie – Pôle coordination européenne et internationale
Marjolaine Garnier – Pôle partenariats science-société
Samir Hamdi Sherif – Pôle transversal administration, ressources humaines et finances
Pauline Coulomb – Pôle transversal communication et valorisation scientifique

La conservation sur des espaces surdimensionnés et le déclin de la faune sauvage et du tourisme dans les savanes d’Afrique centrale

Lorsqu’en 2010, les gouvernements du monde se sont engagés à augmenter la couverture des aires protégées à 17% de la surface terrestre mondiale, plusieurs pays d’Afrique centrale avaient déjà instauré la protection de 25% de leurs savanes à des fins de conservation. Pour évaluer l’efficacité de ces outils, des chercheurs du projet Afrobiodrivers, financés par la FRB au sein de son centre de synthèse, ont analysé les résultats de 68 enquêtes menées dans les sept principaux parcs nationaux de savane d’Afrique centrale (1960-2017) ainsi que les informations sur les pressions potentielles impactant la population de grands herbivores (pluviométrie, nombre de gardes) et sur le nombre et les revenus des touristes. Dans six des sept parcs, les populations sauvages de grands herbivores ont considérablement diminué au fil du temps, parallèlement, le nombre de têtes de bétail a augmenté, et le tourisme, le pilier d’une industrie faunique locale autrefois florissante, s’est effondré. Le parc national Zakouma (Tchad) s’est démarqué parce que ses grandes populations d’herbivores ont augmenté, une augmentation qui est positivement corrélée avec les précipitations et le nombre de gardes, démontré ici comme un indicateur de conservation pertinent.

 

Avec la baisse des revenus et l’insécurité croissante, les gouvernements ont trop peu de ressources pour protéger les vastes zones que représentent les parcs et faire respecter les limites des zones protégées. “Les gouvernements de ces pays sont débordés et essaient de faire plus que ce qu’ils peuvent faire”, a déclaré Paul Scholte, auteur principal de l’étude et directeur du programme Gouvernance et gestion durable des ressources naturelles à Comoé et Taï, deux parcs nationaux de Côte d’Ivoire. “Et la réalité est que l’augmentation des zones sous conservation, en Afrique centrale, pousse les pays à assumer plus qu’ils ne peuvent assumer, alors que la communauté internationale ne leur a pas donné les ressources nécessaires pour s’aligner sur les réalités du terrain.

 

La prochaine convention sur la diversité biologique prévue en avril 2022 suggère d’augmenter les zones de conservation pour couvrir 30 % de la surface terrestre de la planète. « L’objectif est noble », a déclaré M. Scholte, « mais sans financement pour soutenir ces objectifs, la plupart des pays à faible revenu ne pourraient pas réussir ».  Pour faire face au dilemme que représente l’expansion des aires protégées et la baisse des moyens de gestion, les auteurs proposent d’augmenter les financements, d’améliorer la gestion et de concentrer les actions sur des zones plus petites pour sauver la faune dans les savanes d’Afrique centrale. « Il ne s’agit pas de doubler ou de tripler le financement pour qu’il soit efficace. Il faudrait 10, 15 ou même 20 fois plus de fonds par an pour les budgets de ces parcs. », d’après Paul Scholte. “C’est énorme, et nous savons tous que ce n’est pas réaliste. Donc, nous disons que nous devrions en prendre conscience, le reconnaître, et concentrer ces ressources limitées sur des zones qui sont viables et qui pourraient avoir un plus grand effet sur la conservation des populations de grands herbivores en Afrique centrale ».

 

 

Retrouver l’interview complet de Paul Scholte en anglais

 

 

La synthèse est disponible dans les ressources téléchargeables.