Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

Actualités

Depuis quelques dizaines d'années, l’utilisation du squelette des coraux pour étudier les variations du climat et l’évolution des propriétés physico-chimiques des milieux marins à travers le temps est en plein essor. Ceci s’explique notamment par la modernisation des techniques d'analyses. Voyager dans le temps grâce aux coraux, c’est désormais possible. C’est le défi que relèvent des paléoclimatologues à l’image de Claire E. Lazareth et de Florence Le Cornec (IRD).


Les coraux peuvent fournir des informations sur les variations de certains paramètres au cours du temps, tels que la température des eaux de surface, la salinité ou encore la présence de pollutions d’origine humaine. Comment de simples échantillons de coraux permettent-ils de recueillir autant d’informations ?

photo1  photo2

Porites (© IRD - C.E. Lazareth)


Les coraux massifs du genre Porites sp. sont les plus fréquemment utilisés en paléoclimatologie. Ces organismes, vivant à faible profondeur, sont particulièrement sensibles aux variations physico-chimiques de leur milieu. Leur squelette calcaire, qui peut atteindre plusieurs mètres de diamètre, incorpore tout au long de leur croissance des éléments chimiques contenus dans l’eau de mer environnante. La radiographie de ce squelette permet d’établir la chronologie de leur croissance. Celle-ci se matérialise, à la manière des cernes d‘un arbre, sous la forme d’une alternance saisonnière de bandes sombres et de bandes claires de périodicité annuelle. Ainsi, l’analyse des éléments chimiques suivant l’axe de croissance du corail apporte des informations sur les variations des paramètres environnementaux et des pollutions anthropiques au cours du temps.

fig-frb-18-corail-soares

Radiographie d'un squelette calcaire de Porites (© IRD - C.E. Lazareth)


L’originalité de l’utilisation des coraux par rapport à d’autres archives (carottes sédimentaires ou de glace, stalagmites…) réside dans leur précision temporelle ; en effet, ils permettent d’obtenir des données à une résolution plus fine, à l'échelle mensuelle. Par ailleurs, les Porites forment des colonies très denses à durée de vie longue. Celles-ci permettent de reconstituer des séries temporelles des variations environnementales qui dépassent parfois les 100ans. Grâce à certains fossiles datant du Trias, il est même possible de retracer les conditions climatiques et chimiques des océans pour des périodes géologiques très anciennes. Cela permet de valider ou de réfuter les résultats des modèles servant à estimer les variations futures du climat.


Une raison de plus pour protéger ces témoins du passé !

 

Contacts :

Claire E. Lazareth : 

Florence Le Cornec :