fermer
retour en haut de la page
La FRB en action
Accueil > La FRB en action > Appui à la décision > Les Clubs recherche-action > Club 1 – Conservation de la biodiversité dans les territoires : comment appréhender les dynamiques ?

Club 1 – Conservation de la biodiversité dans les territoires : comment appréhender les dynamiques ?

Comment aller vers une meilleure prise en compte des dynamiques de biodiversité et de territoires dans les problématiques de conservation et d’aménagement ? Quelles relations s’établissent entre les êtres humains et non humains, et cela à toutes les échelles ? Telles sont les questions soulevées au sein de ce Club.

Club 1 – Conservation de la biodiversité dans les territoires : comment appréhender les dynamiques ?

Le thème du Club se veut suffisamment large pour embrasser une diversité de questions, d’objets ou de problématiques, et prétend couvrir différentes échelles spatiales et temporelles, ainsi que différents types de milieux et de niveaux d’anthropisation (naturels et semi-naturels).

 

S’interroger sur les dynamiques des populations, des communautés, et des fonctionnalités des écosystèmes et leurs changements en réponse à des modifications environnementales (ex. changements globaux) implique notamment de s’interroger sur la définition d’un état initial ou de référence, faisant ainsi appel à des notions d’écologie historique ou de paléoécologie.

Cela nécessite également de décrire, mesurer et suivre l’état des systèmes socio-écologiques dans le temps et l’espace, à l’aide de métriques et d’indicateurs.

Enfin, la conservation de la biodiversité dans les territoires se confronte nécessairement au cadre règlementaire incontournable de la séquence ERC (Éviter, Réduire, Compenser), tout en soulevant la question de la place de la naturalité dans notre modèle actuel de développement. Le glissement actuellement observé vers le C pose notamment la question des équivalences entre états et entre fonctionnalités, mais aussi la question des dynamiques et des trajectoires et successions dans les écosystèmes.

 

Les attentes à l’origine du Club portent, entre autres, sur :

 

  • La description et la mesure de l’état de la biodiversité et les interactions entre les objets de nature et la société.
  • Les indicateurs écologiques, sociaux et économiques de la biodiversité et des relations entre biodiversité et société qui traduisent des informations sur l’état de la biodiversité, les dynamiques et évolutions, les services écosystémiques, etc.
  • Des questionnements d’ordres écologiques mais également éthiques sur les interactions entre les acteurs, les humains et non-humains.

 

 

Afin d’approfondir le thème du Club, les participants ont souhaités l’aborder sous trois angles plus resserrés. Ils ont organisé, en 2019 et 2020, trois journées :

 

  • La naturalité, comme point de référence, état ou processus « souhaité/souhaitable ».
  • La séquence ERC, comme cadre règlementaire incontournable, ‘conflit’ avec les dynamiques, glissement vers C, focus nécessaire sur E puis R.
  • Les indicateurs & métriques, comme outils de suivi de la conservation et des dynamiques.

 

L’année 2021 permet de faire la synthèse de ces thèmes et d’explorer les besoins qui n’auront pas été traités.

Contacts FRB

Aurélie DELAVAUD

FicheMail 

Animateurs CS

Cécile ALBERT (CNRS)
François SARRAZIN (SU)

 

Animateur Cos :

Dorothée LABARRAQUE (Egis Structures et environnement)

La naturalité

Cette première journée du Club 1 visait à aborder la question de la naturalité et ses différentes facettes. Une série d’interventions a permis de croiser différents regards de chercheurs et d’acteurs et d’identifier quelques lacunes de connaissances sur cette question lors de différents temps d’échanges, depuis les enjeux conceptuels et méthodologiques jusqu’à leurs transferts opérationnels.

 

Interventions :

Naturalité et références 

Naturalité et libre évolution

Séquence ERC, focus sur le E et le R

Cette deuxième journée du Club 1 visait à aborder la question « ERC » (Éviter, Réduire, Compenser) comme cadre et cristallisateur de ‘conflits’ avec les dynamiques, notamment du fait du glissement actuel vers C. La conservation de la biodiversité dans les territoires se confronte nécessairement au cadre règlementaire incontournable de la séquence ERC, tout en soulevant la question de la place de la naturalité dans notre modèle actuel de développement. Le glissement actuellement observé vers le « C » pose notamment la question des équivalences entre états et entre fonctionnalités, mais aussi la question des dynamiques et des trajectoires et successions dans les écosystèmes.

 

Par rapport aux travaux réalisés par ailleurs, il s’agissait ici de mieux comprendre comment les dynamiques de la biodiversité (dynamiques des populations, des communautés, et des fonctionnalités des écosystèmes ainsi que leurs changements en réponse à des modifications environnementales) et des territoires (démographie, aménagements, etc.) peuvent être au sein de la séquence ERC.

 

Interventions : 

L’approche des territoires

Séquence ERC et échelles spatio-temporelles 

Séquence ERC et échelles spatio-temporelles

Indicateurs et métriques

Cette troisième journée du Club 1 visait à discuter des approches et des outils mobilisés pour décrire, mesurer et suivre l’état des systèmes socio-écologiques dans le temps et l’espace, à l’aide de métriques et d’indicateurs – cela en lien avec la question « conservation de la biodiversité dans les territoires : comment appréhender les dynamiques ? ».

 

Il existe de nombreuses réflexions sur le sujet « indicateurs et métriques ». Le Club 1 apportait ici la dimension, moins traitée, des dynamiques dans les territoires.

 

Cette troisième journée a permis de boucler le cycle d’exploration de trois facettes de cette question au cours duquel deux autres sujets ont été traités : « naturalité » et « ERC, focus sur le E ». En effet, s’interroger sur les dynamiques de biodiversité implique notamment de s’interroger sur la définition d’un état initial ou de référence, faisant ainsi appel à des notions d’écologie historique ou de paléoécologie. De plus, la conservation de la biodiversité dans les territoires rencontre nécessairement le cadre règlementaire incontournable de la séquence ERC tout en soulevant la question de la place de la naturalité dans notre modèle actuel de développement.

 

Interventions : 

Indicateurs d’état et de dynamiques : polysémie, pratiques et outils

Du fonctionnement des écosystèmes aux services écosystémiques : quels indicateurs ?

Dynamiques, usages, pressions et impacts : mesures directes et indirectes à l’échelle des territoires et des activités

Cadre d’acquisition des données, construction et interprétation d’indicateurs à différentes échelles