Rss facebook-picto @FRBiodiv linkedin instagram-picto

Actualités

Les quatre évaluations régionales (Afrique, Amériques, Asie-Pacifique, Europe et Asie centrale) et l’évaluation de la dégradation et restauration des terres, conduites par les experts de l’IPBES, font l’objet d’une relecture par les experts extérieurs, les gouvernements et les parties prenantes. La première version des résumés pour décideurs de ces évaluations est également examinée.

Les premiers commentaires sont à envoyer avant le 26 juin dernier délai.

Inscrivez-vous vite pour participer au processus de relecture !   

Calendrier détaillé et modalités d'accès aux documents

Le GT Biodiversité d’AllEnvi organise, avec l’appui de la FRB, des Journées d’information et d’échanges à destination de différents groupes thématiques d’AllEnvi sur :

« Les solutions fondées sur la nature :
un terme émergeant et son utilisation
pour la programmation de la recherche »

À Paris, le mercredi 25 janvier 2017 (10h – 16h30)
Amphithéâtre de l’INRA (147 rue de l’Université, Paris 7éme)


Le terme de « solutions fondées sur la nature » est récent. D’abord proposé par le monde des ONGs, il a ensuite rapidement été utilisé dans différentes instances, notamment au plan européen. Le Work Programme en cours d’Horizon 2020 inclut différents appels à projets qui utilisent, parfois de façon centrale, ce terme. De plus, l’agenda stratégique du réseau européen BiodivERsA porte dorénavant sur « Biodiversité et Solutions fondées sur la Nature ». 

AllEnviL’objectif de cette journée d’animation est de discuter les contours de ce terme relativement nouveau, d’analyser la façon dont il est utilisé notamment pour la programmation de la recherche en environnement, en évaluant les implications que ceci peut avoir pour différentes communautés de recherche d’AllEnvi, de voir les implications concrètes du terme dans le milieu scientifique et au sein des parties prenantes.

Programme de la journée

Les inscriptions sont dorénavant closes.

Pour en savoir plus :

L’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) devient membre fondateur de la FRB. Cet engagement traduit la volonté de l’Institut de partager sa connaissance des polluants environnementaux et son expertise en écotoxicologie avec la communauté de recherche sur la biodiversité animée par la FRB.

La stratégie nationale pour la biodiversité mentionne la pollution des milieux naturels (air, eau, sols) comme une des menaces majeures qui pèsent sur la biodiversité. Comprendre et réduire son impact représente un fort enjeu pour les scientifiques et les décideurs publics.

Depuis de nombreuses années, l’Ineris conduit des travaux en lien avec la biodiversité : mise au point de méthodes d’évaluation des risques que présentent, pour les écosystèmes, les activités économiques (en particulier industrielles) ; étude des effets des substances chimiques (perturbateurs endocriniens par exemple) sur les espèces aquatiques ; évaluation de l’impact des pollutions sur les milieux et développement de solutions pour surveiller et réduire ces pollutions...

Dans le cadre de son contrat d’objectifs 2016-2020, l’Ineris a décidé d’intégrer les questions liées à la préservation de la biodiversité dans l’ensemble de ses travaux scientifiques. En matière de recherche, l’Institut contribue ainsi à nourrir la synergie entre écotoxicologie et écologie, à la fois dans le but d’améliorer la prise en compte des impacts des pollutions et dans le but de construire des approches de maîtrise des risques pour la biodiversité. C’est dans ce contexte que l’Ineris rejoint la FRB ; son entrée comme membre fondateur a été approuvée à l’unanimité par le conseil d’administration de la FRB.

Le communiqué de presse

Lors de la COP13, la FRB appuiera la délégation française pour représenter la communauté française de recherche sur un certain nombre de thématiques, comme "Santé et biodiversité" ou "Biologie de synthèse" et organisera un side event sur le thème "Recherche sur la biodiversité dans le secteur privé : comment et pourquoi ?".

Les entreprises ont en effet besoin de mieux comprendre la biodiversité, ses mécanismes et les liens de dépendances et de menaces que leurs activités ont sur la biodiversité. Or la recherche sur la biodiversité est rarement internalisée dans les activités R&D des entreprises. A partir de plusieurs exemples français, la Fondation se propose d'illustrer différents moyens pour les acteurs privés de mobiliser la recherche pour la préservation, la restauration et l'utilisation durable de la biodiversité.

Plus de 250 initiatives nationales en faveur des pollinisateurs identifiées dans un recueil de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité.

Le mardi 22 novembre, lors de la réunion de mobilisation en faveur des pollinisateurs, la FRB a remis à Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des négociations internationales sur le climat et Barbara Pompili, Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, son recueil sur les 250 initiatives nationales en faveur des pollinisateurs.

Ce recueil de la FRB s’appuie sur les recommandations du rapport de l’IPBES Evaluation thématique mondiale des pollinisateurs, de la pollinisation et de la production alimentaire.

Cette évaluation de l’IPBES écrite par 77 experts internationaux de différentes disciplines, démontre l’importance de la pollinisation pour la sécurité alimentaire mondiale, souligne les graves dangers d’extinction qui pèsent sur les pollinisateurs et présente un ensemble de leviers d’actions possibles assorti d’une évaluation de leur faisabilité.

A la sortie de ce rapport, en mars 2016, la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité a sollicité les membres de son Conseil  d’orientation stratégique (COS), composé d’acteurs socio-économiques, pour identifier les initiatives françaises qui favorisent les pollinisateurs et réduisent les pressions auxquelles ils sont exposés.

De l’amélioration des pratiques apicoles à la restauration des habitats naturels en passant par la diminution des produits phytosanitaires, le COS s’est appuyé sur les sept leviers d’actions stratégiques du rapport pour identifier plus de 250 initiatives issues des politiques publiques, des pratiques d’entreprises ou des engagements citoyens.

Le recueil :  Les acteurs se mobilisent en faveur des pollinisateurs