Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

Actualités

À l’occasion du nouveau rapport de l’IPBES sur l’état de la biodiversité mondiale prévu pour mai 2019, la FRB donne chaque mois la parole à des scientifiques qui travaillent sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité, mais aussi sur les solutions pour y remédier. Juristes, économistes, biologistes de la conservation sont autant de chercheurs qui offriront chacun un éclairage précis sur l’état et le devenir des espèces et de leurs écosystèmes. 

Le premier thème abordé est celui des espèces envahissantes, 4e cause de perte de biodiversité dans le monde.

 

Où s'arrêtera l'invasion du frelon à pattes jaunes, Vespa velutina ?
Article de Denis Thiery, directeur de recherche à l'Inra, et Karine Monceau,
maître de conférence à l'Université de La Rochelle

Depuis le début des années 2000, le frelon asiatique, Vespa velutina, a fait son apparition en France où il s’est très vite répandu le long des cours d’eau. Aujourd’hui, ses attaques répétées sur les colonies d’abeilles et autres insectes pollinisateurs posent un réel problème de gestion, notamment aux apiculteurs. Du côté de ses proies, des mécanismes sophistiqués de défense commencent à se mettre en place. 

Lire l'article

IPBES Frelon Couv

 

À l'ombre de la mondialisation, les épidémies se propagent
Article rédigé en collaboration avec Serge Morand, 
directeur de recherche au CNRS et chercheur associé au Cirad

Les agents pathogènes peuvent être considérés comme des espèces envahissantes. Leurs impacts socio-environnementaux causent en effet de lourdes pertes. La peste bovine en Afrique par exemple a provoqué des effets en cascade comme la chute démographique des ongulés sauvages qui a affecté la démographie de leurs prédateurs carnivores.

Lire l'article

FRB IPBES Epidemies Couv

 

« L’ennemi de mon ennemi est mon ami » :
comment un prédateur peut 
rééquilibrer une biodiversité perturbée
Interview de Xavier Lambin, professeur à l’Université d’Aberdeen

Et si les solutions aux problèmes des espèces envahissantes se trouvaient dans une nature forte et restaurée ? Telle est la conclusion d’une étude menée sur la martre des pins et dirigée par les chercheurs de l’université d’Aberdeen. Le retour de ce prédateur a en effet contribué à diminuer la population d’écureuils gris, une espèce envahissante venue des États-Unis, et favorisé le retour de l’écureuil roux autochtone.

Lire l'article

IPBES Ecureuils Couv

 

Face aux espèces envahissantes, la diversité est notre alliée
Article rédigé en collaboration avec François Massol,
chercheur Université de Lille

Dans un monde globalisé où les humains sont présents sur tous les continents et où les échanges se sont multipliés, les espèces animales et végétales voyagent avec eux. Si ce phénomène n’est pas récent, la tendance de ces cinquante dernières années est claire : une étude parue dans la revue Nature Communications indique que, depuis le XIXe siècle, plus d’un tiers des introductions se sont déroulées après 1970, soit un rythme d’introduction de 50 % supérieur depuis cette date. Et ce rythme accru ne semble pas faiblir. Lutter plus efficacement contre la recrudescence de ces espèces reste compliqué. Cependant, une meilleure compréhension de leur comportement, et surtout des réponses des écosystèmes « attaqués », peut y contribuer comme nous l’explique François Massol, chercheur à l’université de Lille.


IPBES EEE Couv