Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

V

Valeur d'agrément ou valeur d'aménité. Valeur récréative de la biodiversité, incluant l'écotourisme.

Valeur d'existence. Valeur mesurée par le consentement à payer pour assurer le maintien d'entités de biodiversité indépendamment de leur utilité.

Valeur d'option. Valeur de la biodiversité associée à son potentiel de production future de bénéfice pour les sociétés humaines (comme les nouveaux médicaments).

Valeur d'usage de production. Valeur attribuée aux éléments de biodiversité qui sont collectés et vendus sur les marchés en vue éventuellement de leur transformation.

Valeur d'usage direct. Valeur attribuée aux produits récoltés directement par les populations comme le bois ou le gibier.

Valeur d'usage indirect. Avantages fournis par le biodiversité qui ne résultent pas de la récolter ou de la destruction de ressources comme par exemple la quantité d'eau, des sols, les activités récréatives ou l'éducation. Ces avantages et cette biodiversité constituent des biens publics.

Valeur d'usage. Valeur attribuée à des éléments de biodiversité en fonction de leur utilisation directe et indirecte.

Valeur de non-usage. Valeur d'une entité non utilisé actuellement.

Valeur instrumentale. Valeur attribuée à une entité du fait de son utilité à une autre entité ; pour la biodiversité, cette valeur se mesure à l'aune de son utilité pour les êtres humains.

Valeur intrinsèque. Valeur attribuée à ce qui est une fin en soi, dans le cas de la biodiversité la valeur intrinsèque est indépendante des besoins humains.

Valeur non consommable. Valeur assignée aux bénéfices et services fournis par la biodiversité et qui n'implique pas la collecte ou la destruction de ressource.

Valeurs d'usage indirect. Avantages fournis par la biodiversité qui ne résultent pas de la récolte ou de la destruction de ressources comme par exemple la qualité de l'eau, des sols, les activités récréatives ou l'éducation. Ces avantages et cette biodiversité constituent des biens publics.

Vecteur viral. Virus utilisé pour introduire un gène sain dans le noyau d'une cellule et remplacer le gène déficient. L'évolution des la thérapie génique repose essentiellement sur le développement de systèmes de transfert de gènes.

Viabilité. Caractère du ce qui est viable. Théorie mathématique, branche des équations différentielles aux dérivées partielles, due à Jean-Pierre Aubin. On recherche un domaine de viabilité contenant la trajectoire d'un système en temps infini. Toute trajectoire à la proximité de la frontière de cet espace tend à s'éloigner du "domaine de viabilité". Le problème à traiter consiste à découvrir les variables de contrôle sur lesquelles agir pour ramener la trajectoire du système dans le "noyau de viabilité". Interaction est le maître mot de la vie, si bien que l'on s'intéresse à la co-viabilité des systèmes qui évoluent (écosystèmes, systèmes vivants, systèmes industriels).

Vortex d'extinction. Chaîne de processus démographiques et génétiques tirant les petites populations vers l'extinction.