fermer
retour en haut de la page
Projet en cours depuis 2018

Free

Causes et conséquences de la rareté fonctionnelle du local au global

Free

La crise de la biodiversité impacte en priorité les espèces rares, c’est-à-dire celles déjà menacées car leur distribution spatiale est très limitée. Les caractéristiques intrinsèques de ces espèces qui peuvent expliquer leur vulnérabilité face aux changements globaux restent mal connus malgré tout. En outre, une question se pose : quelle est la conséquence de la perte de ces espèces pour les écosystèmes et l’Humanité ? La question est loin d’être triviale dans la mesure où nous ne connaissons pas le rôle joué par les espèces rares au sein d’un écosystème. A l’inverse, nous ne savons pas qui porte des fonctions essentielles et potentiellement vulnérables au sein d’un écosystème.

 

Dans le cadre du projet Free, notre ambition est de réfléchir au concept de rareté de fonctions au sein d’un écosystème (« rareté fonctionnelle ») et à la façon de définir et quantifier cette facette sous-évaluée de la rareté. Par suite, un de nos objectifs est de décrire la distribution spatiale de la rareté fonctionnelle pour différents organismes (plantes, microorganismes, oiseaux, poissons, mammifères, reptiles) et d’en identifier les causes, aussi bien localement que globalement.

 

Les premiers résultats suggèrent que les zones du globe où la rareté fonctionnelle est la plus forte (« points chauds » de rareté fonctionnelle) diffèrent des zones où l’on trouve les espèces les plus vulnérables. L’absence de congruence spatiale entre les différentes facettes de la rareté a des conséquences majeures pour la conservation des espèces et des écosystèmes dans la mesure où la rareté fonctionnelle semble être un critère supplémentaire à considérer en urgence pour l’établissement des listes des espèces dites à risque et pour décider de la localisation et de la taille des aires à protéger.

 

CESAB Free

© CESAB Free 2019

 

Publications 

 

Denelle P, Violle C & Munoz F (2019) Distinguishing the signatures of local environmental filtering and regional trait range limits in the study of trait–environment relationships. Oikos, accepted. doi: 10.1111/oik.05851.

 

McLean M, Auber A, Graham NAJ, Houk P, Villéger S, Violle C, Thuiller W, Wilson SK & Mouillot D (2019) Trait structure and redundancy determine sensitivity to disturbance in marine fish communities. Global Change Biology, accepted. doi: 10.1111/gcb.14662.

 

Thuiller W, Gravel D, Ficetola GF, Lavergne S, Münkemüller T, Pollock LJ, Zimmermann NE & Mazel F (2019) Productivity begets less phylogenetic diversity but higher uniqueness than expected. Journal of Biogeography, accepted. doi: 10.1111/jbi.13630.

 

Echeverría-Londoño S, Enquist BJ, Neves DM, Violle C, Boyle B, Kraft NJB, Maitner BS, McGill B, Peet RK, Sandel B, Smith SA, Svenning JC, Wiser SK & Kerkhoff AJ (2018) Plant functional diversity and the biogeography of biomes in North and South America. Frontiers in Ecology and Evolution6, 219. doi: 10.3389/fevo.2018.00219.

 

Grenié M, Mouillot D, Villéger S, Denelle P, Tucker CM, Munoz F & Violle C (2018) Functional rarity of coral reef fishes at the global scale: Hotspots and challenges for conservation. Biological Conservation226, 288–299. doi: 10.1016/j.biocon.2018.08.011.

 

Blonder B, Morrow CB, Maitner BS, Harris DJ, Lamanna C, Violle C, Enquist BJ & Kerkhoff AJ (2017) New approaches for delineating n-dimensional hypervolumes. Methods in Ecology and Evolution9, 305–319. doi: 10.1111/2041-210X.12865.

 

Grenié M, Denelle P, Tucker CM, Munoz F & Violle C (2017) funrar: An R package to characterize functional rarity. Diversity and Distributions23, 1365–1371. doi: 10.1111/ddi.12629.

 

Violle C, Thuiller W, Mouquet N, Munoz F, Kraft NJB, Cadotte MW, Livingstone SW, Grenié M & Mouillot D (2017) A common toolbox to understand, monitor or manage rarity? A response to Carmona et al. Trends in Ecology & Evolution32, 891–893. doi: 10.1016/j.tree.2017.10.001.

 

Violle C, Thuiller W, Mouquet N, Munoz F, Kraft NJB, Cadotte MW, Livingstone SW & Mouillot D (2017) Functional rarity: The ecology of outliers. Trends in Ecology & Evolution32, 356–367. doi: 10.1016/j.tree.2017.02.002.

Plus d'informations

Le projet Free réunit des spécialistes en écologie des communautés, macro-écologie biogéographie, écologie fonctionnelle, écologie microbienne et phylogénie.

Porteurs de projet :

 

Cyrille VIOLLE – CEFE-CNRS (France); Caroline TUCKER – University of Colorado (USA).

Post-doctorant :

 

Nicolas LOISEAU – CEFE-CNRS (France)

Participants :

 

Adam ALGAR – University of Nottingham (UK); Arnaud AUBER – IFREMER Boulogne-sur-mer (France); Marc CADOTTE – University of Toronto, (Canada); Pierre DENELLE -CNRS (France); Brian ENQUIST – University of Arizona (USA); Noah FIERER – University of Colorado (USA); Matthias GRENIE – CNRS (France); Gaurav KANDLIKAR – University of California (USA); Christopher KLAUSMEIER – Michigan State University (USA); Nathan KRAFT, University of Maryland (USA); Sébastien LAVERGNE -Université de Grenoble (France); Helena LITCHMAN – Michigan State University (USA); Anthony MAIRE – EDF (France); Brian MAITNER – University of Arizona (USA); Camille MARTINEZ –  Grenoble University (France); Brian MCGILL – University of Maine (USA); Matthew MCLEAN – Ifremer (France); David MOUILLOT – Université de Montpellier (France); Nicolas MOUQUET – CNRS Montpellier (France); François MUNOZ – Grenoble University (France); Juliette MURGIER – Ifremer (France); Annette OSTLING -University of Michigan (USA); Wilfried THUILLER – CNRS Grenoble (France); Sébastien VILLEGIER – CNRS (France); Lucie ZINGER – University of Paul Sabatier (France).

Co-financeur