fermer
retour en haut de la page

The project MAESTRO was selected from the FRB-CESAB call for proposals with France Filière Pêche

The project Maestro was selected by the CESAB selection committee from the joint call for proposals between FRB-CESAB and France Filière Pêche

 

MAESTRO will be coordinated by Arnaud AUBER and Camille ALBOUY, both working at IFREMER, and will look into climate change effects on exploited marine communities.

 

The project will be based on the analysis and synthesis of existing data, as well as the modelling of the effects of climate change on the biodiversity of European fish stocks and associated fisheries (North-East Atlantic and Mediterranean). The project will contribute to a better understanding of the effect of climate change on fish resources and fisheries, to help develop adaptive fisheries management measures. 

 

 

More information about Maestro

[Call for proposals] The FRB-CESAB call on systematic reviews has been extended until the 9th of September

The FRB, through its Centre for the Synthesis and Analysis of Biodiversity (CESAB), is funding 2 postdoctoral researchers for up to 18 months, to carry out systematic reviews, using systematic mapping, critical assessment and narrative synthesis of the corpus of selected texts, in order to write a review article for an international scientific journal.

 

 

The project may go as far as either a completed lexicographical analysis or the extraction of statistical data from the corpus and their analysis (meta-analysis).

 

 

  •  Theme 1: State and future of marine biodiversity in a time of global change 
  • Theme 2, in partnership with Agropolis Fondation: Solutions for agro-ecological transition that conserve biodiversity 

 

Pre-proposals deadline : 9th September 2020, 23:59 CEST

More information can be found on the call page

[Call for proposals] Opening of the joint call FRB-CESAB / France Filière Pêche

Climate change will have a lasting impact on the oceans and seas on a global scale. The impacts of these changes on marine fisheries have become a priority.  

 

FRB, with the support of France Filière Pêche, calls on the scientific community to submit projects to the Centre for the Synthesis and Analysis of Biodiversity (CESAB), based on the analysis and synthesis of existing data, as well as the modelling of the effects of climate change on the biodiversity of European fish stocks and associated fisheries (North-East Atlantic and Mediterranean).

 

The project will contribute to a better understanding of the effect of climate change on fish resources and fisheries, to help develop adaptive fisheries management measures. 

 

Pre-proposals deadline : 11 juin 2020, 13:00 (UTC+1)

More information can be found on the call page

Biomimétisme et biodiversité

Le concept de biomimétisme ou bio-inspiration a été théorisé pour la première fois il y a une vingtaine d’année (cf. Janine Benyus : Biomimicry, Innovation Inspired by Nature). L’approche initiale défend une vision qui considère que cette démarche d’innovation « fait appel au transfert et à l’adaptation des principes et stratégies élaborés par les organismes vivants et les écosystèmes, afin de produire des biens et des services de manière durable, et rendre les sociétés humaines compatibles avec la biosphère ».

 

Le Biomimétisme identifie des solutions naturelles apparues au cours de l’évolution, c’est à dire des fonctions ou des rapports entre structures et fonctions chez les organismes vivants qu’il peut être intéressant de transposer à une fonction d’intérêt humain : sa finalité est de chercher, d’identifier et de d’industrialiser une solution à un problème humain.

 

Cette démarche est nécessairement interdisciplinaire, entre sciences fondamentales et sciences de l’ingénieur, et demande de la part des acteurs économiques la mobilisation de ressources significatives en matière de recherche et développement (R&D).

 

 

Le biomimétisme est la rencontre de plusieurs mondes, l’écologie,
les sciences de l’évolution, la biologie et l’ingénierie,
ou encore une interface entre sciences naturelles et industrie.

 

 

L’association Biomimicry Europa, créée en 2006 pour la promotion du biomimétisme, propose de distinguer trois niveaux d’inspiration : les formes biologiques, les matériaux et processus, les interactions.

 

En matière de recherche et développement, l’Allemagne a longtemps été en tête avec plus de 100 structures de recherche publiques impliquées et dix réseaux territoriaux spécialisés. Le Royaume-Uni et la Suisse sont aussi deux pays fortement impliqués en Europe.

 

En France, l’implication est plus récente, mais actuellement, plus de 175 équipes de recherche s’intéressent au sujet et plus de 100 entreprises font appel à cette démarche. Plusieurs Groupements de recherche (GDR) et Réseaux thématiques pluridisciplinaires (RTP) génèrent des initiatives structurantes autour de la chimie bio-inspirée, la mécanique des matériaux biologiques ou les micro-technologies inspirées des insectes. Le centre européen d’excellence en biomimétisme (Ceebios), créé en 2012, fédère un nombre croissant de grandes entreprises comme L’Oréal, LVMH, Engie, Vicat, Saint-Gobain, et bénéficie du soutien du ministère de la transition écologique et solidaire.

 

Les régions les plus impliquées en matière de R&D (compétences académiques) sont l’Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine, puis, à un niveau sensiblement équivalent, Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Grand-Est.