fermer
retour en haut de la page

Le putois, ce grand inconnu

Sa mauvaise réputation le précède. On l’accuse de sentir mauvais, de « crier fort », et plus récemment de sexisme au travers du personnage de Pepe le Putois. Et pourtant du putois, puisqu’il s’agit de lui, on ne connait rien ou presque. C’est le constat fait par le chercheur Sébastien Devillard et son équipe qui ont reçu la bourse Barbault et Weber « Ecologie Impliquée » 2021 pour combler ce manque de connaissance : « Le putois est une espèce difficile à observer et à étudier car c’est un animal cryptique1 et nocturne qui vit en faible densité sur des territoires où mâles et femelles ne se croisent qu’à l’occasion de la reproduction », précise le chercheur.

 

 

La fiche d’identité du putois est donc assez sommaire. À l’âge adulte, ce petit mustélidé pèse entre 600 grammes et 1,5 kg, a le régime alimentaire d’un omnivore majoritairement carné et vit dans des milieux ouverts et boisés, souvent à proximité de zones humides. « Or ce que l’on constate, poursuit Sébastien Devillard, c’est que depuis 30 ou 40 ans, les zones humides et les ripisylves2, qui sont leur habitat de prédilection, se dégradent de façon continue. Il y a fort à parier que cela a impacté et impacte encore les populations de cette espèce. »

 

 

Si son statut de conservation n’est pas considéré comme à risque par l’UICN, c’est encore une fois par manque de connaissances estime le chercheur : « Lorsque l’UICN ne dispose pas du nombre exact d’individus vivant sur un territoire pour en suivre l’évolution temporelle, elle regarde si l’aire de distribution de cette espèce a diminué indépendamment des densités de populations ». Or le putois est toujours présent en Europe sur une aire de distribution qui semble stable, raison pour laquelle, l’UICN ne l’a pas classé pas comme espèce menacée. « Pourtant, poursuit le chercheur, les études locales réalisées par des naturalistes à l’aide de pièges photographiques, ou par des organisations nationales chargées de la collecte des indices de présence, telles que les observations visuelles ou les cadavres de bord des routes suggèrent que le nombre de ces indices de présence est en baisse continue depuis une vingtaine d’années, particulièrement dans les zones humides. » Pour changer son statut de conservation et justifier de la mise en place de programmes de conservation in situ, les scientifiques vont devoir adopter une démarche de biologie de conservation qui étudiera l’utilisation de l’espace du putois et la taille de ses populations.

 

 

L’équipe de recherche s’est donc engagée à comprendre comment ce petit mustélidé utilise et sélectionne son habitat, en particulier sa dépendance aux zones humides et aux zones protégées. Sur le domaine de la Fondation Pierre Vérots dans l’Ain, l’équipe de recherche a prévu d’équiper trois putois de collier GPS pour suivre leurs déplacements et identifier les déterminismes de son utilisation de l’espace. « C’est une première mondiale, souligne le chercheur. Pendant longtemps nous avons été limités par la taille des colliers GPS qui nécessitaient de grosses batteries pour fonctionner et assurer un suivi suffisamment long pour avoir des informations utiles. » En écologie, la règle veut que les animaux ne puissent pas être équipés de collier dépassant 3 à 5 % de leur poids. Jusqu’alors, seuls les mammifères plus gros, à partir de quelques kilogrammes et jusqu’aux girafes ou aux éléphants bénéficiaient de ce type de suivi pour respecter la dimension éthique et de bien-être animal. La miniaturisation des batteries a changé la donne : « Une fois les putois équipés, nous pourrons nous rendre chaque semaine sur le terrain pour télécharger les données qui nous donneront des informations extrêmement fines et jamais égalées sur l’utilisation de l’espace par cette espèce. »

 

 

Car la technique est révolutionnaire à plus d’un titre. Auparavant, les données récoltées provenaient de colliers émetteurs VHF utilisant les ondes radio. Pour localiser les individus étudiés, les scientifiques devaient se rendre plusieurs fois par semaine dans le milieu et réaliser une triangulation en se plaçant à trois endroits différents pour capter le signal des colliers émetteurs. « Cette technique de radiopistage classique ne permettait pas d’avoir plus de 2 à 3 localisations par semaine ». Grâce aux colliers GPS, les scientifiques vont pouvoir désormais avoir des données sur l’occupation de l’espace du putois et sur son rythme d’activité tout au long de la journée.

 

 

Ce projet n’est que la première étape d’une ambition plus grande : « Si on parvient à montrer que ce dispositif fonctionne, on pourra élargir notre zone d’étude et équiper plus d’animaux. » L’objectif ? Obtenir plus de données et réaliser des analyses de survie, qui permettront alors de faire des modèles démographiques pour estimer la taille de population localement et le taux d’accroissement de la population. Parallèlement les chercheurs souhaitent déployer un protocole de piégeage photographique pour estimer la densité locale des putois. Les scientifiques pourront ainsi proposer de nouveaux arguments pour l’étude de son statut de conservation et peut-être aussi changer le regard que porte notre société sur ce petit mustélidé au fond si discret.

 

 

Tribune – Biodiversité : « Il faut inscrire le putois sur la liste des animaux protégés »

Face au déclin préoccupant des effectifs en France et parce que la protection de la biodiversité passe par des mesures concrètes, un collectif de scientifiques et de personnalités engagées demande dans une tribune au « Monde » la signature immédiate d’un arrêté ministériel protégeant cette espèce. Consulter la tribune

____________

1 Une espèce cryptique est une espèce qui ne voit que très rarement en nature du fait de son rythme d’activité, de sa faible densité de population et de son mode de vie à l’écart des activités humaines biologiques.
2 La végétation bordant les milieux aquatiques.

Indicateurs et outils de mesure : évaluer l’impact des activités humaines sur la biodiversité ? La FRB présente ses recommandations.

Des indicateurs de biodiversité et outils de mesure ont été développés dès les années 1990. Trois décennies plus tard, où en est-on ? Peut-on désormais répondre aux attentes fortes des acteurs de la société et des conventions nationales et internationales ? Et pour aller plus loin, que penser des analyses de cycle de vie, des labels de pratiques durables, en termes de pêche, déforestation, etc. ?

 

La Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) s’est emparée de cet enjeu et publie, en collaboration avec l’Office français de la biodiversité (OFB), un rapport compilant les résultats d’une enquête menée auprès des parties prenantes, d’une évaluation scientifique d’outils de mesure intégratifs, d’ateliers réunissant acteurs et concepteurs d’outils, ainsi que les échanges issus d’un colloque.

 

Le rapport complet ainsi que l’annexe avec les évaluations scientifiques de sept indicateurs et outils de mesure sont disponibles dans les ressources téléchargeables.

Protéger l’océan pour la préservation de la biodiversité, l’approvisionnement en nourriture et l’atténuation du changement climatique

La 15ème réunion de la Conférence des parties (COP15) de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB), qui doit se tenir en 2021, devrait déboucher sur un accord mondial en faveur de la nature, avec un consensus émergent visant à protéger au moins 30% de l’océan global d’ici 2030. 

 

Les résultats de l’étude coordonnée par Enric Sala publiée en mars 2021 dans le journal Nature, donnent du crédit à cet objectif et suggèrent qu’une augmentation de la surface des aires marines protégées et une répartition spatiale cohérente de ces dernières pourraient avoir un triple avantage : non seulement mieux protéger la biodiversité marine par rapport à l’existant, mais aussi stimuler la productivité des pêcheries, en exploitant une moins grande surface mais avec de meilleurs rendements, et amoindrir les émissions de carbone remis en suspension par le chalutage profond. 

 

La synthèse est disponible dans les ressources téléchargeables.

Buy Delta 8 Online Delta 8 near me Best Delta 8 Products