retour en haut de la page

La FRB a 10 ans

La recherche au bénéfice de l'ensemble des êtres vivants

Lorsque le 3 août 2009, le président de la République promulgue la loi dite « Grenelle 1 », ce sont plusieurs décennies de mobilisation nationale et internationale qui sont couronnées de succès.

 

Cette véritable « Révolution verte » a pour but de promouvoir le respect de la nature et d’initier la mutation du modèle économique français, de la consommation de masse et de l’exploitation non maîtrisée de la nature, vers une économie du développement durable. Le concept de solidarité écologique d’une génération envers les suivantes est alors porteur d’un élan national qui voit naître bon nombre de projets convergeant vers un objectif commun : « Préserver la biodiversité et les ressources naturelles » pour les générations futures et le bien de l’humanité.

 

Parallèlement, les initiatives internationales de mobilisation autour de la biodiversité commencent à prendre corps avec les premières discussions autour d’une plate-forme intergouvernementale préfigurant l’IPBES.

 

C’est dans ce contexte qu’a été créée la FRB pour :

  • associer les établissements de recherche publics et les parties prenantes,
  • mobiliser les compétences en réponse aux demandes sociétales,
  • contribuer à coordonner les recherches sur la biodiversité,
  • susciter des approches multidisciplinaires et partenariales autour de projets d’intérêt collectif,
  • diffuser et communiquer les résultats de la recherche,
  • et enfin contribuer à la mise en œuvre de la politique nationale pour la biodiversité.

 

Fonder les décisions sur la science est en effet une nécessité en matière de protection de l’environnement. Cette démarche garantit le déploiement de solutions basées sur les meilleures connaissances disponibles et permet de justifier la protection de la biodiversité lorsque celle-ci génère des contraintes pour une catégorie d’acteurs.

 

Aujourd’hui, 10 ans après la création de la FRB, les alertes des scientifiques et des acteurs de la société civile autour de l’effondrement de la biodiversité se multiplient. Le déclin touche à présent toutes les régions du monde comme l’attestent les récentes évaluations de l’IPBES.

 

La mobilisation autour de la recherche sur la biodiversité et le transfert des connaissances scientifiques est plus que jamais d’actualité.

"Fonder les décisions sur la science est une nécessité en matière de protection de l’environnement."