fermer
retour en haut de la page
Projet en cours depuis 2019

Forcis

Réponse des foraminifères au stress climatique: évaluer les changements de la biodiversité du zooplancton calcifiant en réponse à des facteurs de stress multiples.

Forcis © MNHN

Les émissions anthropogéniques de CO2 causent un réchauffement de l’océan, mais également une baisse du pH de l’océan de surface. Cette acidification de l’océan affecte les organismes marins calcifiants, qui jouent un rôle clé dans la pompe biologique. Parmi ces organismes, les coquilles fossilisées des foraminifères planctoniques constituent l’archive géologique la plus documentée de la biodiversité passée mais aussi des paléoclimats. Les changements récents des faunes de foraminifères planctoniques n’ont jamais été synthétisés à l’échelle globale, alors que la distribution de ces micro-organismes a déjà été impactée.

 

Le projet Forcis vise à rassembler toutes les données de filets à plancton ainsi que les données hydrographiques associées depuis le début des années 1950, pour déterminer les causes de ces changements faunistiques. Cette nouvelle synthèse permettra de déterminer : 

  • les migrations spatiales,
  • les migrations verticales,
  • la variabilité saisonnière des foraminifères planctoniques au cours des dernières décennies.

 

Ces données sur l’écologie des foraminifères permettront d’améliorer les modèles de croissance et de population des foraminifères planctoniques. La synthèse Forcis permettra de contraindre l’influence relative des différents facteurs de stress environnementaux (principalement température et acidification) sur ce groupe pour permettre de meilleurs prédictions de leur réponse aux changements futurs de l’océan.

 

Retrouvez ici les actualités du groupe Forcis

 

CESAB Forcis

© CESAB Forcis

 

Plus d'informations

Le projet Forcis réunit des spécialistes en biologie des foraminifères, géostatistiques, modélisation et biologie de l’évolution.

Porteur de projet :

 

Thibault de GARIDEL-THORON – CEREGE, CNRS (France); Ralf SCHIEBEL – Max Planck Institute for Geochemistry (Germany).

Participants:

 

Grégory BEAUGRAND – Wimereux (France); Gert-Jan BRUMMER – NIOZ (Netherlands); Xavier GIRAUD – CEREGE, CNRS (France); Mattia GRECO – MARUM (Germany); Maria GRIGORIATOU – Universty of Britsol (UK); Hélène HOWA – University of Angers (France); Pincelli HULL – Yale University (USA); Lukas JONKER – MARUM (Germany); Michal KUCERA – MARUM (Germany); Azumi KUROYANAGI – Tohoku University (Japan); Julie MEILLAND – MARUM (Germany).