fermer
retour en haut de la page

Les membres de l’Assemblée des parties prenantes de la FRB

Face à la destruction de la biodiversité, tissu du vivant et des sociétés humaines, les lieux d’interface apparaissent aujourd’hui comme des espaces indispensables pour enrayer son déclin. Ils sont ceux de réflexions portées par des expertises multi-acteurs s’appuyant sur la recherche académique, mais aussi en favorisant l’intégration des enjeux d’acteurs de la société dans l’élaboration des questions de recherche.

 

l’Assemblée des parties prenantes de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité rassemble de nombreuses structures (entreprises, syndicats, ONG, collectivités territoriales, etc.) qui sont toutes concernées par les besoins de connaissances et de recherche sur la biodiversité. Ces différents acteurs sont regroupés en 3 collèges : Public, parapublic et institutions / Secteur économique et industries / Société civile. Découvrez la liste des différents acteurs de l’Assemblée des parties prenantes de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité.

 

 

Rejoindre l'Assemblée des parties prenantes

 

 

 

Liste des membres de l’Assemblée des parties prenantes : 

 

 

A

 

 

 

B

 

 

 

C

 

 

 

E

 

 

 

F

 

 

 

G

 

 

 

I

 

 

 

L

 

 

 

M

 

 

 

N

 

 

 

O

 

 

 

P

 

 

 

R

 



 

S

 

 

 

T

 

 

 

U

 

 

 

V

 

 

 

W

 

 

 

Vers une utilisation durable des espèces

L’exploitation des organismes n’est pas durable lorsque le prélèvement d’individus d’une population se fait au-delà du taux de renouvellement et de l’accroissement biologique de celle-ci, ou lorsque l’activité conduit à une dégradation de l’environnement qui perturbe cette espèce (par exemple, l’écotourisme intensif). Cette exploitation correspond à un service écosystémique d’approvisionnement – et aux contributions matérielles de la nature (dans la typologie de l’Ipbes) – lorsqu’elle vise à se nourrir, se vêtir, se chauffer ou se loger par exemple. Elle correspond à un service culturel – et aux contributions immatérielles de la nature – dans le cas d’activités récréatives ou spirituelles. Au niveau mondial, l’Ipbes estime qu’il s’agit de la 2e cause principale de perte de la biodiversité.

 

La pêche, la chasse, la cueillette et l’exploitation des forêts naturelles (par opposition aux plantations) sont les principales formes d’utilisation des espèces sauvages, entraînant un prélèvement dans la nature. Certaines activités sans prélèvement représentent également une forme d’utilisation.

Pollution et biodiversité

La pollution correspond à une dégradation de l’environnement par des substances, des déchets ou des nuisances diverses. Il peut s’agir de particules fines, de gaz à effet de serre, de métaux lourds, de substances chimiques ou de matériaux non dégradables comme les plastiques. Les pollutions sonores et lumineuses présentent également un fort impact sur le fonctionnement et la santé des écosystèmes mais sont encore relativement peu  étudiées. Elle concerne différents types de milieux : l’atmosphère, les sols, les rivières ou les océans. Ingérée, respirée, entravante ou dérangeante, la pollution de l’environnement affecte la santé de toutes les espèces, y compris les humains. La meilleure solution face à l’augmentation des déchets et des polluants est de réduire drastiquement leur production et leur utilisation, sans engendrer de nouvelles pollutions.

Recommandations des rencontres Sciences pour l’action sur les territoires ultramarins

Ces Rencontres visent à rassembler en ateliers différents acteurs (chercheurs, responsables de politiques publiques, acteurs de terrain, etc.) afin d’élaborer une série de recommandations grâce à une méthodologie basée sur la démarche prospective.

 

 

Pour cette édition, trois thèmes ont été identifiés :

  • le développement économique endogène respectueux de la biodiversité ;
  • les fonctionnalités du continuum terre-mer et l’aménagement du territoire ;
  • les liens Humain-Nature et la protection de la biodiversité.

 

 

Les recommandations issues de ces échanges devraient être publiées dans les mois à venir, à l’instar de celles issues des Rencontres de 2018 et 2017. Nous vous invitons à découvrir la vidéo d’ouverture de l’édition 2020.