fermer
retour en haut de la page
Communiqués de presse
Accueil > Médias > COP 15 Biodiversité : la nécessaire intégration des enjeux climatiques et financiers au cœur des dernières annonces
octobre 2021  I   I  CDB  I  Autres sujets

COP 15 Biodiversité : la nécessaire intégration des enjeux climatiques et financiers au cœur des dernières annonces

La première partie de la Conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique a-t-elle réussi à créer l’élan politique espéré ? C’est ce qu’on peut penser de prime abord à la lecture des engagements financiers pour la biodiversité pris par l’Union européenne, la France, le Royaume-Uni et deux autres pays majeurs, la Chine et le Japon. S’il faut reconnaitre que ces engagements sont sans précédent, ils sont encore bien inférieurs aux subventions dommageables à la biodiversité et il restera à les confirmer par des mesures leviers appropriées, pour atteindre les changements transformateurs ambitieux prônés par l’Ipbes.

COP 15 Biodiversité : la nécessaire intégration des enjeux climatiques et financiers au cœur des dernières annonces

« Biodiversité et climat, même combat »
et au-delà, penser ensemble les enjeux environnementaux et sociétaux

 

En France et au Royaume-Uni, le lien fait entre le financement des enjeux climat et biodiversité est une avancée fondamentale : il répond aux alertes des scientifiques et au message porté par la FRB depuis plusieurs années. Dans un rapport publié conjointement par le Giec et l’Ipbes en juin dernier, les experts internationaux ont en effet alerté sur la nécessité de penser de manière globale les solutions envisagées pour lutter contre le réchauffement climatique et le déclin de la biodiversité. Cette synergie a d’ailleurs été évoquée par Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, lors du Congrès mondial de la Nature début septembre, illustrant un début de prise de conscience du monde économique sur ces enjeux. Elle y a déclaré qu’il n’y avait pas de stabilité économique et financière sans le respect de la nature et sans la contribution de la nature car nos économies en sont dépendantes, et que les décisions économiques devaient désormais internaliser les dommages que nos sociétés font subir à la biodiversité.

Au-delà, les enjeux liés à l’eau, à l’alimentation et à la santé, doivent aussi être pensés de manière conjointe pour atteindre la vision 2050 de la CDB : « Vivre en harmonie avec la nature ». Ainsi si dédier 30 % des fonds alloués au climat en faveur de la biodiversité est donc un petit pas pour atteindre cet objectif, il est à présent primordial que l’ensemble des solutions et des secteurs prennent en compte la biodiversité.

 

« Il faut changer d’échelle pour protéger et restaurer la biodiversité. Des mesures leviers sont nécessaires, afin de tendre vers des changements transformateurs, concernant aussi bien les écosystèmes « naturels » (forêts, zones humides, récifs coralliens, etc.) que les écosystèmes « anthropisés » (agroécosystèmes, zones de pêche et de chalutage, villes, etc.). Tous les écosystèmes sont concernés. »

Denis Couvet, président de la FRB

 

Des promesses à mettre en perspective avec les montants des subventions néfastes à la biodiversité

 

La création par la Chine d’un Fonds pour la biodiversité destiné à être alimenté par d’autres pays et l’augmentation des moyens alloués au Fonds japonais pour la biodiversité vont dans le bon sens, mais les montants annoncés allant jusqu’à 1,5 milliard de yuans (soit un peu plus de 200 millions d’euros) pour la Chine sont dramatiquement insuffisants par rapport aux moyens alloués à des activités qui impactent durablement la biodiversité. À titre d’exemples :

  • Selon l’OCDE, la moitié du PIB mondial est moyennement à fortement dépendant d’une biodiversité fonctionnelle, or plus de la moitié de l’investissement économique mondial finance toujours des activités dommageables à la biodiversité.
  • L’OCDE notait également qu’en 2017, les pays avaient alloué 340 milliards aux combustibles fossiles, 116 milliards à l’agriculture intensive et 280 millions pour diminuer le coût de la pêche (rapport d’avril 2020) et qu’en 2020, loin d’inverser la tendance, le G20 avait alloué 345 milliards USD aux combustibles fossiles.
  • Selon l’UICN, seuls 10 % des plans de relance peuvent être considérés comme « verts ».

Rappelons également qu’au niveau mondial, selon l’AFD, les subventions nuisibles à la biodiversité représentaient environ 1 000 milliards de dollars en 2019 et que les fonds dédiés à la protection ou la restauration de la biodiversité s’élève à moins de 150 milliards de dollars.

 

« L’augmentation des fonds dédiés à la biodiversité est bien évidemment salutaire et nous ne pouvons que nous en réjouir. Cependant, il est aussi nécessaire de réduire, voire de supprimer les subventions néfastes rapidement : en effet, on ne pourra enrayer l’érosion de la biodiversité en consacrant encore autant d’argent et d’énergie à sa destruction. »

Hélène Soubelet, directrice de la FRB

Contact presse

Pauline Coulomb

FicheMail

 

01 80 05 89 21 

Calendrier Cop15

Du 11 au 15 octobre 2021

1re partie de la Cop15

 

Du 18 au 22 octobre 2021

Semaine des entreprises et de la biodiversité organisée par le secrétariat de la CDB

 

Début 2022

Poursuite des réunions préparatoires et stratégiques

 

Du 25 avril au 8 mai 2022

2nde partie de la Cop15