Rss@FRBiodiv

Synthèses d'articles scientifiques

 

A

AAMP. Agence des aires marines protégées

AAP. Appel à projets

AB. Agriculture biologique

ADEME. Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie

AERES. Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur

AFD. Aide au développement

AMP. Aire marine protégée. Aire protégée établie pour maintenir et restaurer la biodiversité marine

Allèles. Formes différentes d'un même gène

Analyse de viabilité de population. Analyse quantitative permettant d'évaluer les probabilités d'extinction d'une population dans un environnement donné et sur une période de temps déterminée ; souvent associée à l'élaboration de scénarios de conservation. Acronyme anglais : PVA.

ANR. Agence nationale de la recherche

Anthropocentrisme. Approche selon laquelle les êtres humains sont les seuls à présenter une valeur intrinsèque, la valeur de la biodiversité non humaine étant instrumentale.

AOC. Appellation d'origine contrôlée.

AUV. Autonomous Underwater-Vehicle


B

B2C3I. Comité inter-organismes pour l’outre-mer tropical français (réunissant les organismes concernés par la LOLF)

Bien commun. Ressources naturelles en accès libre qui ne sont pas contrôlées par des individus mais qui sont la propriété collective des sociétés.

BIOCEAN. Base de données Écologie Benthique en Environnement Profond

Biocénose. Ensemble des êtres vivants coexistant dans un espace défini.

Biocentrisme. Approche selon laquelle chaque être vivant constitue une fin en soi et présente une valeur intrinsèque.

Biologie de la conservation. Discipline scientifique rassemblant les recherches sur le diagnostic de l'état de la biodiversité, l'identification des menaces qui pèsent sur elle et les moyens et stratégies nécessaires à sa préservation.

Biologie des populations. Étude de l'écologie et de la génétique des populations, souvent centrée sur la dynamique de leurs effectifs.

Biomimétisme. Démarche consistant à s'inspirer des propriétés essentielles d'un organisme vivant pour résoudre des problèmes humains. De son côté, l'écomimétisme consiste à s'inspirer d'un système écologique.

Biopiraterie. Collecte et usage de matériel biologique pour des usages commerciaux, industriels, scientifiques ou personnels sans avoir obtenu les autorisations nécessaires.

Bioprospection. Collecte de matériels biologiques contribuant à la recherche et au développement de nouveaux produits.

Biosphère. Système planétaire incluant l'ensemble des formes vivantes ainsi que leurs conditions et milieux d'existence.

BRGM. Bureau de Recherches Géologiques et Minières.


C

Capacité limite ou capacité de charge. Effectif ou biomasse d'une espèce qu'un écosystème peut supporter.

Cascade d'extinction. Série d'extinctions par laquelle l'extinction d'une espèce entraîne l'extinction d'une ou plusieurs autres espèces.

Cascade trophique. Changements majeurs dans la végétation et plus largement dans la biodiversité résultant de la perte d'une espèce clé de voûte.

Catastrophe. Événement rare mais de très forte intensité impactant les populations, les communautés ou les écosystèmes et constituant une forme extrême de stochasticité environnementale.

CDB. Convention de la diversité biologique

CdP. Conférence des parties

CEA. Commissariat à l’énergie atomique

Cemagref. Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et forêts

CESAB. Centre de synthèse et d'analyse sur la biodiversité.

CETSM. Centre Européen de Technologie Sous-Marine

Chaîne alimentaire. Relations alimentaires spécifiques liant des espèces des différents niveaux trophiques

Changement climatique global. Caractéristiques climatiques qui changent actuellement et qui continueront de changer dans le futur en réponse, au moins partiellement, aux activités humaines.

CIRAD. Centre de coopération international en recherche agronomique pour le développement.

CIEM. Conseil International pour l’Exploration de la Mer

CITES. Convention on international trade in endangered species.

CNC. Comité national de la conchyliculture

CNES. Centre national d’études spatiales

Cnexo. Centre National pour l’Exploitation des Océans

CNPMEM. Comité National des Pêches Maritimes et des Élevages Marins

CNRS. Centre national de la recherche scientifique.

COI. Commission Océanographique Intergouvernementale de l’Unesco

Colonisation assistée. Déplacement et lâcher intentionnels d'un organisme en dehors de son aire de distribution historique pour éviter l'extinction de tout ou partie des populations de l'espèce considérée. Terme équivalent : migration assistée.

Communauté. Assemblage de population d'espèces différentes coexistant dans un même écosystème. Terme équivalent : peuplement.

Compensation. Création ou réhabilitation d'un nouveau site favorable à la biodiversité en compensation d'un autre site endommagé ou détruit.

Compétition. Utilisation par deux ou plusieurs organismes ou espèces d'une même ressource limitée dans l'environnement ou, si la ressource n'est pas limitante, interaction entre ces organismes lors de sa recherche.

Comptage. Dénombrement d'individus au sein d'une population.

Concession de conservation. Méthode de protection des terres par laquelle une organisation finance un gouvernement ou une propriété pour qu'il assure la préservation de l'habitat plutôt que d'autoriser des industries d'extraction dommageables à cet habitat.

Conservation ex situ. Préservation des espèces dans des environnements artificiels telles que les zoos, les aquariums ou les jardins botaniques.

Conservation in situ. Préservation en nature des populations et des communautés d'espèces menacées.

Convention de Ramsar. Traité international promouvant la protection des zones humides d'importance internationale.

Convention sur la Diversité Biologique (CBD). Traité international engageant ses signataires à protéger la biodiversité au sein de leurs frontières et leur donnant le droit de recevoir les bénéfices économiques résultant des usages de cette biodiversité.

Convention sur le patrimoine mondial. Trait" international de protection de sites culturels ou naturels d'importance mondiale jugés dignes de figurer au patrimoine commun de l'humanité.

COP : Conférence des parties

Corridor. Connections entre des espaces protégés permettant la dispersion ou la migration des organismes. Termes équivalents : corridor d'habitats, corridors de conservation, corridors de dispersion.


D

DCE. Directive-cadre sur l’eau

Décarbonisation. Consiste à la fois à favoriser la substitution des énergies issues du carbone (ressources fossiles) par de nouvelles sources d'énergie, et à en promouvoir un usage plus efficient.

Définitions biologique d'une espèce. Groupe d'individus potentiellement capables de se reproduire entre eux en nature et qui ne se reproduisent pas avec d'autres groupes.

Définition morphologique d'une espèce. Groupe d'individus reconnus comme une espèce et qui se distinguent d'autres groupes d'un point de vue morphologique, physiologique et biochimique.

Dérive génétique. Perte de diversité génétique et changements dans les fréquences des gènes issus des événements aléatoires intervenant dans les populations de petits effectifs.

Désertification. Processus par lequel les écosystèmes sont dégradés en déserts du fait des activités humaines.

Dette d'extinction. Future extinction d'espèces causée par les activités humaines actuelles.

Développement limité ou développement de conservation. Compromis impliquant un propriétaire terrien, un aménageur et une organisation de conservation pour combiner une forme de développement commercial avec la protection des terres restantes.

Développement soutenable. Développement économique couvrant les besoins humains présents et futurs sans menacer l'environnement et la biodiversité.

DGME. Direction générale de la modernisation de l’État

Diversité alpha. Nombre d'espèces trouvées à un moment donné au sein d 'une communauté ou d'un espace donné si possible homogène. Voir richesse spécifique.

Diversité bêta. Taux de variation de la composition spécifique le long d'un gradient ou d'un transect à l'échelle d'une grande région.

Diversité gamma. Nombre d'espèces trouvées dans une aire géographique large, incluant une diversité d'écosystèmes.

Diversité génétique. Gamme de différences génétiques entre individus d'une population.

Diversité spécifique. Gamme complète des espèces trouvées dans une localité donnée.

DPM. Domaine public maritime

DPMA. Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture

DREAL. Directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement.

Dumping environnemental. Attitude d'un état ou d'une région qui cherche ) accroître sa compétitivité et son attractivité en allégeant les dispositions législatives visant à protéger l'environnement. On assiste depuis quelques décennies à une délocalisation des activités polluantes vers les pays en développement.


E

ECASA. Ecosystem Approach to Sustainable Aquaculture

Écocentrisme. Approche selon laquelle les systèmes écologiques (populations, espèces communautés, écosystèmes, biosphère) et leur fonctionnement présentant une valeur intrinsèque indépendamment de leur utilité pour l'homme.

Écologie de la restauration. Étude scientifique des populations, communautés et écosystèmes restaurés.

Écologie du paysage. Discipline étudiant les patrons de type d'habitats et leur influence sur la distribution des espèces des communautés et les processus écosystémiques.

Écologie. Science consacrée à l'étude des relations entre les organismes et leur environnement biotique et abiotique.

Écologie industrielle. Approche éco-mimétique de management des systèmes industriels qui s'inspire du fonctionnement des écosystèmes. Elle s'appuie sur l'analyse des flux de matir et d'énergie sous-jacents à toute activité et vise à les optimiser à l'échelle de groupes d'entreprises, de filières, de régions, ou du système industriel dans son ensemble.

Écomimétisme. Démarche consistant à s'inspirer des propriétés essentielles d'un ou plusieurs système écologiques pour résoudre des problèmes humains. De son côté, le biomimétisme consiste à s'inspirer d'un organisme vivant.

Écosystème. Ensemble formé par un groupe d'êtres vivants (ou biocénose) et son environnement biologique, géologique, hydrologique, climatique, etc. (le biotope). Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d'échange d'énergie et de matière permettant le maintien et le développement de la vie. Par exemple, une forêt, le littoral, un désert sont des écosystèmes.

Écotourisme. Tourisme centré sur la découverte d'espèces ou d'écosystèmes remarquables et normalement compatible avec les enjeux de développement soutenable.

Écotone: Zone de transition écologique entre deux écosystèmes. Par exemple, le passage de la savane à la forêt, ou d'un milieu lacustre à la terre sèche.

EER. Espace européen de la recherche

Effet de serre. Réchauffement de l'atmosphère terrestre due au dioxyde de carbone et à d'autres gaz atmosphériques.

EMAS. Eco-management and audit scheme.

EMODNet. European Marine Observation and Data Network

Empreinte écologique. Impact des modes de consommation et des styles de vie sur les écosystèmes environnants et à travers le globe.

EMSO. European Multidisciplinary Seas Observation

Endangered Species Act. Important texte législatif protégeant, aux États-Unis, les espèces menacées et leurs habitats.

Endémisme. Distribution naturelle (hors influence humaine) d'un taxons ou d'une communauté dans une zone géographique délimitée.

Énergie renouvelable. Désigne une énergie renouvelée ou régénérée naturellement, indéfiniment, et inépuisable, à l'échelle temporelle de notre civilisation (milliards d'années). Le caractère renouvelable d'une énergie dépend de la vitesse à laquelle la source se régénère et de celle à laquelle elle est consommée.

EPIC. Établissement public à caractère industriel et commercial

Épigénétique. Étude des changements nucléaires dans la fonction des gènes. Ces changements ont lieu sans altération de la séquence ADN: ils ne s'accompagnent pas de changements dans l'organisation des séquences nucléotidiques. On parle de paysage épigénétique, au sein duquel les gènes ne sont pas qu'un facteur parmi d'autres. La méthylation de l'ADN, les effets environnementaux en sont des exemples.

Érosion génétique. Désigne la réduction de la variabilité génétique ainsi que la dégradation graduelle de processus garants de l'évolution de la diversité.

ESA. Agence spatiale européenne

Esonet. European Seas Observation Network

Espaces protégés ou aires protégées. Habitat gérés ou préservés principalement ou en partie pour la conservation de la biodiversité.

Espèce. Groupe d'individus pouvant potentiellement se reproduire ne nature en générant des descendants viables et féconds, présentant de fortes similarités d'apparence génétiques.

Espèce écologiquement éteinte. Une espèce dont les effectifs ont été tellement réduits qu'elle n'a plus d'effet significatif sur le fonctionnement de sa communauté.

Espèce emblématique. Espèce présentant une certaine valeur culturelle ou symbolique. Terme équivalent : espèce étendard.

Espèce endémique. Voir endémisme.

Espèce envahissante. Espèce introduite qui augmente en abondance au dépend d'espèces et d'écosystèmes dans lesquels elle s'installe. Terme équivalent : espèce invasive.

Espèce exotique. Espèce se trouvant hors de son aire de distribution naturelle du fait des activités humaines.

Espèce indicatrice. Espèce utilisée dans les plans de conservation pour identifier et souvent protéger une communauté ou un semble de processus écosystémiques.

Espèce indigène. Espèce originaire de la région où elle se trouve et adaptée aux conditions de son milieu.

Espèce introduite. Espèce établie hors de son aire de distribution naturelle suite aux activités ou interventions humaines.

Espèce menacée ou espèce en danger. Espèce entrant dans l'une des catégories des listes rouges UICN correspondant à un risque d'extinction élevé ou à l'extinction avérée in situ mais maintenue ex situ.

Espèce parapluie. Espèce dont la protection induit de fait la protection d'autres espèces.

Espèce remarquable. Espèce qui capture l'attention du public ou d'une partie du public, motive des efforts de conservation, comme l'établissement d'espace protégé et peut être cruciale pour l'écotourisme.

Espèce sentinelle. Espèce très sensible aux changements environnementaux, par exemple à la pollution, et dont l'état ou la dynamique sont utilisés comme indicateur précoce de ces changements. Terme équivalent : sentinelle écologique

Espèce vulnérable. Espèce présentant un risque d'extinction élevé sur le moyen terme et qui peut devenir menacée.

Éthique environnementale. Discipline de la philosophie analysant notamment les différentes formes de valeurs attribuées à la biodiversité, dont la valeur intrinsèque, et les formes de responsabilités que peuvent avoir les êtres humains vis-à-vis de leur environnement.

Eutrophisation. Processus de dégradation des environnements aquatiques causé par la pollution et caractérisé par des blooms algaux et une diminution de l'oxygène disponible.

Évaluation rapide de biodiversité. Inventaire d'espèces et relevés de végétation réalisés par des équipes de biologistes et d'écologues lorsque des décisions urgentes sont requises pour décider de la localisation de nouveaux espaces protégés.

EXTRAPLAC. EXTension RAisonnée du PLAteau Continental

Exogamie. Appariement et production de descendants à partir d'individus éloignés génétiquement, appartenant à des populations différentes d'une même espèce ou à deux espèces proches.

Externalités. Coûts ou bénéfices cachés résultant d'une activité, pour des individus ou sociétés non directement impliqués dans cette activité.

Extinction. Absence de tout membre vivant d'un taxons.

Extinction en nature. Taxon qui n'est plus trouvé à l'état sauvage, certains individus persistant en zoo, en jardin botanique ou dans d'autres environnements artificiels.

Extinction globale. Correspond aux situations d'extinction totale d'un taxon ou de son extinction en nature.

Extinction locale ou régionale. Se dit d'un taxon qui n'est plus trouvé dans une partie de son aire de distribution mais qui reste présent ailleurs. Terme équivalent : disparition.


F

FAO. Food and agriculture organization of the United Nations

FFEM. Fonds français pour l'environnement mondial.

Flux de gènes. Transfert de nouveaux allèles et de combinaisons génétiques entre populations résultant des mouvements de dispersion des individus.

FNE. France nature environnement.

Fragmentation d'habitat. Processus par lequel une aire continue d'habitat est à la fois réduite en surface et divisée en deux ou plusieurs fragments.

FRB. Fondation pour la recherche sur la biodiversité.

FSC. Forest stewardship council.


G

Gap analysis. Comparaison de la distribution des espèces et des communautés menacées avec les espaces protégés existant pour identifier les manques dans cette protection.

Gap spicies. Espèce non protégée dans sa distribution.

Gaz à effet de serre. Gaz atmosphérique, comme le dioxyde de carbone, transparent à la lumière solaire mais piégeant la chaleur près de la surface de la terre.

GDR. Groupement de recherche

Gène. Unité d'information influençant un ou des caractères et portée par l'ADN.

Génome. Ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce encodé dans son ADN.

Green-washing ("mascarade écologique" ou "éco-blanchissement"). Acte de transmettre au public des informations qui sont, dans le fond et dans leur expression, une présentation erronée des faits et de la vérité. L'objectif est d'apparaître écologiquement responsable aux yeux d'un public ciblé. C'est un système de communication vaste et complexe destiné à faire passer une "mauvaise" donnée ou information pour une "bonne".

GEIE. Groupement européen d’intérêt économique

GEOSTAR. Geophysical and Oceanographic Station for Abyssal Research

GIEC. Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

GLOBEC. Global Ocean Ecosystem Dynamics

GRI. Global reporting initiative.

Groupe intergouvernemental d'étude du climat (GIEC). Groupe international de scientifiques de haut niveau organisé par les Nations unies pour étudier les impacts et les implications des activités humaines sur le climat et les écosystèmes.

GURT. Genetic use restriction technologies.


H

Histoire naturelle. Écologie et caractéristiques distinctives d'une espèce.

HQE. Haute qualité environnementale.

Hybride. Descendant intermédiaire résultant du croisement d'individus de deux espèces distinctes mais apparentées.


I

ICPE. Installations classées pour l'environnement.

IDDRI. Institut du développement durable et des relations internationales.

IFP. Institut français du pétrole

IFREMER. Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer.

IGP. Indication géographique protégée.

IIEB. Indicateur d'interdépendance de l'entreprise à la biodiversité.

IMBER. Integrated marine biogeochemistry and ecosystem research

IMOSEB.International mechanism of scientific expertise on biodiversity

Indicateur de biodiversité. Espèce ou groupe d'espèces fournissant une estimation de la diversité biologique dans une zone ou l'estimation de l'ensemble de la communauté est inaccessible.

Ingénierie écologique. Savoirs scientifiques et pratiques, y compris empiriques, mobilisables pour la gestion de milieux et de ressources, la conception, la réalisation et le suivi d'aménagements ou d'équipements inspirés de, ou basés sur, les mécanismes qui gouvernent les systèmes écologiques.

Ingénieur des écosystèmes. Organisme affectant, par leurs propres structures ou par leur action, l'état physique ou chimique des habitats pour d'autres espèces. Terme équivalent : agenceurs des écosystèmes.

Inorganique. Renvoie à tout élément ou matière qui ne contient pas à la fois du carbone et de l'hydrogène.

INRA. Institut national de la recherche agronomique.

INSEE. Institut national de la statistique et des études économiques.

INSU. Institut national des sciences de l’univers

IPBES. Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

IPEV. Institut Paul-Émile Victor

IRD.Institut de recherche pour le développement.

IRSTEA. Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture.

ISA. International seabed authority

ISO. International organization for standardization. Organisation internationale de normalisation

Inventaire. Identification et dénombrement des espèces présentes sur un site donné.

ITIL. Information technologie infrastructure library


 J

JAMSTEC. Japan agency for marine-earth science and technologie


L

Leasing de conservation. Paiement à un propriétaire foncier privé pour qu'il gère activement ses terres à des fins de protection de la biodiversité

Liste bleue. Liste d'espèces menacées qui ont répondu positivement aux efforts de conservation.

Listes rouges. Listes conçues et gérées par l'UICN présentant l'état de conservation des taxons, le plus souvent des espèces, à l'échelle mondiale ou régionale.

Littérature grise. Publications, rapports techniques n'ayant pas fait l'objet d'une évaluation par des pairs scientifiques.

LOLF. Loi organique relative aux lois de finances dont le programme 187 est mis en oeuvre par l’INRA, l’IRD, le CEMAGREF, le BRGM, le CIRAD et l’Ifremer.

Lutte biologique. Méthode de contrôle d'une espèce envahissante faisant intervenir le lâcher d'une seconde espèce réduisant, par exemple par prédation ou parasitisme, les effectifs de l'espèce ciblée.


M

MAAF. Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt

MAB. Programme ManAndBiosphere.

MAE. Ministère des affaires étrangères.

MAP. Ministère de l’Agriculture et de la Pêche.

MDP. Mécanisme de développement propre.

MEA. Millenium ecosystem assessment.

MEDDE. Mininstère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie.

Mercator-Ocean. Groupement d’Intérêt Public sur l’océanographie opérationnelle, constitué par le CNES, l’Ifremer, le CNRS, l’IRD, le SHOM et Météo-France.

Mesure compensatoire.Voir compensation.

MESR. Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Métagénome. Correspond à l'ensemble des génomes d'une population, d'un écosystème ou d'un environnement considéré (sol, tube digestif, goutte d'eau)

MetaHIT. Metagenomics of the humant intestinal tract.

Métapopulation. Mosaïque changeante de populations, ou population de populations liées par certains degrés de dispersion.

Micro-évolution. Changement de fréquences génétiques au sein des populations en réponse à la sélection, la mutation, la dérive génétique et les flux de gènes entre populations.

MnHn. Muséum national d'Histoire naturelle.

MSC. Marine stewardship council.

Mutation. Changement intervenant dans les gènes et les chromosomes, induisant de nouvelles formes allyliques et de la variation génétique.

Mutation ponctuelle. Mutation permanente et stable affectant un petit nombre de nucléotides de la molécule d'ADN, au sein ou hors d'un gène.


N

Natura 2000. Programme européen de conservation de la nature, avec pour double objectif de préserver la diversité biologique et de promouvoir l'attractivité des territoires. Le maillage de sites s'étend sur toute l'Europe de façon à rendre cohérente cette initiative à l'échelle du continent. En France, le réseau Natura 2000 couvre actuellement 6,8 millions d'hectares, soit 12,4% du territoire terrestre, et comprend plus de 1700 sites.

Niche écologique. Ensemble multidimensionnel des ressources et conditions nécessaires au maintien d'une population viable d'un organisme donné.

Niveaux trophiques. Niveaux des communautés représentant les voies par lesquelles l'énergie est captée et transmise au sein des écosystèmes.


O

OCDE. Organisation de coopération et de développement économiques.

OGM. Organisme génétiquement modifié.

Omnivore. Organisme qui consomme à la fois des plantes et des animaux.

Organique. Molécule composée d'atomes de carbone, caractéristique des organismes vivants.

Organisation non gouvernementale (ONG). Organisation privée ou association à but non lucratif agissant d'une certaine manière pour le bien public. De nombreuses organisations de conservation sont des ONG.


P

PAC. Politique agricole commune.

Paiement pour services environnementaux. Paiements directs aux propriétaires terriens et aux communautés locales pour la protection des caractéristiques critiques des écosystèmes.

Passifs environnementaux. Une charge (dépense) environnementale est inscrite en contrepartie d'un passif lorsqu'il est probable que le règlement d'une obligation présente, à caractère environnemental est résultant d'événements passés, provoquera une sortie de ressources, sans contrepartie aux moins équivalente, et que le montant auquel s'effectuera ce règlement peut être estimé de manière fiable.

Paysage multifonctionnel. Espace géré pour produire une diversité de biens et de services.

PEFC. Pan european  forest certification.

Peuple autochtones. Population se définissant comme descendant des habitants ancestraux de son territoire, souvent organisée à l'échelle de groupes sociaux et de villages. Termes parfois utilisés par le passé : peuple locaux, indigènes, natifs, premiers, tribaux…

Phénologie. Saisonnalité des événements rythmant, comme la reproduction, la vie des organismes.

Phénotype. Caractéristiques morphologiques, physiologiques, anatomiques, biochimiques et comportementales d'un individu, résultant de l'expression de son génotype dans un environnement donnée.

Plasticité phénotypique. Capacité, déterminée génétiquement, d'un génotype donnée à produire différents phénotypes en réponse à des changements environnementaux.

Plateforme scientifique et politique intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Groupe international de scientifiques de haut niveau organisé par les Nations unies pour étudier la biodiversité et les services écosystémiques et leur dynamique dans le contexte des changements globaux.

Pool génique. Ensemble des gènes et des allèles d'une population.

Population. Ensemble d'individus d'une même espèce qui vivent dans un écosystème donné et peuvent se reproduire entre eux.

Prédation. Action de tuer et consommer d'autres organismes pour s'alimenter.

Principe de précaution. Principe selon lequel il peut être préférable d'éviter une action particulière du fait de la possibilité de conséquences indésirables.

Principe de prévention. Principe visant les risques avérés, ceux dont l'existence est démontrée ou connue empiriquement ; parfois suffisamment pour qu'on puisse en estimer la fréquence d'occurrence (risque nucléaire, amiante, tabagisme). L'incertitude ne porte pas sur le risque, mais sur sa réalisation.


Q

QHSE. Qualité hygiène sécurité environnement.


R

REACH. Enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques.

Réchauffement global. Augmentation actuelle et future de température causée par l'augmentation des concentrations en dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre produits par les activités humaines.

Règle des 50/500. Principe selon lequel un minimum de 50 à 500 individus sont nécessaires pour prévenir la perte de variabilité génétique dans une population, de plus grands effectifs sont désormais considérés dans le cas de population sauvages.

Réintroduction. Installation par lâcher d'individus captifs ou transfert  actif d'individus sauvages, d'une espèce dans un site qu'elle occupait autrefois mais d'où elle a disparu ou a été éradiquée.

Renforcement. Lâcher d'individus dans une population relictuelle pour augmenter ses effectifs ou sa densité et/ou introduire de la diversité génétique.

Réseau de conservation. Système d'espaces protégés établi et géré pour maximiser la protection de la biodiversité à large échelle.

Réseau trophique ou réseau alimentaire. Ensemble des espèces associées par des interactions alimentaires au sein d'un écosystème.

Réserve de Biosphère. Espace protégé reconnu par le programme Homme et Biosphère (MAB) des Nations unies comme remarquable pour sa capacité à concilier conservation de la biodiversité et développement soutenable au bénéfice des populations locales.

Résilience. Capacité d'un écosystème à retourner à un état antérieur après une perturbation.

Résistance. Capacité d'un écosystème à rester dans le même état au cours d'un perturbation.

Ressources naturelles. Marchandises et biens issus de la nature qui sont utilisés et valorisés par les êtres humains.

Restauration écologique. Modification d'un site pour rétablir un écosystème indigène.

Révolution verte. Désigne le bond technologique réalisé en agriculture au cours de la période 1944-1970, à la suite de progrès scientifiques réalisés durant l'entre-deux-guerres. Elle a été rendue possible grâce à la sélection variétale visant la mise au point de nouvelles variétés ) haut rendement, notamment de céréales (blé, riz). L'utilisation des engrais minéraux et des produits phytosanitaires, de la mécanisation, de l'irrigation y ont aussi contribué. Elle a eu pour conséquence un accroissement spectaculaire de la productivité agricole. À partir de 1994, Gordon Conway et l'Advisory Group on International Agricultural Research ont proposé le développement d'une "révolution doublement verte", tirant parti des écosystèmes sans mettre en péril leur pérennité.

Richesse spécifique. Nombre d'espèces trouvées au sein d'une communauté ou d'un espace donné. Certains indices de richesse spécifique prennent en compte l'abondance relative de ces espèces. Voir Diversité alpha.

RSE. Responsabilité sociale des entreprises.


S

SARL. Société à responsabilité limitée.

SBSTTA. Subsidiary body on scientific, technical and technological admise.

SDAGE. Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux.

Sélection artificielle. Appariement et reproduction contrôlés par les humains pour produire des traits attendus et utiles chez les plantes et animaux domestiques.

Sélection naturelle. Changements génétiques intervenants au cours du temps au sein des populations sous les pressions de sélection environnementales.

Services écosystémiques. Gamme de bénéfices matériels et immatériels fournis par les écosystèmes aux populations humaines.

Servitudes de conservation. Système par lequel des propriétaires fonciers abandonnent leur droit de se développer, de construire ou subdiviser leurs biens en échange d'une subvention, de réduction d'impôts fonciers ou d'autres avantages fiscaux.

SIG. Système d'information génétique.

Site de référence. Site contrôle permettant la définition d'objectifs de conservation en terme de composition spécifique, de structure de communauté et de processus écosystémiques.

Site représentatif. Espace protégé incluant des espèces et des écosystèmes caractéristiques de zones plus importantes.

SME. Système de management environnemental.

Sommet de la Terre ou Sommet de Rio. Conférence internationale organisée à Rio de Janeiro en 1992 et qui permis de nouveaux accords environnementaux.

Spéciation. Processus évolutif par lequel une espèce "est transformée" en une ou plusieurs autres nouvelles espèces.

Stochasticité. Variation aléatoire, ou, dans le cas de certains processus écologiques, considérée comme telle du fait de difficulté matérielle d'accéder aux causes immédiatement sous-jacentes des ces processus.

Stochasticité démographique. Réalisation aléatoire à l'échelle des individus des taux vitaux moyens de survie, reproduction et dispersion, constituant une source potentielle de déclin des petites populations.

Stochasticité environnementale. Variation aléatoire des conditions biotiques et abiotiques de l'environnement entraînant des fluctuations des taux vitaux moyens de tout ou partie des populations, ce qui augmente leurs risques d'extinction y compris, dans le cas de fortes fluctuations démographiques, pour celles présentant de grand effectifs.

Suivi. Observation régulière au cours du temps d'une population, d'une communauté ou d'un écosystème, souvent réalisé pour évaluer le statut de conservation de ses entités et l'efficacité de mesures de gestion qui leur sont appliquées.

Système d'information géographique (SIG). Base de donnée et outil logiciel dédiés à la représentation et l'analyse spatiale de données environnementales, en conservation celles-ci peuvent concerner les environnements naturels, les populations, les communautés, les écosystèmes, les espaces protégés, les activités humaines etc.


T

Taxonomie. Science consacrée à l'identification et la classification des êtres vivants.

Taxonomiste. Scientifique impliqué dans la classification et l'identification des êtres vivants.

Tonne équivalent CO2. La tonne équivalent CO2 d'un gaz à effet de serre consiste à évaluer son potentiel de réchauffement global (PRG) par rapport à celui du CO2 (PRG de 1 sur une période de 100 ans). Avec un PRG de 23, une tonne de Méthane correspond à 23 tonnes équivalent CO2.

Trame verte et bleue. La trame verte est un outil d'aménagement du territoire, constitué de grands ensembles naturels reliés par des corridors écologiques, qui peuvent aussi servir d'espaces tampons. Il est complété par la trame bleue, formée de cours/masse d'eau et des bandes végétalisées qui leur sont associées. L'objectif est de créer une continuité écologique territoriale. Ces trames ont pour enjeu d'interconnecter les espaces protégés et de permettre la migration vers le nord d'un grand nombre d'espèces du fait du changement climatique.


U

UICN. Union internationale pour la conservation de la nature. Organisation international d'importance majeure en conservation.

UNEP. United nations environment programme.

UNESCO. United nations educational, scientific and cultural organization.


V

Valeur d'agrément ou valeur d'aménité. Valeur récréative de la biodiversité, incluant l'écotourisme.

Valeur d'existence. Valeur mesurée par le consentement à payer pour assurer le maintien d'entités de biodiversité indépendamment de leur utilité.

Valeur d'option. Valeur de la biodiversité associée à son potentiel de production future de bénéfice pour les sociétés humaines (comme les nouveaux médicaments).

Valeur d'usage de production. Valeur attribuée aux éléments de biodiversité qui sont collectés et vendus sur les marchés en vue éventuellement de leur transformation.

Valeur d'usage direct. Valeur attribuée aux produits récoltés directement par les populations comme le bois ou le gibier.

Valeur d'usage indirect. Avantages fournis par le biodiversité qui ne résultent pas de la récolter ou de la destruction de ressources comme par exemple la quantité d'eau, des sols, les activités récréatives ou l'éducation. Ces avantages et cette biodiversité constituent des biens publics.

Valeur d'usage. Valeur attribuée à des éléments de biodiversité en fonction de leur utilisation directe et indirecte.

Valeur de non-usage. Valeur d'une entité non utilisé actuellement.

Valeur instrumentale. Valeur attribuée à une entité du fait de son utilité à une autre entité ; pour la biodiversité, cette valeur se mesure à l'aune de son utilité pour les êtres humains.

Valeur intrinsèque. Valeur attribuée à ce qui est une fin en soi, dans le cas de la biodiversité la valeur intrinsèque est indépendante des besoins humains.

Valeur non consommable. Valeur assignée aux bénéfices et services fournis par la biodiversité et qui n'implique pas la collecte ou la destruction de ressource.

Valeurs d'usage indirect. Avantages fournis par la biodiversité qui ne résultent pas de la récolte ou de la destruction de ressources comme par exemple la qualité de l'eau, des sols, les activités récréatives ou l'éducation. Ces avantages et cette biodiversité constituent des biens publics.

Vecteur viral. Virus utilisé pour introduire un gène sain dans le noyau d'une cellule et remplacer le gène déficient. L'évolution des la thérapie génique repose essentiellement sur le développement de systèmes de transfert de gènes.

Viabilité. Caractère du ce qui est viable. Théorie mathématique, branche des équations différentielles aux dérivées partielles, due à Jean-Pierre Aubin. On recherche un domaine de viabilité contenant la trajectoire d'un système en temps infini. Toute trajectoire à la proximité de la frontière de cet espace tend à s'éloigner du "domaine de viabilité". Le problème à traiter consiste à découvrir les variables de contrôle sur lesquelles agir pour ramener la trajectoire du système dans le "noyau de viabilité". Interaction est le maître mot de la vie, si bien que l'on s'intéresse à la co-viabilité des systèmes qui évoluent (écosystèmes, systèmes vivants, systèmes industriels).

Vortex d'extinction. Chaîne de processus démographiques et génétiques tirant les petites populations vers l'extinction.


W

WWF. World wildlife fund.


Z

Zonage. Méthode de gestion des espaces protégés permettant ou prohibant certaines activités dans certains sites définis.

couvcos

Biodiversité : paroles d'acteurs, rencontres avec le Conseil d'orientation stratégique de la FRB

Qui sont les membres du Conseil d’Orientation Stratégique de la FRB? Quels sont leurs valeurs, leurs représentations, leurs ambitions ou encore leur mode d’action en matière de biodiversité ?

Ce recueil de 45 rencontres pour permettre aux acteurs de la société civile de se découvrir et de créer du lien est aussi un éclairage unique sur la diversité des visions autour de la biodiversité. Un point de départ pour élaborer collectivement un vocabulaire commun, préalable indispensable à la structuration de réflexions et d'actions partagées.

 

Sous-catégories

Les vidéos ci-dessous ont été produites par la FRB ou par des projets auxquels elle participe.