fermer
retour en haut de la page

[Journées FRB 2019] Indicateurs et outils de mesure – Évaluer l’impact des activités humaines sur la biodiversité ?

« Plus d’un million d’espèces menacées », c’est le chiffre qui a marqué les esprits cette année, au moment de la sortie du rapport de l’Ipbes sur l’état mondial de la biodiversité et des services écosystémiques. Pertes et dégradations d’habitats, surexploitations ou encore pollutions sont autant de pressions induites ou accentuées par les activités humaines qui pèsent aujourd’hui considérablement sur la biodiversité. Le constat est désormais posé et la question de la mesure des impacts de nos activités, qui joue un rôle clé pour passer à l’action, est plus que jamais d’actualité.

 

Dans un contexte où la France accentue son engagement pour limiter ses impacts négatifs sur la biodiversité, au travers notamment du Plan Biodiversité, et participe à la préparation de la COP15 et de l’agenda post-2020 pour la biodiversité, les différents acteurs de la société ont aujourd’hui besoin d’indicateurs et d’outils de mesure. Les acteurs publics et privés, les décideurs politiques et économiques qui s’engagent, à l’échelle d’un territoire ou d’un pays, à estimer et limiter leurs impacts sur la biodiversité, sont en quête de réponses.

 

Les Journées FRB 2019 seront l’occasion d’ouvrir la question de la mesure des impacts des activités humaines sur la biodiversité et d’informer sur des indicateurs et outils de mesure existants, leur utilisation actuelle et explorer ensemble leur potentiel d’appui à la décision en faveur de la biodiversité.

 

Elles s’organiseront de la manière suivante : 

 

  • Mardi 1er octobreJournée d’ateliers, à la Fiap Jean Monnet (Paris 14e)
  • Mercredi 2 octobre – Journée plénière, à la Maison des Océans (Paris 5e)

 

[Journée FRB 2018] Biodiversité, transition alimentaire et santé

À l’occasion de ses 10 ans, la journée annuelle de la FRB a pour ambition de faire un point sur l’état des connaissances scientifiques et animer des discussions avec les parties prenantes sur les voies d’une transition alimentaire qui permettraient notamment, via l’évolution des systèmes de production alimentaire, de contribuer à la préservation de la biodiversité et à l’amélioration de la santé humaine. Des questions majeures se posent en effet, comme l’adaptation des populations humaines à la modification rapide des régimes alimentaires ou encore la compréhension des impacts sur la biodiversité liés à l’appropriation de la biomasse par les sociétés humaines dans un contexte d’évolution des modes alimentaires et des systèmes agricoles.

 

À l’issue de chaque session, un dialogue entre chercheurs et acteurs de la société permettra de discuter des solutions collectives pour imaginer et mettre en œuvre un développement durable des sociétés humaines.

 

[Journée FRB 2017] Biodiversité et transition énergétique – Enquêtes sur des liaisons dangereuses

L’atténuation du changement climatique repose pour une large part sur la transition énergétique, c’est-à-dire l’abandon des sources d’énergie fondées sur le carbone fossile au profit des énergies renouvelables. Cet un objectif national et européen majeur suscite des développements technologiques et d’importants investissements. Or les infrastructures développées peuvent avoir des impacts multiples, et surtout non anticipés, sur la biodiversité et en particulier sur le fonctionnement des écosystèmes. Il est donc aujourd’hui indispensable de concilier défi énergétique et préservation de la biodiversité, cette dernière étant essentielle pour assurer le devenir de l’Humanité et garantir son bien-être.

 

La Journée FRB du 5 octobre vise à illustrer certaines incohérences entre la mise en œuvre de la transition énergétique et la prise en compte des enjeux associés à la biodiversité, puis à montrer les pistes de mobilisation des acteurs, des citoyens et des décideurs politiques et l’apport de la science pour une transition énergétique, écologique et solidaire.

 

Retrouver le programme et les comptes-rendus de la journée dans les ressources ci-dessous. 

[Journée FRB 2016] Rencontres Ipbes – Giec

Les acteurs publics et privés recourent de longue date aux travaux de la recherche scientifique pour étayer la formulation et la mise en œuvre de leurs politiques et actions. Dans le cas des enjeux environnementaux mondiaux que sont le changement climatique et l’érosion de la biodiversité auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, il est nécessaire de mobiliser et de synthétiser les connaissances de toutes les disciplines, de toutes les régions du monde et sous toutes les formes (scientifiques, pratiques, culturelles, etc.).

 

Si les plateformes intergouvernementales, comme le Giec et l’Ipbes, représentent des outils irremplaçables pour organiser la production de telles synthèses, elles constituent aussi des lieux où les représentants des gouvernements et les acteurs interagissent avec des experts du monde entier afin d’orienter leurs politiques et leurs actions pour stopper le déclin de la biodiversité.

 

Lors de la conférence publique organisée le 13 octobre, des scientifiques présenteront la façon dont leurs recherches ont évolué pour répondre aux questions sociétales posées par l’érosion de la biodiversité et le changement climatique, en participant notamment aux travaux du Giec et de l’Ipbes. Les acteurs publics et privés, qui font face à ces grands enjeux environnementaux, auront quant à eux l’occasion d’analyser comment ils peuvent participer à ces recherches et les utiliser dans le cadre de leurs activités.

 

Le lendemain, les experts français participant au Giec et à l’Ipbes échangeront sur leur expérience au sein de ces plateformes internationales. Une occasion renouvelée de renforcer les relations entre les chercheurs travaillant sur deux questions environnementales étroitement liées.

 

Consultez dans les ressources ci-dessous : 

  • Le programme
  • Le regard de Frédéric Denhez
  • Le compte-rendu

[Journées FRB 2015] Les scénarios de la biodiversité à l’heure du changement climatique

Mieux comprendre les effets des changements climatiques sur la biodiversité, les écosystèmes et les services associés, ainsi que les effets en retour des changements affectant la biodiversité et les écosystèmes sur le climat, sont des enjeux majeurs, à l’échelle mondiale. Le développement de modèles est une des pistes pour une meilleure compréhension de ces interactions et le développement de scénarios peut aider les sociétés à élaborer des réponses pour prévenir les conséquences des changements attendus, et y faire face.

 

Les deux journées organisées par la FRB, les 1er et 2 octobre 2015 avaient pour but de montrer les avancées en matière de développement de scénarios, notamment à l’interface climat – biodiversité.

Elles font suite aux premières rencontres entre experts français de l’Ipbes et du Giec, organisées le 6 novembre 2014, avec le soutien du ministère chargé de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et permettront la présentation des premiers résultats du programme modélisation et les scénarios de la biodiversité, animé par la FRB depuis 2010.

 

Ces Journées avaient pour objectifs :

  • Présenter un éclairage sur les avancées scientifiques récentes en matière de modèles et de scénarios du climat et de la biodiversité et les interactions actuelles ou souhaitables entre ces recherches ;
  • Tirer profit de l’avancée des travaux de l’Ipbes et du Giec pour renforcer les liens antre les communautés de recherche de la biodiversité et du climat, autour des modèles et des scénarios ;
  • Permettre un dialogue avec les utilisateurs potentiels des scénarios ;
  • Réaliser un premier bilan du programme de recherche « modélisation et scénarios de la biodiversité » lancé par la FRB en 2010.

 

Cet événement s’adresse à tous les chercheurs, décideurs politiques et autres parties prenantes concernés par les enjeux liés à la biodiversité et au climat.

 

Consultez, dans les ressources ci-dessous :

  • le programme des deux jours,
  • le dossier de presse,
  • les compte-rendus des ateliers d’échanges entre experts, des tables rondes (par Frédéric Denhez) et de la conférence scientifique.