Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

Actualités

IPBES

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

ipbes-logo-background-blue 200-1-1
La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) est un organisme intergouvernemental ouvert à tout membre des Nations-Unies (125 Etats en sont membres fin 2016). Elle a été créée en avril 2012. Destinée à améliorer les liens entre les connaissances et la prise de décision, elle entend identifier et élaborer des outils et des méthodes d’appui aux décisions qui prennent en considération toutes les connaissances pertinentes sur la biodiversité et les services écosystémiques, qu’elles  proviennent de la recherche scientifique, des gouvernements, des organisations non-gouvernementales (associations, entreprises…) ou des acteurs locaux et autochtones.

Pour en savoir plus

Experts pour l’évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques

Jeunes chercheurs (programme de jeunes chercheurs de l’IPBES) pour l’évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques

Experts pour le cadrage de l’évaluation sur l'utilisation durable de la biodiversité 

Date limite : 5 mai 2016

Si une éventuelle participation à un de ces groupes vous intéresse, vous trouverez le formulaire de candidature à compléter sur la page web suivante auquel il faut joindre un CV. Il n’y a pas de sélection a priori des experts au niveau français, mais une validation de votre candidature par votre établissement de rattachement est néanmoins utile, le cas échéant, ceci de manière à garantir la prise en charge des frais afférents à la fonction d’expert au sein de l’IPBES.

Les experts nominés doivent témoigner d’une expertise dans une ou plusieurs disciplines relevant des sciences naturelles, des sciences humaines et sociales, représenter ou détenir une expertise des systèmes de savoirs autochtones et locaux ou être des experts des politiques publiques ou des praticiens. La maîtrise de l’anglais est nécessaire, les travaux du groupe et la rédaction de l’évaluation se conduisant en anglais.



 

Evaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques

L’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques donnera lieu à un examen critique de l’état des connaissances sur les interactions passées, présentes et futures éventuelles entre l’homme et la nature, à différentes échelles, en prenant en considération les différentes visions du monde et des systèmes de savoir. Elle analysera la situation, les tendances (passées et futures), les facteurs de changement directs et indirects, les valeurs et les interventions envisageables en ce qui concerne la biodiversité et les services écosystémiques. La fin de l’évaluation est prévue pour 2018, avec présentation du produit et du résumé pour décideurs correspondant lors de la sixième plénière de l’IPBES en 2019.

Selon le niveau de responsabilité au sein de l’évaluation IPBES (de président d’évaluation à auteur principal en passant par auteur principal coordinateur), le temps de travail que l’expert doit consacrer à l’IPBES peut varier considérablement, de 2-3 jours de travail par mois en moyenne à près d’une semaine. De plus, la présence des experts est requise pour les réunions d’auteurs qui ont lieu une fois par an.

La première réunion d’auteurs pour l’évaluation mondiale aura lieu du 15 au 19 août 2016 à Bonn en Allemagne, et réunira l’ensemble des experts et des jeunes chercheurs sélectionnés par l’IPBES.

Le programme jeunes chercheurs de l’IPBES est destiné aux experts en début de carrière qui souhaitent gagner de l’expérience en participant aux travaux de l’IPBES. Plus d’informations sur le programme pilote de jeunes chercheurs à l’IPBES et sur le processus de nomination sont disponibles en anglais à cette adresse.

Les experts recherchés doivent avoir de l’expérience ou une formation interdisciplinaire, internationale ou globale.

Cadrage de l’évaluation sur l’utilisation durable de la biodiversité

L’IPBES a lancé un nouvel appel à experts pour constituer un groupe de travail qui révisera le rapport de cadrage pour l’évaluation sur l’utilisation durable de la biodiversité, suite aux nombreux commentaires sur la première version du rapport de cadrage formulés par les délégations lors de la 4e session plénière de l’IPBES. La nouvelle version du cadrage sera examinée lors de la 5e session plénière de l’IPBES en 2017.

Le groupe se réunira du 2 au 4 août 2016 à Bonn en Allemagne. Les experts sélectionnés seront tenus d’assister à cette réunion.

Les experts recherchés doivent plus précisément témoigner d’une expertise sur des approches intégrées des relations entre les hommes (sociétés) et la nature, en éthique, commerce, ainsi que sur les institutions et la gouvernance pertinente.

Procédure de candidature

Il n’y a pas de sélection a priori des experts au niveau français, mais une validation de votre candidature par votre établissement de rattachement est néanmoins utile, le cas échéant, ceci de manière à garantir la prise en charge des frais afférents à la fonction d’expert au sein de l’IPBES. La sélection proprement dite des experts est faite par le Groupe d’experts multidisciplinaire (GEM) de l’IPBES. Un expert peut être nominé pour plus d’un livrable.

Pour l’évaluation mondiale uniquement, vous pouvez préciser lors de la candidature pour quel chapitre de l’évaluation (voir le détail) vous pensez pouvoir contribuer plus particulièrement (sauf dans le cadre du programme jeunes chercheurs de l’IPBES). Il se peut cependant que le GEM vous propose de contribuer à un autre chapitre si votre expertise y serait pertinente également.

Au point B du formulaire en ligne, il est demandé à l’expert d'indiquer le type d’institution qui le nominera : gouvernement ou organisation. Du fait des règles de l’IPBES, les experts nominés par des organisations (non-gouvernementales) ne pourront constituer qu’au maximum 20% des membres des groupes d’experts, le reste étant dévolu aux experts nommés par les gouvernements. En conséquence, les experts-candidats, s’ils veulent avoir plus de chances d’être sélectionnés, doivent se présenter comme étant nominés par leur gouvernement (et non pas par leur organisme de rattachement par exemple). Un expert peut être nominé par plusieurs gouvernements ou par un ou des gouvernements et une ou des organisations non-gouvernementales.

Il est donc important que vous cochiez la case « gouvernement » dans le formulaire, et que vous renseigniez ensuite les champs avec les coordonnées d’Emmanuelle Swynghedauw, du Ministère des affaires étrangères, point focal IPBES pour la France, de la manière suivante :

Une fois le formulaire rempli et envoyé, il sera automatiquement reçu par le point focal IPBES pour la France, celui-ci devant l’approuver et soumettre officiellement votre candidature à l’IPBES. Le point focal, avant envoi de votre nomination officielle, consultera votre organisme de rattachement pour validation, le cas échéant. Vous recevrez une confirmation de réception de votre candidature une fois celle-ci validée par le point focal. Nous vous encourageons à candidater au plus tôt et suffisamment en avance par rapport à la date butoir du 5 mai.

 

Pollinisation, pollinisateurs et production alimentaire, un état des connaissances pour l'action publique et privée.

ipbes-logo-background-blue 200-1-1« L’évaluation mondiale sur les pollinisateurs, la pollinisation et la production alimentaire », premier rapport élaborée par la Plateforme sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), a été présentée aux gouvernements réunis du 22 au 28 février à Kuala Lumpur pour la quatrième plénière de cette instance. Le résumé pour décideurs correspondant a été approuvé. La Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, qui anime le Comité français pour l'IPBES, se félicite de cette approbation obtenue dans une ambiance très constructive avec l’ensemble des pays présents.

Ce rapport de plus de 800 pages, réalisé par 77 experts de différentes disciplines et pays, dresse un panorama aussi complet que possible des connaissances actuelles, mais aussi des incertitudes et des besoins de recherche sur ce domaine.

Le résumé pour décideurs en tire 23 messages clés, un ensemble de fait essentiels et surtout une palette d’outils pour l’action dont les décideurs publics ou privés sont invités à se saisir.

La délégation française à laquelle participait plusieurs membres de la FRB, a été très active lors des discussions et s’est attachée à ce que ressortent clairement dans le résumé pour décideurs plusieurs éléments du rapport complet qui lui ont semblé particulièrement pertinents.

Le rapport

En premier lieu, le rapport rappelle l’importance de la pollinisation pour la sécurité alimentaire mondiale (35 % de la production agricole globale, soit un marché de 235 à 577 milliards de dollars en 2015) et donc les revenus des agriculteurs. Cette dépendance mondiale à la pollinisation s’est fortement accrue par ailleurs du fait de l’accroissement des surfaces dévolues à des cultures ainsi pollinisées (300 % en 50 ans). Au-delà de l’abeille domestique, bien connue, l’évaluation rappelle l’importance des 20 000 pollinisateurs sauvages comprenant principalement des insectes (bourdons, papillons, abeilles solitaires…) ou encore des vertébrés comme les chauves-souris ou les singes.

Bien que le rôle des pollinisateurs soit primordial, l’évaluation menée montre qu’ils sont menacés à l’échelle mondiale. La liste rouge de l’UICN indique que 16,5 % des vertébrés pollinisateurs sont menacés d’extinction tout comme 9 % des espèces d’abeilles et de papillons en Europe. 30 % de ces espèces sont par ailleurs en déclin.

Les risques et les pressions qui s’exercent sur les pollinisateurs sont analysés dans le rapport : changement d’usage des terres, dégradation des habitats naturels, agriculture intensive, recours aux pesticides, pollution, développement des espèces exotiques envahissantes, changement climatique.

S’agissant de l’incidence des insecticides, la délégation française a été attentive à ce que le résumé pour décideurs mette bien en évidence les avancées scientifiques dans ce domaine et, à plusieurs reprises, d’autres délégations ont soutenu nos prises de position. En particulier, le rapport indique qu’il est maintenant bien établi que les insecticides, et notamment les néonicotinoïdes, ont des effets létaux et sublétaux démontrés en laboratoire. Le rapport souligne le manque de données concluantes en conditions réelles, tout en notant qu’une étude récente a montré des effets négatifs sur les pollinisateurs sauvages. De manière générale, le rapport invite à poursuivre les efforts pour évaluer les impacts, notamment à long-terme et sur un ensemble large d’espèces.

Au-delà des recherches portant sur l’incidence des insecticides néonicotinoïdes, la recherche française se mobilise fortement pour répondre aux défis de connaissances soulevés dans le rapport. Plusieurs équipes françaises travaillent notamment sur l’analyse des différentes autres pressions s’exerçant sur les pollinisateurs, ainsi que sur les réponses des pollinisateurs à ces pressions.

Le rapport présente enfin un ensemble de leviers d’actions possibles assorties d’une évaluation de leur faisabilité.

La FRB

La FRB s’attachera avec les membres du Comité français pour l’IPBES qui rassemble parties prenantes, ministères et organismes de recherche, à porter à la connaissance des décideurs les messages clés et ces pistes d’action. A ce titre, le prochain Conseil d'orientation stratégique de la FRB sera dédié pour partie à la sortie de ce rapport. 

Le résumé à l'intention des décideurs de l'évaluation thématique des pollinisateurs, de la pollinisation et de la production alimentaire

Communiqué de presse de l'IPBES (EN)

Brèves de la 4ème session pour l'IPBES

 

La 2e version provisoire (second-order draft) et le résumé à l’intention des décideurs de l’évaluation IPBES «pollinisation et pollinisateurs associés à la production de nourriture » sont ouverts aux commentaires des experts et des gouvernements.

La séance d’examen est ouverte du 22 mai au 17 juillet 2015.

Pour y participer, il est nécessaire de remplir un formulaire d'inscription

Tout examinateur qui envoie des commentaires en sera crédité dans la version finale du rapport (sortie prévue début 2016).

Merci de nous prévenir si vous comptez participer, afin que nous puissions évaluer l’implication française dans ce processus d’évaluation (contact : ).

Dans une lettre en date du 6 mai, le président de l’IPBES invite les jeunes experts intéressés à être nominés pour devenir auteur contributeur de deux livrables du programme de travail :

  • Les évaluations régionales et sous-régionales de l’état de la biodiversité et des services écosystémiques  (Livrable 2b) ;
  • L’évaluation thématique de la dégradation des terres et de leur restauration (Livrable 3bi).

Cette opportunité s’inscrit dans le cadre du programme pilote des jeunes experts associés de l’IPBES (IPBES Young Fellows Pilot Programme), initié par l’équipe spéciale sur le renforcement des capacités. Les jeunes experts sélectionnés en tant qu’auteur contributeur participeront notamment à deux réunions d’auteurs et recevront une formation approfondie concernant le processus d’élaboration des évaluations IPBES.

Les candidats intéressés doivent remplir leur demande en ligne au plus tard le 31 mai 2015. Les candidats doivent obligatoirement indiquer les coordonnées de l’institution ou de l’organisation qui les nomineront (les candidatures sans nomination officielle ne sont pas acceptées). Les organisations ou institutions proposant des candidats doivent ensuite soumettre au secrétariat IPBES leurs nominations au plus tard le 5 juin 2015.

Les informations nécessaires sur la procédure se trouvent dans la lettre ainsi que dans le formulaire de candidature. Un guide à destination des candidats contient de plus amples informations sur ce programme (modalités, critères de sélection, durée d'engagement et soutien disponible).

Sous-catégories