Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

Actualités

Synthèse 2 - Les données de la biodiversité : biais taxonomiques en lien avec les préférences sociétales
Taxonomic bias in biodiversity data and societal preferences

Julien Troudet, Philippe Grandcolas, Amandine Blin, Régine Vignes Lebbe & Frédéric Legendre (2017). Taxonomic bias in biodiversity data and societal preferences. Nature - Scientific Reports 7:9132 
DOI: 10.1073/10.1038/s41598-017-09084-6
 

La FRB poursuit sa série de synthèses sur le paradoxe de la connaissance avec cette deuxième synthèse. 

À l’heure ou l’on estime que plus de 99% des espèces vivant sur terre sont encore inconnues, peu étudiées ou ignorées, une équipe de recherche menée par Julien Troudet a récemment publié dans la revue Scientific Reports une étude cherchant à comprendre pourquoi certaines espèces étaient plus étudiées que d’autres.

Alors que l’on estime à 11 millions le nombre total d’espèces peuplant notre planète, seules 1,4 millions d’entre elles sont décrites. La majorité - plus de 99% - reste toujours inconnue, peu étudiée ou ignorée. C’est ce qu’on appelle un biais taxonomique, autrement dit le fait que certaines espèces, animales ou végétales, soient particulièrement bien connues des scientifiques (et du grand public) alors que d’autres organismes nous sont totalement inconnus.

Bien, qu’omniprésent dans la recherche sur la biodiversité, ce biais est peu étudié, peu compris et donc peu ou pas pris en compte dans les conclusions de la recherche alors même qu’il a été scientifiquement démontré que les espèces rares, petites ou non charismatiques, jouent parfois un rôle essentiel dans les écosystèmes.

Ne pas les considérer, par manque de connaissances, représente une entrave à la compréhension globale de la biodiversité à l’échelle mondiale, nuit à la mise en place de plans de conservation efficaces et ralentit la découverte de nouveaux produits ou propriétés chez les espèces sauvages.

Une publication récente sortie dans la revue Scientific Reports menée par Julien Troudet - avec Philippe Grandcolas, membre du Conseil scientifique de la FRB, comme co auteur - s’est attachée à comprendre et à qualifier précisément les biais d’attraction pour certaines espèces tant de la part des chercheurs que des gouvernements ou du grand public.