retour en haut de la page

Intervenant JFRB

Jean-François Périgné

Jean-François Périgné est secrétaire national de la Confédération paysanne, plus particulièrement référent de la question de l’eau sur le pôle environnement de son syndicat. Paysan de la mer, il est aussi producteur de moules sur l’île d’Oléron. 

 

 

La Confédération paysanne, présente dans la totalité des départements français, régions ultra-marines comprises, est un des syndicats agricoles représentatifs français. 

La Confédération paysanne porte le projet « Agriculture Paysanne », garante pour l’ensemble des consommateurs et consommatrices d’un accès à une alimentation de qualité, respectueuse de l’environnement et rémunératrice pour des paysans et paysannes nombreux et nombreuses dans des campagnes vivantes. L’originalité de la Confédération paysanne est de proposer à tous les paysans et paysannes plus qu’un simple cahier des charges. L’Agriculture Paysanne est une démarche progressive qui accompagne les paysan et paysannes et permet, en s’appuyant sur un guide du diagnostic « Agriculture Paysanne » évolutif, de les mener vers l’agriculture bio. 

Consciente de l’effort important consenti par les consommateurs et consommatrices à travers les aides publiques de soutien à l’agriculture, la Confédération paysanne est soucieuse du devoir de transparence dû aux consom’acteurs/trices. Elle réfléchit et travaille en lien étroit avec des collectifs d’associations ou d’ONG et est largement reconnue au sein du mouvement social. Elle est porteuse d’une philosophie syndicale originale qui s’attache toujours à mettre en perspective les revendications légitimes des paysans et paysannes avec les attentes de l’ensemble de la société afin de construire des propositions partagées répondant aux attentes du grand public. Souvent qualifiée de « lanceur d’alerte », son analyse et son expertise trouvent un écho de plus en plus large.
Sa qualité de mytiliculteur et ses responsabilités au sein du syndicat lui offre l’opportunité de parler de la biodiversité sous l’angle rarement abordé des conséquences des pratiques agricoles sur l’équilibre précaire des océans.