Rss@FRBiodiv

Depuis le printemps 2008, des mortalités massives d’huîtres creuses sur l’ensemble du littoral français fragilisent fortement la filière ostréicole. La sélection est considérée comme une piste privilégiée pour sortir de la crise et plusieurs programmes, d’initiative publique et privée, se sont développés depuis plusieurs années.

Pour se procurer des naissains (jeunes huîtres) qu’il fera grandir, l’ostréiculteur fait appel à deux sources d’approvisionnement qui sont le captage naturel et les écloseries (production de naissains par des entreprises spécialisées).

Cette deuxième voie d’approvisionnement se distingue notamment par la commercialisation d’animaux triploïdes(qui ont des triplets de chromosomes et sont normalement stériles), alors que le captage naturel repose sur des huîtres diploïdes (qui ont des paires de chromosomes).

La production des huîtres triploïdes repose sur la production préalable de produits tétraploïdes (4 paires de chaque chromosome). Le procédé de production des tétraploïdes (réalisée en milieu confiné) fait l’objet d’une protection intellectuelle (brevet). L’un des brevets est arrivé à son terme en janvier 2015. Le procédé de production de tétraploïdes qu’il protège est donc devenu public, et l’exclusivité de production a légalement disparu.


Rôle de la FRB

Dans le cadre d’une convention avec le Ministère chargé des pêches maritimes et en lien avec les acteurs de la filière, la FRB s’est intéressée au cadre juridique relatif à la détention et la production d’huîtres tétraploïdes et triploïdes en France. Elle a également étudié les règles encadrant les filières de sélection (animale, végétale) afin d’identifier les points de convergence pertinents pour l’encadrement de la sélection dans l’ostréiculture.

L’étude est actuellement en cours de finalisation.