Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

Actualités

A l’occasion de la sortie des cinq rapports d’évaluation des connaissances de l’IPBES, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité souhaite attirer l’attention sur une étude canadienne, sortie en janvier 2018, alertant sur le fossé existant entre la couverture médiatique faite autour du changement climatique et celle faite autour de la biodiversité ; cette dernière étant huit fois moins présente dans les médias étudiés. L’article donne des éléments de compréhension de cette situation et ouvre sur des pistes de réflexion pour combler ce déficit.

 
LaMaisonEstEnFeu.png
 
L’équipe a examiné attentivement la littérature scientifique, le financement de la recherche et les articles de presse des États-Unis, du Canada et du Royaume-Uni sur les changements climatiques et la biodiversité entre 1991 et 2016. Elle a consta­té que la couverture médiatique du changement climatique est jusqu’à huit fois plus élevée que celle consacrée à la biodiversité. Un écart que les différences entre les publications scientifiques sur l’un ou l’autre thème ne peuvent expliquer. Les chercheurs ont noté que la couverture médiatique sur le changement climatique est souvent liée à des événements spécifiques, du type plénière du Giec ou évé­nement climatique exceptionnel, lien que l’on ne retrouve pas pour la couverture médiatique sur la biodiversité.
 
Les auteurs ont quantifié avec précision leurs observations et en ont dégagé des pistes d’action pour que les chercheurs et leurs services en charge de la communi­cation puissent mieux communiquer les points saillants de leurs travaux au grand public et aux politiques.