Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

Actualités

Alors que la 23ème conférence des parties (COP) de la Convention climat s’ouvre aujourd’hui à Bonn en Allemagne, la FRB publie deux notes à destination des négociateurs, et plus largement des parties prenantes mobilisées sur les questions d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques ; ces notes illustrent l’importance fondamentale de la prise en compte des connaissances sur la biodiversité dans les travaux sur le climat.

Souvent négligée dans les débats sur les leviers d’action pour le climat, la biodiversité doit pourtant être prise en compte selon trois axes essentiels pour que les actions pour le climat soient efficaces et ne s’accompagnent pas de conséquences négatives pour la biodiversité :

  1. Les impacts du changement climatique sur la biodiversité et les écosystèmes doivent être mieux compris, justifiant d’autant plus le besoin d’agir rapidement pour minimiser le changement et de repenser les actions de conservation in situ ;
  2. Les solutions apportées par la biodiversité pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique doivent être mieux connues et reconnues par les négociateurs comme les réponses les plus économiques, apportant de multiples bénéfices en termes de développement durable ;
  3. Les politiques et mesures pour le climat ne reposant pas sur la préservation de la biodiversité doivent faire l’objet d’une évaluation d’impact ex ante, pour s’assurer qu’elles ne sont pas contradictoires avec l’impératif de protection de la biodiversité.

Les travaux du Giec et de l’IPBES contribuent ensemble à répondre à ces questions et fournissent aux décideurs des informations reposant sur les connaissances scientifiques existantes les plus solides à ce jour. Ils rendent évident que les changements climatiques et l’érosion de la biodiversité ne pourront être stoppés l’un sans l’autre.