retour en haut de la page

La science infuse

Action n°11 : Je limite ma consommation d’huile de palme

L’île de Bornéo a perdu un tiers de ses forêts primaires1 entre 1973 et 2015 (Gaveau et al. 2016). C’est bien en Indonésie, plus qu’en Amazonie, que la disparition des forêts primaires est la plus rapide, avec 840 000 hectares perdus par an en 2012 (Margono et al. 2014). La plantation industrielle de palmiers à huile (Elaeis guineensis) y constitue l’une des principales causes de déforestation, avec la production de pâte à papier et de bois (Abood et al. 2015). Dans ce pays, premier producteur d’huile de palme avant la Malaisie, la superficie totale plantée en palmiers a été multipliée par sept en une vingtaine d’années (Carlson et al. 2012).

 

L’huile de palme est l’huile la plus produite dans le monde avec 70 millions de tonnes (USDA 2018). Elle est destinée à l’industrie alimentaire2 et à la production de cosmétiques3, de produits d’entretien, d’agro-carburants et d’électricité. La déforestation associée touche non seulement l’Asie, mais aussi l’Amérique latine et l’Afrique (Varsha et al., 2016). Au niveau mondial, sa production représente 8% de la déforestation imputée aux cultures, après le soja (19%) et le maïs (11%) (Union Européenne, 2013). Si le problème affecte des contrées lointaines, l’Union Européenne est le deuxième importateur et le troisième consommateur d’huile de palme au niveau mondial (USDA, 2018). Et cette consommation intensive n’est pas sans conséquence sur les plantes et les animaux dans les pays producteurs.

 

« Le déclin le plus sévère des orangs-outans a eu lieu dans des environnements détériorés par la récolte de bois et par les plantations industrielles d’huile de palme. »

 

Parmi les 193 espèces menacées par la production d’huile de palme, il faut citer l’orang-outan (Pongo pygmaeus), en danger critique d’extinction selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (Ancrenaz et al., 2016). Une étude internationale s’est tout récemment intéressée à l’influence de l’extraction de ressources naturelles, y compris l’huile de palme, sur ces primates (Voigt et al., 2018). Les auteurs sont allés sur le terrain compter les nids que ces grands singes construisent pour s’abriter la nuit. À l’aide de ces données et de modèles informatiques, ils ont estimé à 100 000 le nombre d’orangs-outans tués entre 1999 et 2015. Si la cause principale du déclin des primates est la chasse illégale, la moitié des orangs-outans de l’île de Bornéo se trouvait en 2015 dans des habitats dégradés par la récolte de bois, les plantations industrielles et la déforestation (Voigt et al., 2018). Le déclin le plus sévère a eu lieu dans ces environnements détériorés. Mais est-ce là la seule espèce victime de l’huile de palme ? Qu’en est-il de l’impact sur la biodiversité de façon plus générale ?

 

« Dans les plantations de palmiers à huile, l’abondance des chauves-souris insectivores diminue, faute de proies, et les oiseaux « spécialistes » disparaissent. »

 

Des chercheurs ont compilé et analysé 25 articles scientifiques consacrés aux conséquences de la production d’huile de palme sur la biodiversité. D’après leurs résultats, les plantations de palmiers à huile abritent, sans surprise, un nombre d’espèces (richesse spécifique) inférieur à celui de forêts primaires et secondaires (Savilaakso et al., 2014). Certaines espèces voient leur abondance diminuer, comme la plupart des chauves-souris insectivores, faute de proies. Les plantations défavorisent également les espèces d’oiseaux les moins répandues et les plus exigeantes en termes de conditions environnementales et de ressources (oiseaux dits spécialistes). Cette disparition des oiseaux spécialistes dans les plantations s’expliquerait par une végétation au sol réduite par rapport aux forêts. En outre, les conditions plus chaudes et sèches qui règnent dans ces plantations nuisent à certaines espèces de fourmis, de coléoptères et d’abeilles. D’où un impact très probable sur les services écosystémiques tels que la pollinisation, le contrôle des ravageurs de culture et le fonctionnement des sols (Savilaakso et al., 2014).

 

Un mode de gestion adapté pourrait réduire ces conséquences néfastes sur la biodiversité. En effet, des études ont démontré que le nombre d’espèces d’oiseaux était supérieur dans les plantations des petits producteurs, en comparaison avec celles des industriels (Azhar et al., 2011, dans Savilaakso et al., 2014). La recherche devrait aussi se pencher sur l’effet des standards de certification durable tels que RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil).  En effet, ce dernier, qui rassemble depuis 2004 des entreprises et des ONG, fait l’objet de vives critiques, portant sur des principes et critères trop peu contraignants qui favoriseraient les industriels au détriment des petits producteurs, des sanctions trop peu dissuasives et pas assez appliquées en cas de non respect, ainsi que des problèmes de traçabilité (FIAN/CNCD, 2018). Cela explique en partie des initiatives de boycott, parmi les consommateurs, de tout produit contenant de l’huile de palme, labellisée ou non.

 

« Les huiles de coco et de coprah sont elles aussi produites dans les pays tropicaux et prennent potentiellement la place de forêts. »

 

Cependant, les alternatives les plus fréquentes à l’huile de palme ne sont pas non plus sans incidence sur la biodiversité. Dans les cosmétiques, les huiles de coco et de coprah (chair de la noix de coco) sont elles aussi produites dans les pays tropicaux et prennent potentiellement la place de forêts. Dans l’alimentation, les huiles de colza et de tournesol, certes cultivées en Europe, le sont souvent de façon intensive et nécessitent, comme le souligne un récent rapport de l’UICN, des surfaces plus vastes pour une production équivalente (Meijaard et al. 2018). Alors qu’il est parfois compliqué de modifier les processus industriels (en termes de quantités disponibles ou de caractéristiques physico-chimiques requises), les consommateurs peuvent choisir de diversifier les sources d’huiles dans les produits quotidiens et  privilégier certaines huiles, telles que l’olive, la noix, l’amande, l’argan, les pépins de raisins ou les noyaux d’abricot, parfois locales et plus durables. Le label Agriculture biologique de l’Union Européenne reste alors un outil précieux pour se repérer.

_______

1 Les forêts primaires sont relativement préservées des activités humaines et concentrent une biodiversité particulièrement riche. Les forêts secondaires, en revanche, ont généralement repoussé après la destruction d’une forêt primaire. Forêts primaires et secondaires sont détruites pour les plantations.

2 L’huile de palme alimentaire est parfois mentionnée dans la composition sous les termes imprécis de « graisse végétale » et « huile végétale ».

3 Dans la composition des cosmétiques, l’huile de palme est indiquée par la mention Elaeis guineensis Oil. Ses dérivés les plus courants : Sodium Palmate, Isostearyl Palmitate et Palmitate d’Isopropyl. Les dérivés suivants en sont souvent issus, sauf mention contraire du fabricant : Lauryl Glucoside, Sodium Lauryl Sulfate, Cetearyl Alcohol, Glyceryl Distearate, Isopropyl Myristate, Dodecanol(en gras, partie du nom indiquant le lien possible avec l’huile de palme).

Sources
  • Gaveau D. L., Sheil D., Salim M. A., Arjasakusuma S., Ancrenaz M., Pacheco P., & Meijaard E. (2016). Rapid conversions and avoided deforestation: examining four decades of industrial plantation expansion in Borneo. Scientific reports, 6, 32017. https://doi.org/10.1038/srep32017
  • Margono B. A., Potapov P. V., Turubanova S., Stolle F., & Hansen M. C. (2014). Primary forest cover loss in Indonesia over 2000–2012. Nature Climate Change, 4(8), 730. https://doi.org/10.1038/nclimate2277
  • Abood S. A., Lee J. S. H., Burivalova Z., Garcia‐Ulloa J., & Koh L. P. (2015). Relative contributions of the logging, fiber, oil palm, and mining industries to forest loss in Indonesia. Conservation Letters, 8(1), 58-67. https://doi.org/10.1111/conl.12103
  • Carlson K.M. et .al. (2012), Committed carbon emissions, deforestation and community land conversion from oil palm plantation expansion in West Kalimantan, Indonesia, PNAS, 109 (19), pp. 7559-7564. https://doi.org/10.1073/pnas.1200452109
  • Varsha V. et al. (2016), The impacts of oil palm on recent deforestation and biodiversity loss, PLoS ONE, 11(7): e0159668. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0159668
  • Union Européenne (2013), The impact of EU consumption on deforestation: Comprehensive analysis of the impact of EU consumption on deforestation – Final Report. Disponible à l’adresse : http://ec.europa.eu/environment/forests/pdf/1.%20Report%20analysis%20of%20impact.pdf
  • United States Department of Agriculture (USDA) (2018), Oilseeds: World Markets and Trade. Disponible à l’adresse :
    https://apps.fas.usda.gov/psdonline/circulars/oilseeds.pdf
  • Savilaakso S., Garcia C., Garcia-Ulloa J., Ghazoul J., Groom M., Guariguata M. R., … & Zrust M. (2014). Systematic review of effects on biodiversity from oil palm production. Environmental Evidence, 3(1), 4. https://doi.org/10.1186/2047-2382-3-4
  • Ancrenaz M., Gumal M., Marshall A.J., Meijaard E., Wich S.A., and Husson S. (2016). Pongo pygmaeus. The IUCN Red List of Threatened Species 2016, e.T17975A17966347. https://doi.org/10.2305/IUCN.UK.2016-1.RLTS.T17975A17966347.en
  • Voigt M., Wich S. A., Ancrenaz M., Meijaard E., Abram N., Banes G. L., … & Gaveau D. (2018). Global demand for natural resources eliminated more than 100,000 Bornean orangutans. Current Biology, 28(5), 761-769. https://doi.org/10.1016/j.cub.2018.01.053
  • FIAN/CNCD (2018), Dossier – Le mythe de l’huile de palme 100 % durable – Les limites des initiatives volontaires : le cas de la RSPO et de l’Alliance belge pour une huile de palme durable. Disponible à l’adresse : http://www.fian.be/IMG/pdf/dospalmoliefr-1217-lrnb.pdf
  • Meijaard E., Garcia-Ulloa J., Sheil D., Wich S.A., Carlson K.M., Juffe-Bignoli D., Brooks T.M. (2018). Palmiers à huile et biodiversité – Analyse de la situation par le Groupe de travail de l’UICN sur les palmiers à huile. https://doi.org/10.2305/IUCN.CH.2018.11.fr
"Au niveau mondial, la production d'huile de palme représente 8 % de la déforestation imputée aux cultures."