fermer
retour en haut de la page
Projet fini en 2018

RAATD

Analyse rétrospective des données de tracking de vertébrés supérieurs en Antarctique dans le but d’identifier les aires écologiquement importantes

RAATD

L’objectif général du projet « Analyse rétrospective des données de tracking en Antarctique » est d’évaluer l’utilisation de l’habitat par plusieurs espèces de prédateurs situés au sommet des chaînes trophiques de l’océan Austral à partir des jeux de données existants de suivi spatial de ces animaux. Cette approche permettra d’identifier les zones écologiquement importantes pour les prédateurs, c’est-à-dire les régions océaniques qui servent de sites privilégiés pour la prospection de nourriture à plusieurs espèces de prédateurs simultanément, et qui par conséquent présentent une biodiversité importante.

 

Le projet :

  • permettra une meilleure compréhension des processus écosystémiques fondamentaux dans l’Océan Austral,
  • facilitera les projections des distributions futures des prédateurs sous des régimes climatiques différents et
  • fournira des informations utiles aux gestionnaires d’aménagement du territoire et des ressources, comme par exemple la Convention on the Conservation of Antarctic Marine Living Resources.

 

Le jeu de données de suivi multi-prédateurs exposera également les éventuelles lacunes dans la couverture des données pour les régions ou les saisons qui sont biologiquement importantes mais sous-échantillonnées, en raison notamment d’une faible présence humaine dans ces secteurs de l’océan Austral.

 

Au cours des 4 dernières années, le groupe d’experts Raatd a rassemblé toutes les données de suivi disponibles collectées par les groupes de recherche qui ont travaillé dans l’Antarctique depuis les années 1990. Ils ont mis en place un référentiel préliminaire de ces données qui est accessible au public. Le dépôt définitif contiendra les données de plus de 40 contributeurs travaillant dans 12 programmes antarctiques nationaux et qui auront accepté de partager librement leurs données. La base de données actuelle contient des données sur 15 espèces de prédateurs, avec 3 447 individus et plus de 2,4 millions d’entrées.

 

 

Publications

 

Jonsen ID, McMahon CR, Patterson TA, Auger-Méthé M, Harcourt R, Hindell MA & Bestley S (2019) Movement responses to environment: Fast inference of variation among southern elephant seals with a mixed effects model. Ecology100, e02566. doi: 10.1002/ecy.2566.

 

Reisinger RR, Raymond B, Hindell MA, Bester MN, Crawford RJ, Davies D, de Bruyn PJ, Dilley BJ, Kirkman SP, Makhado AB, Ryan PG, Schoombie S, Stevens K, Sumner MD, Tosh CA, Wege M, Whitehead TO, Wotherspoon S & Pistorius PA (2018) Habitat modelling of tracking data from multiple marine predators identifies important areas in the Southern Indian Ocean. Diversity and Distributions24, 535–550. doi: 10.1111/ddi.12702.

Plus d'informations

Porteurs de projet :

 

Yan ROPERT-COUDERT – CEBC, CNRS (France); Mark HINDELL – University of Tasmania (Australia).

Post-doctorant :

 

Ryan REISINGER – CNRS (France)

Participants :

 

Horst BORNEMANN – Alfred Wegener Institute (Germany); Jean-Benoît CHARRASSIN – L’OCEAN, IPSL (France); Bruno DANIS – University of Bruxelles (Belgium); Luis HUCKSTADT – University of California (USA); Ian JONSEN – Macquarie University (Australia); Ben RAYMOND – Australian Antarctic Division (Australia); Leigh TORRES – Oregon State University (USA); Philip TRATHAN – British Antarctic Survey (UK); Anton VAN DE PUTTE – Royal Belgian Institute for Natural Science (Belgium); Simon WOTHERSPOON – University of Tasmania (Australia).